Votre schola à Rome pour le pèlerinage international Populus Summorum Pontificum – #SumPont2015

Baldaquin de Saint-Pierre-de-Rome

Du 22 au 25 octobre 2015, votre Schola a la joie de participer au grand pèlerinage international Populus Summorum Pontificum à Rome, au cours duquel nous chanterons les offices suivant :

Jeudi 22 octobre, à 19h, en l’église de la Très-Sainte-Trinité-des-Pèlerins, FSSP : vêpres pontificales votives & salut du Très-Saint Sacrement célébrés par Mgr Juan Rodolfo Laise, ofm cap., évêque émérite de San Luis, Argentine.

  • Entrée du clergé : symphonies pour un reposoir (H. 508) sur le thème du Tantum ergo, de Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de la musique de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, du Dauphin, fils de Louis XIV et de la Sainte Chapelle de Paris
  • Deus in adjutorium à 8 voix (double chœur) – polyphonie de Costanzo Antegnati (1549 † 1624) organiste de la cathédrale de Brescia
  • Antiennes en plain-chant – 5 psaumes en plain-chant & faux-bourdons parisiens
  • Neumes des antiennes instrumentaux pour sacquebouttes et trompette, d’après les Duos sur les 8 tons de l’Eglise, par Adriano Banchieri (1614)
  • Hymne Pange lingua – alternances polyphoniques d’Orfeo Vecchi (c. 1550 † 1604), maître de chapelle de Santa Maria della Scala à Milan
  • Magnificat du Vème ton à trois chœurs
  • Motet d’exposition : Verbum supernum prodiens – sur le ton du récitatif de la préface
  • Motet à la Très-Sainte Vierge : Inviolata
  • Prière pour Notre Saint-Père le Pape : Tu es Petrus
  • Tantum ergo en plain chant
  • Motet final : Laudate Dominum du IInd ton à trois chœurs

Organiste : don Marco Cuneo.

Choeur de l'église de la Très-Sainte-Trinité des Pèlerins à Rome (FSSP)

Vendredi 23 octobre, à 18h30, en l’église de Santa Maria in Portico in Campitelli : Messe pontificale de la fête de saint Antoine Marie Claret célébrée par Mgr Guido Pozzo, archevêque titulaire de Bagnoregio, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

  • Propre en plain-chant grégorien
  • Ordinaire : Messe à 4 chœurs de Marc-Antoine Charpentier
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Beati estis – motet à 2 chœurs sur le texte de la dernière béatitude dans les évangiles de Matthieu (V, 11-12) & Luc (VI, 22) – Peter Philips (c. 1560 † 1628), maître de chapelle du Collège anglais de Rome, chanoine de Soignies & de Béthune, organiste de la chapelle de l’Archiduc Albert VII d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas
  • Pendant la communion des fidèles : Vox Domini super aquas – motet à deux chœurs sur le texte du Psaume XXVIII, 3-9 – Eustache du Caurroy (1549 † 1609), maître de la chapelle royale de France, compositeur de la chambre du Roi
  • Pendant la vénération de l’icône miraculeuse de Santa Maria in Portico (datant du VIème siècle) : Magnificat du Vème ton à trois chœurs
  • Sortie du clergé : Omnes gentes – motet à deux chœurs de Guillaume Bouzignac (c. 1587 † ap. 1643), maître de chapelle des cathédrales d’Angoulême, de Bourges, de Rodez et de Clermont-Ferrand

Organistes : Mæstro Vincenzo di Betta (à l’orgue historique) et Beniamino Calciati (basse continue).

Santa Maria in Portico in Campitelli en vue panoramique

Samedi 24 octobre, à 12h, en la basilique Saint-Pierre du Vatican : messe pontificale célébrée à l’autel de la Chaire célébrée par Mgr Laise, en présence de Mgr Luigi Negri, archevêque de Ferrare-Comacchio.

