Le Codex Calixtinus bientôt retrouvé ?

C’est ce que laisse entendre l’archiviste de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, l’Abbé Segundo Pérez, qui a indiqué à la presse de Zamora que la police tenait des pistes sérieuses, lesquelles permettrait de retrouver le précieux manuscrit.

Le Codex Calixtinus, appelé encore Liber Sancti Jacobi ou Livre de Saint Jacques, était un précieux manuscrit conservé à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle jusqu’à son vol spectaculaire annoncé le 5 juillet 2011, lequel vol avait suscité une vive émotions. Ce codex est une compilation de textes anciens à la gloire de saint Jacques le Majeur, réalisé par un français aux alentours de 1140. L’exemplaire de Compostelle a dû être écrit vers 1150 et l’on possède à Barcelone une copie datée de 1173.

L’ouvrage comprend cinq livres. Le premier d’entre eux contient l’office de saint Jacques & de nombreuses pièces liturgiques. ainsi que des chants de pèlerins et des sermons. Cette partie de l’ouvrage est fondamentale pour la connaissance de la musique liturgique médiévale. Outre l’office & la messe de saint Jacques, cette partie du recueil contient également une vingtaine de pièces polyphoniques, parmi les premières dont la notation nous soient parvenues, et qui témoigne d’une virtuosité vocale somptueuse ainsi que de l’art consommé d’un contrepoint subtil. C’est là – entre autres trésors – que l’on trouve la toute première notation d’une pièce à trois voix, le Congaudeant catholici, signé d’un certain maître Albert des Parisiens (Magister Albertus Parisiensis, chantre à Notre-Dame). Cet exemple est unique même si l’écriture en est encore assez gauche. L’ensemble de cette partie du manuscrit, compilation des meilleures pièces du répertoire des cathédrales françaises du XIIème siècle, révèle un très haut niveau de culture vocale, et semble avoir eu une valeur exemplaire : sans doute s’agissait-il de favoriser la diffusion du rit romain en Espagne, où avait cours jusqu’alors la liturgie mozarabe. Peut-être faut-il aussi rappeler ici que de ces toutes premières constructions polyphoniques est sortie toute la musique occidentale ultérieure.

Pour se rendre compte de la beauté des pièces polyphoniques du Codex Calixtinus et de leur complexité, voici un Benedicamus Domino en organum, par Marcel Pérès et l’Ensemble Organum, tiré du CD Vêpres de saint Jacques de Compostelle :

Voici l’un des plus fameux chant des pélerins jacquaires du XIIème siècle, Dum Pater familias, par les mêmes interprètes :

Un répons avec parties en organum :

Et enfin le Congaudeant catholici dont nous faisions allusion plus haut :

Le IInd livre du Codex Calixtinus présente une liste des miracles opérés par saint Jacques, pour la plupart datés des XIème & XIIème siècles. Le IIIème livre rapporte l’histoire des travaux évangéliques de saint Jacques et de la translation de son corps après sa mort jusqu’à Compostelle. Le IVème livre présente une histoire de Charlemagne et de Roland. Enfin, le Vème & dernier livre se présente sous la forme d’un étonnant guide touristique pour les pèlerins de Compostelle, le premier du genre.

L’ouvrage, bien connu & étudié, est de ce fait impossible à introduire dans un circuit « commercial » normal par son voleur, qui parait avoir été bien renseigné sur la disposition des lieux dans la cathédrale de Compostelle, déjouant 5 caméras de surveillance. Juste après le vol, divers bruits avaient couru indiquant que le voleur, repenti, souhaitait restituer l’ouvrage. Souhaitons que la police espagnole mette rapidement un terme à ce vol honteux.

Source : Religion Digital

Un commentaire à propos de “Le Codex Calixtinus bientôt retrouvé ?

Laisser un commentaire