Vous êtes chanteurs ou instrumentistes et vous souhaitez vous engager au service de la liturgie traditionnelle, n’hésitez pas à nous rejoindre !

La Schola Sainte Cécile chante dans la basilique Saint-Pierre de Rome au Vatican

Nous offrons des cours de chant gratuits chaque samedi de 16h30 à 17h30 : travail du souffle, pose de voix, vocalises, découverte du chant grégorien et du chant polyphonique.

Les Petits Chantres de Sainte Cécile - maîtrise d'enfants

Votre enfant a entre 8 et 15 ans et souhaite chanter ? Inscrivez-le aux Petits Chantres de Sainte Cécile (filles et garçons). Répétitions le mercredi à 18h30 et le dimanche à 10h30.

Retrouvez les partitions que nous éditons, classées par temps liturgique ou par compositeur. Elles sont téléchargeables gracieusement.

Programme du IXème dimanche après la Pentecôte

IXème dimanche après la Pentecôte - Jésus chasse les marchands du TempleSaint-Eugène, le dimanche 21 juillet 2024, grand’messe de 11h. Secondes vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Jésus pleure sur Jérusalem & chasse les marchands du temple.

Quiconque a lu l’histoire de la chute de Jérusalem survenue sous les chefs romains Vespasien et Titus, reconnaît cette ruine que le Seigneur a décrite en pleurant. N’est-ce pas les chefs romains qu’il dénonce quand il dit : “Car des jours viendront sur toi, où tes ennemis t’entoureront de tranchées” ? Et ces paroles aussi : “Ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre”, témoignent du déplacement même de cette ville. Car si maintenant elle a été reconstruite en dehors de la porte, là où le Seigneur fut crucifié, c’est que la Jérusalem antérieure a été renversée de fond en comble, comme il est dit.
Sermon de saint Grégoire, pape, VIIème leçon des vigiles nocturnes de ce dimanche, au second nocturne.

*

A la sainte messe :

IIndes vêpres du IXème dimanche après la Pentecôte. Au salut du Très-Saint Sacrement :

  • Motet d’exposition : Ave verum, VIème ton
  • A la Bienheureuse Vierge Marie : Ave Maria, du Ier ton
  • Prière pour Notre Saint Père le Pape : Tu es Petrus du VIIème ton
  • A la bénédiction du Très-Saint Sacrement : Tantum ergo du IIIème ton
  • Chant d’action de grâces : Adoremus in æternum Sanctissimum Sacramentum, VIème ton

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des IIndes vêpres du dimanche.
Télécharger le livret des IIndes vêpres et du salut du Très-Saint Sacrement propre à ce dimanche au format PDF.

Carl Heinrich Bloch : Jésus chasse les marchands du Temple

Programme du VIIIème dimanche après la Pentecôte

Saint-Eugène, le dimanche 14 juillet 2024, grand’messe de 11h. Secondes vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

L’économe infidèle.

On comprend la suite : Celui qui est fidèle pour très peu de chose, ce qui veut dire pour le plan charnel, sera fidèle aussi pour beaucoup, ce qui veut dire pour le plan spirituel. Mais celui qui est malhonnête pour très peu qui ne met pas au service de ses frères ce que Dieu a créé pour tous, celui-là sera malhonnête aussi dans le partage des richesses spirituelles, car il ne dispensera pas la doctrine selon les besoins, mais selon les personnes. “Or, dit le Seigneur, si vous ne dispensez pas bien les richesses matérielles et caduques, qui donc vous confiera les vraies et éternelles richesses de la doctrine divine ?”
Homélie de saint Jérôme, prêtre, IXème leçon des vigiles nocturnes de ce dimanche, au troisième nocturne.

L’introït de la messe de ce dimanche, – Suscepimus, Deus, misericordiam tuam, in medio templi tui – Nous avons reçu, Dieu, ta miséricorde au milieu de ton temple -, tiré du psaume XLVII, a été ultérieurement réutilisé au VIIIème siècle pour servir également d’introït à la messe de la Purification le 2 février, lorsque cette fête fut instituée à Rome.

