Vous êtes chanteurs ou instrumentistes et vous souhaitez vous engager au service de la liturgie traditionnelle, n’hésitez pas à nous rejoindre !

La Schola Sainte Cécile chante dans la basilique Saint-Pierre de Rome au Vatican

Nous offrons des cours de chant gratuits chaque samedi de 16h30 à 17h30 : travail du souffle, pose de voix, vocalises, découverte du chant grégorien et du chant polyphonique.

Les Petits Chantres de Sainte Cécile - maîtrise d'enfants

Votre enfant a entre 8 et 15 ans et souhaite chanter ? Inscrivez-le aux Petits Chantres de Sainte Cécile (filles et garçons). Répétitions le mercredi à 18h30 et le dimanche à 10h30.

Retrouvez les partitions que nous éditons, classées par temps liturgique ou par compositeur. Elles sont téléchargeables gracieusement.

Programme de la fête de tous les saints

Page de garde d'un martyrologe romainSaint-Eugène, le vendredi 1er novembre 2013, messe solennelle en rit romain traditionnel de 11h.
2ndes Vêpres de la Toussaint suivies des Vêpres des Morts à 17h.

Pour les choristes: pas de répétitions le jeudi soir mais répétition le vendredi 1er novembre exceptionnellement à 10h.

Catéchisme sur la fête de tous les saints

“Aujourd’hui, bien-aimés frères, nous célébrons, dans l’allégresse d’une solennité commune, la fête de tous les Saints. Leur société réjouit les cieux, leur protection console la terre, leur triomphe couronne la sainte Église. Plus la profession de leur foi a été ferme dans les tourments, plus ils ont d’éclat dans la gloire. Car la violence du combat s’augmentant, l’honneur des combattants s’est aussi accru. Les diverses tortures du martyre rehaussent le triomphe, et des souffrances plus affreuses ont procuré de plus délicieuses récompenses. Notre mère l’Église catholique, répandue au loin dans tout l’univers, à qui Jésus-Christ, son chef, apprit par son exemple à ne craindre ni les outrages, ni les croix, ni la mort, s’est de plus en plus fortifiée, non par la résistance, mais par la patience. Pour encourager toutes ces légions d’illustres athlètes, jetés en prison comme des criminels, et pour les animer tous à soutenir le combat avec la même ardeur et un courage égal, elle leur a inspiré la sainte ambition d’un glorieux triomphe.”
Sermon de saint Bède le Vénérable, prêtre, IVème leçon des vigiles nocturnes de cette fête, au second nocturne.

  • Propre grégorien du jour
  • Kyriale IV – Cuntipotens genitor Deus
  • Séquence parisienne : Sponsa Christi, quæ per orbem – selon la tradition, l’orgue figure les versets impairs
  • Credo III
  • Et incarnatus de la Missa syllabica de Jean de Bournonville (1585 † 1632), maître de chapelle de la Sainte Chapelle de Paris
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Angeli, Archangeli – grand motet sur le texte de l’antienne de Magnificat des Ières vêpres de la Toussaint – Jean Veillot († 1662), chanoine et maître de chapelle de Notre-Dame de Paris, du roi Louis XIV et des Bénédictines de Montmartre
  • A l’élévation : O salutaris hostia – François Giroust (1737 † 1799), maître de chapelle du roi Louis XVI
  • Pendant la communion : La prière du bon larron en croix & les béatitudes – tradition russe, chant de Kiev, VIème ton (Luc 23, 42 & Matthieu 5, 3-12)
  • Ite missa est IV
  • Pendant le dernier Evangile : Salve Regina
  • Procession de sortie : Exultáte justi in Domino, motet sur le psaume 32 de Ludovico Grossi da Viadana (1564 † 1627), maître de chapelle de la cathédrale de Mantoue
  • Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Télécharger le livret des doubles vêpres au format PDF.

    Messe pontificale du cardinal Castrillón Hoyos en la basilique Saint-Pierre de Rome

    Ce samedi 26 octobre, nous avons eu l’immense honneur et bonheur de chanter la messe votive de la sainte Vierge célébrée en la basilique Saint-Pierre du Vatican – à l’autel du reliquaire de la chaire de saint Pierre – par Son Eminence Dario, cardinal Castrillón Hoyos devant un grand concours de pèlerins venus à Rome dans le cadre du pèlerinage international Populus Summorum Pontificum. Voici les photographies de cette cérémonie qui nous a rappelé la joie & l’immense fierté d’être catholique.

    Chant de la collecte par le pontife

    Chant de la collecte de la messe votive de la Sainte Vierge par le pontife.

    Chant de l'évangile par le diacre (1)

    Chant de l’évangile par le diacre.

    Chant de l'évangile par le diacre (2)

    Chant de l'évangile par le diacre (3)

    Pendant le chant de l'évangile par le diacre

     

    Homélie de SE le cardinal Castrillón Hoyos

    S.E. le cardinal Hoyos donne l’homélie.

    Vue du chœur de Saint-Pierre de Rome pendant l'offertoire

    Vue du chœur de Saint-Pierre de Rome pendant l’offertoire.

    Encensements de l'offertoire

    Encensements de l’offertoire.

