Fêtes patronales de saint Eugène et sainte Cécile 2019 : photos et vidéos

Les deux fêtes patronales des deux saints patrons de notre paroisse sont à huit jours de distance : saint Eugène est en fêté le 15 novembre et sainte Cécile le 22 novembre, jour octave de saint Eugène. Comme chaque année, notre paroisse déploie les fastes de la liturgie pour louer Dieu et honorer nos saints patrons, les solennités de ces deux fêtes étant reportées au dimanche qui suit.

Fêtes patronales 2019
Dimanche 17 novembre : sainte messe de la solennité de saint Eugène, évêque et martyr

Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de saint Eugène - à l'offertoire.

Sainte messe de la solennité de saint Eugène – à l’offertoire.

Véritas mea et misericórdia mea cum ipso : et in nómine meo exaltábitur cornu ejus.
Offertoire de la messe de saint Eugène (Psaume LXXXVIII, 25)
Ma vérité et ma miséricorde lui sont acquises, et en mon nom croîtra sa vigueur.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de saint Eugène - aux encensements de l'offertoire.

Sainte messe de la solennité de saint Eugène – aux encensements de l’offertoire.

Súscipe, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus, hanc immaculátam hóstiam. Reçois, Père saint. Dieu éternel et tout-puissant, cette offrande sans tache.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de saint Eugène - à l'élévation du Corps du Seigneur.

Sainte messe de la solennité de saint Eugène – à l’élévation du Corps du Seigneur.

Benedíctus qui venit in nómine Dómini.
Hósanna in excélsis.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosanna dans les hauteurs !
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de saint Eugène -  communion du célébrant.

Sainte messe de la solennité de saint Eugène – communion du célébrant.

Percéptio Córporis tui, Dómine Iesu Christe, quod ego indígnus súmere præsúmo, non mihi provéniat in iudícium et condemnatiónem : sed pro tua pietáte prosit mihi ad tutaméntum mentis et córporis, et ad medélam percipiéndam. Si j’ose recevoir ton Corps malgré mon indignité, Seigneur Jésus-Christ, que cela n’entraîne pour moi ni jugement ni condamnation, mais par ta miséricorde me serve de sauvegarde et de remède pour l’âme et pour le corps.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de saint Eugène -  bénédiction finale.

Sainte messe de la solennité de saint Eugène – bénédiction finale.

Pláceat tibi, sancta Trinitas, obséquium servitútis meæ : et præsta ; ut sacrifícium, quod óculis tuæ maiestátis indígnus óbtuli, tibi sit acceptábile, mihíque et ómnibus, pro quibus illud óbtuli, sit, te miseránte, propitiábile. Agrée, Trinité sainte, l’hommage de ton serviteur : ce sacrifice que malgré mon indignité j’ai présenté aux regards de ta Majesté, rende-le digne de te plaire et capable, par l’effet de ta miséricorde, d’attirer ta faveur sur moi-même et tous ceux pour qui je l’ai offert.

Retrouvez toute cette messe de nos fêtes patronales en vidéo sur YouTube, au cours de laquelle la Schola Sainte Cécile chantait la Missa Ad Majorem Dei Gloriam d’André Campra (1660 † 1744), maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et du roi Louis XV à la Chapelle royale :

Fêtes patronales 2019
Dimanche 17 novembre 2019 : secondes vêpres de saint Eugène, évêque et martyr et salut du Très-Saint Sacrement

Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène - encensements des reliques de saint Eugène pendant le chant du Magnificat.

Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène – encensements des reliques de saint Eugène pendant le chant du Magnificat.

Qui vult veníre post me, abneget semetípsum, et tollat crucem suam, et sequátur me. Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à soi-même, qu’il porte sa croix, & me suive.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène - au début du salut du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène – au début du salut du Très-Saint Sacrement.

O salutáris Hóstia,
Quæ cœli pandis óstium :
Bella premunt hostília,
Da robur, fer auxílium.
Ô victime salutaire,
Qui nous ouvres la porte du ciel,
L’ennemi nous livre la guerre,
Donne-nous force, porte-nous secours.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène - au salut du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène – au salut du Très-Saint Sacrement.

O vere digna Hóstia,
Spes única fidélium :
In te confídit Fráncia,
Da pacem, serva lílium.
Ô vraiment digne Hostie
Unique espoir des fidèles,
En toi se confie la France,
Donne-lui la paix, conserve le lys.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène - au salut du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de saint Eugène – au salut du Très-Saint Sacrement.