Par ailleurs, l’antienne de communion de ce dimanche – Gustate & videte quoniam suavis est Dominus – Goutez & voyez combien doux est le Seigneur – est tirée du psaume XXXIII. Au IVème siècle, ce psaume eucharistique par excellence était universellement chanté à la communion, tant en Orient comme en Occident, et il en subsiste des traces nombreuses dans les différents rits de toute la Chrétienté. Il est possible que l’antienne de ce jour soit un témoin pour le rit romain de cet usage primitif.

A la messe :

IIndes vêpres du VIIIème dimanche après la Pentecôte. Au salut du Très-Saint Sacrement :

  • Motet d’exposition : Ave verum, VIème ton
  • A la Bienheureuse Vierge Marie : Salve Regina – solennel, du Ier ton
  • Prière pour Notre Saint Père le Pape : Tu es Petrus du VIIème ton.
  • A la bénédiction du Très-Saint Sacrement : Tantum ergo du IIIème ton.
  • Chant d’action de grâces : Hymne Te decet hymnus – hymne de la liturgie byzantine à matines, vêpres & complies, employée par saint Benoît à la fin du troisième nocturne des dimanches dans l’office monastique (cf. Règle de saint Benoît XI, 10)

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des IIndes vêpres du dimanche.
Télécharger le livret des IIndes vêpres et du salut du Très-Saint Sacrement propre à ce dimanche au format PDF.

Programme du VIIème dimanche après la Pentecôte

Saint-Eugène, le dimanche 7 juillet 2024, grand’messe de 11h. Secondes vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Vous les reconnaitrez à leurs fruits

Le Seigneur nous recommande d’évaluer aux fruits des œuvres les paroles de flatterie et les apparences de douceur et de n’apprécier personne tel qu’il se dépeint en paroles, mais bien tel qu’il se présente par ses actes ; car la rage du loup se couvre chez plus d’un de la peau du mouton. Les épines ne produisent pas de raisins, ni les chardons des figues, et les arbres mauvais ne donnent pas de bons fruits : le Seigneur nous enseigne par là que la réalité des bonnes œuvres ne consiste pas en de telles apparences, et qu’il faut donc reconnaître chacun à ses fruits. Car ce n’est pas uniquement le zèle en paroles qui obtiendra le Royaume des Cieux et ce n’est pas celui qui dit : “Seigneur, Seigneur” qui en recueillera l’héritage.
Homélie de saint Hilaire, évêque, VIIème leçon des vigiles nocturnes de ce dimanche, au troisième nocturne.

Ce dimanche, à la sainte messe, la Schola Sainte Cécile a la joie d’accueillir le chœur des Cantores Sanctæ Mariæ de Londres qui interprètera sous la direction de Martin Toyer un programme de musique sacrée de la Renaissance, dont le sommet est la Missa Præter rerum seriem de Georges de La Hele (1547 † 1586). Celui-ci fut maître de chapelle du roi Philippe II d’Espagne, et dirigea de 1582 à sa mort la fameuse Capilla Flamenca (la « Chapelle flamande » fondée à Madrid par Charles Quint en 1515). Sa Missa Præter rerum seriem est fondée sur le motet à 6 voix composé par Josquin des Prez (1440 † 1521) ; elle est écrite à 7 voix (8 pour le dernier Agnus Dei)

A la sainte messe :

Programme de la fête du Précieux Sang

Saint-Eugène, le dimanche 30 juin 2024, premières vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45, le lundi 1er juillet 2024, grand’messe de 19h.

L’amour et la dévotion au Précieux Sang de Notre Seigneur est présent dès les Epîtres de saint Paul et dans les écrits des Pères de l’Eglise. Ils constituent une méditation sur le sacrifice parfait du Fils de Dieu, qui éteint les vains sacrifices qui, depuis celui d’Abel le Juste, étaient incapables de restaurer pour nous la pleine communion avec le Père Eternel, communion rompue depuis le péché originel. En Occident, la dévotion envers le Très-Précieux Sang s’est développée tant sous l’impulsion de plusieurs mystiques (sainte Catherine de Sienne ou sainte Marie-Madeleine de Pazzi par exemple) que sous celle de nombreux miracles eucharistiques. L’institution en 1849 de la fête du Précieux Sang, qui est comme un complément liturgique de la Fête-Dieu (elle-même complément du Jeudi Saint) revient au Bienheureux Pie IX, lorsque le Pape, chassé de Rome par les révolutionnaires de 1848, revint de son exil de Gaète.