    Encensements de l'offertoire sous le reliquaire de la chaire de saint Pierre

    Encensements de l’offertoire sous le reliquaire de la chaire de saint Pierre.

    Lavabo à l'offertoire

    Au lavabo de l’offertoire.

    Adoration du Corps du Christ après la Consécration

    Adoration du Corps du Christ après la Consécration.

    Elévation du Corps du Seigneur

    Elévation du Corps du Seigneur.

    Elévation du Sang du Seigneur

    Elévation du Sang du Seigneur.

    Anne Foulard aux orgues de la Basilique Saint-Pierre

    Anne Foulard aux orgues de la Basilique Saint-Pierre.

    Crédits photographiques : © Schola Sainte Cécile.

    Vidéo de la procession – partie de la Chiesa Nuova & à laquelle nous n’avons pu hélas participer, devant répéter dans la basilique Saint-Pierre – & de la messe pontificale dans la basilique (Source : The Remnant) :

    Messe pontificale de Mgr Schneider à la Trinité-des-Pèlerins

    Hier soir nous avons eu la joie de chanter la messe votive de la sainte Croix célébrée par Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan. Notre Schola a encore utilisé comme hier les trois tribunes de l’église de la Très-Sainte-Trinité des Pèlerins (desservie par la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre), faisant revivre l’ancienne technique musicale romaine des chori spezzatti (“chœurs brisés”). A l’issue de la messe pontificale, le pontife a donné la bénédiction avec une relique de la Vraie Croix aux très nombreux pèlerins venus à Rome dans le cadre du pèlerinage international Populus Summorum Pontificum. Voici quelques premières photos de cette très belle cérémonie.

    Chant de l'évangile par le diacre
    Chant de l’évangile par M. l’Abbé Barker (ancien premier chantre de notre schola), faisant fonction de diacre.

    Consécration du corps du Seigneur
    Elévation du corps du Seigneur.

    Elévation du calice du Sang du Christ

    Elévation du calice du Précieux Sang du Christ.

    Mgr Schneider avec la Schola Sainte Cécile après la messe
    Mgr Schneider avec la Schola Sainte Cécile après la messe.

    The Remnant a publié une vidéo avec plusieurs extraits de cette cérémonie :

    Vêpres pontificales & polychorales à Rome

    Ce 24 octobre 2013, le Pèlerinage international Populus Summorum Pontificum démarrait sa seconde édition romaine par la célébration des vêpres pontificales en l’église de la Très-Sainte Trinité des Pèlerins. Les 2ndes vêpres de saint Raphaël Archange étaient célébrées par Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la commission pontificale Ecclesia Dei.

    L'autel de la Trinité-des-Pèlerins préparé pour les vêpres pontificales

    L’autel de la Trinité-des-Pèlerins – surmonté du célèbre tableau de la Trinité par Guido Reni – préparé pour les vêpres pontificales.

    Faldistoire de Mgr l'Archevêque avant les vêpres

    Faldistoire pontifical avant les vêpres.

    Accueil des Pèlerins par Mgr PozzoAccueil des pèlerins avant les vêpres, par Mgr Guido Pozzo.

    Accueil des pèlerins par M. l'Abbé BartheAccueil des pèlerins par M. l’Abbé Barthe.

    Mot d'ouverture du pèlerinage par M. l'Abbé Barthe

    Accueil des pèlerins par M. l’Abbé Barthe.

    Accueil des pèlerins par M. l'Abbé Barthe (2)Accueil des pèlerins par M. l’Abbé Barthe.

    Mgr Pozzo

    Mgr Guido Pozzo avant les vêpres.

    La crédence préparée avant les vêpres pontificales

    La crédence préparée pour les vêpres pontificales.

    Arrivée des 4 chapiers au chœur

    Arrivée des 4 chapiers au chœur.

    Habillement du pontife au faldistoire

    Habillement du pontife au faldistoire.Les premiers & second chœurs dans les tribunes de la Trinité des Pèlerins

    La Schola Sainte Cécile a chanté ses vêpres en reprenant la tradition des offices polychoraux. Nos choristes étaient répartis dans 3 tribunes dialoguant entre elles le Deus in adjutorium à 8 voix d’Antegnati, les faux-bourdons français des psaumes & le Magnificat du 1er ton à 8 voix de Palestrina.

    Le second des trois chœurs dans les tribunes de la Trinité des Pèlerins

     

    Fin des vêpres - le pontife monte à l'autel pour donner sa bénédiction pontificale

    Fin des vêpres – le pontife monte à l’autel pour donner sa bénédiction pontificale.

    Bénédiction pontificale

    Votre schola à Rome pour le Pèlerinage Populus Summorum Pontificum

    Baldaquin de Saint-Pierre-de-Rome

    Du 24 au 27 octobre 2013, votre Schola a la joie de participer au grand pèlerinage international Populus Summorum Pontificum à Rome organisé pour la clôture de l’Année de la Foi, au cours duquel nous chanterons les offices suivant :

    Jeudi 24 octobre, 19h15 : Accueil des pèlerins et vêpres solennelles de saint Raphaël Archange célébrées par Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei (église de la Trinité-des-Pèlerins, FSSP).

