Le voile de Carême – Velum quadragesimale

Voiles de Carême dans les églises parisiennesLe Carême est un temps de jeûne. Autrefois les chrétiens – pour se préparer à vivre le grand mystère de la mort & de la résurrection du Christ – n’y observaient non seulement une privation de nourriture, mais également une privation auditive et visuelle.

Privation auditive avec la suppression de l’orgue et des instruments de musique, mais aussi, dans bien des usages diocésains, du son des cloches.

Privation visuelle avec les voiles que l’on place sur les croix et les statues ou encore la suppression des fleurs sur les autels. Privation visuelle qui consistait aussi à fermer le sanctuaire par un grand voile, le velum quadragesimale.

A Paris ainsi, jusque vers les années 1870, on tendait celui-ci depuis le premier dimanche de Carême et jusqu’au Mercredi Saint. Ce grand voile, de laine violette ou de couleur cendre, fermait complètement le sanctuaire et masquait la vue du maître-autel. On le faisait tomber sur le pavé du sanctuaire au cours de la messe du Mercredi Saint, pendant qu’on chantait la passion selon saint Luc, précisément lorsque le diacre chroniste arrivait au chant de ce verset :

Et obscurátus est sol : et velum templi scissum est médium.
Le soleil fut obscurci, et le voile du temple se déchira par le milieu.
Luc XXIII, 45

Cette scène, au dramatisme visuel certain, donnait vie aux paroles de l’Evangile de la Passion que les fidèles écoutaient, et renforçait le sens de celles-ci dans leur cœur.

Ce grand voile – appelé velum quadragesimale ou velum templi – n’était pourtant pas une particularité parisienne puisqu’il se retrouvait dans tous les pays de l’ancien espace carolingien. Son usage est attesté par plusieurs conciles et statuts médiévaux et remonte de fait à une très haute antiquité chrétienne. Devenu très orné vers la fin du Moyen-Age, surtout en Allemagne, le voile de Carême, qui y avait survécu à la réforme luthérienne, y retrouve actuellement un regain d’intérêt.

1. Le voile de Carême dans l’ancien usage de Paris

Voici quelques paragraphes concernant l’ornementation des églises durant le Carême, tirés du Cæremoniale Parisiense publié en 1662 par le cardinal de Retz, et rédigé par Martin Sonnet, prêtre et bénéficier de l’Eglise de Paris, ouvrage de référence pour connaître l’ancien rit parisien. Ce passage décrit la mise en place de l’ornementation des églises propre au temps du Carême, mise en place effectuée avant les premières vêpres du premier dimanche de Carême. A propos du grand voile quadragésimal, le Cérémonial parisien précise non seulement quand doit il être placé dans le sanctuaire, mais aussi à quels moments précis on doit le tenir ouvert ou fermé.

De Dominicis &   Feriis Quadragesimæ usque ad Dominicam Palmarum

Des dimanches et féries de Carême jusqu’au dimanche des Rameaux

Caput VIII

Chapitre VIII

Cum ieiunasset Iesus Quadraginta diebus & Quadraginta noctibus, postea esuriit.

Matth. Cap. 4 v. 2

Et Jésus ayant jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim ensuite.

Matthieu, 4, 2.

1. Dominica prima in Quadragesima, semiduplex, & primæ classis. Semiduplex, quoad officium, primæ classis, quoad privilegium.

1. Le premier dimanche de Carême est semidouble de 1ère classe. Semidouble en ce qui concerne l’office, de première classe, en ce qui concerne son privilège.[1]

2. Sabbato ante Vesperas, Magister cæremoniarum curat, ut per Clericum fabricæ vel Sacristam & coadiutores eius omnes Cruces, capsæ seu Reliquiæ sanctorum, & imagines Ecclesiæ etiam crux Processionalis, tegantur & cooperiantur honeste velis violacei seu cinericei coloris, ex Cameloto vel ex Bombyce Damascena seu panno sericeo. Item curat ut maius Altare & alia Altaria Ecclesiæ ornentur paramentis eiusdem coloris.

