Vous êtes chanteurs ou instrumentistes et vous souhaitez vous engager au service de la liturgie traditionnelle, n’hésitez pas à nous rejoindre !

La Schola Sainte Cécile chante dans la basilique Saint-Pierre de Rome au Vatican

Nous offrons des cours de chant gratuits chaque samedi de 16h30 à 17h30 : travail du souffle, pose de voix, vocalises, découverte du chant grégorien et du chant polyphonique.

Les Petits Chantres de Sainte Cécile - maîtrise d'enfants

Votre enfant a entre 8 et 15 ans et souhaite chanter ? Inscrivez-le aux Petits Chantres de Sainte Cécile (filles et garçons). Répétitions le mercredi à 18h30 et le dimanche à 10h30.

Retrouvez les partitions que nous éditons, classées par temps liturgique ou par compositeur. Elles sont téléchargeables gracieusement.

Fin des vacances & reprise des activités – bienvenue aux nouveaux choristes

Que ce soit pour le chœur byzantin ou le chœur latin, tout chanteur désireux de louer Dieu par la liturgie traditionnelle sont les bienvenus ! N’hésitez pas à venir nous rejoindre !

Paroisse de la Très-Sainte Trinité :
Reprise des répétitions : jeudi 2 septembre à 19h.
Reprise des liturgies dominicales : dimanche 5 septembre à 8h55 (tierce) – 9h15 (liturgie).
Le chœur cherche à renforcer ses pupitres de soprani, d’alti & de basse.

Paroisse Saint-Eugène – Sainte Cécile :
Reprise des répétitions : samedi 4 septembre à 18h
Rentrée de la Schola : dimanche 5 septembre à 10h30 (raccord) & 11h (messe)
Le chœur cherche à renforcer son pupitre de soprani.
Nous recherchons aussi activement des instrumentistes (cordes et vents) qui voudraient nous rejoindre pour rehausser le chant liturgique les jours de fête.
Programme en cours de préparation : Messe H1 à 4 voix & instruments de Marc-Antoine Charpentier pour la solennité de saint Eugène – Requiem des rois de France d’Eustache du Caurroy pour le 2 novembre.

Merci de prendre contact :

(requis)
(requis)

 

Suivez la messe du jour sur votre iPhone !

Dans ce premier article, nous vous présentions deux geekeries liturgiques pour iPhone : Liber Pro pour chanter le chant liturgique grégorien du jour et l’une des méthodes pour lire les nombreux fichiers PDF liturgiques qui existent déjà sur le web (comme le Missel d’autel romain ou le Tchinovnik slave).

Le développement du numérique nomade va sans doute voir se développer encore bien d’autres applications de ce style, aussi j’ouvre aujourd’hui une nouvelle rubrique à ce blog, baptisée “liturgeek”. 😉

La paroisse du Christ-Roi de Sarasota en Floride, apostolat de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, vient de lancer il y a quelques temps une nouvelle application pour iPhone.

iMass vous permet de suivre le texte de la messe du jour sur votre iPhone (les textes proviennent des bases de données du site Divinum Officium). Le gros avantage de cette application est que tout le propre du jour – tant les pièces chantées que les oraisons et les lectures – est déjà directement inséré automatiquement dans l’ordinaire de la messe (gros avantage sur les simples scans du 800 que présentait Liber Pro). Vous pouvez donc suivre calmement votre messe sans vous inquiéter de positionner des signets au préalable. Si vous voulez le texte d’un autre jour de l’année, il suffit de choisir la date dans un petit calendrier au début de la messe.

Par défaut, iMass affiche le texte latin avec la traduction anglaise en regard, mais on peut paramétrer l’application pour n’avoir que le texte latin (vide en bas du texte).

Encore plus génial, deux cases à cocher permettent d’afficher les rubriques, et aussi de préciser les rubriques spéciales quand la messe est célébrée avec ministres sacrés.

Une fonction permet d’extraire juste le propre du jour (pratique pour faire des copier-coller en vue de réaliser un livret par exemple, d’autant que le texte latin présente les accents toniques ; si les æ sont bien présents, en revanche, les oe ne sont pas unis).

