Programme du XIème dimanche après la Pentecôte – clôture de la fête de la Dormition de la Mère de Dieu – ton 2

Fête de la Dormition de la Mère de DieuParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 5 septembre 2021 du calendrier grégorien – 23 août 2021 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

Dimanche du ton II de l’Octoèque. Nous célébrons aussi en ce jour la clôture de la fête de la Dormition de la Mère de Dieu.

Aujourd’hui le trésor de la vie, l’abîme de la grâce – je ne sais comment m’exprimer de mes lèvres audacieuses et intrépides – entre dans l’ombre d’une mort porteuse de vie, sans crainte elle s’en approche, elle qui a engendré son destructeur, si toutefois il est permis d’appeler mort son départ plein de sainteté et de vie.
Car celle qui pour tous fut la source de la vraie vie, comment tomberait-elle au pouvoir de la mort ? Mais elle obéit à la loi établie par son propre enfant, et comme fille du vieil Adam, elle acquitte la dette paternelle, puisque son Fils même, qui est la vie en personne. ne l’a pas reniée. Mais comme Mère du Dieu vivant, il est juste qu’elle soit emportée auprès de lui.
Saint Jean Damascène, Seconde homélie sur la Dormition

La fête de la Dormition ou Assomption de la Mère de Dieu est l’une des douze grandes fêtes de l’année liturgique de l’Eglise byzantine. Elle est suivie de 7 jours d’après-fête (comparables à l’octave du rit romain) et se clôture au 8ème jour (le jour de la clôture reprend l’office de la fête, avec toutefois une moindre solennité).

Aux heures
A tierce : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire de la fête. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du dimanche.
A sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire de la fête. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : de la fête.

A la divine liturgie

Блаженны гласа – 6 и праздника, 1-го и 2-го канонов, песнь 9-я – 4.

Tropaires des Béatitudes : 6 tropaires du dimanche, ton 2, et 4 tropaires de la 9ème ode des deux canons de la fête, œuvres respectivement de saint Côme le Mélode, évêque de Maïouma (c. 675 † vers 787) & de saint Jean Damascène (676 † 749) :
1. Reprenant la prière du bon Larron, * ô Christ, nous te disons : * Souviens-toi de nous, Seigneur, ** quand tu entreras dans ton royaume.
2. Ta croix, nous te l’offrons * pour la rémission de nos péchés : * Seigneur, tu l’as supportée ** par amour pour les hommes.
3. Devant ta Sépulture & ta sainte Résurrection, * Maître, nous nous prosternons : * par elles tu rachetas de la corruption, ** Ami des hommes, le monde entier.
4. Seigneur, l’empire de la Mort * par ta mort fut englouti, * & par ta sainte Résurrection, ** Dieu sauveur, tu as sauvé l’univers.
5. Au plus profond de l’Enfer, * lorsqu’ils virent ta clarté, * ceux qui dormaient dans les ténèbres de la mort, ** ô Christ, se levèrent, ressuscités.
6. Ressuscité du tombeau, * tu vins au-devant des Myrophores, * et les Disciples reçurent la mission ** de proclamer ta Résurrection.
7. Les lois de la nature ont été vaincues en toi, ô Vierge immaculée ; * ton enfantement te garde vierge * et ta mort préfigure la vie. * Toi qui demeures vierge après l’enfantement * et vivante après ta mort, ** ô Mère de Dieu, sauve toujours ton héritage.
8. Le chœur des apôtres entourait ton corps qui avait accueilli Dieu ; * il le contemplait dans la crainte et s’écriait d’une voix claire : * Toi qui es allée dans les demeures éternelles vers ton Fils, ** ô Mère de Dieu, sauve toujours ton héritage.
9. Que tout homme se réjouisse illuminé par l’Esprit ; * que les êtres immatériels célèbrent dans la joie, * vénérant la sainte fête de la Mère de Dieu, * et qu’ils clament : Réjouis-toi, ** Toute-bienheureuse, Mère de Dieu très pure et toujours vierge.
10. Reçois de nous ce chant d’adieu, ô Mère du Dieu vivant ; * et couvre-nous de l’ombre lumineuse de ta divine grâce ; * donne au peuple ami du Christ la victoire et la paix, ** et à ceux qui te chantent le pardon et le salut de leur âme.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 2 : Lorsque tu descendis jusqu’en la mort, * ô Vie immortelle, * l’Enfer fut tué par la splendeur de ta divinité. * Lorsque tu relevas les morts des bas-fonds, * toutes les vertus célestes te clamèrent : * Donateur de vie, Christ Dieu, gloire à toi !
2. Tropaire de la Dormition, ton 1 : Dans l’enfantement, tu as gardé la virginité ; * dans ta dormition, tu n’as pas abandonné le monde, ô Mère de Dieu. * Tu as été transférée à la Vie, étant Mère de la Vie, ** & par tes prières, tu délivres nos âmes de la mort.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion du dimanche, ton 2 : Tu es ressuscité du tombeau, tout-puissant Sauveur : * l’enfer, voyant ce prodige, est saisi de stupeur, * & les morts ressuscitent. * A cette vue, la création se réjouit avec toi ; * Adam s’unit à l’allégresse ** et le monde, ô mon Sauveur, te chante pour toujours.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion de la Dormition, ton 2 : La Mère de Dieu qui jamais ne se lasse d’intercéder pour nous * et dont la protection ne pouvait cesser d’être notre espérance * ne se laissa pas vaincre par la mort ni le tombeau, * puisqu’elle est la Mère de la Vie et qu’elle a rejoint la Source de la vie : ** celui qui demeura dans son sein toujours virginal.