    • Deus in adjutorium à 8 voix (double chœur) – polyphonie de Costanzo Antegnati (1549 † 1624) organiste de la cathédrale de Brescia
    • Antiennes en plain-chant – 5 psaumes en plain-chant & faux-bourdons parisiens
    • Hymne en plain-chant
    • Magnificat du premier ton à 8 voix (double chœur) – Giovanni Pierluigi da Palestrina (c. 1526 † 1594) Maître de la chapelle pontificale

    Choeur de l'église de la Très-Sainte-Trinité des Pèlerins à Rome (FSSP)

    Vendredi 25 octobre, 9h : Chapelet conduit par les Bénédictins de l’Immaculée à Santa Maria in Campitelli. La méditation des mystères du Rosaire sera accompagnée de motets à la Très-Sainte Vierge Marie.

    Vendredi 25 octobre, 19 heures : Messe pontificale à la Trinité des Pèlerins célébrée par Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan).

    • Propre en plain-chant grégorien
    • Ordinaire : Missa Octava de Hans Leo Hassler (1564 † 1612) Archimusicien de la cité de Nuremberg, organiste et maître de chapelle de l’électeur de Saxe – 8 voix (double chœur)
    • Reprise de l’introït en polyphonie à 3 chœurs (Henri de Villiers)
    • Pendant les encensements de l’offertoire : Vexilla Regis prodeunt – Anthoine de Bertrand (c. 1530
† avant 1582)
    • Pendant la communion des fidèles : Tantum ergo sacramentum « mozarabe » – Sur le plain-chant des livres de Tolède – Tomás Luis de Victoria (1548 † 1611), maître de chapelle aux Descalzas Reales de Madrid
    • Adoramus te, Christe – de la Missa Galeazescha de Loyset Compère (c. 1445 † 1518), maître de la chapelle de Galeazzo Maria Sfoza, duc de Milan
    • Pendant le dernier évangile : Ave Maria – Tomás Luis de Victoria (1548 † 1611)
    • Sortie du clergé : Exsultáte justi in Domino, motet sur le psaume 32 de Ludovico Grossi da Viadana (1564 † 1627), maître de chapelle de la cathédrale de Mantoue

    Chœur de la basilique Saint-Pierre du Vatican

    Samedi 26 octobre, 11 heures : Grand-messe pontificale célébrée à l’occasion du 61ème anniversaire de son ordination sacerdotale par S. E. le cardinal Castrillón Hoyos.

    • Entrée du clergé : Ave Maris stella – orgue (Nicolas de Grigny), plain-chant & alternance polyphonique à 6 voix de Guillaume Bouzignac (c. 1587 † ap. 1643), maître de chapelle des cathédrales d’Angoulême, de Bourges, de Rodez et de Clermont-Ferrand
    • Propre en plain-chant grégorien
    • Ordinaire : Missa VIII – De Angelis
    • Pendant les encensements de l’offertoire : Ave Virgo gloriosa à 5 voix – Henri de Villiers, sur un thème de Loyset Compère
    • Benedictus polyphonique : alternance du chanoine Nicolas-Mammès Couturier (1840 † 1911), maître de chapelle de la cathédrale de Langres
    • Après la consécration : O Salutaris Hostia – François Giroust (1737 † 1799), maître de chapelle du roi de France Louis XVI
    • Pendant la communion des fidèles : Tantum ergo sacramentum – Michel-Richard de Lalande (1657 † 1726), maître de la chapelle des rois Louis XIV & Louis
    • Pendant le dernier évangile : Salve Regina (plain-chant – ton simple)
    • Sortie du clergé : Christus vincit – Plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse, harmonisation du chanoine Gaston Roussel (1913 † 1985), curé de Port-Marly, maître de chapelle de la cathédrale de Versailles

    Programme du XXIIème dimanche après la Pentecôte

    Saint-Eugène, le dimanche 20 octobre 2013, grand’messe de 11h.

    Dimanche des Missions (3ème dimanche d’octobre) : les oraisons pour la propagation de la foi sont ajoutées aux oraisons du XXIIème dimanche après la Pentecôte

  • Procession d’entrée : Laudate, pueri, Dominum – Psaume 112 – Faux-bourdon parisien du Vème ton
  • Propre grégorien du jour – Kyriale : Missa XI Orbis factor
  • Credo I
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Magnificat du Ier ton à 8 voix – Giovanni Pierluigi da Palestrina (c. 1525 † 1594), maître de chapelle papale de Saint-Pierre du Vatican, de Saint-Jean de Latran & de Sainte-Marie-Majeure
  • Après la Consécration : O salutaris – François Giroust (1737 † 1799), maître de chapelle du roi Louis XVI
  • Pendant la communion : Nos autem – plain-chant du IVème ton & polyphonie à trois chœurs – Henri de Villiers (Galates 6, 14 & Psaume 66, 2-4)
  • Prière pour la France, faux-bourdon parisien du VIIIème ton (d’après l’édition de 1739)
  • Ite missa est XI
  • Après le dernier Evangile : Ave Maria – Tomás Luis de Victoria (1540 † 1611), maître de chapelle de l’impératrice Marie
  • Procession de sortie : Exultáte justi in Domino, motet sur le psaume 32 de Ludovico Grossi da Viadana (1564 † 1627), maître de chapelle de la cathédrale de Mantoue
  • Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Programme du XVIIème dimanche après la Pentecôte – saints Serge & Bacchus – ton 8

    Saints Serge & Bacchus : icône du VIIème siècleParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 20 octobre 2013 du calendrier grégorien – 7 octobre 2013 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

    Dimanche du ton VIII de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour les saints martyrs Serge & Bacchus.