Evidemment, les propres particuliers (d’une nation, d’un diocèse, d’un ordre religieux) ne sont pas pris en compte.
Néanmoins, chose tout particulièrement intéressante, l’application vous permet (tout à fait en bas du texte de la messe), de choisir selon les différents états du rit et des codes de rubrique :

  • Tridentin de 1570,
  • Tridentin de 1910 (dernier état du rit avant le grand bouleversement du bréviaire),
  • Divino Afflatu de 1911 (réforme du bréviaire, avec des incidences sur le missel),
  • Réforme de 1955 (réforme bugninienne de la Semaine Sainte),
  • Rubriques de 1960,
  • Nouveau Calendrier de 1960.
  • Le rit de 1960-62 étant de plus en plus contesté et remis en cause, ce petit outil est franchement très intéressant.

    Ainsi aujourd’hui, dimanche 29 août 2010 :

  • Le Tridentin de 1570 comment le Tridentin de 1910 fêtent la décollation de saint Jean Baptiste, double majeur, avec mémoire du XIVème dimanche après la Pentecôte, Ier dimanche de septembre pour les leçons de matines au bréviaire.
  • Divino Afflatu & la Réforme de 1955 proposent le XIVème dimanche après la Pentecôte, Ier dimanche de septembre pour les leçons du bréviaire, dimanche semi-double mineur, avec mémoire de la Décollation de saint Jean Baptiste.
  • Les Rubriques de 1960 & le Nouveau Calendrier de 1960 célèbrent le XIVème dimanche après la Pentecôte, Vème dimanche d’août pour les leçons du bréviaire, IIème classe.
  • Un petit tableau présente de façon succinte un synoptique des rits Ambrosien, Mozarabe, de Sarum, Romain et Nouveau Rit.

    Le texte présente également les prières que récite le prêtre en se revêtant des différents vêtements sacerdotaux. Dommage de n’y avoir pas inclus les prières liturgiques préparatoires à la messe, c’est vraiment le seul manque à mes yeux à cette application parfaite. A la communion est insérée l’Anima Christi sanctifica me, vraisemblablement pour aider le fidèle-geek à un acte de communion spirituelle. Après la messe sont données également les prières léonines. Très opportunément, l’action de grâces après la messe (Cantique des trois enfants dans la fournaise & Psaume 150) a été ajoutée ainsi que les oraisons de dévotion du Missel Romain (oraisons de saint Thomas d’Aquin & de saint Bonaventure, et rythme de saint Thomas d’Aquin Adoro te).

    Encore plus fort : l’application permet de réciter l’office divin selon les mêmes options rubricales, en y ajoutant le texte de l’office pré-tridentin monastique (cursus de la règle de saint Benoît). L’office est complet, avec les répons & les leçons de matines (Liber Pro ne présentait que des scans de l’office diurne ordinaire), toutes les pièces sont présentées dans l’ordre de l’office que l’on prie, sans aucun renvoi (pas d’antiennes de commémoraison ni de bénédiction de matines à chercher par exemple). Fabuleux !!! J’en rêvais, ils l’ont fait ! 🙂

    Non content de vous fournir le texte de la messe du jour, iMass vous permet encore de la voir !
    En effet, vous pouvez regarder, par le biais de l’application, la vidéo – réalisée quotidiennement – de la messe célébrée dans cette paroisse de Floride par un prêtre de la FSSP. Opportunément, l’application vous rappelle que regarder la messe sur iMass ne vous dédouane pas de votre obligation dominicale d’aller à l’église assister véritablement à la messe ! 😉
    Cette vidéo néanmoins peut être utile aux malades où à tous ceux qui veulent s’unir à un moment ou l’autre de leur journée au saint sacrifice de notre rédemption.

    20/20 donc pour cette application (en espérant que les versions ultérieurs améliorent l’ergonomie de la navigation dans les différentes options possibles des textes liturgiques).