Uni trinóque Dómino
Sit sempitérna glória :
Qui vitam sine término
Nobis donet in pátria. Amen.
Au Seigneur un et trine
Soit la gloire sempiternelle ;
Qu’il nous donne dans la patrie
La vie qui n’aura point de terme. Amen.

Retrouvez toutes ces vêpres et le salut du Très-Saint Sacrement de nos fêtes patronales en vidéo sur YouTube :

Fêtes patronales 2019
Vendredi 22 novembre 2019 : sainte messe de la fête de sainte Cécile, vierge et martyre – Messe ordinaire des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin

Comme nous y invite la première antienne de l’office de sainte Cécile – Cantantibus organis, pour le jour même de la fête de sainte Cécile, notre organiste nous avait proposé une expérience unique pour ces fêtes patronales 2019 : chanter la sainte messe en plain-chant avec les alternances d’orgue de la Messe des Paroisses de François Couperin, la plus célèbre des messes d’orgue du répertoire. Imprimée à Paris en 1690 alors que Couperin n’a que 22 ans, cette œuvre témoigne à la fois de son talent précoce et de la synthèse qu’il a su faire de l’art liturgique des maîtres parisiens de l’orgue qui l’ont précédé.

Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la fête de sainte Cécile - Messe des Paroisses de François Couperin.

Sainte messe de la fête de sainte Cécile – Messe des Paroisses de François Couperin.

Depuis le Moyen-Age (certains prétendent depuis la Grande Peste qui avait dépeuplé les chœurs des églises), l’usage s’était introduit que l’orgue – les dimanches et jours de fêtes – alternât avec les chantres du chœur les différents versets de certaines parties de l’office et de la messe. Le jeu de l’orgue figurait alors le chant liturgique.

Cet usage a été parfaitement codifié au Concile de Trente (1542-1563) et par les livres liturgiques qui en sont issus, en particulier par le Cérémonial des Evêques publié en 1600 par Clément VIII. Pour Paris, le Cérémonial parisien de 1662 sera encore plus précis sur les moments et temps où l’alternance d’orgue doit se pratiquer.

Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la fête de sainte Cécile - Messe des Paroisses de François Couperin.

Sainte messe de la fête de sainte Cécile – Messe des Paroisses de François Couperin.

Voici quelques unes des dispositions prévues par les cérémoniaux :

  • l’orgue figure toujours les versets impairs, les chantres chantent les versets pairs,
  • à la messe, l’alternance se fait pour le Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei. L’orgue figure en outre l’Offertoire et la réponse Deo gratias à l’Ite missa est, le Credo en revanche ne doit pas être alterné,
  • le premier verset est régulièrement construit par l’organiste sur le plain-chant, cité en valeurs longue à la basse (cette technique reprend l’usage des polyphonies vocales improvisées appelées « Chant sur le livre ») – l’organiste est plus libre de composer/improviser les autres versets à sa guise (en s’inspirant plus ou moins librement du plain-chant) – le dernier verset est le plus souvent un plein jeu de l’orgue,
  • un chantre dans le chœur doit proclamer à haute voix le texte du verset que l’orgue figure,
  • toute alternance d’orgue est supprimée les jours de pénitence (Avent, Carême, Quatre-Temps, vigiles des fêtes) et aux offices et messes des morts : l’orgue est considéré comme l’instrument par excellence de la joie.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la fête de sainte Cécile - Messe des Paroisses de François Couperin.

Sainte messe de la fête de sainte Cécile – Messe des Paroisses de François Couperin.

La Messe des Paroisses de François Couperin est conçue pour alterner avec le plain-chant de la Messe IV Cunctipotens, gardée par toutes les traditions diocésaines comme la messe par excellence des fêtes les plus solennelles, ce que nous avons bien sûr suivi pour ces fêtes patronales 2019. Il s’agit d’une magnifique et lente contemplation de la messe et d’une offrande musicale à Dieu qui s’unit au Saint Sacrifice.

Si on voit parfois en concert le plain-chant donné en alternance avec la Messe des Paroisses, jouer l’intégralité de la partition de Couperin dans une messe véritable est une expérience unique à l’époque contemporaine.

Retrouvez toute cette messe de nos fêtes patronales en vidéo sur YouTube, chantée en plain-chant avec l’intégrale des alternances d’orgue de la Messe des Paroisses de François Couperin :

Fêtes patronales 2019
Dimanche 24 novembre 2019 : sainte messe de la solennité de sainte Cécile, vierge et martyre – Messe du Sacre de Louis XVI par François Giroust

Chaque année, nous célébrons nos fêtes patronales en offrant à Dieu la plus belle louange possible : votre schola travaille ce répertoire plusieurs mois à l’avance et convoque des amis musiciens pour l’occasion.

