O felicem virum – antienne parisienne solennelle à saint Joseph

O felicem virum
Ant.

 
O felicem virum - antienne parisienne à saint Joseph de Jean Gerson

O felícem virum, beátum Joseph !
cui datum est Deum,
quem multi reges voluérunt
vidére et non vidérunt,
audíre et non audiérunt,
non solum vidére et audíre,
sed portáre et complécti,
deosculári, vestíre et custodíre !
Oh ! heureux homme, bienheureux Joseph !
à qui il a été donné de voir le Dieu
que beaucoup de rois ont voulu voir et n’ont pas vu ;
ont voulu entendre et n’ont pas entendu ;
il vous a été donné non seulement
de le voir et de l’entendre,
mais de le porter et de l’étreindre,
de l’embrasser, de le vêtir et de le garder.

Antienne parisienne solennelle en l’honneur de saint Joseph composée vers 1400 par Jean de Charlier de Gerson (« Jean Gerson ») (1358 † 1429), chancelier de l’Université de Paris.

Livret PDF téléchargeable.

Source : d’après Cantus selecti, Solesmes, 1957, p. 194*.

O felicem virum témoigne de l’intense activité menée par Jean de Charlier de Gerson, chancelier de l’université de Paris, pour mettre en lumière la dévotion envers saint Joseph au début du XVème siècle.

Au mois d’août 1413, Jean de Gerson rédige une Épître sur le culte de saint Joseph qu’il adresse « à toutes les églises, spécialement à celles qui sont dédiées à Notre Dame ». Dans cette lettre, il demande instamment d’instaurer une fête pour commémorer le mariage de la Vierge et de saint Joseph. Ce texte est le premier d’une longue série, écrits pour la plupart entre 1413 et 1416 et dans lesquels le chancelier Gerson développe sa pensée théologique et pastorale sur le père adoptif du Christ, tout en cherchant à développer son culte. Un mois après son premier appel, le 26 septembre 1413, il réitère sa demande d’une fête en l’honneur du mariage de saint Joseph et de la Vierge. Le 23 novembre, il écrit au duc de Berry pour l’exhorter à instituer cette fête en commémoration du mariage de Joseph et Marie dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cette demande fut accomplie à partir du siècle suivant, et le propre de Paris contint jusqu’au XXème siècle une fête des épousailles de la Sainte Vierge et de saint Jospeh fixée au 23 janvier.

Probablement à la fin de l’année 1413, Jean Gerson rédige ses Considérations sur saint Joseph, un long texte en français où il précise les raisons qui justifient un développement de son culte. Entre 1414 et 1416, il compose un long poème latin, la Josephina. Enfin, le 8 septembre 1416, jour de la fête de la Nativité de la Vierge, il s’adresse aux pères du concile de Constance par un long sermon sur l’Évangile du jour, Jacob autem genuit Joseph. (Matth. I, 16), sermon qu’il considère lui-même comme l’aboutissement de sa réflexion sur le sujet. Autour de ces grands textes s’articule toute une série de poèmes, d’antiennes (dont O felicem virum), d’oraisons, et de nombreuses allusions dans des sermons ou des lettres.

Le Pape Pie VII a attaché des indulgences aux prêtres qui réciteraient cette antienne suivie du verset Ora pro nobis, beate Ioseph et l’oraison Deus qui dedisti nobis regale sacerdotium, avant de célébrer la messe.

Iste Confessor patriarcha magnus – hymne de saint Joseph tiré des livres du rit Prémontré

Iste confessor patriarcha magnus
Hymnus a sæc. XVI.

 
Iste confessor patriarcha magnus - hymne de saint Joseph tiré des livres du rit Prémontré

1. Iste Confessor, patriarcha magnus,
De domo David generosus hæres,
Dignus auctoris, hominum vocari,
Est pater almus.
1. Ce Confesseur, grand patriarche,
de la maison de David généreux héritier,
est digne d’être appelé
le père nourricier de l’Auteur des hommes.
2. Qui manens justus, placitus supernis,
Regis æterni fuit almæ Matris
Sponsus et custos Mariæ pro nobis
Cuncta regentis.
2. Tout en demeurant juste et agréable au ciel,
il fut pour nous l’Epoux et le gardien de Marie,
la Mère du Roi éternel
qui gouverne toutes choses.
3. Ipse Bethleem pariente Sponsa,
Vidit, agnovit Dominum jacentem,
Quem adoravit hominem Deumque
Cuncta levantem.
3. Au moment où à Bethléem son épouse arriva à son terme,
il vit et reconnut le Seigneur couché
et l’adora comme l’Homme-Dieu
qui soutient toutes choses.
4. Sit salus Christo decus potestas,
Patris æterni Genito perenni,
Qui pro humani generis salute
Est homo factus. Amen.
4. Salut, honneur et puissance au Christ,
au Fils éternel du Père éternel,
qui pour le salut du genre humain
s’est fait homme. Amen.