En voici le récit que dom Guéranger fait des circonstances de son institution :

Nous ne devons pas omettre de rappeler ici que cette fête est le monument de l’une des plus éclatantes victoires de l’Église au dernier siècle. Pie IX avait été chassé de Rome, en 1848, par la Révolution triomphante ; dans ces mêmes jours, l’année suivante, il voyait rétablir son pouvoir. Les 28, 29 et 30 juin, sous l’égide des Apôtres, la fille aînée de l’Église, fidèle à son glorieux passé, balayait les remparts de la Ville éternelle ; le 2 juillet, fête de Marie, s’achevait la conquête. Bientôt un double décret notifiait à la Ville et au monde la reconnaissance du Pontife, et la manière dont il entendait perpétuer par la sainte Liturgie le souvenir de ces événements. Le 10 août, de Gaète même, lieu de son refuge pendant la tourmente, Pie IX, avant d’aller reprendre le gouvernement de ses États, s’adressait au Chef invisible de l’Église et la lui confiait par l’établissement de la fête de ce jour, lui rappelant que, pour cette Église, il avait versé tout son Sang. Peu après, rentré dans sa capitale, il se tournait vers Marie, comme avaient fait en d’autres circonstances saint Pie V et Pie VII ; le Vicaire de l’Homme-Dieu renvoyait à celle qui est le Secours des chrétiens l’honneur de la victoire remportée au jour de sa glorieuse Visitation, et statuait que la fête du 2 juillet serait élevée du rite double-majeur à celui de seconde classe pour toutes les Églises : prélude à la définition du dogme de la Conception immaculée, que l’immortel Pontife projetait dès lors, et qui devait achever l’écrasement de la tête du serpent.”

L’institution de cette fête demeure ainsi un monument des vicissitudes de l’Eglise et de l’assistance qu’elle reçoit de son divin fondateur. La fête du Précieux Sang avait été instituée initialement au premier dimanche de juillet. Saint Pie X, afin d’alléger le calendrier en fêtes mobiles de dévotion, la déplaça au 1er juillet, lui faisant prendre la place de l’octave de saint Jean-Baptiste (qui avait annoncé l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde).

Ières vêpres de la fête du Très-Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ & mémoire du VIème dimanche après la Pentecôte :

Télécharger le livret des Ières vêpres de la fête du Précieux Sang et du salut du Très-Saint Sacrement au format PDF.
Télécharger le livret de la mémoire du VIème dimanche après la Pentecôte au format PDF.
Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

Programme de la solennité des saints Pierre & Paul

Saint-Eugène, le dimanche 30 juin 2024, grand’messe de 11h. Premières vêpres de la fête du Très-Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Mémoire du VIème dimanche après la Pentecôte.

Sans doute, frères bien-aimés, le reste du monde prend part à toutes nos solennités saintes ; et la piété d’une même foi demande qu’on célèbre en tous lieux, avec une joie commune, ce qui s’est accompli pour le salut de tous. Néanmoins la fête d’aujourd’hui, en plus de ce respect qui lui est acquis par toute la terre, doit être en notre Ville le sujet d’une vénération spéciale, accompagnée d’une particulière allégresse : de sorte que là où les deux principaux Apôtres sont morts si glorieusement, il y ait, au jour de leur martyre, une plus grande explosion de joie. Car ce sont là, ô Rome, les deux héros qui ont fait resplendir à tes yeux l’Évangile du Christ ; et c’est par eux que toi, qui étais maîtresse d’erreur, tu es devenue disciple de la vérité.
Sermon de saint Léon, pape, IVème leçon des vigiles nocturnes de cette fête, au second nocturne.