    Serge était un officier militaire supérieur romain, commandant (primicerius) avec son officier adjoint Bacchus (secundarius) une troupe d’élite composée de Barbares, appelée la Schola Gentilium, sur la frontière orientale de l’Empire, face à l’empire Parthe.

    Martyre des saints Serge & BacchusAux alentours de l’an 303, durant la persécution de Dioclétien, le co-empereur Maximien en visite en Commagène (petite région au Nord-Est de l’ancien royaume d’Edesse, l’Osrhoène) voulut offrir des libations à Jupiter, mais Serge et Bacchus refusèrent d’y accompagner l’empereur du fait qu’ils étaient chrétiens. Ils confessèrent courageusement leur foi. Bacchus succomba assez rapidement sous la violence de la flagellation & des coups ; Serge subit de longs tourments. Parmi ceux-ci, il fut condamné à courir 18 miles chaussé de sandales dont la semelle intérieure avait été hérissée de pointes acérées. Pendant ce supplice, Bacchus lui apparut et l’encouragea à persévérer, lui disant qu’ils seraient rapidement réunis au ciel. Serge fut décapité à Resafa en Euphratésie de Syrie (à 200 km à l’Est d’Alep).

    Leur martyre fut rapidement célèbre dans toute l’Eglise, comme en témoigne la présence de leur fête dans de nombreux martyrologes antiques et la grande vénération qui entoura leur reliques, ainsi que l’intérêt que leur porta plusieurs historiens ecclésiastiques, en particulier Théodoret.

    Icône arabe des saints Serge & BacchusDès la paix de l’Eglise, la tombe des saints Serge & Bacchus dans la ville de Resafa devint rapidement le plus important centre de pèlerinage d’Orient : une magnifique basilique fortifiée fut élevée sur la tombe des martyrs & la ville pris le nom de Sergiopolis. Elle devint siège d’un évêché vers 431 et au début du VIème siècle c’était le siège d’un archevêché métropolitain avec 5 évêques suffragants. Sous le règne de Justinien, la ville était centre de pèlerinage d’une richesse inouïe ; on y édifia des murailles magnifiques, des citernes et autres bâtiments imposants encore visibles. Une muraille de trois mètres d’épaisseur formant un rectangle de 500 mètres sur 100 mètres fut même construite pour protéger des voleurs les dons magnifiques que faisaient les pèlerins. Le pèlerinage attirait en particulier les tribus arabes chrétiennes du royaume des Ghassanides. La ville fut assiégée en 543 & pillée en 616 par les Perses & déclina après la conquête musulmane, mais le pèlerinage chrétien subsista jusqu’au XIIIème siècle et les ruines encore visibles aujourd’hui sont imposantes.

    Corfou - icône des saints Serge, Bacchus & Justine peinte par Michel Damaskenos après la bataille de Lépante de 1571Serge & Bacchus étaient universellement vénérés dans l’Empire byzantin, et tenus comme protecteurs de l’armée ; l’empereur Justinien (527 † 565) bâtit en leur honneur des basiliques magnifiques à Constantinople et à Saint-Jean d’Acre. Celle de Constantinople, devenue hélas une mosquée après la chute de la Ville, est un chef d’œuvre de l’art byzantin. Sa construction dura de 527 à 536 sous la conduite des architectes Isidore de Millet & Anthemius de Tralles, qui édifièrent ensuite sur son modèle la basilique Sainte-Sophie.

    Le monastère Saint-Serge-et-Saint-Bacchus dans la ville araménophone à majorité chrétienne de Maaloula en Syrie remonte au moins au Vème siècle et serait l’un des plus anciens du Moyen-Orient encore en activité. Son église daterait de 313-325 et fut édifiée à l’emplacement d’un ancien temple païen ; cette église serait la plus ancienne du monde encore en activité. Le 4 septembre 2013, ce monastère de Maaloula a été attaqué & incendié par les rebelles islamistes du front al-Nosra, ses icônes (certaines du Xème siècle), de renommée mondiale, ont été brûlées, volées ou détruites, dans l’indifférence générale.

    Les saint Serge et Bacchus sont particulièrement vénérés par l’Eglise arménienne, qui fait précéder leur fête de trois jours de jeûne préparatoire.

    Leur culte se développa également assez tôt en Occident. Le Sacramentaire Gélasien contient une messe pour leur fête, et 5 lieux de culte leur furent dédiés dans Rome ; le plus ancien fut établi dans le forum romain en 678 par le pape saint Agathon (678 † 681), il fut le siège de l’une des 7 diaconies cardinales de Rome. L’actuelle église des Saints-Serge-&-Bacchus-des-Monts est la paroisse romaine des Ukrainiens catholiques.