    Finalement, je vais peut-être m’acheter un iPad pour dire le bréviaire traditionnel de saint Pie V… 😉

    Induant justitiam – Prose parisienne de l’Assomption – Offices notés complets de Paris – 1899

    Induant justitiam - séquence de la messe de l'Assomption

    Cette prose est entrée en 1706 au Missel parisien de S.E. le cardinal de Noailles. Elle figure toujours au propre de Paris depuis cette date. De Paris, elle s’est aussi répandue dans de nombreux diocèses de France. Le rythme musical est bien évidemment ternaire ; selon l’usage, les deux dernières strophes devraient être jouées/chantées plus lentement. Comme toute prose (sauf le Dies iræ des morts pour lequel l’orgue est interdit), l’organiste figure le chant des versets impairs en improvisant sur le plain-chant. Notons que la prose parisienne Induant justitiam a inspiré Alexandre Guilmant (Sortie pour la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge – Sur la prose : Induant justitiam, Opus 50, n° 4) et Marcel Dupré qui la cite au second verset de son Magnificat des Vêpres de la Vierge (15 Versets pour les Vêpres du Commun des Fêtes de la Sainte Vierge, Opus 18)

    Texte & traduction :

    INDUANT justítiam,
    Prædicent lætítiam
    Qui ministrant Númini.
    En leurs vêtements sacrés
    Qu’ils proclament notre joie
    Les ministres du Très-Haut.
    It in suam réquiem,
    Infert cœlo fáciem
    Arca viva Dómini.
    Elle va vers son Repos,
    Elle tend les yeux vers le ciel,
    L’Arche vivante du Seigneur.
    CHRISTUM, cum huc vénerat,
    Quo mater suscéperat,
    Non est venter púrior.
    Aucun sein n’était plus pur
    Pour qu’une mère y reçût le Christ
    Lorsqu’il vint ici-bas.
    In quo, dum hinc révocat,
    Matrem Christus cóllocat,
    Thronus non est célsior.
    Aucun trône n’est plus élevé
    Pour que le Christ y place sa Mère
    Lorsqu’il la rappelle d’ici-bas.
    QUÆ te, Christe, génuit,
    Quæ lactentem áluit,
    Nunc beátam dícimus.
    Christ, celle qui t’engendra,
    Celle qui te nourrit de son lait,
    Nous l’appelons Bienheureuse.
    Immo, quod credíderit,
    Quod sibi vilúerit,
    Hinc beátam nóvimus.
    Mais c’est aussi parce qu’elle a cru,
    Parce qu’elle s’est abaissée,
    Que nous la proclamons Bienheureuse.
    O præ muliéribus,
    Quin & præ cœlítibus,
    Benedicta fília.
    Ô fille, tu es bénie
    Plus que les femmes de la terre,
    Plus même que les saints du ciel.
    Hauris unde plénior,
    Hoc e fonte crébior
    Stillet in nos grátia.
    À la source de la grâce,
    Plus tu puises pleinement,
    Plus en nous elle coule abondamment.
    AD eum ut ádeant,
    Per te vota tránseant :
    Non fas matrem réjici.
    Pour aller jusqu’à Dieu,
    Que par toi passent nos prières :
    Il ne peut repousser sa Mère.
    Amet tuam Gálliam,
    Regi det justítiam,
    Plebi pacem súpplici.
    Amen. Alleluia.
    Qu’il aime la France ton Royaume,
    Qu’il accorde à ses chefs la Justice,
    Et la paix à son peuple en prière.
    Amen. Alleluia.

    Une interprétation de la séquence Induant justitiam pour la messe de la fête de l’Assomption :

    André Campra – Tota pulchra es

    André Campra (1660 † 1744), maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et de Louis XV à Versailles.
    Tota pulchra es.
    2 dessus vocaux & basse continue.
    5 pages.

    Maître de la musique de Notre-Dame de Paris, le méridional André Campra connut des succès d’édition en faisant publier chez Ballard nombre de petits motets pour solistes, genre en vogue au tournant des années 1700 pour lequel il se montra tout particulièrement habile.