A la messe :

  • Procession d’entrée : Tu es Petrus – ancien répons en l’honneur de saint Pierre chanté à Rome lors du pèlerinage aux tombeaux des Saints Apôtres
  • Introït – Nunc scio vere (ton iii.)
  • Kyrie : de la Missa Gaudeamus omnes de François Cosset (c. 1610 † c. 1673), maître de chapelle des cathédrales de Laon, Reims et Paris – La Missa ad imitationem moduli « Gaudeamus omnes » de François Cosset est connue pour avoir été la messe préférée du roi Louis XIV. Dans le Catalogue de sa collection de musique, décrivant les messes de François Cosset imprimées chez Ballard, Sébastien de Brossard (1655 † 1730, maître de chapelle des cathédrales de Stras-bourg, puis de Meaux sous Bossuet) donne en effet la précision suivante :
    “Il y a encor plusieurs autres messes imprimées du même auteur, et toutes fort estimées, entre autres une ad imitationem moduli Gaudeamus, et dont la musique est si excellente qu’on ne se lasse jamais de l’entendre et qu’on n’en chante jamais d’autre à la chapelle du roy.”
  • Gloria VIII
  • Graduel – Constitues eos (ton v.)
  • Alleluia – Tu es Petrus (ton ii.)
  • Séquence Te laudamus, o Regnator – Au propre de Paris, texte de Simon Gourdan (1646 † 1729), chanoine de Saint-Victor – selon la tradition, l’orgue figure les versets impairs
  • Credo III
  • Offertoire – Constitues eos (ton iii.)
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Dixit Dominus (H. 197) de Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de chapelle de Mademoiselle de Guise, du Dauphin, des Jésuites et de la Sainte Chapelle
  • Sanctus, Benedictus et Agnus Dei de la Missa Gaudeamus omnes de François Cosset
  • Pendant la communion : Aurea luce – Hymne de la fête, à vêpres – texte d’Elpis (IVème–Vème s.) & de saint Paulin d’Aquilée (c. 730 † 802) – alternances d’orgue, de plain-chant et de musique selon Henry du Mont (1610 † 1684), maître de la chapelle du roi Louis XIV, organiste de Saint-Paul et du duc d’Anjou (Cantica sacra – 1652)
  • Communion – Tu es Petrus (ton vi.)
  • Prière pour la France, sur le VIème ton royal – harmonisation traditionnelle de Notre-Dame de Paris
  • Ite missa est VIII
  • Au dernier Evangile : Salve Regina
  • Procession de sortie : Chantez, voix bénies – Hymne officiel de l’Etat du Vatican, composé initialement en l’honneur de Sa Sainteté le Bienheureux Pape Pie IX – paroles de Louis Gallet – musique de Charles Gounod (1818 † 1893)

Ières vêpres de la fête du Très-Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ & mémoire du VIème dimanche après la Pentecôte :

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des Ières vêpres de la fête du Précieux Sang et du salut du Très-Saint Sacrement au format PDF.
Télécharger le livret de la mémoire du VIème dimanche après la Pentecôte au format PDF.

Vocation de saint Pierre et de saint André, Milan, Miniature, Giovanni Antonio Decio

Guiovanni Antonio Decio - Vocation de saint Pierre et de saint André.
Guiovanni Antonio Decio – Vocation de saint Pierre et de saint André.

Cette initiale D, découpée d’un graduel, est ornée d’une miniature qui représente la vocation de saint Pierre et de saint André son frère par le Christ, qui fit d’eux ses tous premiers disciples, selon ce passage tiré de l’évangile selon saint Matthieu :

Or Jésus marchant le long de la mer de Galilée, vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient leur filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs ; et il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. Aussitôt ils quittèrent leurs filets, et ils le suivirent.
(Matthieu IV, 18-20)

Le début des paroles du Christ dans le texte de saint Matthieu est peint dans un phylactère : Venite post mesuivez-moi.

Venite post me.
Venite post me.

Au delà de la scène du Christ appelant Pierre et et André son frère à le suivre, l’artiste a représenté les rives du Lac de Galilée dans un paysage idéal peint avec une rare précision (qui le rapproche des travaux similaires exécutés par le Maître de l’Antiphonaire Q de San Giorgio Maggiore et dans les œuvres par Pisanello)

La vocation de saint Pierre et de saint André par Giovanni Antonio Decio - Détails du paysage.
Le paysage.

Fait plutôt rare, mais qui se répand en Italie septentrionale au début de la Renaissance, l’artiste a signé sa miniature : Une petite inscription à gauche de l’initiale D indique :
1480
IO[HANNES] AN[TONIUS] DE
DEXIO F[ECIT].

Giovanni Antonio Decio - Signature de l'Artiste.
Giovanni Antonio Decio – Signature de l’Artiste.