  • Entrée du clergé : Laudes regiæ – « Acclamations carolingiennes » (VIIIème siècle)
  • Propre en plain-chant grégorien
  • Ordinaire : Missa VIII – De Angelis
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Angeli, Archangeli – grand motet de Jean Veillot († 1662), chanoine et maître de chapelle de Notre-Dame de Paris, du roi Louis XIV et des Bénédictines de Montmartre
  • Benedictus polyphonique : alternance du chanoine Nicolas-Mammès Couturier (1840 † 1911), maître de chapelle de la cathédrale de Langres
  • Après la consécration : O Salutaris Hostia – François Giroust (1739 † 1799), maître de chapelle du roi de France Louis XVI
  • Pendant la communion des fidèles : Tantum ergo sacramentum – Michel-Richard de Lalande (1657 † 1726), maître de la chapelle des rois Louis XIV & Louis
  • Pendant le dernier évangile : Salve Regina (plain-chant – ton simple)
  • Sortie du clergé : Christus vincit – Plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse, harmonisation du chanoine Gaston Roussel (1913 † 1985), curé de Port-Marly, maître de chapelle de la cathédrale de Versailles

Organiste : Olivier Willemin.

Chœur de la basilique Saint-Pierre du Vatican

Suivez le pèlerinage sur les réseaux sociaux grâce à #SumPont2015, le mot-dièse officiel de l’organisation du pèlerinage Populus Summorum Pontificum.

Ou sur nos réseaux :

  1. SnapChat : ScholaSteCecile
  2. Twitter : @scholastececile
  3. Facebook : Schola Sainte Cécile
  4. Instagram : ScholaSainteCecile

Les évènements sur Facebook :

  1. Vêpres du 22 novembre
  2. Messe pontificale du 23 octobre
  3. Messe pontificale du 24 octobre

Messe pontificale du cardinal Castrillón Hoyos en la basilique Saint-Pierre de Rome

Ce samedi 26 octobre, nous avons eu l’immense honneur et bonheur de chanter la messe votive de la sainte Vierge célébrée en la basilique Saint-Pierre du Vatican – à l’autel du reliquaire de la chaire de saint Pierre – par Son Eminence Dario, cardinal Castrillón Hoyos devant un grand concours de pèlerins venus à Rome dans le cadre du pèlerinage international Populus Summorum Pontificum. Voici les photographies de cette cérémonie qui nous a rappelé la joie & l’immense fierté d’être catholique.

Chant de la collecte par le pontife

Chant de la collecte de la messe votive de la Sainte Vierge par le pontife.

Chant de l'évangile par le diacre (1)

Chant de l’évangile par le diacre.

Chant de l'évangile par le diacre (2)

Chant de l'évangile par le diacre (3)

Pendant le chant de l'évangile par le diacre

 

Homélie de SE le cardinal Castrillón Hoyos

S.E. le cardinal Hoyos donne l’homélie.

Vue du chœur de Saint-Pierre de Rome pendant l'offertoire

Vue du chœur de Saint-Pierre de Rome pendant l’offertoire.

Encensements de l'offertoire

Encensements de l’offertoire.

Encensements de l'offertoire sous le reliquaire de la chaire de saint Pierre

Encensements de l’offertoire sous le reliquaire de la chaire de saint Pierre.

Lavabo à l'offertoire

Au lavabo de l’offertoire.

Adoration du Corps du Christ après la Consécration

Adoration du Corps du Christ après la Consécration.

Elévation du Corps du Seigneur

Elévation du Corps du Seigneur.

Elévation du Sang du Seigneur

Elévation du Sang du Seigneur.

Anne Foulard aux orgues de la Basilique Saint-Pierre

Anne Foulard aux orgues de la Basilique Saint-Pierre.

Crédits photographiques : © Schola Sainte Cécile.