    Ce motet est construit sur les versets du Cantique des Cantiques que la liturgie romaine applique usuellement à la Sainte Vierge. En voici le texte :

    Tota pulchra es, amíca mea, & mácula non est in te ; favus distíllans lábia tua ; mel & lac sub lingua tua ; odor unguentórum tuórum super ómnia arómata : jam enim hiems tránsiit, imber ábiit & recéssit : flores apparuérunt, víneæ floréntes odórem dedérunt, & vox túrturis audíta est in terra nostra : surge, própera, amíca mea : veni de Líbano, veni, coronáberis. Vous êtes toute belle, mon amie, & aucune tache n’est en vous. Vos lèvres distillent un rayon de miel, le miel et le lait sont sous votre langue ; l’odeur de vos parfums surpasse tout arôme ; déjà l’hiver est passé, la pluie s’en est allée et a cessé, les fleurs sont apparues, les vignes en fleur répandent leur odeur, et la voix de la tourterelle s’est fait entendre sur notre terre : levez-vous vite, mon amie, venez du Liban, venez soyez couronnée.

    Le retour cyclique du Tota pulchra es amica mea en guise de refrain apporte une magnifique douceur mystique à cette heureuse composition.

    Dans l’exécution liturgique, pour écourter et/ou par souci de simplification, on pourrait omettre la partie entre crochets (de la mesure 69 à la mesure 113), laquelle contient les principales difficultés rythmiques de la partition.

    Les premières mesures de cette partition :

    Tota pulchra es - André Campra

    Vous téléchargez cette partition ? Vous appréciez notre travail ? Vous pouvez grandement nous aider en partageant cette page sur vos réseaux sociaux ! Merci par avance !

     
    Cliquer sur ce lien pour ouvrir & télécharger la partition en fichier PDF.
     

    Programme de la fête de l’Assomption de la B. V. Marie

    Assomption - Poussin

    Catéchisme sur l’Assomption


    Saint-Eugène, le dimanche 15 août 2010, procession du vœu de Louis XIII de 10h45 & grand’messe de 11h.
    Répétition pour les choristes samedi à 18h & dimanche à 10h30.

    Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Commentaires liturgiques sur la fête de l’Assomption sur le site Introibo.

    François Giroust – O Salutaris d’Orléans (1760)

    François Giroust (1737 † 1799), maître de chapelle du roi Louis XVI.
    O Salutaris d’Orléans (1760).
    4 voix (4 instruments, si placet).
    3 pages.

    Disciple de Louis Homet à la psallette Notre-Dame de Paris, François Giroust devint en 1756 maître de chapelle de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans avant de revenir à Paris en 1775. Cet O Salutaris a donc été composé pour la maîtrise de Sainte-Croix en 1760. L’œuvre – typique du style de Giroust – comporte deux mouvements : le premier est particulièrement grandiose en jouant habilement des retards expressifs dans l’écriture harmonique, le second est plus allant. Pour les besoins d’une exécution avec doublure instrumentale lors d’une messe solennelle dans la cathédrale de Chartres le lundi de Pentecôte 1998, nous lui avons adjoint un petit prélude instrumental.

    Les premières mesures de cette partition :
    O Salutaris Hostia - François Giroust

    O salutáris Hóstia,
    Quæ cœli pandis óstium :
    Bella premunt hostília,
    Da robur, fer auxílium.
    Ô victime salutaire,
    Qui nous ouvres la porte du ciel,
    L’ennemi nous livre la guerre,
    Donne-nous force, porte-nous secours.
    O vere digna Hóstia,
    Spes única fidélium :
    In te confídit Fráncia,
    Da pacem, serva lílium.
    Ô vraiment digne Hostie
    Unique espoir des fidèles,
    En toi se confie la France,
    Donne-lui la paix, conserve le lys.
    Uni trinóque Dómino
    Sit sempitérna glória :
    Qui vitam sine término
    Nobis donet in pátria. Amen.
    Au Seigneur un et trine
    Soit la gloire sempiternelle ;
    Qu’il nous donne dans la patrie
    La vie qui n’aura point de terme. Amen.

    Vous téléchargez cette partition ? Vous appréciez notre travail ? Vous pouvez grandement nous aider en partageant cette page sur vos réseaux sociaux ! Merci par avance !

     
    François Giroust – O Salutaris d’Orléans