    Des reliques de saint Serge parvinrent en Gaule dès le VIIème siècle et il existe toujours à Angers une basilique gothique qui lui est dédiée.

    Aux heures
    A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche, ton 8. Gloire au Père. Tropaire des Martyrs. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du dimanche.

    Tropaires des Béatitudes : 6 tropaires du dimanche, ton 8, & 4 tropaires de la 3ème ode du canon du hiéromartyr :
    1. Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, * comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, * & rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, ** d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.
    2. Adam, écoute, avec Eve, réjouis-toi, * car celui qui jadis vous dépouilla tous les deux * & dont la ruse nous rendit captifs ** est anéanti par la Croix du Christ.
    3. Sur l’arbre de la croix, Sauveur, tu acceptas d’être cloué * pour sauver Adam de la malédiction méritée sous l’arbre défendu * et lui rendre la ressemblance à ton image, Dieu de bonté, ** ainsi que le bonheur d’habiter le Paradis.
    4. En ce jour le Christ est ressuscité du tombeau, * à tout fidèle accordant l’incorruptible vie ; * aux Myrophores il donne l’annonce de la joie ** après ses Souffrances & sa divine Résurrection.
    5. Sages Myrophores, réjouissez-vous * qui les premières avez vu la Résurrection du Christ * & qui à ses Apôtres avez annoncé ** la restauration du monde entier.
    6. Vous les Apôtres, amis du Christ en cette vie * & destinés à partager son trône dans la gloire du ciel, * comme Disciples intercédez auprès de lui ** pour que sans crainte devant son trône nous puissions nous présenter.
    7. Le Dieu qui seul connaît * tous les êtres avant leur création, * voyant vos dispositions envers lui, * abondamment vous a pourvus * de sagesse en vos propos, * de connaissance divine et de fermes sentiments, ** bienheureux soldats du Christ.
    8. Ayant choisi de lutter * selon les règles, serviteurs du Christ, * après sage réflexion * et par amour du Créateur, * vous avez dédaigné l’éphémère gloire qui se corrompt, * le prince de ce monde et tout ce qui lui appartient, ** victorieux Athlètes martyrs.
    9. Maintenant que devant Dieu * vous vous tenez, en la pure application de votre esprit, * comblés par la splendeur de l’au-delà, * et que vous jouissez clairement * de l’ineffable béatitude, saints Martyrs, * de toute épreuve délivrez ** les fidèles qui vous glorifient.
    10. Jadis sous l’empire de la mort, * Adam est libre désormais * grâce à ton enfantement, divine Epouse immaculée, * car toi seule, tu as enfanté, * en dépassant la nature et la raison, * par l’union de sa personne avec la chair ** la véritable Vie personnifiée.

    A la petite entrée :
    1. Tropaire du dimanche, ton 8 : Tu es descendu des hauteurs, ô Plein de bonté ! * Tu as accepté l’ensevelissement de trois jours, * afin de nous délivrer de nos passions, ** ô notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi !p
    2. Tropaire des Martyrs, ton 5 : Ornements de ceux qui ont souffert pour le Christ, * vous qui fûtes les yeux de l’Église du Christ, * illuminez les yeux de nos âmes, * Serge le très-éprouvés et Bacchus le très-glorieux. * Priez le Seigneur, pour que nous fuyions les ténèbres du péché * et que nous devenions participants à la lumière sans déclin ** par vos saintes prières.
    3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
    4. Kondakion des Martyrs, ton 2 : Avec courage ayant affronté les ennemis, * vous avez fait détruit leur tromperie * et d’en haut ayant reçu la victoire, illustres Martyrs, * d’un même cœur vous vous êtes écriés : ** il est bon et agréable d’habiter avec Dieu.
    5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
    6. Kondakion du dimanche, ton 8 : Ressuscité du tombeau, Tu as relevé les morts * et ressuscité Adam ; * Eve exulte en ta résurrection ** et les confins du monde célèbrent ** ta résurrection d’entre les morts, ô Très-miséricordieux.

    Prokimen
    Du dimanche, ton 8 :
    ℟. Prononcez des vœux et accomplissez-les pour le Seigneur, notre Dieu (Psaume 75, 12).
    ℣. Dieu est connu en Judée, en Israël son Nom est grand (Psaume 75, 2).
    Des Martyrs, ton 4 :
    ℟. Pour les saints qui sont sur sa terre, le Seigneur a rendu merveilleuse toutes ses volontés (Psaume 15, 3).

    Epîtres
    Du dimanche : 2 Corinthiens (§ 182) VI, 16 – VII, 1.
    Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu dit lui-même : J’habiterai en eux, et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
    [Des Martyrs : Hébreux (§ 330) XI, 33 – XII, 2.]