Vidéo de la procession – partie de la Chiesa Nuova & à laquelle nous n’avons pu hélas participer, devant répéter dans la basilique Saint-Pierre – & de la messe pontificale dans la basilique (Source : The Remnant) :

Votre schola à Rome pour le Pèlerinage Populus Summorum Pontificum

Baldaquin de Saint-Pierre-de-Rome

Du 24 au 27 octobre 2013, votre Schola a la joie de participer au grand pèlerinage international Populus Summorum Pontificum à Rome organisé pour la clôture de l’Année de la Foi, au cours duquel nous chanterons les offices suivant :

Jeudi 24 octobre, 19h15 : Accueil des pèlerins et vêpres solennelles de saint Raphaël Archange célébrées par Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei (église de la Trinité-des-Pèlerins, FSSP).

  • Deus in adjutorium à 8 voix (double chœur) – polyphonie de Costanzo Antegnati (1549 † 1624) organiste de la cathédrale de Brescia
  • Antiennes en plain-chant – 5 psaumes en plain-chant & faux-bourdons parisiens
  • Hymne en plain-chant
  • Magnificat du premier ton à 8 voix (double chœur) – Giovanni Pierluigi da Palestrina (c. 1526 † 1594) Maître de la chapelle pontificale

Choeur de l'église de la Très-Sainte-Trinité des Pèlerins à Rome (FSSP)

Vendredi 25 octobre, 9h : Chapelet conduit par les Bénédictins de l’Immaculée à Santa Maria in Campitelli. La méditation des mystères du Rosaire sera accompagnée de motets à la Très-Sainte Vierge Marie.

Vendredi 25 octobre, 19 heures : Messe pontificale à la Trinité des Pèlerins célébrée par Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan).

  • Propre en plain-chant grégorien
  • Ordinaire : Missa Octava de Hans Leo Hassler (1564 † 1612) Archimusicien de la cité de Nuremberg, organiste et maître de chapelle de l’électeur de Saxe – 8 voix (double chœur)
  • Reprise de l’introït en polyphonie à 3 chœurs (Henri de Villiers)
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Vexilla Regis prodeunt – Anthoine de Bertrand (c. 1530
† avant 1582)
  • Pendant la communion des fidèles : Tantum ergo sacramentum « mozarabe » – Sur le plain-chant des livres de Tolède – Tomás Luis de Victoria (1548 † 1611), maître de chapelle aux Descalzas Reales de Madrid
  • Adoramus te, Christe – de la Missa Galeazescha de Loyset Compère (c. 1445 † 1518), maître de la chapelle de Galeazzo Maria Sfoza, duc de Milan
  • Pendant le dernier évangile : Ave Maria – Tomás Luis de Victoria (1548 † 1611)
  • Sortie du clergé : Exsultáte justi in Domino, motet sur le psaume 32 de Ludovico Grossi da Viadana (1564 † 1627), maître de chapelle de la cathédrale de Mantoue

Chœur de la basilique Saint-Pierre du Vatican

Samedi 26 octobre, 11 heures : Grand-messe pontificale célébrée à l’occasion du 61ème anniversaire de son ordination sacerdotale par S. E. le cardinal Castrillón Hoyos.

  • Entrée du clergé : Ave Maris stella – orgue (Nicolas de Grigny), plain-chant & alternance polyphonique à 6 voix de Guillaume Bouzignac (c. 1587 † ap. 1643), maître de chapelle des cathédrales d’Angoulême, de Bourges, de Rodez et de Clermont-Ferrand
  • Propre en plain-chant grégorien
  • Ordinaire : Missa VIII – De Angelis
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Ave Virgo gloriosa à 5 voix – Henri de Villiers, sur un thème de Loyset Compère
  • Benedictus polyphonique : alternance du chanoine Nicolas-Mammès Couturier (1840 † 1911), maître de chapelle de la cathédrale de Langres
  • Après la consécration : O Salutaris Hostia – François Giroust (1739 † 1799), maître de chapelle du roi de France Louis XVI
  • Pendant la communion des fidèles : Tantum ergo sacramentum – Michel-Richard de Lalande (1657 † 1726), maître de la chapelle des rois Louis XIV & Louis
  • Pendant le dernier évangile : Salve Regina (plain-chant – ton simple)
  • Sortie du clergé : Christus vincit – Plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse, harmonisation du chanoine Gaston Roussel (1913 † 1985), curé de Port-Marly, maître de chapelle de la cathédrale de Versailles

