Des croix sur une église dans la péninsule arabique

En la fête de l’Ascension de ce jeudi 2 juin dernier, les coupoles de l’église orthodoxe russe Saint-Philippe de l’émirat de Charjah (aux Emirats Arabes Unis) ont reçues cinq croix dorées bien visibles sur leur sommet.

Le sanctuaire est dédié à saint Philippe l’Apôtre, qui passe pour avoir évangélisé les Parthes, dont l’empire s’est étendu jusqu’au tout proche Qatar (mais l’apôtre n’a probablement pas dû aller plus loin que la Parthie historique au Sud-Est de l’Arménie – les apôtres Thomas, Barthélémy & Thadée ont évangélisé la Mésopotamie).

Le site web de la paroisse décrit les offices de la toute jeune communauté. Voici la procession pascale dans la nuit de la Résurrection :

La communauté parait déjà nombreuse et bien organisée. Voici une vue des matines de Pâques (notez le chœur en tribune) :

La cérémonie de pose de la première pierre à la base de la future église avait eu lieu le 9 septembre 2007 par le Métropolite Cyrille de Smolensk & de Kaliningrad – devenu depuis le Patriarche Cyrille de Moscou & de toutes les Russies, en présence du Prince héritier de Sharjah, le cheikh Isam Bin Al Sagra Kasemi :

L’émirat de Charjah, l’un des Emirats Arabes Unis, immédiatement voisin de Dubaï, est pourtant réputé très conservateur (la Charia constitue la base du droit, la consommation d’alcool reste interdite même aux non-musulmans). Il semble que l’Eglise orthodoxe russe a noué d’excellents liens avec son souverain, le cheikh Sultan bin Mohammed al-Qasimi.

La présence d’églises chrétiennes – interdites en Arabie Saoudite – est tolérée par les différents émirats du Golfe qui connaissent une forte proportions de travailleurs immigrés. En règle générale, les administrations imposent aux communautés chrétiennes une discrétion totale des signes extérieurs du christianisme.

Voici par exemple l’église Saint-André des Grecs orthodoxes à Abou Dhabi :

Ou encore l’église de la Sainte-Trinité des Anglicans à Dubaï :

Ou bien encore l’église Saint-Thomas des Syro-Malabares catholiques à Doha :

Ou enfin la vaste Sainte-Marie des Catholiques romains à Dubaï :

Les croix posées sur les coupoles de Saint-Philippe paraissent donc être une nouveauté inouïe dans la région (et plusieurs sites et blogs les présentent comme une grande première).

Toutefois, à Charjah même, on pouvait déjà noter une certaine visibilité autorisée aux églises chrétiennes. Voici par exemple la façade de l’église Saint-Grégoire des Malankares autocéphales dans ce même émirat, qui présentait déjà une croix en vitrail, outre de nombreux signes visibles du christianisme :

Saint-Georges des Syro-Jacobites et Syro-Malankares à Al-Aïn, récemment devenue cathédrale, présente une grande croix bien visible sur son parvis devant son entrée :

Cette cathédrale est probablement l’une des premières de la région à notre époque, avec la cathédrale Saint-Georges des Syro-Malankares autocéphales à Abou Dhabi (il y a eu toutefois des évêques syro-chaldéens à Dubaï & au Qatar dès les premiers siècles). La croix au sommet de la nouvelle cathédrale syriaque, bien présente sur le projet infographiste en ligne sur le site de la cathédrale, n’a peut-être pas été placée en définitive (difficile de bien se rendre compte sur les photos) :

La croix figure peut-être sur le second bâtiment construit derrière la cathédrale (l’évêché ?) :

L’église Saint-Ignace des mêmes Syro-Malankares Jacobites à Dubaï parait présenter une discrète croix sur sa façade :

Sainte-Marie des mêmes Syro-Jacobites Malankares à Charjah présenterait elle-aussi un croix sur son pignon, mais peut-être n’est-elle restée qu’au stade infographiste :

Comme le rappelle l’ouvrage L’Arabie chrétienne de Michele Piccirillo, professeur au Studium Biblicum Franciscanum, ces terres avaient reçu l’évangile et à la faveur des flux migratoires de notre époque, le retrouvent quelque peu aujourd’hui. Au travers de ces quelques exemples ci-dessus, il est probable qu’une plus large tolérance sur les signes extérieurs commence à se manifester. Rappelons que l’ouverture de la première église catholique au Qatar en 2008 avait paru un évènement incroyable, or nous voyons les lieux de cultes chrétiens se multiplier ces derniers mois dans les émirats. Constatons tout particulièrement la vitalité des églises issues des Chrétiens de saint Thomas, venus du Kérala au Sud de l’Inde. On note par ailleurs des conversions en Iran en dépit des persécutions.

Prions pour tous les chrétiens du Golfe.

Un commentaire à propos de “Des croix sur une église dans la péninsule arabique

  1. Le point commun de tous ces bâtiments religieux est bien la laideur et/ou le mauvais goût !
    Ne pourrait-on pas faire moins monumental et plus humble non ?
    Car un tel édifice est tout de même un ambassadeur important d’une culture sur un territoire étranger. Les mosquées d’Ile de France que j’ai pu visiter sont bien plus belles tout en s’étant adapté au contexte patrimonial du pays d’accueil. Le seul point positif c’est l’ouverture d’esprit des Émirats Arabes Unis par rapport au fanatisme du Koweit ou de l’Arabie saoudite qui propose de raser toutes les églises de la péninsule (cf la récente proposition du grand mufti d’Arabie saoudite). Reste encore un chantier plus important : assurer la sécurité, la survie parfois des familles chrétiennes dans les régions où l’islam se referme sur lui-même.

Laisser un commentaire