    Alleluia
    Du dimanche, ton 8 :
    ℣. Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons le Dieu qui nous sauve (Psaume 94, 1).
    ℣. Allons devant lui en actions de grâces, au son des musiques, acclamons-le (Psaume 94, 2).
    Des Martyrs :
    ℣. Voyez comme il est bon, comme il est doux d’habiter en frères tous ensemble ! (Psaume 133, 1)

    Evangile
    Du dimanche : Luc (§ 30) VII, 11-16.
    En même temps le mort se leva en son séant, et commença à parler ; et Jésus le rendit à sa mère.
    [Des Martyrs : Luc (§ 106) XXI, 12-19.
    Car je vous donnerai moi-même une bouche et une sagesse à laquelle tous vos ennemis ne pourront résister, et qu’ils ne pourront contredire]

    Verset de communion
    Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1).
    Des Martyrs : Réjouissez-vous, justes, dans le Seigneur ; aux cœurs droits convient la louange (Psaume 32, 1). Alleluia, alleluia, alleluia.

    Programme de la solennité de saint Denys, premier évêque de Paris, & ses compagnons Rustique, prêtre, & Eleuthère, diacre, martyrs

    Saint-Eugène, le dimanche 14 octobre 2012, grand’messe de 11h.

    Saint Denis est le premier évêque de Paris, il mourut martyr avec ses compagnons saint Rustique, prêtre, et saint Eleuthère, diacre.

    Selon la Passion la plus ancienne, écrite vers 500, Denys a été envoyé de Rome en Gaule comme évêque missionnaire par le pape saint Clément, troisième successeur de saint Pierre, de 88 à 97. Parvenu à Paris avec deux disciples, Rustique & Eleuthère, Denys y construit la première cathédrale, prêche la foi véritable aux habitants et les convertit au Christ. Les autorités romaines ne tardent pas à remarquer son action. Soumis à un interrogatoire, Denys et ses compagnons se déclarent chrétiens et sont mis à mort, décapités par le glaive du bourreau. Selon la tradition, les trois saints souffrirent le martyre à Montmartre (= le mont des Martyrs). Pour empêcher que leurs dépouilles ne soient jetés dans la Seine, une aristocrate romaine encore païenne, Catulla, décide de s’en emparer par la ruse et de les ensevelir dans un champ de sa propriété au Nord de Lutèce. La tombe de saint Denys devint très tôt lieu de pèlerinage et de nombreux chrétiens se firent ensevelir au plus près de celle-ci dès la paix de l’Eglise survenue au IVème siècle sous le règne de Constantin. Sainte Geneviève fit construire vers 520 une première église sur la sépulture de saint Denys, qui devint par la suite l’Abbaye royale de Saint-Denis, lieu de sépulture des rois de France.

    Fête double de 1ère classe dans l’archidiocèse de Paris, la solennité extérieure en est transférée au dimanche qui suit le 9 octobre.

  • Propre du jour chanté en vieux plain-chant parisien – Kyriale de la messe VIII – De Angelis
  • Procession d’entrée: Beatus vir qui timet Dominum – Psaume 111 – Faux-bourdon parisien du IVème ton
  • Introït – Annuntiate inter gentes (ton iii.)
  • Graduel – Gloria vestra sumus (ton i.)
  • Alleluia – Beatus vir sanctus Dyonisius (ton v.)
  • Prose parisienne – Gaude prole, Græcia (ton i) – prose attribuée au roi Robert II le Pieux (972 † 1031) – selon la tradition, l’orgue figure les versets impairs
  • Credo de la Messe Royale du Ier ton d’Henry du Mont (1610 † 1684), organiste de Saint-Paul et de la reine, sous-maître de la chapelle du roi Louis XIV – propre du jour chanté en vieux plain-chant parisien
  • Offertoire – Tradidimus vobis (ton ii.)
  • Pendant les encensements de l’offertoire, Exultáte justi in Domino, motet sur le psaume 32 de Ludovico Grossi da Viadana (1564 † 1627), maître de chapelle de la cathédrale de Mantoue
  • Préface parisienne de saint Denys & de ses compagnons
  • Benedictus polyphonique – alternance du chanoine Nicolas-Mammès Couturier (1840 † 1911), maître de chapelle de la cathédrale de Langres
  • Après la Consécration : O salutaris hostia – François Giroust (1737 † 1799), maître de chapelle du roi Louis XVI
  • Pendant la communion : Adoramus te, Christe – élévation de la Missa Galeazescha, de Loyset Compère (c. 1445 † 1518), maître de la chapelle de Galeazzo Maria Sfoza, duc de Milan
  • Communion – In benedictione justorum (ton i.)
  • Prière pour la France, sur le ton royal – harmonisation traditionnelle de Notre-Dame de Paris
  • Ite missa est sur le chant du Ier Kyrie de la Messe royale du Ier ton d’Henry du Mont
  • Pendant le dernier Evangile : Ave Maria – Tomás Luis de Victoria (1540 † 1611), maître de chapelle de l’impératrice Marie
  • Procession de sortie : Christus vincit – Plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse, harmonisation du chanoine Gaston Roussel (1913 † 1985), curé de Port-Marly, maître de chapelle de la cathédrale de Versailles
  • Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Programme du XVIème dimanche après la Pentecôte – saint Grégoire l’Illuminateur de la Grande Arménie – ton 7

    Saint Grégoire l'Illuminateur et le baptême de l'ArménieParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 13 octobre 2013 du calendrier grégorien – 30 septembre 2013 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

    Dimanche du ton VII de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour le saint hiéromartyr Grégoire, illuminateur de la Grande Arménie.