2. Le Samedi avant vêpres, le Maître des Cérémonies aura soin que par un clerc de la fabrique ou par le Sacristain et ses adjoints, toutes les croix, toutes les châsses ou reliques des saints, et toutes les images de l’église, même la croix de procession, soient tendues et couvertes avec dignité de voiles violets[2] ou de couleur cendrée[3], faits en camelot[4] ou en bombycine[5] damassée, ou en tissu soyeux. De même il aura soin que le maître-autel et que les autres autels de l’église soient ornés de parements[6] de même couleur.
3. Et ante maius Altare inter Chorum & Presbyterium ab vno latere ad aliud, appenditur seu extenditur magnum velum oblongum & latum, seu cortina maior ex cameloto violacei seu cinericei coloris, quæ possit retrahi vel plicari vel detendi quando opus erit, vel etiam possit extendi, uel claudi, vel trahi, vsque ad feriam quartam maioris Hebdomadæ. 3. Et devant le maître autel, entre le chœur et le presbyterium[7], d’un côté à l’autre, on pendra ou étendra un grand voile oblong et large, ou une grande tenture, en camelot violet ou de couleur cendrée, qui puisse être ramené ou plié ou ouvert quand cela se doit, ou encore qui puisse être étendu ou fermé ou tiré, jusqu’à la Quatrième férie de la Grande Semaine[8].
4. Extenditur autem magnum illud velum ad omnes horas feriales tantum, & per totum diem & noctem : Et nunquam extenditur ad Missam : neque ad officium de Dominica a primis eius Vesperis usque ad secundas Vesperas illius & per totum diem & noctem : neque etiam in festis duplicibus & semiduplicibus ad officium, nec per diem & noctem. 4. On étend en effet ce grand voile seulement pour toutes les heures de l’office férial, et tout le jour & la nuit. Et on ne l’étend jamais pour la messe, ni à l’office du dimanche, des premières vêpres jusqu’aux secondes vêpres de celui-ci, et pendant tout ce jour et cette nuit, ni aussi aux fêtes doubles ou semidoubles à l’office, ni pendant le jour & la nuit[9].
5. Deponuntur etiam per totam Ecclesiam & Chorum omnia aulæa, & omnes tapetes graduum sive suppedanei maioris Altaris, & aliorum, vsque ad Pascha, tota denique Ecclesia exornatur.

On déposera aussi dans toute l’église et dans le chœur toutes les tentures, & tous les tapis des degrés et des marchepieds du maître-autel et des autres autels, jusqu’à Pâques, en somme on enlève tous les ornements de l’église[10].

Voici comment le même Cæremoniale décrit l’enlèvement du grand voile de Carême un peu plus loin, lorsqu’il parle du Mercredi Saint :

11. Diaconus cantat Passionem secundum S. Lucam, quam Celebrans interim legit in cornu Evangelii, vt feria tertia præcedenti notatur. Postquam autem ad aquilam in medio Chori peruenerit, Magister Cæremoniarum extendit magnum velum inter Presbyterium & Altare, more solito : quod soluitur in vtraque parte Chori, & tenetur à duobus Clericis, vsque ad hæc verba Passionis, Еt velum templi scissum est medium. Et cum illa pronuntiat Diaconus, de nutu Cæremoniarii, duo supradicti Clerici subitò relaxant, ita ut etiam repentè cadat omnino super pauimentum Chori, quod velum postea auffertur à Sacrista.

11. Le diacre chante la Passion selon saint Luc, que le célébrant pendant ce temps lit au coin de l’évangile, ainsi qu’il est noté à la troisième férie précédente. Mais après qu’il soit parvenu à l’aigle qui est au milieu du chœur, le Maître de Cérémonie tire le grand voile entre le Presbyterium et l’autel, de la façon habituelle, lequel est soutenu de chaque côté du chœur et tenu par deux clercs, jusqu’à ces paroles de la Passion : Et le voile du temple se déchira par le milieu. Et quand le diacre prononce ces paroles, sur un signe du Cérémoniaire, les deux clercs susdits le relâchent subitement, afin qu’ainsi il tombe soudain entièrement sur le pavé du chœur, ce voile est ensuite enlevé par le sacristain.

