Vigiles byzantines de la Dormition de la Mère de Dieu à Oxford

En attendant le commencement officiel de la session de la Latin Mass Society, Marc m’avait rappelé que demain était célébrée dans l’Eglise russe la Dormition & l’Assomption de la Vierge, selon le calendrier julien.

Marc & moi nous sommes précipités au travers d’Oxford pour aller assister aux vigiles de la Dormition à la cathédrale orthodoxe d’Oxford, sur Canterbury Road. Quoique peu nombreux, le chœur de cette cathédrale a très bien assuré le chant des matines, abrégeant relativement peu (2h20 tout de même ! :-) – chaque office byzantin est forcément abrégé : théoriquement, on pourrait célébrer 24h sans discontinuer en offices liturgiques chaque jour de l’année). La piété des fidèles y était intense, presque palpable. Deux partitions à nous inconnues ont tout particulièrement attisées notre concupiscence de maîtres de chapelle, Marc & moi : l’exapostilaire de la fête de la Dormition (de la composition de Lvov) & un sublime polyeleos adapté depuis une mélodie du monastère de Valaam.

russianorthodox-church.jpg

Pour moi c’était une grande émotion de revenir dans cette cathédrale orthodoxe (certes, les extérieurs ne sont pas beaux, mais les icônes despotiques de l’iconostase sont très belles).

Il y a en effet 24 ans de cela (j’étais fort jeune envoyé à Oxford par ma famille), j’y avais pour la première fois de ma vie découvert la beauté de Dieu au travers de la liturgie & de la musique sacrée. Ce n’était pas sans émotion que j’ai prié tout au long de cette vigile de la Dormition pour Mrs Militza Zernov, vieille dame exquise que j’avais rencontré alors. Nous prenions le thé chez elle tout en parlant de liturgie & d’ecclésiologie. Elle & son mari, le professeur Zernov, avaient fui les bolcheviques. Elle avait cette douceur, cette noblesse née de l’épreuve, cette hospitalité que j’ai retrouvé maintes fois par la suite chez les Russes blancs (et tout particulièrement chez Maxime Kovalevsky, mon maître en musique sacrée). Nous étions restés quelques temps en correspondance depuis La Réunion.

Cette rencontre avec l’orthodoxie à Oxford a été déterminante pour toute ma vie.

24 ans après, j’étais frappé, tout comme Marc, par ce même accueil chaleureux & plein de charité que nous avons reçu ce soir.

Bonne fête à la Sainte Russie.

Laisser un commentaire