Pour fêter notre patronne sainte Cécile, patronne des musiciens, la Schola Sainte Cécile a interprété cette année, avec orchestre, la messe à 5 voix Gaudete in Domino semper. Cette messe fut composée en urgence en quelques jours par François Giroust, maître de la chapelle royale, pour être jouée au sacre de Louis XVI en la cathédrale de Reims le dimanche de la Trinité, 11 juin 1775. Elle est transfigurée de part en part de l’allégresse rayonnante du sacre.

Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de sainte Cécile - Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust.

Sainte messe de la solennité de sainte Cécile – Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust.

Loquébar de testimóniis tuis in cons-péctu regum, et non confundébar : et meditábar in mandátis tuis, quæ diléxi nimis Je te rendrai témoignage en face des rois, et je ne serai pas confondue ; et je méditerai tes commandements, que j’aime par-dessus tout.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de sainte Cécile - Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust. A la fraction du pain.

Sainte messe de la solennité de sainte Cécile – Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust. A la fraction du pain.

Hæc commíxtio et consecrátio Córporis et Sánguinis Dómini nostri Iesu Christi, fiat accipiéntibus nobis in vitam ætérnam. Amen. Que ce mélange et consécration du Corps et du Sang de notre Seigneur Jésus-Christ, que nous allons recevoir, nous serve pour la vie éternelle. Ainsi soit-il.
Fêtes patronales 2019 - Sainte messe de la solennité de sainte Cécile - Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust. La schola et les instrumentistes après la messe.

Sainte messe de la solennité de sainte Cécile – Messe du Sacre de Louis XVI de François Giroust. La schola et les instrumentistes après la messe.

La sainte messe fut suivie de la bénédiction des instruments de musique par M. le Chanoine Guelfucci, curé.

Retrouvez toute cette messe de nos fêtes patronales en vidéo sur YouTube, avec la Messe du Sacre de Louis XVI composée par François Giroust :

Fêtes patronales 2019
Dimanche 24 novembre 2019 : secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile, vierge et martyre et salut du Très-Saint Sacrement

Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile.

Cantántibus órganis, Cæcília Dómino decantábat dicens : Fiat cor meum immaculátum, ut non confúndar. Tandis que résonnent les chants des instruments, Cécile chantait au Seigneur, disant : « Que mon cœur soit pur, afin que je ne sois pas confondue ».
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile - aux encensements du Magnificat.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile – aux encensements du Magnificat.

Virgo gloriósa semper Evangélium Christi gerébat in péctore suo, et non diébus neque nóctibus, a collóquiis divínis et oratióne cessábat. La vierge glorieuse portait toujours l’évangile du Christ sur son cœur, et ne cessait de passer jour et nuit en colloques divins & en prière.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile - aux encensements du Magnificat.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile – aux encensements du Magnificat.

Quia fecit mihhi magna qui potens est : et sanctum nomen ejus. Car il a fait en moi de grandes choses, lui qui est tout-puissant, & de qui le nom est saint.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile - au salut du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile – au salut du Très-Saint Sacrement.

Ave verum Corpus natum de María Vírgine. Je te salue, ô vrai Corps, né de la Vierge Marie.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile - au salut du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile – au salut du Très-Saint Sacrement.

Tantum ergo Sacraméntum
Venerémur cérnui :
Et antíquum documéntum
Novo cedat rítui :
Præstet fides suppleméntum
Sénsuum deféctui.
Un si auguste sacrement
Adorons-le front contre terre
Et que l’ancienne alliance
Fasse place au rite nouveau.
Que la foi supplée
A la faiblesse de nos sens.
Fêtes patronales 2019 - Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile - bénédiction du Très-Saint Sacrement.

Secondes vêpres de la solennité de sainte Cécile – bénédiction du Très-Saint Sacrement.

Genitóri, Genitóque
Laus et jubilátio :
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedíctio :
Procedénti ab utróque
Compar sit laudátio. Amen.
Au Père et au Fils
Soit Louange et jubilation,
Salut, honneur, puissance
Et bénédiction;
A Celui qui procède de l’un et de l’autre
Soit égale louange. Amen.

