Saint Denys (9 octobre) – Prose – Offices notés complets de Paris – 1899

Prose de saint Denys

Le texte de cette prose est attribué au roi de France Robert Ier le Pieux. Le texte original qui se chantait à l’abbaye Royale de Saint-Denys a été modifié au cours du XVIIIème siècle dans les livres parisiens de Mgr de Vintimille. Voici les variantes les plus notables :

* A la strophe 1, le texte original est :
Gaude prole, Græcia;
Glorietur Gallia
Patre Dionysio.
(L’origine grecque de saint Denys, pourtant indiquée assez par son nom, a été contestée au XVIIIème siècle)

* A la strophe 3, le texte original est :
Speciali gaudio
Gaude, felix Concio
Martyrum præsentia.
(Le texte felix Concio désignant proprement l’Abbaye de Saint-Denys, qui pouvait chanter la prose devant les reliques présentes de saint Denys).

* A la strophe 18, le texte original est :
Se cadaver mox erexit;
Trunctus truncum caput vexit,
Quod ferentem, huc direxit
Angelorum legio.
(Sous l’effet de la critique rationaliste, on a modifié cette strophe qui témoignait de la tradition ancienne selon laquelle saint Denys avait porté sa tête après son martyre jusqu’au lieu de la future abbaye. Le huc du texte ne se comprend du reste que chanté à Saint-Denys même, ailleurs, on modifiait souvent le texte en chantant : Quo ferente, hoc direxit).

Laisser un commentaire