Prose parisienne de la Toussaint – Offices notés complets de Paris – 1899

Prose parisienne de la Toussaint

Le texte de cette séquence fut rédigé par Jean-Baptiste de Contes, chanoine de Notre-Dame de Paris, l’an 1660 et entra ensuite dans la liturgie propre parisienne.

En voici le texte latin avec une traduction extraite d’un missel de Paris latin—français de 1764 à l’attention des fidèles.

Sponsa Christi, quæ per orbem,
Mílitas Ecclésia,
Prome cantus, & sacrátos
Dic triúmphos cœlitum.
Épouse de Jésus-Christ, Église fidèle qui combattez sur la terre, célébrez par vos cantiques la gloire & les triomphes des Saints qui sont dans le ciel.
Hæc dies cunctis dicáta,
Mixta cœli gáudiis,
Læta currat, & solémni
Pérsonet melódia.
Que ce jour destiné à les honorer tous, soit pour nous un jour de joie : unissons nos voix à celles des esprits célestes ; & que tout retentisse d’une sainte mélodie.
Lavreatvm ducit agmen
Juncta Mater Fílio,
Sola, quæ partu pudórem
Virgo numquam pérdidit.
A la tête de l’armée triomphante des Bienheureux marche à côté de Jésus-Christ cette Mère sainte, qui seule a eu la prérogative de mettre un Fils au monde, sans cesser d’être Vierge.
Mox sequúntur Angelórum
Administri spíritus,
Siderúmque Conditóri
Mille laudes cóncinunt.
Ensuite paraissent les Anges, ces ministres du Seigneur, qui chantent mille cantiques de louanges à la gloire du Créateur de l’univers.
His Joánnes, vate major,
Præco Christi prævius,
Patriárchæ cum Prophétis,
Accinunt dulci melo.
Après eux vient Jean-Baptiste le plus grand des Prophètes. Ce saint Précurseur de Jésus-Christ, les Patriarches, & les Prophètes unissent leurs voix à la céleste harmonie.
Principies sacri senátus
Orbis almi júdices,
Sédibus celsis sublímes,
Facta pendunt ómnium.
Ils sont suivis des Apôtres : ces princes du sacré Sénat sont assis sur des trônes, pour juger l’univers.
Prodigi vitæ, cruóre,
Purpuráti Mártyres,
Auspicáti morte vitam,
Pace gaudent pérpeti.
On voit marcher après ces généreux Martyrs, tout couverts du sang qu’ils ont répandu : en perdant une vie passagère, ils sont entrés en possession d’une éternité de bonheur & de paix.
Turba sacra Confiténtum,
Cum Levítis Præsules,
Sæculi luxu rejécto,
Perfruúntur glória.
Ils sont accompagnés de ces saints Confesseurs, de ces Evêques, & de ces Lévites, qui n’ayant eu que du mépris pour les vanités du siècle, possèdent une gloire qui n’aura pas de fin.
Pompa nuptiális, Agno
Consecrátæ Virgines,
Líliis, rosisque Sponsum
Æmulántur prósequi.
Les Vierges, ces chastes épouses de l’Agneau, portant des lys et des roses, s’empressent d’augmenter le cortège de ce divin époux.
Omnibus sors hæc beáta,
Glóriam Deo dare,
Et poténtem confitéri,
Terque sanctum dícere.
Tous n’ont que l’heureuse occupation de louer le Seigneur : leur partage est de chanter les merveilles, la puissance & la sainteté d’un seul Dieu en trois Personnes.
Cœlites o vos beáti,
Quos Deus felícitat,
Súpplicum votis adéste,
Et favéte sínguli.
Heureux habitants du ciel, dont Dieu fait la félicité, recevez nos hommages ; & que chacun de vous nous aide de ses prières auprès du Tout-Puissant.
Hausta fonte liberáli
Dona terris fúndite :
Pace nostris in diébus
Obtinéte pérfrui.
Faites couler jusque sur la terre une partie de ces célestes dons que vous puisez dans la source même : obtenez-nous la paix dont nous avons besoin pendant cette vie.
Vt Deo cum sanctitáte
Serviámus súbditi,
Glóriæ posthac futúri,
Quam tenéris, cómpotes. Amen. Alleluia.
Afin que servant Dieu dans la sainteté, & dans une parfaite soumission, nous ayons un jour une part à la gloire dont vous jouissez dans le ciel. Amen. Alleluia.

Laisser un commentaire