Il est très intéressant de noter que le grand voile de Carême reste systématiquement ouvert tout le dimanche, des premières vêpres aux secondes : le Jour du Seigneur, Dies Domini, a toujours été la fête de la résurrection, même en Carême ; le jeûne y est proscrit.

Le Cæremoniale Parisiense du cardinale de Noailles publié en 1703 diffère du reste bien logiquement l’installation du voile de Carême après les complies du Ier dimanche de Carême et avant l’office nocturne du lundi : il est vrai que puisque le voile devait rester ouvert pendant tous les dimanches, son installation avant les Ières vêpres du Ier dimanche de Carême – quoique parfaitement en phase avant la logique de l’entrée en Carême – n’était pas absolument nécessaire. Selon ce Cérémonial, les autres voiles des images et des croix sont toutefois toujours installés avant les Ières vêpres du Ier dimanche de Carême. Comme on le verra, on trouve déjà dans la plupart des coutumiers monastiques médiévaux, dès le Xème siècle, cet usage de mettre en place le voile de Carême après les complies du Ier dimanche, et peut être est-ce là un souvenir de l’époque reculée – avant saint Grégoire le Grand ! – où le jeûne ne commençait effectivement que le lundi.

2. Une tradition répandue dans toute l’Europe qui n’est pas propre à Paris

Avant la Renaissance et l’apparition des premiers cérémoniaux diocésains imprimés, il n’est pas toujours aisé de connaître le déroulement des différents rites liturgiques par le menu détail : les rubriques, dans les anciens missels médiévaux, sont lacunaires voire franchement inexistantes. On peut toutefois glaner des détails utiles dans les actes des conciles provinciaux, mais surtout dans les Coutumiers des Abbayes, qui réglaient avec précision les détails de la vie conventuelle propres à chaque grand centre monastique.

Ainsi nous trouvons notre grand voile quadragésimal mentionné par une série de conciles médiévaux anglo-normands comme devant faire partie du matériel que toute église doit nécessairement posséder : ce sont les conciles d’Exeter en 1217, de Canterbury en 1220, de Winchester en 1240, d’Evreux aussi en 1240 et d’Oxford en 1287.

Antérieurement à ces conciles, de nombreux coutumiers, constitutions et statuts médiévaux d’abbaye indiquent l’usage de fermer le sanctuaire d’un voile pendant le Carême.

La plus ancienne mention se trouve dans les Consuetudines Farfenses – Constitutions de l’abbaye de Farfa, près de Rome, rédigées vers l’an 1010 (chap. XLII), qui indiquent au soir du Ier dimanche de Carême :

Nam denique secrætarius cortinam exacta vespera in fune ordinet et completorio consummato in circulos extendant.
Et enfin le sacristain place une courtine sur une corde une fois les vêpres finies et à la fin des complies ils le referment.

Saint Lanfranc († 1089), abbé de Saint-Etienne de Caen puis archevêque de Canterbury en 1070, parle dans ses statuts du voile de Carême, qu’on doit placer après les complies du Ier dimanche de Carême, et des autres voiles des croix et des images, qui sont placés le lendemain avant tierce :

Dominica prima Quadragesimæ post Completorium suspendatur cortina inter Chorum & altare. Feria secunda ante Tertiam debent esse coopertæ Crux, Coronæ, Capsæ, textus qui Imagines deforis habent.
Le premier dimanche de Carême, après Complies, on suspend un rideau entre le chœur et l’autel. Le lundi, avant tierce, doivent être recouvertes la croix, les couronnes, les châsses, les tissus sur lesquels sont peints des images. (Statuts c. I, § 3.)

