La Congrégation pour la Doctrine de la foi annonce une nouvelle Constitution apostolique au sujet de l’entrée des anglicans dans l’Église catholique

Traditional Anglican Communion

Presque deux ans après la demande de la Traditional Anglican Communion à entrer dans l’Eglise catholique, le Vatican annonce la prochaine publication d’une Constitution apostolique fixant les cadres de cet accueil, non seulement pour les membres de la TAC, mais plus largement pour de nombreux autres groupe anglicans désorientés par l’évolution de la communion anglicane.

On peut spéculer en attendant le texte définitif de la constitution, mais, réunis avec Rome, ils conserveraient le droit à leur liturgie anglicane, « traditionaliste », ils maintiendraient leurs clercs mariés, mais pas les évêques, dont la tradition catholique comme orthodoxe exige le célibat. En outre leur ordination n’étant pas valide (comme cela a définitivement été établi sous Léon XIII), une nouvelle ordination sera nécessaire, comme il est depuis longtemps d’usage pour les autres pasteurs anglicans convertis. Cette réunification aurait des effets dépassant la TAC, servant d’exemple à d’autres groupes anglicans qui veulent se désengager des décisions récentes de Canterbury.

Le Saint-Siège se prépare en effet à ouvrir ses portes aux évêques, prêtres et fidèles anglicans qui ne souhaitent plus appartenir à la communion anglicane dont ils contestent les récentes évolutions et qui veulent entrer dans l’Église catholique. C’est le cardinal Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui l’a annoncé au cours d’une conférence de presse. Une Constitution apostolique sera publiée prochainement. Elle vise à éclaircir divers aspects canoniques et doctrinaux.

Le Vatican a annoncé la préparation de nouvelles normes pour permettre l’accueil des anglicans. L’Église catholique a en effet décidé d’accueillir d’entières communautés anglicanes qui ont manifesté leur désir d’entrer en communion pleine et visible avec Rome. Une nouvelle constitution apostolique a été approuvée par Benoît XVI. Elle prévoit l’institution d’ordinariats personnels pour encadrer les communautés concernées, en accord avec les conférences épiscopales locales, selon le modèle des ordinariats militaires. Cette nouvelle constitution autorise par ailleurs l’ordination au sein de l’Église catholique de clercs anglicans déjà mariés. Pour des motifs historiques et œcuméniques, la Constitution ne prévoit pas en revanche l’ordination épiscopale d’hommes mariés, comme cela est d’ailleurs déjà le cas dans les Églises orthodoxes et dans les Églises catholiques de rite oriental. Les séminaristes dépendant des nouveaux ordinariats seront formés avec les autres séminaristes catholiques, mais ces nouveaux ordinariats auront la possibilité d’ouvrir des centres d’études afin de répondre aux besoins de formation au patrimoine anglican. La nouvelle Constitution apostolique – indique la Congrégation pour la Doctrine de la Foi – s’efforce ainsi de créer un équilibre entre la nécessité d’une part de conserver le précieux patrimoine liturgique et spirituel anglican, et de l’autre de veiller à l’intégration au sein de l’Église catholique de ces groupes et de leur clergé. Au cours d’une conférence de presse, ce mardi matin au Vatican, le cardinal William Joseph Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a expliqué que le Pape avait voulu répondre, de manière unitaire et équitable, aux nombreuses demandes présentées ces dernières années au Saint-Siège par des groupes de clercs et de fidèles anglicans provenant de différents pays. Déçus par leur Église, ces fidèles veulent entrer en pleine et visible communion avec l’évêque de Rome, successeur de saint Pierre. Pour l’Église catholique, ces aspirations sont légitimes. Bien entendu, ces groupes d’anglicans souhaitant devenir catholiques devront accepter aussi bien le catéchisme de l’Église de Rome que le magistère de Pierre.

Note d’information de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi au sujet des Ordinariats personnels pour les anglicans qui entrent dans l’Église catholique.

Par la préparation d’une Constitution apostolique, l’Église catholique répond aux nombreuses questions qui ont été posées au Saint-Siège par des groupes de prêtres et de fidèles anglicans originaires de plusieurs pays qui désirent entrer dans la communion pleine et entière.

Dans cette Constitution apostolique le Saint-Père a introduit une structure canonique qui pourvoit à cette réunion corporative à travers l’institution d’ordinariats personnels qui permettront aux fidèles anglicans d’entrer en pleine communion avec l’Église catholique en conservant dans le même temps des éléments de leur patrimoine spirituel et liturgique anglican particulier. Selon la teneur de la Constitution apostolique, le suivi et la conduite pastorale de tels groupes de fidèles anglicans seront assurés par un Ordinariat personnel, dont l’Ordinaire sera d’usage nommé par le clergé anglican.

