La messe traditionnelle pour les nuls

Nous reprenons tant le titre (un brin provoc, il s’agit bien sûr d’une allusion à l’excellente série d’ouvrages didactiques du même nom) que les images diffusées sur la page Facebook Messe traditionnelle, lesquelles constituent un beau « tutoriel » en images avant l’heure. Ces photos sont probablement d’origine française (le prêtre porte le rabat noir français traditionnel sur la photo du baptême) et datent vraisemblablement du début du XXème siècle.

1. Les prières au bas de l’autel.

Etant arrivé à l’autel avec le servant et ayant placé – à la messe basse – le calice voilé au centre de l’autel, le prêtre fait le signe de la croix et commence les prières au bas de l’autel. (A la messe haute, le calice est placé à la crédence).

2. La confession des péchés.

Joignant les mains, le prêtre s’incline et dit :

Confíteor Deo omnipoténti, Beatae Mariæ semper Virgini, Beato Michaeli Archangelo, Beato Ioanni Baptístæ, sanctis Apostolis Petro et Paulo, Omnibus Sanctis, et vobis, fratres: quia peccavi nimis cogitatióne, verbo et opere : mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa. Ideo precor beátam Mariam semper Virginem, beátum Michaélem Archángelum, beátum Ioannem Baptístam, sanctos Apostolos Petrum et Paulum, omnes sanctos, et vos, fratres, orare pro me ad Dominum, Deum nostrum.

Je confesse à Dieu tout-puissant, à la bienheureuse Marie toujours Vierge, au bienheureux Michel Archange, au bienheureux Jean Baptiste, aux saints Apôtres Pierre & Paul, à tous les saints, et à vous, frères : car j’ai beaucoup péché, par pensée, par parole & par action : c’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute. C’est pourquoi je prie la bienheureuse Marie toujours Vierge, le bienheureux Michel Archange, le bienheureux Jean Baptiste, les saints Apôtres Pierre & Paul, tous les saints, & vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

3. La vénération des reliques des saints.

Le prêtre monte à l’autel, s’incline et dit la prière en l’honneur des saints dont les reliques sont contenues dans l’autel, pendant laquelle il baise celui-ci :

Orámus te, Dómine, per mérita Sanctórum tuórum, quorum relíquiæ hic sunt, et ómnium Sanctórum: ut indulgére dignéris ómnia peccáta mea. Amen.

Nous vous prions, Seigneur, par les mérites de vos Saints, dont nous avons ici les reliques, ainsi que de tous les saints, daignez me pardonner tous mes péchés. Amen.

4. La supplication litanique – le Kyrie.

Le Kyrie en grec est alterné par le prêtre et le servant 9 fois, symbolisant le chant des neufs chœurs angéliques louant la Trinité : les 3 premières invocations s’adressent au Père, les 3 suivantes au Fils, les 3 dernières au Saint-Esprit.

Kyrie, eleison.
Kyrie, eleison.
Kyrie, eleison.
Christe, eleison.
Christe, eleison.
Christe, eleison.
Kyrie, eleison.
Kyrie, eleison.
Kyrie, eleison.

5. La salutation du prêtre.

V/. Dominus vobiscum.
R/. Et cum spiritu tuo.

Le Seigneur soit avec vous.
Et avec votre esprit.

6. La (ou les) collecte(s).

La collecte est la première oraison propre de la messe, elle rassemble nos intentions particulières dans la grande intention que l’Eglise veut célébrer en ce jour.

7. L’Epître.

L’Epître est une lecture tirée ordinairement des lettres de saint Paul ou des autres Apôtres.

A la messe basse, le prêtre lit l’épître sur le missel placé du côté droit de l’autel, qu’on appelle pour cette raison « côté Epître ».
A la messe haute, le sous-diacre chante l’épître dans le chœur, face à l’autel, du côté Epître.