Retrouvez toutes ces vêpres et le salut du Très-Saint Sacrement de nos fêtes patronales en vidéo sur YouTube :

Nous terminons cet article, faible écho de la beauté des liturgies que nous avons eu la grâce de vivre au cours de ces fêtes patronales 2019, en remerciant vivement nos chers pasteurs Monsieur le Chanoine Guelfucci, curé, et Monsieur l’Abbé Grodziski, vicaire, les grands clercs, les choristes, Fanny pour les photos, les techniciens de la régie d’Ite missa est pour les enregistrements, et tout particulièrement Monsieur le Curé de la paroisse Saint-Paul – Saint-Louis qui a prêté à notre paroisse ces magnifiques ornements conçus au XIXème siècles pour l’ancien rit parisien.

Programme de la solennité de sainte Cécile, Vierge & Martyre, patronne de la paroisse, de notre schola & des musiciens

Sainte Cécile par Simon Vouet ca. 1626, Wadsworth Atheneum, Hartford (Connecticut)Saint-Eugène, le dimanche 24 novembre 2019, messe solennelle de 11h avec la Messe du Sacre de Louis XVI par François Giroust (1738 † 1799), chantée avec orchestre. Secondes vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Sainte Cécile est l’une des plus illustres parmi les vierges-martyres de Rome. C’est à la fin du IIIème siècle qu’elle joignit à la couronne des vierges celle des martyrs. Mariée de force au païen Valérien, elle le convertit à la foi véritable ainsi que son beau-frère Tiburce. Les Actes de sainte Cécile nous rapportent que le jour de son mariage forcé, tandis que résonnait la musique païenne des noces, Cécile chantait en son cœur une hymne au Christ, le priant de la garder immaculée. Pour cette raison Cécile est devenue patronne des musiciens. Valérien, Tiburce et Cécile recevront tous les trois la palme du martyre, proclamant jusque dans leur mort leur fidélité au Christ Rédempteur. Cécile fut ébouillantée, puis reçut les trois coups de glaives légaux, auxquels elle survivra néanmoins trois jours encore, agonisant péniblement dans sa maison qu’elle laissa en héritage au Pape Urbain ; plus tard cette maison fut dédicacée comme église un 22 novembre, et placée sous son patronage. En octobre 1599, lorsque, sous les ordres du cardinal Sfondate, on y ouvrit le sarcophage de la sainte, son corps était encore intact. Le nom de sainte Cécile figure au Canon de la Messe romaine.

Pour fêter notre patronne, la Schola Sainte Cécile interprète aujourd’hui La Messe à 5 voix Gaudete in Domino semper. Cette messe fut composée en urgence en quelques jours par François Giroust, maître de la chapelle royale, pour être jouée au sacre de Louis XVI en la cathédrale de Reims le dimanche de la Trinité, 11 juin 1775. Elle est transfigurée de part en part de l’allégresse rayonnante du sacre.

Nous vous convions à venir nombreux & à faire venir vos amis à Saint-Eugène fêter avec nous cette fête de la musique sacrée chrétienne !

A la messe :

IIndes vêpres de la solennité de sainte Cécile suivies du salut du Très-Saint Sacrement. Au salut du Très-Saint Sacrement :

  • Motet d’exposition : ave verum, VIème ton – Prose du Très-Saint Sacrement du XIVème siècle, attribuée au pape Innocent VI († 1362)
  • A la Bienheureuse Vierge Marie : Ave Maria, du Ier ton
  • En l’honneur de sainte Cécile : Tuba cum citharis, du Ier ton – prose du XVème siècle
  • Prière pour Notre Saint Père le Pape : Tu es pastor ovium du Ier ton
  • A la bénédiction du Très-Saint Sacrement : Tantum ergo du Vème ton « Moderne »
  • Chant d’action de grâces : Christus vincit – plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse.

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des IIndes vêpres de la solennité de sainte Cécile et du salut du Très-Saint Sacrement.
L’évènement sur Facebook.

Précédentes Céciliades :

  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2001 & 2002),
  • Messe de sainte Cécile de Touve Ratovondrahety (2003),
  • Vêpres en musique de sainte Cécile avec psaumes & antiennes de Marc-Antoine Charpentier et Henry du Mont (2004, dans le cadre de l’année Charpentier),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2005),
  • Missa Salve Regina de Jean Langlais (2006),
  • Messe à 4 voix et deux dessus (H.1) de Marc-Antoine Charpentier (2007),
  • Messe Gaudete in Domino semper, du Sacre de Louis XVI, de François Giroust (2008),
  • Missa Octava de Hans Leo Hassler (2009),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2010),
  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2012),
  • Messe Gaudete in Domino semper, du Sacre de Louis XVI, de François Giroust (2013)
  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2014),
  • Messe à 4 chœurs de Marc-Antoine Charpentier (2015),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2016),
  • Missa Decantabat populus à deux chœurs de Giovanni Croce (2017),
  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2018).