Voici quelques autres citations, qui manifestent certes quelques variantes de détails dans les usages monastiques médiévaux, mais qui permettent surtout d’apprécier la large extension de l’usage du voile de Carême :

  • Post Completorium appenditur velum inter altare, & chorum, quod nullus præter Sanctuarii Custodes, atque Ministros, absque rationabili causa audet transire.
    Après Complies, on pend un voile entre l’autel & le chœur, que nul ne doit oser franchir si ce n’est les gardes du sanctuaires et les ministres [de la messe] ou pour une cause raisonnable.
    Liber Consuetudinum S. Benigni Divionensis – Coutumier de Saint-Bénigne de Dijon.
  • Dominica post completam debet Secretarius tendere cortinam inter chorum, & altare, & Crucifixum cooperire.
    Le Dimanche après complies le Sacristain doit tendre une courtine entre le chœur et l’autel, et couvrir le Crucifix.
    Liber Usuum Beccensium – Livre des Us du Bec-Hellouin
  • Hac die post Completorium cruces cooperiantur, & cortina ante Presbyterium tendatur, quæ ita omnibus diebus privatis per XL. usque ad quartam feriam ante Pascha post Completorium remanebit. (…) In Sabbatis vero, & in vigiliis SS. duodecim Lectionum ante Vesperas à conspectu Presbyterii est cortina retrahenda, & in crastino post Completorium est remittenda. Similiter retrahentur ad Missam pro præsenti defuncto, & ad exequias : Non intres in judicium, donec septem psalmi finiantur post sepulturam, & ad benedictionem novitii. (…) Ad missam vero privatis diebus, ut Sacerdos libere ab Abbate, si assuerit, ad Evangelium legendum benedictionem petat, Subdiaconus cornu cortinæ in parte Abbatis modice retrahat, & date benedictione, ut prius erat, remittat. Diaconus vero accedat ad cortinam, ubi sublevata est, quærens benedictionem.
    Ce jour, après Complies, on couvre les croix, et on tend une courtine devant le Presbyterium, qui demeure tous les jours de semaine pendant le Carême jusqu’après les Complies du Mercredi avant Pâques. (…) Mais les Samedi et la veille des fêtes des saints à douze leçons, avant vêpres on retire la courtine afin de voir le Presbyterium, et on la remets le lendemain après les Complies. On la retire de même aux messes [de funérailles] pour un défunt dont le corps est présent, et aux obsèques, depuis Non entres in judicium, jusqu’à sept psaumes [de la pénitence] qu’on termine après la sépulture, & [aussi] à la bénédiction des novices. (…) Mais à la messe des jours de semaine, si le prêtre le veut, lorsque l’on doit lire l’évangile et qu’il demande à l’Abbé sa bénédiction, le sous-diacre soulève un peu un coin de la courtine du côté de l’Abbé, et une fois la bénédiction donnée, il la remet comme elle l’était auparavant. Le diacre lui vient jusqu’à la courtine, là où elle est soulevée, pour demander la bénédiction.
    Liber Usuum Cisterciensium – Livre des Us de Citeaux, chap. 15 : De Dominica prima XL.
  • Hac die post IX. ante Sanctuarium cortina a Sacrista tendatur, & cruces in ecclesia cooperiantur. (…) In festis vero SS. XII. Lectionum, & Dominicis, die præcedente ad Vesperas à conspectu Sanctuarii cortina abstrahenda est, & in die festi post Completorium retrahenda : similiter singulis diebus ante elevationem Domini Corporis abstrahatur, & ea facta retrehatur.
    Ce jour après None le Sacristain tend une courtine devant le sanctuaire, & couvre les croix dans l’église. (…) Mais les fêtes des saints à douze leçons & les dimanches, la veille à Vêpres on ouvre la courtine pour rendre visible le sanctuaire, et on la referme le jour de la fête après Complies. De même chaque jour on l’ouvre avant l’élévation du Corps du Seigneur, et celle-ci faite on la referme.
    Tullense S. Apri Ordinarium – Ordinaire de Saint-Evre-lès-Toul
  • Vesperæ autem diei præcedentis diem cinerum, cruces, & imagines cooperiantur, & cortina ante Presbyterium tendatur, quæ ita omnibus diebus privatis usque ad quartam feriam hebdomadæ palmarum dum canitur : Et velum Templi scissum est, remanebit. (…) Et omnibus etiam privatis diebus ad elevationem Dominici Corporis & Sanguinis Missæ conventualis, quæ cantantur in summo altari.
    Or à Vêpres du jour précédent le jour des Cendres, on couvre les croix & les images, et on tend une courtine devant le Presbyterium, laquelle demeure ainsi tous les jours de semaine jusqu’au Mercredi Saint lorsqu’on chante : Et le voile du Temple se déchira. (…) Mais pas tous les jours de semaine à l’élévation du Corps & du Sang du Seigneur à la messe conventuelle, qui se chante au maître-autel.
    Cæremoniæ Bursfeldenses – Cérémonial de la congrégation bénédictine allemande de Bursfelde, chap. 31, 1474-1475.
  • 3. Le Fastentuch allemand