Proclamation du dogme de l’Assomption le 1er novembre 1950

La Dormition (la mort paisible, tel un sommeil) et l’Assomption (la non corruption du corps et sa montée au ciel) de la Sainte Vierge sont unanimement célébrées dès l’époque patristique dans toutes les Eglises d’Orient & d’Occident. L’Église catholique a considéré que les traditions anciennes sur lesquelles ont été établies la célébration liturgique (outre le fait objectif qu’il n’y a jamais eu mention de reliques du corps de la Vierge Marie qu’une église aurait détenu) étaient conforme au dépôt de la Foi.

A partir du XIXème siècle, des pétitions commencent à affluer à Rome pour que soit officiellement défini le dogme de l’Assomption. De 1854 à 1945, huit millions de fidèles écriront à Rome en ce sens ! Chiffre auquel il faut ajouter les pétitions de 1 332 évêques (représentant 80 % des sièges épiscopaux) et 83 000 prêtres, religieux et religieuses. Face à ces demandes répétées, Pie XII, par l’encyclique Deiparae Virginis, publiée en mai 1946, demande à tous les évêques du monde de se prononcer sur la question. La réponse est quasi unanime : 90 % des évêques y sont favorables. La plupart des 10 % restant s’interrogent sur l’opportunité d’une telle déclaration, seulement six évêques émettant des doutes sur le caractère « révélé » de l’Assomption de Marie. A la suite de ces réponse, le Pape décide de proclamer solennellement le dogme de l’Assomption en 1950 au cours de célébrations magnifiques & grandioses, dont voici ci-dessous quelques photographies d’époque.

Notons que la proclamation dogmatique de l’Assomption reste à ce jour le seul & unique cas où l’infaillibilité pontificale, telle que définie au Concile de Vatican I, a été mise en oeuvre ; infaillibilité assise du reste sur la collégialité : tous les évêques du monde s’étaient prononcés sur la question, & la présence de 800 évêques autour du Pape lors de la proclamation ressemble à s’y méprendre à un concile.

D’une tradition enseignée par la liturgie & professée par les Pères & Docteurs des premiers siècles (dès saint Ephrem au IVème siècle), et paisiblement continuée durant l’histoire de l’Eglise, l’Assomption devint donc dès lors un dogme de foi que doivent tenir les catholiques. C’est un avis tout à fait personnel, mais il est possible que l’apparition croissante au cours du XXème siècle de pseudo-théologies contestataires & modernistes, de plus en plus irrespectueuses de la grande Tradition de l’Eglise, ait joué un rôle dans cette prise de décision du vénérable Pie XII, finalement prophétique…

La proclamation dogmatique ne se fit pas – comme on aurait pu s’y attendre – un 15 août mais le 1er novembre de l’Année Sainte 1950, jour de la Toussaint, situant ainsi Marie dans la communion de tous les saints.

Plus discutable fut la refonte des textes liturgiques de la fête du 15 août qui fut alors décidée. On trouvait que ces textes liturgiques, pourtant vénérables (ils avaient traversés les siècles depuis l’institution de la fête de l’Assomption à Rome par le Pape Théodore (642 † 649), d’origine constantinopolitaine), n’exprimaient pas suffisamment le mystère célébré. A dire vrai, c’était surtout l’évangile de la messe qui étonnait les mentalités contemporaines. En effet, on y chantait Luc 10, 38-42, soit le Christ chez Marthe & Marie. Ce passage pourtant était appliqué à la Sainte Vierge dans l’exégèse patristique et est utilisé également dans les rits byzantin & mozarabe pour la fête du 15 août, il s’agissait donc d’un patrimoine vraiment antique. Quant aux nouvelles pièces du chant liturgique qui furent élaborées en place des anciennes, on peut même noter une régression dans l’affirmation du mystère célébré (comparez ainsi l’antique offertoire : « Assumpta est Maria in cœlum : gaudent Angeli, collaudantes benedicunt Dominum, alleluia » avec le moderne composé en 1950 pour prendre sa place : « Inimitias ponam inter te et mulierem, et semen tuum et semen illius »).