D’une famille d’enlumineurs de Milan, Giovanni Antonio Decio a illuminé des livres de choeur, comme celui auquel appartenait ce découpage, et était également sculpteur. Il est surtout connu pour avoir œuvré comme sculpteur sur le monument funéraire du premier duc de Milan, Gian Galeazzo Visconti (qui régna de 1395 à 1402), tombeau érigé à la Chartreuse de Pavie environ un siècle après la mort du duc.

Cette miniature découpée fait aujourd”hui partie d’une collection privée à San Francisco aux Etats-Unis. On pourrait s’étonner qu’un D puisse être une lettrine pour un office de saint Pierre, car aucuns de ceux-ci ne commencent par cette lettre dans le rit romain. Cependant, l’ingressa (= l’introït) de la messe de la fête de saint Pierre et saint Paul au 29 juin dans le rit ambrosien qui a cours à Milan commence justement par un D (Dicit Dominus PetroLe Seigneur dit à Pierre). Il est donc probable que cette miniature découpée provienne d’un Antiphonale Missarum Mediolanensis, un graduel de Milan pour le chant de la messe en rit ambrosien.

 

La vocation de saint Pierre et de saint André par Giovanni Antonio Decio - Vue générale de la lettrine
Vue générale de la lettrine de Giovanni Antonio Decio

On admirera aussi la beauté des entrelacs :

La vocation de saint Pierre et de saint André par Giovanni Antonio Decio - la beauté des entrelacs
Détails des entrelacs.

Programme du dimanche de tous les saints – ton 8

Paroisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 30 juin 2024 du calendrier grégorien – 17 juin 2024 du calendrier julien, office de matines de la Résurrection à 9h.

LE DIMANCHE DE TOUS LES SAINTS
ВСЕХ СВЯТЫХ

Le Ier dimanche après la Pentecôte, le rit byzantin célèbre la fête de tous les saints.

De même que c’est la dédicace du Panthéon en basilique Sainte-Marie-des-Martyrs au VIème siècle qui est à l’origine de la fête de tous les saints dans le rit romain, de même c’est la dédicace de l’église de Tous les Saints par l’empereur Léon VI le Sage (886 † 912) à Constantinople, près de l’église des Douze Apôtres, qui est à l’origine de la fête de ce dimanche dans le rit byzantin. Pour la petite histoire, cette église fut construite par Léon VI le Sage afin d’abriter les reliques de son épouse Théophanô, morte ascète au couvent des Blachernes en odeur de sainteté. Par ses reliques s’accomplissaient des miracles, mais l’empereur répugna à dédier la nouvelle église à sa première épouse.

Le Synaxaire de Nicéphore Calliste Xanthopoulos (XIVème siècle) explique que la fixation de la fête de tous les saints au dimanche qui suit la Pentecôte exprime que l’Esprit-Saint est la source de toute sainteté. Il fait aussi remarquer que le cycle pascal se conclut par cette fête, ayant démarré par le récit de la création et de l’expulsion d’Adam au dimanche de la Tyrophagie ; puis, au travers de la croix, de la passion, de la résurrection, de la descente du Saint-Esprit et de la révélation de la Trinité, le cycle mobile du Triode a exposé le plan d’amour de Dieu pour sauver l’homme : l’économie du salut, laquelle voit sa conclusion naturelle par la sanctification des disciples du Christ.

L’office de tous les saints se combine avec celui du dimanche, ton 8.

Par les prières de ta Mère immaculée et de tous les saints, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous, dans ton unique bonté & ton amour pour les hommes. Amen.

A matines

Versets du matin, ton 8
1. Tropaire du dimanche, ton 8 : Tu es descendu du lieu très-haut, toi qui es compatissant. * Tu as souffert l’ensevelissement durant trois jours, * pour nous libérer des passions. ** Notre vie et notre résurrection, Seigneur, gloire à toi ! (deux fois)
2. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
3. Tropaire de tous les saints, ton 4 : Parée du sang de tes martyrs du monde entier * comme de pourpre et de lin, * ton Église te clame par leur intercession, ô Christ Dieu : * “Étends ta compassion sur tes fidèles ; ** accorde la paix à ton peuple et à nos âmes la grande miséricorde.”
4. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
5. Théotokion du même ton : Le mystère caché depuis les siècles et inconnu des Anges * par toi est apparu aux hommes, ô Mère de Dieu ; * Dieu s’est incarné par une union sans confusion * et il a volontairement accepté la Croix pour nous ; * par elle ayant ressuscité le premier homme, ** Il a sauvé nos âmes de la mort.