Prokimen
Du dimanche, ton 2 :
℟. Ma force & mon chant, c’est le Seigneur ; il fut pour moi le salut (Psaume 117, 14).
℣. Il m’a châtié et châtié, le Seigneur, mais à la mort il ne m’a point livré (Psaume 117, 18).
Autre prokimen de la Dormition, ton 3 :
℟. Mon âme magnifie le Seigneur, et mon esprit est ravi de joie en Dieu mon Sauveur (Luc 1, 46).

Epîtres
Du dimanche : I Corinthiens (§ 141) IX, 2-12.
Si nous avons semé parmi vous des biens spirituels, est-ce une grande chose que nous recueillions un peu de vos biens temporels ?
De la Mère de Dieu : Philippiens (§ 240) II, 5-11.
Mais il s’est anéanti lui-même en prenant la forme et la nature de serviteur, en se rendant semblable aux hommes, et étant reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui au dehors.

Alleluia
Du dimanche, ton 2 :
℣. En toi, Seigneur, j’ai mon abris ; sur moi pas de honte à jamais (Psaume 30, 2).
℣. Sois pour moi un Dieu qui me défend, un lieu fort qui me sauve (Psaume 30, 3).
De la Dormition :
℣. Lève-toi, Seigneur, vers ton repos, toi & l’arche de ta sainteté (Psaume 131, 8).

Evangiles
Du dimanche : Matthieu (§ 77) XVIII, 23-35.
C’est ainsi que mon Père qui est dans le ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne du fond de son cœur à son frère.
De la Mère de Dieu : Luc (§ 54) X, 38-42; XI, 27-28.
Jésus lui dit : Mais plutôt heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la pratiquent !

A la commémoraison de la Très-Sainte Mère de Dieu durant l’anaphore eucharistique, mégalinaire de la Dormition, ton 4 & 1 :
Lorsqu’ils virent la Dormition de la Toute-Sainte et Immaculée, * les anges furent émerveillés, ** admirant que la Vierge pût monter de la terre jusqu’aux cieux.
Et en ton 1 : La nature et ses lois par ton mystère sont dépassées, * Vierge toute-sainte : * tu gardes la virginité dans ton enfantement * et ta mort est le prélude qui annonce la Vie. * Toujours vierge après l’enfantement * et vivante encore après la mort, * garde pour toujours sous ta protection ** ton héritage, ô Mère de Dieu !

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux.
De la Dormition : J’élèverai le calice du salut & j’invoquerai le nom du Seigneur (Psaume 115, 13). Alleluia, alleluia, alleluia.

Télécharger le livret des choristes pour ce dimanche.

Laisser un commentaire