Festa nunc solemnia – Motet à sainte Cécile en plain-chant musical jésuite

Festa nunc solemnia - motet à sainte Cécile en plain-chant musical

Ce motet à sainte Cécile est extrait de l’Appendix ad Graduale Romanum sive cantiones aliquot sacræ, quæ ante, sub & post Missam sæpe cantari solent dans l’édition publiée à Amsterdam en 1769. Cet ouvrage fut publié manifestement par un membre de la Compagnie de Jésus, Cornelis Stichter, la première fois sous ce titre probablement à Utrecht en 1690. Il dut connaître un fort succès car les rééditions en furent nombreuses tout au long du XVIIIème siècle, mais avec une notable évolution du choix des pièces d’une réédition à une autre. Il est difficile d’estimer la part potentiellement composée par les Jésuites dans les pièces de cet ouvrage. En effet cet appendice au graduel romain recueille – outre les pièces strictement liturgiques – diverses traditions locales hollandaises et plus largement rhénanes et flamandes, puisant parfois plus loin, par exemple au Directorium Chori de l’Oratoire de Paris composé par le R.P. Bourgoing. On trouve de semblables ouvrages édités également par les Jésuites dans les Pays-Bas espagnols à la même période.

Voici le texte de ce motet à sainte Cécile avec une traduction française sur le latin :

Festa nunc solémnia,
Celebrat Ecclésia, Alleluia,
Vírginis perfúlgidæ,
Mártyris Cæcíliæ, Alleluia, Alleluia.
L’Eglise célèbre maintenant
Cette fête solennelle, alléluia,
Le martyre de Cécile,
Vierge très lumineuse, alléluia, alléluia.
In benesonántibus
Cymbalis et fístulis, Alleluia,
Deo dat Cæcília
Laudes & præcónia, Alleluia, Alleluia.
Par les cymbales retentissantes
Et les flûtes de pan, alléluia,
Cécile donne à Dieu
louanges et éloges, alléluia, alléluia.
Cánite Archángeli,
Atque omnes Angeli, Alleluia,
Collaudáte cœlites
Jésulum unánimes, Alleluia, Alleluia.
Chantez, Archanges,
Et tous les Anges, alléluia,
Louez tous de concert, habitants des cieux,
L’Enfant-Jésus, alléluia, alléluia.
Io : gaude pláudito
Cánite Altíssimo, Alleluia,
In Cordis & Organo,
Benedicámus Dómino, Alleluia, Alleluia.
Allez, réjouis-toi en battant des bains ;
Chantez pour le Très-Haut, alléluia,
Par les cordes et l’orgue,
Bénissons le Seigneur, alléluia, alléluia.

La musique est bien sûr rythmée sur un rythme ternaire. Notez une irrégularité dans la versification de la quatrième et dernière strophe : Benedicamus Domino comportant un pied de trop, le chant doit transformer la première note – longue – en deux brèves.

Télécharger le même motet en fichier PDF, prêt à être imprimé pour votre chœur.

Programme de la fête de sainte Cécile – Intégrale de la Messe des Paroisses de François Couperin

Sainte Cécile par Jacques BlanchardSaint-Eugène, le vendredi 22 novembre 2019, grand’messe de 19h. Intégrale de la Messe des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin (1690) – orgue et plain-chant.

Sainte Cécile est l’une des plus illustres parmi les vierges-martyres de Rome. C’est à la fin du IIIème siècle qu’elle joignit à la couronne des vierges celle des martyrs. Mariée de force au païen Valérien, elle le convertit à la foi véritable ainsi que son beau-frère Tiburce. Les Actes de sainte Cécile nous rapportent que le jour de son mariage forcé, tandis que résonnait la musique païenne des noces, Cécile chantait en son cœur une hymne au Christ, le priant de la garder immaculée. Pour cette raison Cécile est devenue patronne des musiciens. Valérien, Tiburce et Cécile recevront tous les trois la palme du martyre, proclamant jusque dans leur mort leur fidélité au Christ Rédempteur. Cécile fut ébouillantée, puis reçut les trois coups de glaives légaux, auxquels elle survivra néanmoins trois jours encore, agonisant péniblement dans sa maison qu’elle laissa en héritage au Pape Urbain ; plus tard cette maison fut dédicacée comme église un 22 novembre, et placée sous son patronage. En octobre 1599, lorsque, sous les ordres du cardinal Sfondate, on y ouvrit le sarcophage de la sainte, son corps était encore intact. Le nom de sainte Cécile figure au Canon de la Messe romaine.

