Photos & vidéos des offices de Ténèbres 2019

 

Aleph. Quomodo sedet sola cívitas plena populo : facta est quasi vídua dómina Géntium : princeps provinciárum facta est sub tribúto. Aleph. Comment cette Ville si pleine de peuple, est-elle maintenant déserte ? La maîtresse des Nations est devenue comme une veuve ; la première des Provinces est contrainte de payer le tribut.
Beth. Plorans plorávit in nocte, et lacrimæ ejus in maxíllis ejus : non est qui consolétur eam ex ómnibus caris ejus : omnes amíci ejus sprevérunt eam, et facti sunt ei inimíci. Beth. Elle a pleuré pendant la nuit ; ses larmes coulent sur ses joues. Nul de ses plus chers amis ne la console. Tous ses amis l’ont méprisée, & sont devenus ses ennemis.

Photos du Dimanche des Rameaux 2019

 

Pange lingua gloriósi
Prælium certáminis,
Et super Crucis trophæum
Dic triúmphum nóbilem,
Qualiter Redémptor orbis
Immolátus vícerit.
Chante ô ma langue, les lauriers
De ce glorieux combat !
Du trophée de la Croix,
Célèbre le noble triomphe :
Comment le Rédempteur du monde,
En s’immolant, remporte la victoire.

saint Venance Fortunat

Photos du dimanche de Laetare 2019

Seulement voilà : il faut avoir faim de ce pain-là. Et pour cela, il ne faut pas être complètement gavé par l’autre, le pain matériel. D’où le sens chrétien du jeûne. Jésus nous a montré la voie : il faut mourir à soi-même. Il faut mortifier nos désirs pour qu’ils renaissent comme le phénix, plus grands mêmes. Il faut que nous mourions à nos désirs centrés sur les biens de ce monde pour renaître au désir qui a Dieu pour objet. Jésus, en accomplissant ses miracles, vient nous révéler que nous sommes faits pour Dieu. La vie qu’il nous donne, c’est la vie éternelle, la guérison qu’il nous procure, c’est le salut éternel, et le Pain dont il nous nourrit, c’est lui-même. Désirons-nous vraiment cela ? Avons-nous vraiment faim de Dieu ? De l’eucharistie qui est viatique, pain de la route en ce pèlerinage terrestre ? Oui, un peu certainement, sinon nous ne serions pas ici. Mais ce pain ne nous nourrira vraiment, spirituellement, miraculeusement, que si nous nous offrons tout entiers. Dieu ne sous sauve pas sans nous. Il a eu besoin de l’offrande spontanée des cinq pains et des deux poissons. C’est un petit enfant qui les a donnés à Jésus. Tout un programme. Si vous ne devenez comme ces petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu. A l’instar des baptisés de Pâques que l’introït du dimanche in albis compare à des nouveaux-nés, avides de ce pur lait spirituel en lequel nous pouvons reconnaître, justement, la sainte eucharistie, le pain de vie : ayons faim de ce pain-là. Soyons plus nombreux, chaque jour, à venir nous en nourrir à la sainte Messe, lieu où ne cesse de s’alimenter notre renaissance spirituelle.
Abbé Iborra, extrait du sermon de Lætare – 31 mars 2019

Procession de la Fête-Dieu à Saint-Germain-L’Auxerrois (XVème s.)

Procession de la Fête-Dieu à Saint-Germain-L'Auxerrois - miniature du XVème siècle.

Procession de la Fête-Dieu à Saint-Germain-L’Auxerrois – miniature du XVème siècle.

Cette miniature représentant la procession de la Fête-Dieu est tirée d’un Missel à l’usage de la paroisse parisienne de Saint-Germain-L’Auxerrois, daté des années 1480-1490, commandé par Pierre de Cerisay, doyen de Saint-Germain-l’Auxerrois de 1474 à 1507et conservé à la Bibliothèque Mazarine sous la côte 410. Les miniatures sont dues au maître Jacques de Besançon.

La procession de la Fête-Dieu au cours de laquelle le célébrant porte une hostie dans un ostensoir – est généralisée dans tout l’Occident au XVème siècle. Les premières processions eucharistiques avec le Saint Sacrement apparaissent dès le XIème siècle et se situent tout d’abord au cours de la Semaine Sainte : on se met à porter le Corps du Christ lors de la procession des Rameaux, afin de mieux figurer l’entrée triomphale du Seigneur à Jérusalem. Le Vendredi Saint, après la messe des Présanctifiés, en beaucoup d’endroits on porte une hostie consacrée qu’on place dans un sépulcre (souvent, un groupe sculpté représentant une mise au tombeau), pour figurer l’ensevelissement du Christ, à l’instar des vêpres de l’ensevelissement du Grand Vendredi byzantin. Cette hostie est sortie du tombeau au petit matin de Pâques, après les matines pascales, et est portée triomphalement au cours de la procession pascale et rapportée au maître-autel. Cette procession de l’aurore du jour de Pâques est du reste la mère de toutes les processions de l’Eglise, elle rappelle la venue des saintes femmes et des disciples au sépulcre après la résurrection du Christ.