Livret PDF téléchargeable.

Source : d’après Cantus selecti, Solesmes, 1957, p. 193*.

[Noveritis 2019] Publication de la date de Pâques & de celles des fêtes mobiles de l’année 2019 le jour de l’Epiphanie

La publication de la date de Pâques dans le Pontificale Romanum.

Dans le rit romain, le jour de l’Epiphanie (dont la solennité est obligatoirement reportée en France au dimanche qui suit – sauf lorsque le 6 janvier tombe un dimanche, comme cette année), le diacre fait selon la tradition la publication de la date de Pâques après le chant de l’évangile.

RIT ROMAIN

En voici le chant pour 2019, réalisé par nos soins :

Noveritis Romanum 2019 : proclamation de la date de Pâques et des fêtes mobiles

En voici le texte & la traduction pour 2019 :

Novéritis, fratres caríssimi, quod annuénte Dei misericórdia, sicut de Nativitáte Dómini nostri Jesu Christi gavísi sumus, ita et de Resurrectióne ejúsdem Salvatóris nostri gáudium vobis annuntiámus.

Vous avez su, Frères très chers, par la miséricorde de Dieu qui nous a été annoncée, que nous avons été comblés par la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, ainsi de même nous vous annonçons la joie qui nous sera procurée par la Résurrection de notre même Sauveur.

Die décima séptima Februárii erit Domínica in Septuagésima.

Le 17 février sera le dimanche de la Septuagésime.
Sexta Mártii dies Cínerum, et inítium jejúnii sacratíssimæ Quadragésimæ. Le 6 mars sera le jour des Cendres et le début du jeûne très sacré du Carême.
Vigésima prima Aprílis sanctum Pascha Dómini nostri Jesu Christi cum gáudio celebríbitis. Le 21 avril sera la sainte Pâque de Notre Seigneur Jésus-Christ, que vous célèbrerez avec joie.
Trigésima Máii erit Ascénsio Dómini nostri Jesu Christi. Le 30 mai sera l’Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ.
Nona Júnii Festum Pentecóstes. Le 9 juin sera la fête de la Pentecôte.
Vigésima ejúsdem Festum sacratíssimi Córporis Christi. Le 20 du même mois sera la fête du Très Saint Corps du Christ.
Prima Decémbris Domínica prima Advéntus Dómini nostri Jesu Christi, cui est honor et glória, in sæcula sæculórum. Amen.

Le 1er décembre sera le premier dimanche de l’Avent de Notre Seigneur Jésus-Christ, à qui est l’honneur et la gloire, dans les siècles des siècles. Amen.

Plus de détails sur la Publication de la date de Pâques à l’Epiphanie.

Livret PDF imprimable à l’attention du clergé.

RIT PARISIEN

Voici le chant de l’ancien usage de Paris, pour 2019 :

Noverit Parisiense 2019 - proclamation de la date de Pâques : 21 avril 2019

En voici le texte & la traduction pour 2019 :

Novérit cáritas vestra, fratres caríssimi, quod, annuénte Dei & Dómini nostri Jesu Christi misericórdia, die vigésima prima mensis Aprílis Pascha Dómini celebrábimus.

Votre charité saura, Frères très chers, que, par la miséricorde de Dieu & de notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a été annoncée, le 21 avril nous célèbrerons la Pâque de Seigneur.

 

RIT AMBROSIEN

Voici le chant pour le rit ambrosien, pour 2019 :

Noverit Ambrosianum 2019 - proclamation de la date de Pâques : 21 avril 2019

En voici le texte & la traduction pour 2019 :

Novérit cháritas vestra, fratres charíssimi, quod, annuénte Dei & Dómini nostri Jesu Christi misericórdia, die vigésima prima, mensis Aprílis, Pascha Dómini cum gáudio celebrábimus. R/. Deo grátias.

Votre charité saura, Frères très chers, que, par la miséricorde de Dieu & de notre Seigneur Jésus-Christ qui nous a été annoncée, le 21 avril, nous célèbrerons avec joie la Pâque de Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Plain-chant romain – Ave verum Corpus – prose au Très-Saint Sacrement

Ave verum.
In honorem SS. Sacramenti.
Prosa.