La Constitution apostolique qui sera bientôt publiée, représente une réponse raisonnable voire nécessaire à un phénomène mondial, et offre un modèle canonique unique pour l’Église universelle que l’on peut adapter aux différentes situations locales et qui est, dans son application universelle, juste pour les anglicans. Un tel modèle prévoit la possibilité de l’ordination de prêtres mariés anglicans en tant que prêtres catholiques. Des raisons historiques et œcuméniques ne permettent pas l’ordination épiscopale d’hommes mariés dans l’Église catholique comme dans l’Église orthodoxe. Aussi la Constitution détermine que l’Ordinaire ne peut être qu’un prêtre ou un évêque non marié. Les séminaristes de l’Ordinariat seront préparés avec les autres séminaristes catholiques, même si l’Ordinariat pourra ouvrir des centres de formation afin de répondre aux besoins particuliers de formation au patrimoine anglican. De cette manière, la Constitution apostolique cherche à créer un équilibre entre volonté de conserver le précieux patrimoine liturgique et spirituel anglican d’une part, et les inquiétudes provoquées par l’incorporation de ces groupes et de leur clergé dans l’Église catholique.

Le cardinal William Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, qui a préparé cette disposition, a affirmé : « Nous avons essayé de répondre, de manière unitaire et juste, aux demandes de pleine communion qui nous ont été soumises par des fidèles anglicans du monde entier, ces dernières années. Par cette disposition, l’Église entend ainsi répondre aux aspirations légitimes de ces groupes anglicans pour une communion pleine et visible avec l’Évêque de Rome, le successeur de saint Pierre.

Ces ordinariats personnels sont institués, selon les nécessités, après consultation des Conférences épiscopales locales ; leurs structures seront en quelque sorte semblables à celles des ordinariats militaires, créés dans de nombreux pays et qui pourvoient au soin pastoral des membres des forces armées et de leurs employés dans le monde entier. « Les anglicans qui se sont déjà mis en contact avec le Saint-Siège ont clairement exprimé leur d’une communion pleine et visible dans l’Église une, sainte, catholique et apostolique. Ils ont tenu également à souligner l’importance de leurs traditions anglicanes relatives à la spiritualité et au culte pour leur propre chemin de foi, a affirmé le cardinal Levada.

La disposition de cette nouvelle structure est en ligne avec l’engagement pour le dialogue œcuménique, qui reste une priorité pour l’Église catholique, en particulier grâce aux efforts du Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

« L’initiative provient de plusieurs groupes anglicans », a ajouté le cardinal Levada, « Ils ont déclaré partager la foi catholique commune, telle qu’elle est exprimée dans le catéchisme de l’Église catholique, et accepter le ministère de Pierre comme un élément voulu par le Christ pour l’Église. Selon eux, le temps est venu d’exprimer cette union implicite sous une forme visible de pleine communion. »

Selon le cardinal Levada, « Le Pape Benoît XVI souhaite que les clercs et les fidèles anglicans désireux de l’union avec l’Église catholique, trouveront dans cette structure canonique l’opportunité de préserver ces traditions anglicanes qui leurs sont précieuses et qui sont conformes avec la foi catholique. Exprimant de manière distincte la foi professée communément, ces traditions sont un don à partager dans l’Église universelle. L’union avec l’Église ne nécessite pas l’uniformité qui ignore les diversités culturelles, comme le démontre l’histoire du christianisme.

Par ailleurs, les nombreuses et diverses traditions aujourd’hui présentes dans l’Église catholique sont toutes enracinées dans le principe formulé par saint Paul dans sa lettre aux Éphésiens : « Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (4,5) Notre communion est par conséquent renforcée par de telles différences légitimes et nous sommes donc heureux que ces hommes et femmes offrent leur contributions particulières à notre vie de foi commune. »

Références :
* Radio Vatican
* Site Web du Vatican (version anglaise)
* Un article de ce blog sur le « rit » anglican dans l’Eglise catholique et les cadres ecclésiaux déjà en place aux Etats-Unis pour accueillir les paroisses anglicanes dans l’Eglise

Réactions :
* de Mgr Hepworth, primat de la Traditional Anglican Communion
* de Mgr Nichols, archevêque de Westminster, & de Mgr Williams, « archevêque » de Canterbury

Laisser un commentaire