8. Les prières avant l’Evangile.

A la fin du graduel, du trait ou de l’alleluia, le prêtre revient au milieu de l’autel, s’incline et dit à voix basse les deux prières pour le préparer à annoncer l’évangile :

Munda cor meum, ac labia mea, omnípotens Deus, qui labia Isaíæ Prophétæ cálculo mundásti igníto : ita me tua grata miseratióne dignáre mundáre, ut sanctum Evangélium tuum digne váleam nuntiáre. Per Christum, Dóminum nostrum. Amen.

Purifiez mon cœur & mes lèvres, Dieu tout-puissant, qui avez purifié les lèvres du prophète Isaïe avec un charbon ardent ; daignez par votre miséricordieuse bonté me purifier, pour que je sois capable de proclamer dignement votre saint Evangile. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

9. Le Lavabo.

Pendant l’offertoire, le prêtre va au coin de l’autel côté Epître et se purifie les doigts, en disant à voix basse le Psaume 25, versets 6 à 12 :

Lavábo inter innocéntes manus meas : et circúmdabo altáre tuum, Dómine :
Ut áudiam vocem laudis, et enárrem univérsa mirabília tua.
Dómine, diléxi decórem domus tuæ et locum habitatiónis glóriæ tuæ.
Ne perdas cum ímpiis, Deus, ánimam meam, et cum viris sánguinum vitam meam :
In quorum mánibus iniquitátes sunt : déxtera eórum repléta est munéribus.
Ego autem in innocéntia mea ingréssus sum : rédime me et miserére mei.
Pes meus stetit in dirécto : in ecclésiis benedícam te, Dómine.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, et in saecula saeculórum. Amen.

Je laverai mes mains pour être compté parmi les innocents, & je me tiendrai auprès de votre autel, Seigneur,
Pour entendre chanter vos louanges & raconter toutes vos merveilles.
Seigneur, j’aime la beauté de votre maison, le lieu où habite votre gloire.
Mon Dieu, ne laissez pas périr mon âme avec celle des impies, ma vie avec celle des hommes de sang,
Dont les mains sont ouvrières d’iniquité & dont la droite est pleine de présents fallacieux !
Pour moi, je marche dans l’innocence ; délivrez-moi, ayez pitié de moi.
Mon pied tient bon dans le droit chemin ; avec l’Eglise, je vous bénis, Seigneur.
Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement, & maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.

10. La fin de l’offertoire : offrande des oblats à la Très-Sainte Trinité, en l’honneur des saints.

Súscipe, sancta Trinitas, hanc oblatiónem, quam tibi offérimus ob memóriam passiónis, resurrectiónis, et ascensiónis Jesu Christi, Dómini nostri : et in honórem beátæ Maríæ semper Vírginis, et beáti Ioannis Baptistæ, et sanctórum Apostolórum Petri et Pauli, et istórum et ómnium Sanctórum : ut illis profíciat ad honórem, nobis autem ad salútem : et illi pro nobis intercédere dignéntur in coelis, quorum memóriam ágimus in terris. Per eúmdem Christum, Dóminum nostrum. Amen.

Recevez, Trinité Sainte, cette offrande, que nous vous présentons en mémoire de la Passion, de la Resurrection et de l’Ascension de Jesus-Christ notre Seigneur ; et en l’honneur de la Bienheureuse Marie toujours Vierge, du Bienheureux Jean Baptiste, des Saints Apôtres Pierre et Paul, des saints dont les reliques sont ici, et de tous vos saints ; qu’elle serve à leur honneur et à notre salut, et que les saints dont nous faisons mémoire sur la terre daignent intercéder pour nous dans les cieux. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.

11. La consécration du Corps du Seigneur

Qui prídie quam paterétur, accépit panem in sanctas ac venerábiles manus suas…

Lui qui, la veille où il devait souffrir, reçut du pain dans ses mains saintes & vénérables…

12. Elévation du Corps de Notre Seigneur.

O salutáris Hóstia
Quæ cœli pandis óstium.
Bella premunt hostília;
Da robur, fer auxílium.