Ave verum Corpus - prose au Très-Saint Sacrement

Ave, verum *
Corpus, natum
Ex María Vírgine,
Vere passum,
Immolátum
In cruce pro hómine.
Cujus latus perforátum
Unda fluxit cum sánguine ;
Esto nobus prægustátum
Mortis in exámine.
O Jesu dulcis !
O Jesu pie !
O Jesu, * Fili Maríæ !
Je vous salue
ô vrai Corps, né
de la Vierge Marie,
Qui avez vraiment souffert,
Immolé
Sur la croix pour l’homme.
Dont le côté transpercé
A laissé couler de l’eau et du sang ;
Soyez notre viatique
A notre mort, lors du jugement.
O doux Jésus,
O bon Jésus,
O Jésus, Fils de Marie.

Cette petite prose au Très-Saint Sacrement a été composée vraisemblablement au cours du XIVème siècle et son extension resta assez longtemps locale, les manuscrits médiévaux qui la contiennent étant tous des environs du lac de Constance, provenants de l’Abbaye de Saint-Gall (codex 546), de celle de Reichenau (manuscrits 36 et 156) ou de Constance même. L’un des manuscrits de Reichenau, du XVème, intitule cette pièce : Salutationem sequentem composuit Innocentius papa ; hæc oratio habet tres annos indulgentiarum a dom. papa Leone (La salutation suivante a été composée par le pape Innocent ; cette oraison a reçu trois années d’indulgence du seigneur pape Léon).

Iesu dulcedo cordium – hymne du saint Nom de Jésus pour le Précieux Sang

Iesu dulcedo cordium
Jubilus rythmicus de Nomine Jesu

 
Iesu dulcedo cordium - hymne pour le Précieux Sang

1. Iesu dulcedo cordium
Fons veri lumen méntium
Excedens omne gáudium
Et omne desidérium.
1. Jésus, douceur des cœurs,
Source vive, lumière des esprits,
Dépassant toute joie
Et tout désir.
2. Hoc probat ejus Passio,
Hoc sánguinis effúsio,
Per quam nobis redémptio
Datur, et Dei vísio.
2. Sa Passion le prouve,
Cette effusion de sang
Par laquelle nous est donnée
la Rédemption et la vision de Dieu.
3. Qui te gustant esúriunt ;
Qui bibunt, adhuc sítiunt ;
Desideráre nésciunt
Nisi Jesum, quem díligunt.
3. Ceux qui te mangent ont faim,
Ceux qui te boivent ont encore soif
Car ils ne savent rien désirer d’autre
Sinon Jésus qu’ils aiment.
4. Quem tuus amor ébriat,
Novis quid Jesus sápiat,
Quam felix est, quem sátiat !
Non est ulta quod cúpiat.
4. Quiconque s’enivre de ton amour
Sait que Jésus est doux,
Combien heureux, celui qu’il rassasie,
Il ne désire rien au delà.
5. Jesus ad Patrem rédiit,
Cœléste regnum súbiit ;
Cor meum a me tránsiit,
Post Jesum simul ábiit.
5. Jésus est retourné vers le Père,
Il est entré au Royaume des Cieux.
Mon cœur me quitte
Pour s’en aller aussi à la suite de Jésus.
6. Quam grata, quam vernántia,
Quam méllita, quam fúlgida
Sunt Jesu Christi vúlnera !
Hunc decet laus per sæcula.
Amen.
6. Combien précieuses, combien vivifiantes,
combien douces, combien lumineuses
sont les plaies du Christ !
A elles soit la louange pour les siècles.
Amen.

Cette hymne est formée de six strophes extraites du Jubilus rythmicus de Nomine Jesu, long poème de 53 strophes vraisemblablement composé par saint Bernard, abbé de Clairvaux (1099 † 1153). Si certains critiques ont remis en cause l’attribution de ces stances à saint Bernard, les manuscrits médiévaux qui le contiennent attribuent bien ce long poème à l’abbé de Clairvaux une cinquantaine d’années après sa mort, dès le XIIIèmeIesu dulcis memoria -ont été utilisés pour constituer les hymnes de la fête du saint Nom de Jésus : Iesu dulcis memoria pour les vêpres, Iesu rex admirabilis pour les matines, Iesu decus angelicum pour les laudes.

Beaucoup des 53 strophes du Jubilus rythmicus de Nomine Jesu ont été mises en musique par les maîtres de la polyphonie italienne du XVIème et XVIIème siècle, comme Palestrina et Victoria.

Nous avons sélectionné ici les strophes 4, 13, 20, 21, 47 et 51 qui chantent plutôt le Sang du Christ, afin d’en faire une pièce qui pourra être chantée au salut ou bien comme motet durant la messe, lors de la fête du Précieux Sang (1er juillet). Le plain-chant est celui utilisé pour les hymnes de la fête du Saint Nom de Jésus.