Avant de laisser la place aux belles images des glorieuses cérémonies de 1950, rappelons que l’Assomption de la Vierge réaffirme « le caractère provisoire de notre mort corporelle qui, en style chrétien, prend le nom de sommeil et de dormition » (R.P. Martin Jugie (1878 † 1954), in « La mort et l’Assomption de la Sainte Vierge », chapitre « Opportunité et avantage de la définition solennelle de la doctrine de l’Assomption »), affirmation non négligeable à notre époque alors que ce développe une civilisation matérialiste qui nie le sens ultime de l’existence humaine.

1er novembre 1950 – Le chœur de Saint-Pierre de Rome durant la messe papale de la proclamation du dogme de l’Assomption de la Sainte Vierge. Le vénérable Pie XII se tient au fond de l’abside de la basilique Saint-Pierre, juste sous le reliquaire de la Chaire, lequel contient les restes de la chaire utilisée par l’Apôtre saint Pierre lorsqu’il enseignait à Rome.

« Le Ier novembre 1950, à l’exceptionnelle cérémonie, le monde catholique entier était en union de pensée avec ceux qui avaient pu venir. Huit cents évêques étaient autour du Souverain Pontife pendant la Messe Papale, offrant dans l’abside de Saint-Pierre le spectacle d’un concile œcuménique. »

Mgr Pfister, Rome éternelle. Arthaud, 1954.

Les noms des 800 évêques présents lors de la proclamation du dogme de l’Assomption ont été gravés sur des grandes tables de marbres qui sont placées sur les portes d’entrée du narthex de la basilique Saint-Pierre. Les pèlerins peuvent toujours les voir.

« Vision vertigineuse prise du chemin de ronde de la coupole. Les proportions gigantesques, comme l’immensité de la foule sont ici manifestes. »

Mgr Pfister, Rome éternelle.

« En ce matin de l’extraordinaire Toussaint de 1950, aucun mouvement de foule n’était possible durant la cérémonie. L’affluence dépassait le demi-million. La plupart avait préféré assister au rite de la définition du dogme à l’extérieur de la basilique. Ceux qui remplissaient l’intérieur, assistèrent à l’entrée du Saint Père et de son cortège, puis à cette Messe dans ce cadre aussi émouvant que grandiose. C’est l’instant si bouleversant de la Consécration. Tous sont à genoux, les Gardes Nobles et les Suisses font en outre le salut militaire. »

Mgr Pfister, Rome éternelle.

Le Pape proclame la définition dogmatique de l’Assomption :

« Nous proclamons, déclarons et définissons que c’est un dogme divinement révélé que Marie, l’Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste. »

Cette proclamation est faite selon les critères exprimés au Concile de Vatican I de 1870, à savoir ex cathedra, « c’est-à-dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens, il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu’une doctrine, en matière de foi ou de morale, doit être admise par toute l’Église, jouit par l’assistance divine à lui promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que fût pourvue l’Église, lorsqu’elle définit la doctrine sur la foi ou la morale. » (Saint Concile Vatican I).

Ces vidéos donnent des vues de la cérémonie et de la proclamation dogmatique.

5 novembre 1950. – Le vénérable Pape Pie XII salue S.E. Francis, cardinal Spellman, archevêque de New-York, à l’issue de l’audience spéciale accordée par le Saint Père aux très nombreux membres de la hiérarchie catholique qui ont assisté aux cérémonies solennelles de la proclamation du dogme de l’Assomption.

13 novembre 1950. – Le vénérable Pape Pie XII signe la bulle de la proclamation du dogme de l’Assomption de la Sainte Vierge dans son bureau privé, au Palais Apostolique.

Parmi les nombreux témoignages & souvenirs commémoratifs de la proclamation dogmatique, voici un timbre émis par la Poste Vaticane pour l’occasion.