Comme nous y invite la première antienne de l’office de sainte Cécile – Cantantibus organis – notre organiste Touve R. Ratovondrahety a choisi d’honorer la sainte patronne des musiciens en jouant la plus célèbre des messes d’orgue du répertoire : la « Messe des Paroisses pour les festes solennelles » de François Couperin. Imprimée à Paris en 1690 alors que Couperin n’a que 22 ans, elle témoigne à la fois de son talent précoce et de la synthèse qu’il a su faire de l’art liturgique des maîtres parisiens de l’orgue qui l’ont précédé.

Depuis le Moyen-Age (certains prétendent depuis la Grande Peste qui avait dépeuplé les chœurs des églises), l’usage s’est introduit que l’orgue – les dimanches et jours de fêtes – alterne avec les chantres du chœur les différents versets de certaines parties de l’office et de la messe. Le jeu de l’orgue figure alors le chant liturgique.

Cet usage a été parfaitement codifié au Concile de Trente (1542-1563) et par les livres liturgiques qui en sont issus, en particulier par le Cérémonial des Evêques publié en 1600 par Clément VIII. Pour Paris, le Cérémonial parisien de 1662 sera encore plus précis sur les moments et temps où l’alternance d’orgue doit se pratiquer.

Voici quelques unes des dispositions prévues par les cérémoniaux :

  • l’orgue figure toujours les versets impairs, les chantres chantent les versets pairs,
  • à la messe, l’alternance se fait pour le Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei. L’orgue figure en outre l’Offertoire et la réponse Deo gratias à l’Ite missa est, le Credo en revanche ne doit pas être alterné,
  • le premier verset est régulièrement construit par l’organiste sur le plain-chant, cité en valeurs longue à la basse (cette technique reprend l’usage des polyphonies vocales traditionnellement improvisées appelées « Chant sur le livre ») – l’organiste est plus libre de composer/improviser les autres versets à sa guise (en s’inspirant plus ou moins librement du plain-chant) – le dernier verset est le plus souvent un plein jeu de l’orgue,
  • un chantre dans le chœur doit proclamer à haute voix le texte du verset que l’orgue figure,
  • toute alternance d’orgue est supprimée les jours de pénitence (Avent, Carême, Quatre-Temps, vigiles des fêtes) et aux offices et messes des morts : l’orgue est considéré comme l’instrument par excellence de la joie.

La Messe des Paroisses de François Couperin est conçue pour alterner avec le plain-chant de la Messe IV Cunctipotens, gardée par toutes les traditions diocésaines comme la messe par excellence des fêtes les plus solennelles. Il s’agit d’une magnifique et lente contemplation de la messe et d’une offrande musicale à Dieu qui s’unit au Saint Sacrifice.

  • Introït – Loquebar (ton v.)
  • Kyrie IV – Cunctipotens Genitor Deus en alternance avec la Messe des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin
  • Gloria IV en alternance avec la Messe des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin
  • Epître : Ecclésiastique LI, 13-17 : C’est pourquoi je veux te rendre grâces et te chanter tes louanges, Seigneur, notre Dieu.
  • Graduel – Audi filia (ton vii.)
  • Alleluia – Quinque prudentes virgines (ton v.)
  • Evangile : Matthieu XXV, 1-13 : L’époux vint, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces, et la porte fut fermée.
  • Credo de la Messe royale du Ier ton d’Henry du Mont, en faux-bourdon à trois parties selon la tradition de Narbonne
  • Offertoire – Afferentur (ton iv.) – l’offertoire est figuré par l’orgue
  • Préface des Saints au propre de l’archidiocèse de Paris
  • Sanctus IV en alternance avec la Messe des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin
  • Agnus Dei IV en alternance avec la Messe des Paroisses pour les festes solennelles de François Couperin
  • Pendant la communion : Festa nunc solemnia – Motet en l’honneur de sainte Cécile – plain-chant musical (Appendix ad Graduale Romanum sive cantiones aliquot sacræ, quæ ante, sub & post Missam sæpe cantari solent – Amsterdam, 1769)
  • Communion – Confundantur (ton i.) avec versets du psaume CXVIII en faux-bourdon parisien du Ier ton
  • Ite missa est IV – l’orgue figure la réponse du chœur Deo gratias
  • Au dernier Evangile : Salve Regina
  • Procession de sortie : l’orgue reprend l’Ite missa est de la Messe des Paroisses de Couperin pendant la procession de sortie