Tropaires eulogétaires de la Résurrection, ton 5

Hypakoï du dimanche, ton 8
Les femmes myrrhophores se tenant près du tombeau du Donateur de vie, * cherchaient parmi les morts le Maître immortel ; * ayant reçu de l’ange la bonne et joyeuse nouvelle, * elles annoncèrent aux apôtres : le Seigneur est ressuscité, ** accordant au monde la grande miséricorde.

Prokimen
Du dimanche, ton 8 :
℟. Le Seigneur régnera pour les siècles ; * Il est ton Dieu, ô Sion, d’âge en âge (Psaume 145, 10).
℣. Loue le Seigneur, ô mon âme ! * Je louerai le Seigneur toute ma vie, je chanterai mon Dieu tant que je serai. (Psaume 145, 2).

Ier évangile de la Résurrection : Matthieu (§ 116) XXVIII, 16-20.
Allez donc, et instruisez tous les peuples, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.

Chant de la Résurrection (une fois). Psaume 50. Stichères du Psaume 50, ton 6.

Canon

Canon du dimanche, ton 8 (4 tropaires), œuvre de saint Jean Damascène (676 † 749), de la croix et de la Résurrection (2 tropaires), œuvre de saint Côme le Mélode, évêque de Maïouma (c. 675 † c. 787), de la Mère de Dieu (2 tropaires) alphabétique & de tous les Saints (6 tropaires), œuvre de saint Théophane le Marqué, l’Hymnographe, métropolite de Nicée (c. 778 † 845), avec l’acrostiche : « De tous les Saints, je loue la foule aux nombreux noms ». Catavasies de la Mère de Dieu, ton 4 (ton grec, tradition de Valaam).

Après la 3ème ode : Sédalène de tous les Saints, ton 8 : Célébrant la sainte mémoire de tous les Saints, * Ancêtres, Pères, Patriarches, Apôtres & Martyrs, * Pontifes, Prophètes, Justes, Ascètes & Bienheureux, * et de tous ceux dont le nom est inscrit au livre de vie, * invoquant leur protection universelle, * Christ notre Dieu, nous Te supplions ** par leurs prières donne au monde la paix.
Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
Chantons l’arche nouvelle & la porte du ciel, * la montagne sainte, la nuée lumineuse, * l’échelle céleste, la délivrance d’Eve, le Paradis mystique * et l’immense trésor de tout l’univers ; * car en elle le salut fut accompli, * de son ancienne dette le monde fut acquitté ; * c’est pourquoi nous lui crions : supplie le Christ notre Dieu * d’accorder la rémission des péchés ** à ceux qui pieusement se prosternent devant ton Fils.

Après la 6ème ode : Kondakion de tous les saints, ton 8 : Comme prémices de la nature, à Toi qui fais pousser la création, * le monde entier t’offre, Seigneur, les martyrs théophores ; * garde ton Église dans une paix profonde, par leurs supplications ** et par les prières de la Mère de Dieu, ô Très- miséricordieux.

Les Laudes, ton 8

Grande doxologie
Tropaire du dimanche (pair), ton 8

Conclusion des matines

Télécharger le livret des choristes pour ce dimanche.

Programme de la fête de la Nativité de saint Jean-Baptiste

Saint-Eugène, le dimanche 23 juin 2024, premières vêpres à 17h45 ; le lundi 24 juin 2024, grand’messe en rit romain traditionnel de 19h.

La fête de la naissance de saint Jean-Baptiste est célébrée six mois avant celle du Christ, en accord avec l’évangile de Luc, qui rapporte que la conception du Précurseur avait eut lieu six mois avant celle du Sauveur :

Et sachez qu’Élisabeth, votre cousine, a conçu aussi elle-même un fils dans sa vieillesse, et que c’est ici le sixième mois de celle qui est appelée stérile (Luc I, 36).

