Nicolas-Mammès Couturier – De profundis

Chanoine Nicolas-Mammès Couturier (1840 † 1911), maître de chapelle de la cathédrale de Langres.
De profundis (Psaume CXXIX) du second ton (Populus 102).
4 voix mixtes (SATB).
4 pages – Fa mineur.

L’œuvre magnifique & féconde du chanoine Couturier comprend une très belle messe de Requiem, conçue pour servir aux funérailles d’un évêque de Langres, car elle comporte – fait tout à fait extraordinaire – les cinq répons des cinq absoutes mis en polyphonie. Selon Bernard Populus qui a catalogué l’œuvre vocale du Chanoine Couturier en 1937, il apparait que le maître de chapelle de la cathédrale de Langres l’ait composé pour les funérailles de son évêque, Mgr Jean-Jacques Guérrin, célébrées le 24 mars 1877.

Ce Requiem du reste est vraiment très complet, puisque presque tous les chants de la messe des morts sont mis en musique par Couturier (ce fait est à souligner car très peu de compositeurs l’ont fait), l’auteur utilisant le plain-chant comme base thématique de sa composition (seuls deux pièces n’ont pas été mises en musique par Couturier : le graduel et le trait).

A la fin de la partition figure même ce beau De profundis, qui, s’il n’exploite pas un thème de plain-chant préexistant et n’est pas une pièce strictement prescrite dans la messe des morts, est conçu – ainsi que le décrit Bernard Populus – comme un genre de faux-bourdon mesuré dans le 2nd ton ecclésiastique. Ce De profundis est d’une grande puissance expressive : chaque verset est énergiquement lancé par les ténors et basses à l’unisson pour s’adoucir dans la paix et la méditation après la médiante.

Nous avons publié sur notre site l’intégralité de la Messe de Requiem du Chanoine Couturier. Voici néanmoins un tiré à part de cette œuvre avec uniquement le psaume De profundis.

Les premières mesures de cette partition :

De profundis du chanoine Couturier

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur les réseaux sociaux, en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous. Le lien vers la partition apparaîtra ensuite.

4 thoughts on “Nicolas-Mammès Couturier – De profundis”

Laisser un commentaire