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

François Couperin le Grand (1668 † 1733), organiste du Roi et de Saint-Gervais, chevalier pontifical de l'ordre du Latran

François Couperin le Grand (1668 † 1733), organiste du Roi et de Saint-Gervais,
chevalier pontifical de l’ordre du Latran

Programme de la solennité de sainte Cécile, Vierge & Martyre, patronne de la paroisse, de notre schola & des musiciens

Sainte Cécile, patronne des musiciens - vitrail de l'église du Saint-Sépulchre de la Citée de Londres.Saint-Eugène, le dimanche 25 novembre 2018, messe solennelle de 11h. Secondes vêpres & salut du Très-Saint Sacrement à 17h45.

Sainte Cécile est l’une des plus illustres parmi les vierges-martyres de Rome. C’est à la fin du IIIème siècle qu’elle joignit à la couronne des vierges celle des martyrs. Mariée de force au païen Valérien, elle le convertit à la foi véritable ainsi que son beau-frère Tiburce. Les Actes de sainte Cécile nous rapportent que le jour de son mariage forcé, tandis que résonnait la musique païenne des noces, Cécile chantait en son cœur une hymne au Christ, le priant de la garder immaculée. Pour cette raison Cécile est devenue patronne des musiciens. Valérien, Tiburce et Cécile recevront tous les trois la palme du martyre, proclamant jusque dans leur mort leur fidélité au Christ Rédempteur. Cécile fut ébouillantée, puis reçut les trois coups de glaives légaux, auxquels elle survivra néanmoins trois jours encore, agonisant péniblement dans sa maison qu’elle laissa en héritage au Pape Urbain ; plus tard cette maison fut dédicacée comme église un 22 novembre, et placée sous son patronage. En octobre 1599, lorsque, sous les ordres du cardinal Sfondate, on y ouvrit le sarcophage de la sainte, son corps était encore intact. Le nom de sainte Cécile figure au Canon de la Messe romaine.

Pour fêter notre patronne, la Schola Sainte Cécile interprète cette année la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (1818 † 1893), chef d’œuvre qu’elle avait déjà interprété en 2001, 2002, 2012 & 2014 en semblable occasion. Cette messe fut créée en l’église Saint-Eustache le 22 novembre 1855 à la mémoire du beau-père du compositeur, le célèbre pianiste et professeur au Conservatoire Pierre-Joseph Zimmerman († le 18 octobre 1853). Gounod édifie dans cette œuvre une monumentale « cathédrale » de musique, tour à tour triomphale, distinguée ou recueillie, toute à la gloire de Dieu et de la patronne des musiciens.

Outre la Messe solennelle Sainte Cécile, nous chanterons des extraits de Mors & Vita. Voici comment Gounod présente son oratorio publié en 1885 :

« Cet ouvrage fait suite à ma trilogie sacrée « La Rédemption ». On sera peut-être surpris que, dans le titre, j’aie mentionné la Mort avant la Vie. C’est qu’en effet la Mort n’est que la fin de l’Existence qui est un mourir continuel ; mais elle est le premier instant et, en quelque sorte la naissance de ce qui ne meurt plus.
La première partie est consacrée à l’expression des tristesses causées par la perte des êtres aimés et aux solennelles terreurs de la Justice infaillible. La seconde contient le Réveil des morts par la trompette des Anges, & le Jugement des Elus et des Réprouvés. La troisième, tirée de l’Apocalypse, est la description de la Nouvelle Jérusalem et de la vie bienheureuse. »

Nous donnons un extraits de la seconde partie de cet oratorio (Judex) qui dépeint l’adoration du Christ siégeant en majesté au Jugement dernier, adoré par les saints & les martyrs et deux extraits de la troisième partie (Chorus cœlestis et chœur final Hosanna), description de la Nouvelle Jérusalem et de la vie bienheureuse. Les textes utilisés par Gounod sont les hymnes de l’Apocalypse de saint Jean.

