Programme du XXVème dimanche après la Pentecôte – saint Grégoire le Thaumaturge – ton 8

Saint Grégoire le Thaumaturge, évêque de Néocésarée 01Paroisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 30 novembre 2014 du calendrier grégorien – 17 novembre 2014 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

Dimanche du ton VIII de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour notre Père parmi les saints, Grégoire le Thaumaturge, évêque de Néocésarée de Cappadoce.

« Saint Grégoire surnommé Thaumaturge à cause des miracles prodigieux que Dieu a faits par son moyent, doit être d’autant plus vénérable à l’Eglise, qu’il se trouver très peu de saints en qui Dieu ait joint les talents extérieurs de l’éloquence & de la science, avec la grâce de la prophétie & des miracles. Ce sont des dons que la Providence a presque toujours séparés ; & peut-être parce qu’il faut une humilité rare entre les saints mêmes, pour soutenir l’éclat de deux choses si capables d’éblouir & d’enfler le cœur ».
(Sébastien Le Nain de Tillemont, Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique des six premiers siècles, vol. 4, p. 316).

Saint Grégoire le Thaumaturge, qui s’appelait Théodore avant son baptême, est né vers 214 dans une famille illustre mais païenne de Néocésarée du Pont. Ayant perdu son père à 14 ans, sa mère l’envoie avec son frère (le futur saint Athénodore, martyr) se former à la rhétorique dans la fameuse école de Bérythe (Beyrouth) en Phénicie. Il a l’occasion de découvrir et s’attacher à l’enseignement du célèbre Origène qui avait dû quitter Alexandrie en 231 pour fonder une école à Césarée de Palestine, véritable université où s’enseignaient diverses sciences, dont la philosophie, la géométrie, l’astronomie, la morale & la théologie. C’est là qu’il découvre la foi au Christ et demande le baptême.

Au terme de huit années d’études, il quitte l’école d’Origène, non sans avoir prononcé un célèbre discours de remerciement à Origène, qui a été conservé et qui est donné comme l’un des exercices de rhétoriques les plus réussis de l’antiquité. Grégoire rentre chez lui à Néocésarée du Pont et distribue ses biens personnels. Rapidement, Phédime, évêque d’Amasée, l’ordonne évêque pour la ville de Néocésarée de Cappadoce (l’actuelle Niksar) : Grégoire parait en avoir été le tout premier évêque.

La ville ne comptait alors que 17 chrétiens. Devant l’immensité de la tâche à accomplir, saint Grégoire commence par prier instamment. Il reçoit alors une apparition de la bienheureuse Vierge Marie accompagnée de son fils adoptif saint Jean l’Evangéliste. Tous deux le confortent dans la profession de la vraie foi et l’enseignent. Saint Jean l’Evangéliste lui donne même un symbole de foi, appelé par la suite le symbole de saint Grégoire le Thaumaturge, et dont l’Eglise de Néocésarée se servit longtemps pour enseigner les catéchumènes, au témoignage de saint Grégoire de Nysse :

Je crois en un seul Dieu, Père du Verbe vivant, de la Sagesse subsistante et puissante qui est l’expression éternelle de lui-même, principe parfait du Fils unique et parfait qu’il engendre. Un seul Seigneur, unique engendré de l’unique, Dieu de Dieu, Verbe efficace, Sagesse embrassant et contenant l’univers, puissance créatrice de toute créature, vrai Fils d’un vrai Père. Et un seul Saint-Esprit tenant de Dieu l’être divin, révélé aux hommes par le Fils dont il est le parfait semblable, vie causant la vie, sainteté donnant d’être saint. Trinité parfaite, immuable, inséparable en gloire, éternité, domination.

Saint Grégoire le Thaumaturge passe ainsi pour être le premier dans l’Histoire a avoir bénéficié d’une apparition de la Sainte Vierge.

Par sa prière il déplaça une montagne qui empêchait la construction d’une église. De même, il dessécha un marais qui était un motif de discordes entre les frères. Sur le bord du Lycus, qui dévastait les campagnes par ses inondations, il planta son bâton, qui devint aussitôt un arbre vigoureux, et empêcha les eaux du fleuve de dépasser désormais cette limite. Très souvent il fit sortir les démons des statues des idoles ou des corps des possédés, et accomplit beaucoup d’autres prodiges. Grâce à eux et à l’esprit prophétique qui lui donnait de lire dans l’avenir, il amena un nombre incalculable d’hommes à la foi de Jésus-Christ. Près de quitter cette vie, il demanda combien il restait d’infidèles à Néocésarée. On lui répondit : « Il n’y en a plus que dix-sept » . Alors il rendit grâces à Dieu et dit : « C’était exactement le nombre des fidèles quand on m’a nommé évêque ». On a de lui plusieurs écrits par lesquels, non moins que par ses miracles, il illustra l’Église de Dieu.