Aussi la fête de la Nativité de saint Jean-Baptiste est-elle aussi appelée la “Noël d’été”. On pourrait s’étonner que l’Eglise ait choisi le 24 juin plutôt que le 25 juin pour la célébrer, mais de fait la coïncidence entre les deux Noëls fonctionne si l’on utilise l’ancienne computation des dates romaines : le 24 juin est en effet le VIIIème jour des calendes de juillet et le 25 décembre le VIIIème jour des calendes de janvier.

Alors que la fête de la lumineuse & glorieuse naissance du Christ survient aux alentours du solstice d’hiver, là où la nuit est la plus noire, la fête de la nativité de saint Jean-Baptiste survient au moment du solstice d’été, lequel marque le moment où les jours recommencent à décroître. Jean-Baptiste ne disait-il pas du Christ : “Il faut qu’il croisse, et que je diminue.” (Jean III, 30).

Comme l’institution de la fête de Noël fut romaine à l’origine, il paraît bien que celle de la Noël d’été le fut également, avant de se répandre en Orient. On conserve 8 sermons de saint Augustin (354 † 430) pour cette fête. Le Sacramentaire Léonien – dont les formules remontent au pontificat de saint Léon le Grand (440-461), nous conserve pas moins de cinq messes différentes : une messe pour la vigile la veille au soir, une messe probablement de l’aurore, une messe du jour et deux messes célébrées au baptistère de Saint-Jean-de-Latran.

Le parallélisme liturgique entre les 2 Noëls est assez frappant. Comme l’Avent précède Noël, la Nativité de saint Jean-Baptiste était précédée d’un jeûne préparatoire de plusieurs semaines. Dans le sacramentaire grégorien, comme à Noël, la veille – entre none & vêpres – se célèbre la messe de la vigile (celle-ci est toujours marquée dans notre Missel Romain). Puis avait lieu une seconde messe durant la nuit ou à l’aurore (disparue de notre missel) et enfin une troisième messe du jour (l’actuelle messe de la fête), célébrée entre tierce & sexte. Comme à Pâques, les IIndes vêpres de la saint Jean étaient des vêpres stationales au cours desquelles on se rendait en procession aux fonts baptismaux.

Les trois hymnes de la fête ont été composées en action de grâce par Paul Diacre, moine du Mont-Cassin au VIIIème siècle. Celui-ci en effet avait perdu sa voix avant de chanter l’Exultet pascal et avait invoqué le secours de saint Jean Baptiste qui avait guéri par sa naissance le mutisme de son père Zacharie. La poésie distinguée de Paul Diacre, ami de Charlemagne, constitue un beau témoignage de la Renaissance Carolingienne des lettres & des Arts.

L’hymne des vêpres – Ut queant laxis – est tout à fait fameux, car il a servi à donner leurs noms aux notes de la musique. Guy d’Arezzo en effet utilisa la mélodie en usage en Italie – laquelle monte de degré en degré de l’Ut au La au début de chaque hémistiche – pour nommer les notes (le Si n’est pas dans la mélodie ; il est formé de la réunion des deux initiales Sancte Iohannes) :

Il convenait que le divin Précurseur, la Voix dont les accents révélèrent au monde l’harmonie du Cantique éternel, eût cet honneur de voir se rattacher à son nom l’organisation des mélodies de la terre. (dom Guéranger).

A noter que les Eglises de France, & à leur suite, le rit dominicain, employaient depuis le haut Moyen-Age pour cette hymne un autre ton (sa mélodie ne progresse pas en degrés successifs, à l’inverse du ton italien).

Ières vêpres de la fête de la Nativité de saint Jean Baptiste avec mémoire du Vème dimanche après la Pentecôte. Au salut du Très-Saint Sacrement :

A la sainte messe :

Télécharger le livret des Ières vêpres de la Nativité de saint Jean Baptiste.
Télécharger le livret de la mémoire des IIndes vêpres du Vème dimanche après la Pentecôte au format PDF.
Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

24 juin – Nativité de saint Jean Baptiste – Livre d’Heures de Claude de France

Saint Jean Baptiste et le Christ tenu par la Vierge - Livre d'Heures de Claude de France.
Saint Jean Baptiste et le Christ tenu par la Vierge – Livre d’Heures de Claude de France.