    Si le voile de Carême resta en usage ici et là en Sicile et en Espagne, c’est surtout en Allemagne & en Autriche que l’on conserva cet usage jusqu’à nos jours. Le fait que les voiles de Carême (ou Fastentuch en allemand) y étaient devenus de véritables œuvres d’art par leur décoration n’est sans doute pas étranger à leur préservation, et, partant, à la permanence de l’usage.

    Le voile de Carême parisien devait être le plus souvent en toile de laine assez ordinaire (en « camelot » pour reprendre le terme technique employé par Martin Sonnet dans le Cérémonial de 1662) et a dû demeurer longtemps sans ornementation particulière, tel qu’il était dans son état primitif. Aucun n’en a été conservé et nous n’avons pas pu trouver de représentations iconographiques anciennes.

    En revanche, c’est dès la fin du XIIIème siècle qu’on observe, dans les Flandres et en Allemagne, les voiles de Carême se charger d’ornements, de broderies puis de peintures, de plus en plus riches & somptueux.

    C’est surtout en Allemagne du Sud & en Autriche qu’on voit les voiles de Carême devenir de très riches toiles peintes représentant les scènes de la Passion, souvent de vrais chefs d’œuvre de l’art de ces époques.

    Voile de Carême de la cathédrale de Fribourg - 1612

    Voile de Carême de la cathédrale de Fribourg – 1612

    En Allemagne, la cathédrale Notre-Dame de Fribourg conserve le plus grand voile de Carême connu en Europe. Datant de 1612, celui-ci mesure plus de 10 mètres sur 12 pour un poids de près d’une tonne. La scène centrale de la crucifixion est entourée de 25 carrés contenant les différents épisodes de la Passion.

    Voile de Carême de l'Abbaye de Millstatt en Autriche - 1593

    Voile de Carême de l’Abbaye de Millstatt en Autriche – 1593

    Le voile de Carême de l’Abbaye de Millstatt, en Carinthie (Autriche), remontant à 1593, était tombé en désuétude. Restauré, il fut réinstallé et utilisé de nouveau pour chaque Carême depuis 1984.

    Voile de Carême de la cathédrale de Gurk en Autriche - 1458

    Voile de Carême de la cathédrale de Gurk en Autriche – 1458

    Ces voiles de Carême étaient un véritable instrument de catéchèse par l’image, permettant d’enseigner le peuple sur l’histoire du Salut.

    Voile de Carême de la cathédrale de Gurk en Autriche composé de 99 tableaux de l'Ecriture - 1458

    Voile de Carême de la cathédrale de Gurk en Autriche composé de 99 tableaux de l’Ecriture – 1458. La composition – telle une bande dessinée de la Passion, se lit à partir du haut et se termine en bas à droite par la Résurrection.

    En Allemagne du Nord, le voile de Carême est resté de facture beaucoup plus simple : il est fait de lin blanc orné de broderies, comportant assez souvent des citations de l’Ecriture ou de la liturgie. Ces caractéristiques se retrouvent aussi pour les anciens voiles de Carême flamands qui ont été conservés dans les musées de Belgique, les plus anciens remontant au XIVème siècle. Le Musée de la cathédrale de Brandebourg près de Berlin en possède un remontant à l’an 1290.

