Orfeo Vecchi – Tantum ergo / Pange lingua

Orfeo Vecchi (c. 1550 † 1604), maître de chapelle de Santa Maria alla Scala à Milan.
Tantum ergo / Pange lingua
4 voix mixtes (SATB).
2 pages.

Orfeo Vecchi fut nommé en 1580 par saint Charles Borromée comme maître de chapelle de Santa Maria alla Scala, alors l’une des plus importantes églises de Milan, édifice qui fut détruit au cours du XVIIIème siècle afin d’y édifier le fameux Théâtre de la Scala qui y tire son nom. A ce poste, qu’il occupa jusqu’à sa mort, il laissa une production abondante de musique sacrée qui fit de lui le musicien milanais le plus célèbre de son temps. Son œuvre témoigne de la volonté de traduire les principes musicaux de clarté et de dignité demandés par le Concile de Trente, il collabora de ce fait à l’œuvre immense de profonde Contre-Réforme catholique engagée par saint Charles Borromée à la tête de l’Archidiocèse de Milan, le plus vaste diocèse catholique d’Europe.

Ce Tantum ergo a capella, s’il continue d’être écrit dans le stile antico traditionnel, témoigne ainsi parfaitement des nouvelles exigences d’intelligibilité du texte demandés à Trente.

Nous le présentons sur la forme de deux partitions :

  • le Tantum ergo originel de l’auteur, où la même polyphonie s’adapte aux deux dernières strophes de l’hymne Pange lingua
  • une réadaptation de cette même polyphonie aux strophes de l’hymne Pange lingua, aux fins de créer une alternance régulière avec le plain-chant usuel (à prendre sur une tonique de Fa# au lieu du Mi habituel)

Voici le texte de cette hymne et sa traduction française du XVIIIème siècle :

Pange lingua gloriósi
Córporis mystérium,
Sanguinísque pretiosi,
Quem in mundi prétium
Fructum ventris generosi
Rex effúdit géntium.
Chante, chante ma langue, un mystère terrible,
Mystère aux sens inaccessible,
Du corps rempli de gloire, & du sang précieux,
Que, pour prix infini de l’univers coupable,
Versa le monarque adorable.
Fruit d’un très chaste sein d’une fille des cieux,
Nobis datus, nobis natus
Ex intácta Vírgine,
Et in mundo conversátus,
Sparso verbi sémine,
Sui moras incolátus
Miro clausit órdine.
Ce roi se donne à nous ; le Verbe né du Père,
Nait pour nous d’une Vierge mère :
Et parmi les mortels, mortel passe ses jours :
Il sème dans les cœurs sa parole féconde ;
Et près de partir de ce monde,
Par un ordre admirable il achève son cours.
In suprémæ nocte cœnæ,
Recúmbens cum frátribus,
Observáta lege plene
Cibis in legálibus,
Cibum turbæ duodénæ
Se dat suis mánibus.
Assis avec les siens, la nuit qui fut suivie
De la triste fin de sa vie,
Il accomplit la loi dans ce dernier festin,
En mangeant de l’agneau la Pâque désirée,
A ceux de la troupe sacrée,
Se donne, en pain vivant, Lui-même de sa main.
Verbum caro, panem verum
Verbo carnem éfficit :
Fitque sanguis Christi merum,
Et si sensus déficit,
Ad firmándum cor sincérum
Sola fides súfficit.
Du Verbe, rendu chair, la parole ineffable
Rend le pain sa chair véritable,
Et le vin se transforme au sang de notre roi ;
Et quoique tous les sens combattent ce mystère,
Pour affermir un cœur sincère
Il suffit de l’armer d’une invincible foi.
Tantum ergo Sacraméntum
Venerémur cérnui :
Et antíquum documéntum
Novo cedat rítui :
Præstet fides suppleméntum
Sénsuum deféctui.
Adorons avec crainte au pied de cette table,
Un sacrement si vénérable ;
Et que l’ancienne loi cède aux nouveaux présents,
Que la vérité même en efface les ombres ;
Et que nos yeux étant sombres,
Notre foi nous éclaire au défaut de nos sens.
Genitóri, Genitóque
Laus et jubilátio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedíctio :
Procedénti ab utróque
Compar sit laudátio.

Amen.
Au Dieu Père éternel, au Fils, égal au Père,
Louange en ce jour salutaire,
Gloire, chant d’allégresse, honneur, force, grandeur :
Qu’ils soient bénis sans cesse, & qu’on bénisse encore
L’Esprit Saint que le ciel adore,
Dieu procédant des deux, souffle brûlant de leur cœur. Ainsi soit-il.

Les premières mesures de cette partition :

Tantum ergo - Orfeo Vecchi

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur l’un des réseaux sociaux ci-dessous. Le lien apparaîtra ensuite.

Tantum ergo « Vigilantium » sur le Chant de l’Espérance

Tantum ergo à 4 voix sur le Chant de l'Espérance

Harmonisation à 4 voix  du texte du Tantum ergo, le chant a été adapté sur le thème utilisé par le Chant de l’Espérance, devenu célèbre auprès des Veilleurs.

Un enregistrement fait avec un simple i-Phone :

Jam lucis orto sidere en plain-chant de Nancy

Jam lucis orto sidere en plain-chant de Nancy