Aux heures
A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire du saint. Kondakion : du dimanche.

Tropaires des Béatitudes : six tropaires du dimanche, ton 8, et quatre tropaires de la 3ème ode du canon du saint :
1. Souviens-toi de nous, Christ Sauveur du monde, * comme sur la croix tu t’es souvenu du bon Larron, * & rends-nous dignes, seul Seigneur compatissant, ** d’avoir tous notre part en ton royaume, dans les cieux.
2. Adam, écoute, avec Eve, réjouis-toi, * car celui qui jadis vous dépouilla tous les deux * & dont la ruse nous rendit captifs ** est anéanti par la Croix du Christ.
3. Sur l’arbre de la croix, Sauveur, tu acceptas d’être cloué * pour sauver Adam de la malédiction méritée sous l’arbre défendu * et lui rendre la ressemblance à ton image, Dieu de bonté, ** ainsi que le bonheur d’habiter le Paradis.
4. En ce jour le Christ est ressuscité du tombeau, * à tout fidèle accordant l’incorruptible vie ; * aux Myrophores il donne l’annonce de la joie ** après ses Souffrances & sa divine Résurrection.
5. Sages Myrophores, réjouissez-vous * qui les premières avez vu la Résurrection du Christ * & qui à ses Apôtres avez annoncé ** la restauration du monde entier.
6. Vous les Apôtres, amis du Christ en cette vie * & destinés à partager son trône dans la gloire du ciel, * comme Disciples intercédez auprès de lui ** pour que sans crainte devant son trône nous puissions nous présenter.
7. Unité partageant même trône & Trinité sans commencement, * Etre sans division en qui la gloire est partagée, * Royauté qui par nature précèdes tous les temps, ** sauve les fidèles qui chantent pour toi.
8. Réjouis-toi, vaste demeure de Dieu, * réjouis-toi, arche du nouveau Testament, * réjouis-toi, ciboire qui as renfermé ** pour tous les hommes la manne des cieux.
9. Ayant purifié ton esprit, * Grégoire, de la houle des passions * et l’ayant rempli de sage contemplation, * tu devins une magnifique demeure de la sagesse, ** possédant comme richesse le don de prophétie.
10. Ayant médité, Bienheureux, * l’Ecriture divinement inspirée * et sagement choisi une vie aux formes variées, * en toi-même tu as sagement reproduit, ** Grégoire, l’unique image de la vertu.
11. Le Pontife initié * par divine mystagogie * au mystère de la théologie * nous en éclaire pour que nous adorions ** la Trinité consubstantielle, coéternelle, incréée.
12. Guidé par le Dieu que tu cherchais de tout cœur, * tu avais pour mystagogues Marie, * la pure Mère de Dieu, * et le fils du Tonnerre, ** qui te firent voir la lumière de la divine Trinité.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 8 : Du ciel tu descendis, ô Dieu de miséricorde, * trois jours dans le tombeau tu souffris de demeurer * pour nous délivrer de nos péchés ; ** notre Vie & notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi.
2. Tropaire du saint, ton 8 : Vigilant dans la prière et assidu à l’œuvre des miracles, * tu as mérité par ces vertus le nom que tu portais ; * Père Grégoire, prie le Christ notre Dieu * d’illuminer nos âmes, pour que nous évitions ** de nous endormir dans le péché qui mène à la mort.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion du saint, ton 2 : Très-sage Grégoire ayant reçu * le pouvoir de nombreux miracles, * tes prodiges ont effrayé les démons * et tu éloignas des hommes les maladies ; * c’est pourquoi de Thaumaturge tu reçus, ** à cause de tes œuvres, l’appellation bien méritée.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion du dimanche, ton 8 : Ressuscité du tombeau, * tu as éveillé les morts & ressuscité Adam, * Eve danse de joie en ta Résurrection, * les confins de la terre célèbrent ton éveil d’entre les morts, ** ô Dieu de miséricorde.

Prokimen
Du dimanche, ton 8 :
R/. Prononcez des vœux et accomplissez-les pour le Seigneur, notre Dieu (Psaume 75, 12).
V/. Dieu est connu en Judée, en Israël son Nom est grand (Psaume 75, 2).

Epître
Du dimanche : Ephésiens (§ 224) IV, 1-6.
Un Seigneur, une foi, un baptême.

Alleluia
Du dimanche, ton 8 :
V/. Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons le Dieu qui nous sauve (Psaume 94, 1).
V/. Allons devant lui en actions de grâces, au son des musiques, acclamons-le (Psaume 94, 2).

Evangile
Du dimanche : Luc (§ 66) XII, 16-21.

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux.

Laisser un commentaire