    Voile de Carême de l'église Saint-Magnus d'Everswinkel  - éléments remontant à 1614

    Voile de Carême de l’église Saint-Magnus d’Everswinkel – éléments remontant à 1614.

    Voile de Carême de l'église l'Assomption à Marienbaum.

    Voile de Carême de l’église l’Assomption à Marienbaum.

    Martin Luther, qui détestait l’idée de Carême et de pénitence, tenta de faire disparaître les Fastentuch de toute l’Allemagne. Peu à peu ceux-ci tombèrent en désuétude, et dès la fin du XIXème siècle l’usage avait pratiquement disparu. Bien curieusement, cette ancienne tradition refit apparition avec force à partir de 1974, année où l’association caritative Misereor eut l’idée de réaliser un Fastentuch pour concrétiser les efforts de Carême des chrétiens. Cette initiative eut un retentissement certain dans toute l’Allemagne, entraînant la redécouverte de cette tradition, la restauration de nombreux voiles historiques qui dormaient dans les réserves des cathédrales ou des musées, et à nouveau leur suspension dans les sanctuaires. Le succès fut tel que même les Luthériens se mirent à en tendre ! Actuellement, on estime qu’un tiers des églises catholiques allemandes ainsi que plusieurs centaines de paroisses luthériennes suspendent un voile pendant le Carême. De l’Allemagne, la pratique tend à se répandre actuellement en Suisse, en Belgique, en Irlande et même en France.

    Voile de Carême réalisé pour l'année 2010 pour la cathédrale de Bonn.

    Voile de Carême réalisé pour l’année 2010 pour la cathédrale de Bonn.

    4. Une tradition qui trouve ses racines dans l’antiquité chrétienne

    L’usage de voiler les images, les croix et les reliques pendant le Carême est certainement ancien en Occident. Ainsi, on notera dans la vie de saint Eloi, rédigée par saint Ouin († 686), qu’on couvrait déjà d’un voile la précieuse châsse de ce saint pendant toute la durée du Carême. Mais tel n’est pas tout à fait le propos de cet article.

    L’usage de tendre un voile devant le sanctuaire des églises remonte lui à la plus antique époque.

    L’Ancienne Alliance, type de la Nouvelle, connaissait un voile[11], qui fermait le Saint des Saints, d’abord dans le Tabernacle itinérant au désert, puis dans le Temple de Jérusalem (au témoignage de saint Paul, ce voile qui fut déchiré à la mort du Christ, était du reste le second, un premier voile fermait le Saint. Cf. Hébreux IX, 3).

    Les premières églises chrétiennes ont connu des voiles de sanctuaire aussi bien en Occident qu’en Orient.

    L’autel antique était le plus souvent surmonté d’un ciborium ou baldaquin, entre les colonnes duquel étaient tendus des voiles.

    Le ciborium antique de la basilique Saint-Ambroise de Milan - notez les 4 tringles qui soutenaient les voiles entre les colonnes.

    Le ciborium antique de la basilique Saint-Ambroise de Milan – notez les 4 tringles qui soutenaient les voiles entre les colonnes.

    Mais outre ces voiles du ciborium, le sanctuaire lui-même était séparé du chœur et de la nef par une clôture appelée chancel ou templon, barrière qui pouvait comporter des colonnes, entre lesquelles des voiles étaient tendus. 12 colonnes fermaient ainsi le sanctuaire de la basilique de l’Anastasis (notre Saint-Sépulchre) construite par Constantin au début du IVème siècle. Les colonnes servaient de support pour des rideaux, comme nous renseignent différents textes des Pères de l’Eglise[12]. Le rideau du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople, donné par les munificences de l’empereur Justinien, était d’un tissu filé d’or & d’argent estimé à dix mille mines.

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople - vue de face.

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople – vue de face.

    Ce double niveau de voiles, voiles du templum et voiles du ciborium, constituait les limites du Saint & du Saint des Saints des temples de la Nouvelle Alliance.

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople - vue de dessus - notez la présence du ciborium au dessus de l'autel - le sanctuaire est fermé par les colonnes du templon.

