Programme du XXème dimanche après la Pentecôte – Saint Callistrate – ton 3

Paroisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 10 octobre 2010 du calendrier grégorien – 27 septembre du calendrier julien, divine liturgie de 9h15.

Dimanche du ton III de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour la fête des saints Callistrate, Gymnasios et leurs 48 compagnons, tous soldats, qui reçurent la palme du martyre à Rome lors de la persécution de Dioclétien. Callistrate – dont le nom grec signifie « beau soldat » – est un soldat originaire de Carthage, chrétien & soldat comme son père. Un de leurs aïeuls avait été soldat en Palestine sous l’autorité du procurateur Ponce Pilate & avait assisté aux évènements de notre Rédemption. Dénoncé comme chrétien, Callistrate subit différents tourments avant d’être jeté à la mer cousu dans un sac en cuir, mais par le secours divin, il en sortit sain et sauf et fut ramené au rivage par des dauphins ; ce que voyant, 49 soldats de ses compagnons d’armes se convertirent à la foi chrétienne, et devinrent avec lui ses compagnons dans le martyre. Ils furent tous jetés en prison, Callistrate profita de ce temps pour les catéchiser. Les 50 furent plongés pieds et mains liés dans une piscine profonde. Les 49 néophytes considérèrent cette immersion comme leur baptême. Cependant des signes grandioses – une colonne de lumière et un tremblement de terre qui renversa l’idole la plus proche – accompagnèrent cette nouvelle épreuve et interrompirent le supplice. Les 50 soldats furent en définitive passés par le fil de l’épée dans leur prison & découpés en morceaux, mais – comme le sang des martyrs est semence de chrétiens – ce supplice inique entraîna la conversion de 135 autres soldats qui pieusement ensevelirent leur restes. Callistrate et ses compagnons sont des martyrs romains, mais leur culte se répandit à Byzance où une partie de leurs reliques avait était apportée et était vénérée au monastère de sainte Epicharite. Le martyrologe romain les fête le 26 septembre tandis que le synaxaire arménien les vénère le 28 juin.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 3 : Que les cieux se réjouissent, * que la terre exulte d’allégresse, * car le Seigneur a fait merveille * par la force de son bras, * terrassant la mort par sa propre mort * et devenant d’entre les morts le premier-né : * du sein de l’Enfer il nous a tous sauvés, * accordant au monde la grâce du salut.
2. Tropaire des saints martyrs, ton 4 : Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité ; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons ; par leurs prières sauve nos âmes.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion du saint martyr Callistrate & de ses compagnons, ton 4 : Vous avez enduré de multiples blessures, et vous avez clairement recherché les couronnes de Dieu, priez pour nous, ô Saints, le Christ ; par la mémoire que nous faisons de votre grande fête, nous glorifions votre passion, ô Callistrate et ses compagnons, parce que vous guidez votre troupeau & votre peuple, car vous êtes le soutien des croyants.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion du dimanche, ton 3 : Du tombeau tu es ressuscité * en ce jour, ô Dieu de miséricorde, * nous arrachant aux portes de la mort ; * en ce jour Adam tressaille d’allégresse et Eve danse de joie, * et tous ensemble les Patriarches & les Prophètes chantent inlassablement * la force & la puissance de ta divinité.
Prokimen
Du dimanche, ton 3 :
R/. Sonnez pour notre Dieu, sonnez ; sonnez pour notre Roi, sonnez ! (Psaume 46, 7).
V/. Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu par vos cris de joie ! (Psaume 46, 2).
Alleluia
Du dimanche, ton 3 :
V/. En toi, Seigneur, j’ai mon abris ; sur moi pas de honte à jamais (Psaume 30, 2).
V/. Sois pour moi un Dieu qui me défend, un lieu fort qui me sauve (Psaume 30, 3).
Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1). Alleluia, alleluia, alleluia.

Laisser un commentaire