Décès de l’Abouna Paulos, patriarche des Ethiopiens

Sa Sainteté l’Abouna Paulos, 5ème patriarche & catholicos d’Ethiopie, archevêque successeur de saint Frumence sur le siège métropolitain d’Axoum, Etchegué (c’est-à-dire supérieur de tous les moines éthiopiens) du siège de saint Takle Haymanot a quitté ce monde ce 16 août 2012 à l’âge de 76 ans. Né le 3 novembre 1935, l’Abouna Paulos avait été élu patriarche de l’Eglise Ethiopienne Tewahedo en 1992 dans un contexte difficile : le pouvoir communiste venait d’être renversé et avec lui l’Abouna Mercure, à la solde du régime, avait été déposé.

L’Abouna Paulos eut a relever de nombreux défi pour reconstruire l’Eglise éthiopienne, laquelle avait subi de plein fouet la persécution communiste du Derg et perdu tous ses biens. Il célébra plusieurs funérailles impériales ou réinhumations de victimes du communismes (en dépit de l’hostilité du nouveau gouvernement) :

  • celles de 60 anciennes personnalités de la cour impériale en 1993,
  • celles du prince héritier Amha Sélassié en 1997,
  • celles surtout de l’empereur Haïlé Sélassié en l’an 2000 (le Négus avait initialement été enterré sous le bureau du dictateur communiste Mengistu, afin que celui-ci fasse reposer ses pieds sur celui qu’il avait renversé – le patriarche fit inhumer la dépouille du Négus dans la cathédrale de la Sainte Trinité d’Addis Abeba, cathédrale qu’avait fait bâtir le défunt empereur),
  • celles de la princesse Tenagnework (fille aînée de l’empereur Haïlé Sélassié) en 2003.
  • L’Abouna Paulos était apprécié pour sa capacité de médiation dans plusieurs conflits internes en Ethiopie et chez ses voisins immédiats (Erythrée et Sud-Soudan). Néanmoins, ses liens étroits avec le premier ministre Meles Zenawi (tous deux sont originaires de la ville d’Adoua au Tigré) ont suscité plusieurs controverses politiques. Les circonstances exactes de sa mort semblent du reste pour l’heure un peu confuses. Le Saint Synode et les principaux abbés du pays se réuniront dans les prochaines heures pour l’organisation des funérailles de l’Abouna.

    Cathédrale de la Sainte-Trinité d’Addis-Abeba – sortie de messe dominicale (août 2011)

    Monument funéraire de l’empereur Haïlé-Sélassié dans la cathédrale de la Sainte-Trinité d’Addis-Abeba. L’Abouna Paulos célébra les funérailles du Négus en l’an 2000, lui donnant une sépulture digne après l’humiliante inhumation du Derg. A noter que le sarcophage reprend les motifs ornementaux caractéristiques de l’art antique du royaume d’Axoum.

    Laisser un commentaire