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople – vue de dessus – notez la présence du ciborium au dessus de l’autel – le sanctuaire est fermé par les colonnes du templon.

    Les rideaux étaient fermés ou ouverts selon les moments de l’action liturgique, leur ouverture signifiant toujours la pleine communication de la grâce et symbolisant l’ouverture des cieux.

    « Lorsque, dit saint Jean Chrysostome, l’hostie céleste est sur l’autel, que Jésus-Christ, l’agneau royal, est immolé, lorsque vous entendez ces paroles : « Prions tous ensemble le Seigneur », lorsque vous voyez qu’on tire les voiles et les rideaux de l’autel, figurez-vous que vous contemplez le ciel qui s’ouvre et les anges qui descendent sur la terre. »

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople - vue latérale du sanctuaire.

    Reconstitution du sanctuaire de Sainte-Sophie à Constantinople – vue latérale du sanctuaire.

    L’Occident n’était pas en reste, on trouve dans le Liber Pontificalis de nombreuses mentions de papes (e.g. Serge Ier, Grégoire III, Zacharie, Hadrien Ier) donnant des voiles pour orner les arcades des ciboria et des sanctuaires des églises romaines.

    Plusieurs anciennes liturgies d’Orient et d’Occident contiennent une oraison – la prière du voile – que dit le célébrant lorsqu’à l’offertoire il quitte le chœur pour pénétrer dans le sanctuaire, au delà du voile qui le fermait.

    L’oraison du voile de la liturgie de saint Jacques, qui représente l’antique usage de l’Eglise de Jérusalem, est justement célèbre :

    Nous te rendons grâce, Seigneur notre Dieu, de nous accorder la confiance de pénétrer dans ton sanctuaire par ce nouveau et vivifiant chemin, qui nous est ouvert par le voile, le chemin de la chair de ton Christ. Maintenant que nous avons été trouvés dignes d’entrer dans le séjour de ta gloire, de nous tenir derrière le voile, et de contempler ton Saint des Saints, nous nous prosternons devant ta bonté. Aie pitié de nous, ô Maître, car désirant nous tenir devant ton saint autel, et de t’offrir ce sacrifice redoutable et non sanglant pour nos péchés et pour les fautes de tout ton peuple, nous sommes remplis de crainte, ô Dieu. Envoie sur nous ta bonne grâce, sanctifie nos âmes, nos corps et nos esprits, oriente nos pensées vers la sainteté afin qu’avec une conscience pure nous puissions t’offrir un sacrifice de paix, un sacrifice de louange.

    Et ayant dévoilé les voiles des mystères qui recouvrent symboliquement ce rite sacré, montre-nous en toute clarté, et remplis notre vision spirituelle avec ta lumière sans fin, et après avoir purifié notre pauvreté de toute souillure de la chair et de l’esprit, rends la digne de cette présence redoutable et craintive.

    (À voix haute) : Par la miséricorde et l’amour pour les hommes de ton Fils unique, avec lequel tu es béni, et ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
    R/. Amen.

    Voiles dans une église de rite syro-malankare au Kérala.

    Voiles dans une église de rite syro-malankare au Kérala (Inde du Sud).

    Les Eglises assyro-chaldéennes, arméniennes, coptes et éthiopiennes ont conservé l’usage du rideau qui ferme le sanctuaire. Dans l’Eglise arménienne, une église est réputée désaffectée si son sanctuaire est dépourvu de rideau. Dans l’Eglise byzantine, les colonnes qui au départ soutenaient le rideau se sont au cours des âges chargées d’icônes pour devenir l’iconostase : le rideau y est toujours présent, quoique sa dimension soit en pratique le plus souvent réduite à la largeur des portes du sanctuaire.

    Même si un rideau ferme le sanctuaire toute l’année en Orient, on y note toutefois des usages spéciaux pour le Carême. Ainsi chez les Arméniens, le rideau habituel est changé pour le Carême par un rideau noir. Ce rideau noir reste toujours fermé pendant la messe et les offices quadragésimaux, symbolisant l’expulsion d’Adam et d’Eve du Paradis. Il ne sera pas ouvert avant le dimanche des Rameaux [13].