    Saint Grégoire l’Illuminateur (en arménien Գրիգոր Ա Լուսաւորիչ, en grec Γρηγόριος Φωστήρ) (c. 257 † 331) est le saint qui a évangélisé l’Arménie et qui en a été le premier catholicos. Issu de la noblesse, et proche parent du roi d’Arménie, Grégoire reçut le saint baptême dans la ville de Césarée de Cappadoce, où il fut par la suite sacré évêque pour l’Arménie par le métropolite Léonce de Césarée. Ayant quité Césarée avec les reliques de saint Jean-Baptiste et du saint martyr Athanagène, Grégoire fut persécuté pour sa foi dès son retour dans son pays & connut d’abord près de quinze ans de cachot, mais à la suite d’une maladie du roi, il revint en grâce auprès du souverain, obtenant de Dieu sa guérison corporelle, ce qui entraîna la guérison de son âme par la conversion & le baptême. La conversion du roi Tiridate entraîna la conversion rapide et massive de la population. En 301, le Christianisme est déclaré religion d’état, ce qui fait de l’Arménie la première nation au monde (si on omet l’éphémère royaume d’Edesse du roi Agbar) à adopter le christianisme comme religion d’Etat, 75 ans avant l’empire romain. En 303, Saint Grégoire construisit une cathédrale dans la ville de Vagharshapat, la nommant Echmiadzin. Il s’agit toujours de nos jours du siège du catholicosat arménien. Après ses multiples travaux apostoliques, Grégoire se retira dans une grotte, au nord du confluent des deux branches de l’Euphrate et y mourut en paix, vers 326, reconnu comme l’apôtre de l’Arménie. L’histoire de saint Grégoire et de la conversion du roi Tiridate fut mise très tôt par écrit par l’historien Agathange.

    Pendant plus d’un siècle, la direction de l’Eglise arménienne se transmis dans la descendance de saint Grégoire. Afin d’assurer la vie de l’Église, Grégoire avait consacré évêque son fils Aristakès, auquel succéda son autre fils Vertanès. Les deux fils de ce dernier furent évêques, l’aîné Houssik fut catholicos d’Arménie, puis à sa suite son petit-fils saint Nersès le Grand & son arrière petit-fils Sahak.

    Reliquaire de la dextre de saint Grégoire l'IlluminateurL’Église Arménienne a consacré trois fêtes à saint Grégoire l’Illuminateur : celle de son supplice et de son entrée dans le cachot, celle de la sortie du cachot profond et celle de l’invention des reliques de Saint Grégoire l’Illuminateur, le samedi avant le 4e dimanche après la Pentecôte.

    Le canon de matines de la fête de saint Grégoire dans le rit byzantin chante également au dernier tropaire de chaque ode, outre saint Grégoire l’Illuminateur lui-même, la sainte martyre Rhipsimé (ou Hripsimé, en arménien Հռիփսիմէ). Vierge romaine convoitée par le roi arménien Tiridate IV, celui-ci, devant son refus, la fit mettre à mort en 301. La langue de Rhipsimé fut arrachée, son estomac ouvert, elle fut aveuglée puis tuée, et son corps fut taillé en morceaux. Le Christ apparut ensuite à saint Grégoire l’Illuminateur, lui indiquant l’endroit du martyre de Rhipsimé, où Grégoire fit alors élever un martyrium, détruit au VIIème siècle et remplacé par l’actuelle église Sainte-Hripsimé d’Etchmiadzin.

    Aux heures
    A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche, ton 7. Gloire au Père. Tropaire du hiéromartyr. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du dimanche.

    Tropaires des Béatitudes : 6 tropaires du dimanche, ton 7, & 4 tropaires de la 3ème ode du canon du hiéromartyr :
    1. Il est beau à voir & bon à manger, * le fruit qui a causé mon trépas ; * mais le Christ est cet arbre de vie * dont je puis manger sans mourir ; * & je crie avec le bon Larron : ** Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.
    2. Dieu de tendresse, mis en croix, tu effaças * la cédule de l’antique péché d’Adam ; * de l’erreur tu sauvas l’ensemble des mortels : ** aussi nous te chantons, Bienfaiteur & Seigneur.
    3. Sur le croix, Dieu de tendresse, tu clouas nos péchés, * par ta mort tu triomphas de la mort ; * d’entre les morts tu éveillas les trépassés ; * aussi nous nous prosternons devant ta sainte Résurrection.
    4. Dans les oreilles d’Eve le serpent injecta son venin, * mais le Christ sur l’arbre de la croix * fit jaillir pour le monde la douceur de la vie. ** Souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton royaume.
    5. Au sépulchre on te dépose comme un mortel, * ô Christ, universelle Vie, * mais de l’Enfer ayant brisé les verrous, * tu ressuscites le troisième jour * avec gloire & puissance, illuminant le monde entier : * gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection.
    6. Ressuscité d’entre les morts le troisième jour, * le Seigneur donne aux Disciples sa paix ; * les bénissants, il les envoie et leur dit : * Amenez tous les hommes au royaume de Dieu.
    7. Par les soufflets qu’ont reçus tes joues * tu brisas les mâchoires des lions spirituels * et par les flots de ton sang * tu arrêtas le sang offert aux démons ; * de fond en comble tu renversas ** les stèles des idoles, Père digne d’admiration.
    8. Ni l’intensité de tes malheurs * ni les pires châtiments * ni ta longue captivité * dans la fosse ténébreuse ne vinrent à bout * de ton âme bien trempée, ** admirable Martyr.
    9. A tes yeux tu n’as donné, * saint Martyr, de repos * que tu n’aies converti en fils du jour * ceux qu’avait pris misérablement * le sommeil du péché ** et qu’ils chantent : Seigneur, tu es saint.
    10. La martyre Rhipsimé, * sachant que tu étais * la virginale Mère de Dieu, * fut charmée par ta beauté * et dans la splendeur de ses combats ** à ta suite fut présentée au Christ.