Ô salutaire Hostie,
qui nous ouvre les portes du ciel,
les armées ennemies nous poursuivent,
donne-nous la force, porte-nous secours.

13. Elévation du Calice du Très Précieux Sang.

Uni trinóque Dómino
Sit sempitérna glória :
Qui vitam sine término,
Nobis donet in pátria.
Amen.

Au Seigneur unique & trine
Soit la gloire éternelle ;
Qu’il nous donne en son Royaume
La vie qui n’aura pas de fin.
Amen.

14. La petite élévation du Corps & du Sang du Seigneur à la fin du canon.

Per quem hæc ómnia, Dómine, semper bona creas, sancti ☩ ficas, viví ☩ ficas, bene ☩ dícis et præstas nobis.
Per ip ☩ sum, et cum ip ☩ so, et in ip ☩ so, est tibi Deo Patri omnipotenti, in unitáte Spíritus ☩ Sancti, omnis honor, et glória.
(Excelsa voce) : Per omnia saecula saecolorum. R/. Amen.

Par Lui, Seigneur, vous ne cessez de créer tous ces biens et vous les sancti†fiez, vous les vivi†fiez et vous les bénis†sez pour nous en faire don.
Par † Lui, avec † Lui, et en † Lui, à vous Dieu le Père † tout-puissant, en l’unité du Saint†Esprit, tout honneur et toute gloire.
(à haute voix) : Pour les siècles des siècles.
R: Amen.

15. Présentation du Corps du Seigneur aux fidèles avant la communion.

V/. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi.
R/. Dómine, non sum dignus ut intres sub tectum meum, sed tantum dic verbo & sanábitur ánima mea.

Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte les péchés du monde.
Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit, mais dites seulement une parole et mon âme sera guérie.

16. La communion des fidèles.

En Occident, la sainte communion se reçoit à genoux et sur la langue, en signe de respect pour la Très-Sainte Eucharistie. Le prêtre dit à chacun :

Corpus Dómini nostri Jesu Christi custódiat ánimam tuam in vitam ætérnam. Amen.

Le Corps de Notre Seigneur Jésus-Christ garde ton âme pour la vie éternelle. Ainsi soit-il.

17. La bénédiction finale.

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, ☩ et Spíritus Sanctus.
R/. Amen.

Que vous bénisse le Dieu tout-puissant, Père & Fils † & Saint-Esprit.
R/. Ainsi soit-il.

18. Au dernier évangile.

Avant de quitter l’autel, le prêtre récite au coin de l’Evangile le Prologue de saint Jean (1, 1-14) :

In princípio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum.

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.

Le saint baptême.

Le prêtre met un pan de son étole sur l’enfant, pour l’introduire dans l’église de Dieu, en l’appelant par son nom :

N., ingrédere in templum Dei, ut hábeas partem cum Christo in vitam ætérnam. R/. Amen.

N., entrez dans la maison de Dieu, afin d’avoir part avec le Christ à la vie éternelle. R/. Amen.

4 commentaires à propos de “La messe traditionnelle pour les nuls

  1. très, très beau, merci MON DIEU pour cette beauté, je vous aime TRES SAINTE TRINITE, bénissez vos saints prêtres,
    Amen!!!

  2. J’ai gardé le Dom Lefebvre de 1934, le missel de mes parents et je ne retrouve pas dans le déroulement de votre messe soi-disant tradi la prière qui concluait l’offertoire et qui était dite par les servants de messe: « Suscipiat dominus sacrifiium de manibus tuis, ad laudem et gloriam nominis sui, ad utilitatem quoque nostram Ecclesiae suae sanctae » et le prêtre répondait « Amen »

    1. Monsieur, ce ne sont ici que des commentaires associés à cette série de photos anciennes. Bien évidemment, il n’y a pas autant de photos que de moments ou de prières dans la sainte messe. En particulier, comme vous le soulignez, le photographe n’a pas fixé le moment où le prêtre se retourne vers le chœur pour conclure l’offertoire par l’Orate fratres et la secrète.

Laisser un commentaire