    Les russes changent également leur rideau habituel, de couleur brillante, pour un autre de couleur sombre pendant les jours de semaine du Grand Carême. Tous les autres voiles et tissus de l’église sont pareillement changés. Le retour des voiles de couleur brillante se fera le samedi saint à la vigile pascale, juste avant le chant de l’évangile de la résurrection, pendant que le chœur chante : « Ressuscite, ô Dieu, & juge la terre. »

    Conclusion

    La restauration en France de cet usage, à l’instar de ce qui s’observe actuellement en Allemagne, serait-elle envisageable ?

    Juridiquement, rien ne s’y opposerait, puisque la Congrégation des Rites avait déclaré que l’usage du grand voile de Carême fermant le sanctuaire était tout à fait admissible (decr. auth. n. 3448 du 11 mai 1878).

    Toutefois, il nous reste toujours aujourd’hui quelque chose du « Carême visuel » que faisaient nos pères puisque nous avons conservé l’usage romain de voiler les croix et les statues à partir des Ières vêpres du dimanche de la Passion (quinze jours avant Pâques). Même si cet article ne traite pas directement de cette belle coutume, il pourra peut-être contribuer à mieux comprendre l’origine de cet usage et, pourquoi pas, d’en saisir quelques profondeurs historiques & symboliques insoupçonnées.

    ***********************

    Notes :    (↵ reviens au texte)

    1. Le premier dimanche de Carême est donc semidouble pour l’office (les antiennes ne sont qu’entonnées avant les psaumes et chantées in extenso après) mais de 1ère classe donc il possède le privilège de ne le céder en rien à aucune autre fête qui pourrait survenir.
    2. Dans l’usage romain, on ne voile les croix et les images qu’à partir des Ières vêpres du dimanche de la Passion, quinze jours avant Pâques.
    3. La couleur cendrée était souvent employée en Carême en substitut du violet. C’est un rappel des cendres reçues le Mercredi des Cendres.
    4. Espèce d’étoffe qui était faite ordinairement de poil de chèvre ou de laine mêlée quelquefois de soie en chaîne.
    5. Soie tirée de cocons percés, provenant des bombyx autres que le bombyx du mûrier.
    6. Voir notre article sur les antependia des autels.
    7. Autrement dit, entre le chœur et le sanctuaire.
    8. Autrement dit, le Mercredi de la Semaine Sainte.
    9. En résumé, le rideau reste tiré sauf lorsque la messe se célèbre au maître-autel où il reste ouvert, ainsi que depuis les premières jusqu’aux secondes vêpres des dimanches et fêtes doubles & semidoubles.
    10. Tous les ornements habituels de l’église sont retirés au profit des voiles de Carême. Martin Sonnet ne parle pas des fleurs mais cela semble aller de soi qu’on n’en orne plus les autels non plus.
    11. « Il (Salomon) fit aussi un voile d’hyacinthe, de pourpre, d’écarlate et de fin lin, sur lequel il fit représenter des chérubins. » (I Paralipomènes III, 14).
    12. E.g. : Saint Denis, Epître à Démophile – Saint Jean Chrysostome, IIème sermon sur l’Epître aux Ephésiens – Théodoret, Histoire Ecclésiastique livre iv, chap. 17.
    13. Renseignements aimablement communiqués par Kevork

4 commentaires à propos de “Le voile de Carême – Velum quadragesimale

  1. Bonjour,
    A quel auteur puis-je rattacher cette publication en ligne s’il vous plait ? Certaines informations et notamment les citations textuelles sont très précieuses et j’aimerais les utiliser tout en citant la source qui les a ici rassemblées.
    Merci par avance

    1. Bonjour Fanny,

      Merci pour votre message. Vous pouvez mettre comme nom d’auteur « Henri de Villiers ». Je suis le directeur de la Schola Sainte Cécile.

      Je serai également très heureux si vous pouvez ensuite me faire parvenir votre texte.

      Avec mes remerciements,

      Henri de V.

Laisser un commentaire