Lorsque la Fête-Dieu fut instituée en 1246 à Liège puis à Rome en 1264, et fixée au jeudi qui suit la Trinité, il s’agissait de reporter la liesse et la joie due à l’Eucharistie qui ne pouvait pas éclater librement au cours de la Semaine Sainte. Il est possible que l’idée de faire une procession avec le Saint Sacrement le jour de la Fête-Dieu soit d’origine française : les plus anciennes mentions qu’on puisse trouver remontent aux conciles de Sens de 1320 et de Paris de 1323 qui précise : « Quant à la Procession solennelle qui se fait le jeudi de la fête en portant le divin Sacrement, comme il semble que ce soit par une sorte d’inspiration divine qu’elle s’est introduite en nos jours, nous ne statuons rien pour le présent, laissant toutes choses à la dévotion du clergé et du peuple. »

Le Milanais Donat Bossius rapporte, en sa Chronique, que « le jeudi 29 mai 1404, on porta pour la première fois solennellement le Corps du Christ dans les rues de Pavie, comme il est passé depuis en usage. » L’usage se répand de là en Italie, les papes Martin V et Eugène IV, en leurs Constitutions de 1429 et 1433 mentionnent l’usage de la procession comme établi à Rome.

Mais revenons à cette miniature du missel manuscrit de Saint-Germain-L’Auxerrois : l’artiste nous dépeint une procession paroissiale dans les rues de Paris telle qu’elle avait lieu dans les années 1480 : les maisons à pans de bois sont pavoisées de tentures multicolores et de tapisseries.

Dans la tradition parisienne, la procession de la Fête-Dieu avait alors lieu après le chant de l’heure de prime, avant tierce et la grand’messe (tandis qu’au rit romain, l’usage s’est établi de faire la procession après la messe du jeudi de la Fête-Dieu). La couleur des ornements liturgiques sur cette miniature est bleue, toutefois les traditions sur les couleurs des ornements ne sont pas vraiment fixées au XVème siècle. Par la suite, les livres parisiens célèbreront la Fête-Dieu en rouge (contrairement au romain qui use du blanc). Du reste, le dais qui protège & honore le Saint Sacrement est de couleur rouge (comme souvent dans les miniatures représentant cette procession). Ce dais est orné du texte de l’introït de la messe, brodé en lettres d’or : Cibavit eos ex adipe frumentiIl les a nourris de la fleur du froment.

Sous le dais rouge, le célébrant porte le Corps du Christ dans un ostensoir soleil, dont la forme est alors une innovation, on use encore volontiers des monstrances médiévales qui gardent plutôt la forme de reliquaires. Le célébrant en chasuble (et non en chape comme au romain) est assisté de son diacre et de son sous-diacre en dalmatique et en tunique. Devant le dais marchent deux chantres en chapes qui tiennent leurs processionnaux contenant les hymnes à chanter (le répons Homo quidam est chanté au départ de la procession dans l’église, puis les livres parisiens prévoient le chant des hymnes Verbum supernum prodiens, Pange lingua gloriosi & Sacris solemniis.

Le clergé et les assistants ont curieusement la tête couverte de ce qu’on appelait en vieux français des « bonnets de prêtres », l’équivalent de nos barrettes actuelles, dont la forme pourrait se rapprocher de celle des mortiers des magistrats parisiens. L’usage de rester tête découverte en présence du Saint Sacrement ne s’est pas encore établie. Tous portent des flambeaux, (torches constituées de 4 cierges joints), la rubrique que tous portent ces flambeaux pour accompagner le Saint Sacrement a été conservée jusqu’aujourd’hui dans les livres liturgiques.

Missel de Saint-Germain-L'Auxerrois : la Fête-Dieu

Missel de Saint-Germain-L’Auxerrois : la Fête-Dieu.

Ce Missel magnifiquement enluminé témoigne des derniers feux d’un art qui était alors condamné à disparaître : le premier missel parisien imprimé fut en effet réalisé en 1481, en même temps que cette somptueuse commande de Pierre de Cerisay, sonnant le glas d’un art pluri-séculaire porté à son zénith mais gage d’un nouveau mode de partage du savoir.

Saint-Eugène – Sainte-Cécile en pèlerinage à Saint-Roch

Mercredi 18 octobre, la paroisse Saint-Eugène – Sainte Cécile était en pèlerinage à l’église saint-Roch. Pour la fête de l’évangéliste Saint Luc, nous avons été accueillis par le curé, monsieur l’abbé Laurent.

Dans cette église riche de l’histoire de Paris, le curé avait mis à notre disposition des ornements offerts par le roi Charles X. La messe a été célébrée dans la chapelle de la Vierge qui a subi des dégradations pendant la Révolution, elle est ornée d’une nativité venant du Val de Grâce et d’une Gloire oeuvre de Falconnet. La coupole de la chapelle représente l’Assomption de la Vierge-Marie, il nous a été donné de la contempler le jour de la fête du celui dont « une tradition fait le peintre de la Vierge. Il est sûr en tout cas qu’il a su peindre avec délicatesse, mieux que tout autre, la profondeur des sentiments qui animaient les personnages du Nouveau Testament, et en particulier ceux de la Vierge Marie, au point que l’on a pu dire de lui qu’il était « l’évangéliste de la Miséricorde ». » pour reprendre quelques mots de l’homélie de l’abbé Eric Iborra.

Quelques photos de la messe :