Celui qui fut « maître de chapelle honoraire à vie de Saint-Louis des-Français », grand admirateur de Palestrina, auditeur assidu de Lacordaire, un temps séminariste à Saint-Sulpice et maître de chapelle des Missions étrangères avait un sens, un amour et une connaissance véritablement profonds de la liturgie catholique.

Nous vous convions à venir nombreux & à faire venir vos amis à Saint-Eugène fêter avec nous cette fête de la musique sacrée chrétienne !

A la messe :

  • Mémoire du XXVIIème & dernier dimanche après la Pentecôte – Propre du jour chanté avec serpent en vieux plain-chant parisien – Messe polyphonique : Charles Gounod (1818 † 1893), Messe solennelle Sainte Cécile
  • Réponses polyphoniques aux récitatifs liturgiques de la sainte messe – Henri de Villiers
  • Procession d’entrée : Sedenti in throno – Charles Gounod, extrait de l’oratorio Mors & Vita – Seconde partie : Judicium – n° 4 : Judex – texte tiré de l’Apocalypse V, 13
  • Introït – Loquebar (ton v.)
  • Kyrie & Gloria : de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Epître : Ecclésiastique LI, 13-17 : C’est pourquoi je veux te rendre grâces et te chanter tes louanges, Seigneur, notre Dieu.
  • Graduel – Audi filia (ton vii.)
  • Alleluia – Quinque prudentes virgines (ton v.)
  • Evangile : Matthieu XXV, 1-13 : L’époux vint, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces, et la porte fut fermée.
  • Credo : de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Offertoire – Afferentur (ton iv.)
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Offertoire de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Préface des Saints au propre de l’archidiocèse de Paris
  • Sanctus : de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Après la consécration : Benedictus de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Agnus Dei : de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod
  • Pendant la communion : Ego sum Alpha et Omega – Charles Gounod, extrait de l’oratorio Mors & Vita – Troisième partie : Vita – n°7. Chorus cœlestis – Apocalypse XXI, 6-7 & 3
  • Communion – Confundantur (ton i.)
  • Prière pour la France de la Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (Prière de l’Eglise / Prière de l’Armée / Prière de la Nation)
  • Ite missa est VIII
  • Pendant le dernier Evangile : Salve Regina
  • Procession de sortie : Hosanna in excelsis Deo ! – Charles Gounod, chœur final de l’oratorio Mors & Vita – Troisième partie : Vita – n°8. Coro allegro mæstoso – cf. Matthieu XXI, 9, Marc XI, 10, Luc II, 14 & Jean XII, 13

IIndes vêpres de la solennité de sainte Cécile suivies du salut du Très-Saint Sacrement. Au salut du Très-Saint Sacrement :

  • Motet d’exposition : ave verum, VIème ton – Prose du Très-Saint Sacrement du XIVème siècle, attribuée au pape Innocent VI († 1362)
  • A la Bienheureuse Vierge Marie : Ave Maria, du Ier ton
  • En l’honneur de sainte Cécile : Tuba cum citharis, du Ier ton – prose du XVème siècle
  • Prière pour Notre Saint Père le Pape : Tu es pastor ovium du Ier ton
  • A la bénédiction du Très-Saint Sacrement : Tantum ergo du Vème ton « Moderne »
  • Chant d’action de grâces : Christus vincit – plain-chant d’Aloys Kunc (1832 † 1895), maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse.

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.
Télécharger le livret des IIndes vêpres de la solennité de sainte Cécile et du salut du Très-Saint Sacrement.
L’évènement sur Facebook.

Précédentes Céciliades :

  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2001 & 2002),
  • Messe de sainte Cécile de Touve Ratovondrahety (2003),
  • Vêpres en musique de sainte Cécile avec psaumes & antiennes de Marc-Antoine Charpentier et Henry du Mont (2004, dans le cadre de l’année Charpentier),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2005),
  • Missa Salve Regina de Jean Langlais (2006),
  • Messe à 4 voix et deux dessus (H.1) de Marc-Antoine Charpentier (2007),
  • Messe Gaudete in Domino semper, du Sacre de Louis XVI, de François Giroust (2008),
  • Missa Octava de Hans Leo Hassler (2009),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2010),
  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2012),
  • Messe Gaudete in Domino semper, du Sacre de Louis XVI, de François Giroust (2013)
  • Messe solennelle Sainte Cécile de Charles Gounod (2014),
  • Messe à 4 chœurs de Marc-Antoine Charpentier (2015),
  • Missa secunda de Hans Leo Hassler (2016),
  • Missa Decantabat populus à deux chœurs de Giovanni Croce (2017),