Cette miniature représentant saint Jean Baptiste enfant aux pieds de son cousin le Christ, tenu par la Vierge Marie et entourés d’Anges, provient d’un Livre d’Heures remarquable qui a dû être réalisé vers 1517 à l’occasion du couronnement de la reine Claude de France. Fille du roi Louis XII et de la duchesse Anne de Bretagne, Claude reçoit à sa naissance en 1499 son prénom en hommage à saint Claude que sa mère avait invoqué lors d’un pèlerinage afin qu’elle puisse donner le jour à un enfant viable (elle avait perdu 12 enfants en bas âge). Succédant à sa mère sur le trône de Bretagne, elle ne peut, du fait de la loi salique, succéder à son père sur le trône de France.

Cependant, elle épouse en 1514 son parent au 5ème degré de la branche Valois-Angoulème, François, qui est sacré roi de France le 25 janvier 1515 sous le nom de François Ier.

Ce merveilleux livre d’heures est de petites dimensions : 6,9 cm de haut par 4,9 cm de large – il tient dans le creux de la main et contient les prières usuelles les plus fréquentes.

Livre d'Heures de Claude de France.
Livre d’Heures de Claude de France.

Chaque page est une merveille de l’art de la miniature française parvenu à son sommet, avec une finesse de détails proprement extraordinaires. Notre représentation de la Vierge avec saint Jean Baptiste enfant et l’Enfant Jésus occupe le folio 15 v°.

Saint Jean Baptiste et le Christ enfants avec la Vierge
Saint Jean Baptiste et le Christ enfants avec la Vierge.

Ce manuscrit extraordinaire est entré dans la collection Morgan en 2008 où il est conservé sous la côte MS M.1166. Sur la page en regard de la scène des deux cousins enfants avec la Vierge est représentée l’annonce à Joachim (folio 16 r°).

Saint Jean-Baptiste et le Christ (f. 15 v°) - l'Annonce à Joachim (f. 16 r°).
Saint Jean-Baptiste et le Christ (f. 15 v°) – l’Annonce à Joachim (f. 16 r°).

La prière Obsecro te Domina est une supplication à la Très-Sainte Vierge lui demandant la grâce d’une bonne mort chrétienne. Elle apparait comme prière de dévotions dans les Livres d’Heures depuis le XVème siècle. Vous en trouverez le texte ici, et ses variantes médiévales ici. En dessous de la scène de principale, l’artiste anonyme a représenté les armes de Claude de France : parti de celles de son époux le roi de France François Ier et parti des siennes propres, lesquelles sont un écartelé des armes de son père et de sa mère, soit les armes de France et de Bretagne.

Armes de la reine Claude de France.
Armes de la reine Claude de France.

Programme du Vème dimanche après la Pentecôte

Saint-Eugène, le dimanche 23 juin 2023, grand’messe en rit romain traditionnel de 11h. Premières vêpres de la fête de la Nativité de saint Jean Baptiste & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Le pardon des injures

La justice des Pharisiens consistait à ne pas tuer ; la justice de ceux qui doivent entrer dans le royaume des cieux est de ne point se fâcher sans raison. C’est donc peu de chose que de ne pas tuer ; et celui qui aura violé ce commandement sera appelé très petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui l’aura observé, en ne se rendant point coupable d’homicide, ne sera pas pour cela réputé grand devant Dieu et digne du royaume des cieux, quoiqu’il soit déjà monté d’un degré ; il se perfectionnera s’il ne se met pas non plus en colère sans sujet ; et s’il se perfectionne, il sera beaucoup plus éloigné de l’homicide. C’est pourquoi le législateur qui nous défend de nous mettre en colère, ne détruit nullement la loi, nous interdisant de tuer ; mais il la complète plutôt, afin que nous gardions l’innocence, et extérieurement, en ne tuant point, et au fond de notre cœur, en ne nous mettant pas en colère.
Homélie de saint Augustin, évêque, VIIème leçon des vigiles nocturnes de ce dimanche, au troisième nocturne.

Ières vêpres de la fête de la Nativité de saint Jean Baptiste avec mémoire du Vème dimanche après la Pentecôte. Au salut du Très-Saint Sacrement :

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des Ières vêpres de la Nativité de saint Jean Baptiste.
Télécharger le livret de la mémoire des IIndes vêpres du Vème dimanche après la Pentecôte au format PDF.