Tubas cum cytharis – rythme en l’honneur de sainte Cécile

Cette pièce témoigne de la dévotion des musiciens envers sainte Cécile au XVème siècle. Elle peut se chanter en rythme ternaire, en prenant pour longues les notes avec épisèmes verticaux.

1. Tubas cum cytharis jam nunc assumite. Prenez maintenant vos trompettes et vos cithares,
2. Triumphum Mártyris jam nunc celebráte. Venez maintenant célébrer le triomphe des martyrs.
3. Angelórum et Vírginum ágmina. Et, troupe des anges et des vierges,
4. Et cum voce lætítiæ dícite : Dites tous avec joie comme nous :
O felix Cæcília ! O felix Cæcília ! O heureuse Cécile !
5. Præclára sítiens illa victóriæ. Elle aspire à la victoire éclatante,
6. In corpus sæviens virtúte grátiæ. En son corps souffrant brille la force de la grâce,
7. Tradit furéntibus. Elle le livre aux furieux,
8. Membra mucrónibus. Elle livre ses membres aux malfaiteurs.
O felix Cæcília ! O felix Cæcília ! O heureuse Cécile !
9. Et nos qui gémimus favens nos respíce. Et nous qui gémissons, regarde-nous favorablement
10. Sæpe quem læsimus sta coram Júdice. Assiste-nous devant le Juge que souvent nous avons lésé,
11. Líberis det méntibus ad cælum téndere. Aide nos âmes à tendre, libres, vers le ciel,
12. Purgatósque sórdibus fac tecum vívere. Pour que purgés de nos péchés nous puissions vivre en ta compagnie.
O felix Cæcília ! O felix Cæcília ! O heureuse Cécile !

Source : Chanoine Joseph Besnier, Directeur de la Maîtrise de la Cathédrale de Nantes, Manuel pour les bénédictions du S. Sacrement et les processions, Saint-Laurent-sur-Sèvres, Lemoine-Biton, 1939, p. 358.

3 commentaires à propos de “Tubas cum cytharis – rythme en l’honneur de sainte Cécile

    1. Bonjour! Je serais très curieux de voir, si possible, la partition à quatre voix pour le refrain mentionnée plus haut. Serait-il possible de l’afficher, de me la faire parvenir à jfdaignault@gmail.com, ou de m’en donner la source/référence? Merci infiniment!

      Et une petite question : le terme « rythme » (en l’honneur de…) désigne-t-il dans ce cas-ci une forme grégorienne, telle une hymne ou un répons?

      Merci pour le partage de ce beau chant!

      Bien à vous,

      JF Daignault, Montréal, Québec.

Laisser un commentaire