    A la petite entrée :
    1. Tropaire du dimanche, ton 7 : Tu as détruit la mort par ta croix, * ouvert au Larron le Paradis ; * changé en joie les pleurs des myrrophores * et ordonné aux apôtres de prêcher. * Tu es ressuscité, ô Christ Dieu, ** donnant au monde ta grande miséricorde !
    2. Tropaire du hiéromartyr, ton 4 : Émule des Apôtres dans leur vie, leur successeur sur leurs trônes, * tu as trouvé dans la pratique des vertus, ô inspiré de Dieu, la voie qui mène à la contemplation. * Aussi, dispensant fidèlement la parole de vérité, * tu as lutté pour la foi jusqu’au sang, * hiéromartyr Grégoire, * prie le Christ Dieu ** afin qu’il sauve nos âmes.
    3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
    5. Kondakion du hiéromartyr, ton 2 : L’illustre hiérarque qui souffrit pour la vérité, * en ce jour, fidèles, célébrons-le par des cantiques & des hymnes, * ce pasteur vigilant et docteur Grégoire, * ce flambeau qui éclaire le monde et ce champion : ** car il prie le Christ pour que nous soyons sauvés.
    6. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
    7. Kondakion du dimanche, ton 7 : Désormais la force de la mort est impuissante à retenir les mortels, * car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissances de la mort ; * l’Enfer est enchaîné, * les Prophètes tous ensemble se réjouissent. * Le Sauveur, disent-ils, est apparu à ceux qui demeurent dans la foi ; ** venez, fidèles, prendre part à la Résurrection.

    Prokimen
    Du dimanche, ton 7 :
    ℟. Le Seigneur donne la puissance à son peuple, le Seigneur bénit son peuple dans la paix (Psaume 28, 11).
    ℣. Rendez au Seigneur, fils de Dieu, rendez au Seigneur la puissance & la gloire (Psaume 28, 1).
    [Du hiéromartyr, ton 7 :
    ℟. Elle a du prix aux yeux du Seigneur, la mort de ses serviteurs (Psaume 115, 5).]

    Epîtres
    Du dimanche : 2 Corinthiens (§ 181) VI, 1-10.
    Mais agissant en toutes choses comme des ministres de Dieu, nous nous rendons recommandables par une grande patience dans les maux, dans les nécessités, et dans les extrêmes afflictions.
    [Du hiéromartyr : 1 Corinthiens (§ 166) XVI, 13-24.]

    Alleluia
    Du dimanche, ton 7 :
    ℣. Il est bon de rendre grâce au Seigneur, de chanter pour ton Nom, ô Très-Haut, (Psaume 91, 1)
    ℣. de publier au matin ton amour, ta fidélité au long des nuits (Psaume 91, 2).
    [Du hiéromartyr
    ℣. Que tes prêtres soient revêtus de justice, et que tes saints tressaillent de joie (Psaume 131, 9).]

    Evangile
    Du dimanche : Luc (§ 26) VI, 31-36.
    Mais pour vous, aimez vos ennemis, faites du bien à tous, et prêtez sans en rien espérer ; et alors votre récompense sera très-grande ; et vous serez les enfants du Très-Haut, parce qu’il est bon aux ingrats mêmes et aux méchants.
    [Du hiéromartyr : Matthieu (§ 103) XXIV, 42-47.]

    Verset de communion
    Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1).
    Du hiéromartyr : La mémoire du juste sera éternelle (Psaume 111, 6). Alleluia, alleluia, alleluia.

    Un message du cardinal Burke

    Son Eminence le cardinal BurkeChers pèlerins Summorum Pontificum,

    Votre pèlerinage annuel à Rome approche. En ces temps de préparation spirituelle à cet événement, sachez que j’implore la bénédiction de la Très Sainte Trinité pour vous, afin que vous receviez une abondance de grâces dès maintenant, et surtout lors des Offices liturgiques auxquels vous participerez dans la Ville éternelle fin octobre.

    Que la ferveur de votre prière et de votre foi, qui trouveront un nouvel élan auprès de la chaire de saint Pierre, soit le gage de nombreuses bénédictions pour vous, pour vos proches, et en premier lieu pour le Saint-Père et pour la sainte Église.

    Que Dieu vous bénisse !

    Raymond Leo Cardinal Burke
    Le 5 octobre 2013

    Source : Cœtus Summorum Pontificum