Lettres du Patriarche de Moscou & du Patriarche œcuménique de Constantinople au Pape émérite

Sa Sainteté Cyrille Ier, patriarche de Moscou & de toutes les RussieLe 1er mars 2013, Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou a envoyé le message suivant à Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite.

Votre Sainteté !

En ces journées exceptionnelles pour vous, je voudrais exprimer mes sentiments d’amour fraternel en Christ et de respect.

Votre décision de quitter le ministère d’évêque de Rome, que vous avez annoncée avec humilité et simplicité le 11 février dernier, a trouvé un écho dans le cœur de millions de catholiques.

Nous nous sommes toujours sentis proche de votre ministère consistant, marqué par une non-compromission en matière de foi et une adhésion sans faille à la Tradition vivante de l’Eglise. À une époque où l’idéologie de la permissivité et du relativisme moral essaie de déloger de la vie les valeurs morales, vous avez hardiment élevé votre voix pour défendre les idéaux de l’Evangile, la haute dignité de l’homme et sa vocation à être délivré du péché.

Je garde un souvenir chaleureux de notre rencontre lorsque vous aviez été élu au Siège de Rome. Au cours de votre ministère, nous avons reçu un élan positif dans les relations entre nos Eglises, répondant ainsi au monde moderne comme témoins du Christ crucifié et ressuscité. J’espère sincèrement que ce qui s’est développé au cours de votre ministère actif, une bonne relation de confiance entre les orthodoxes et les catholiques, va continuer à croître avec votre successeur.

Je vous prie d’accepter mes vœux les plus sincères de bonne santé, de longue vie et d’aide d’en-haut dans votre prière & dans vos écrits théologiques.

« Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et paix » (Romains 15:13).

Avec amour dans le Seigneur,

+ Cyrille, Patriarche de Moscou et de Toutes les Russies

Novembre 2006 - le Pape Benoît XVI et le Patriarche œcuménique Barthélémy Ier au balcon du patriarcat (Phanar, Constantinople)

Voici de même la réaction du patriarche œcuménique Barthélémy Ier à l’annonce de la renonciation de Benoît XVI :

C’est avec tristesse que nous avons été informés de la décision de sa Sainteté le pape Benoît de démissionner de son trône, car il aurait pu, avec sa sagesse et son expérience, apporter encore beaucoup à l’Église et au monde. Le pape Benoît a apposé son sceau indélébile à la vie et à l’histoire de l’Église catholique-romaine, non seulement par son court pontificat, mais aussi par son long apport en tant que théologien et hiérarque de son Église, ainsi que par son prestige universellement reconnu. Ses écrits parleront longtemps de sa profonde érudition théologique, de sa connaissance des Pères de l’Église indivise, de son contact avec la réalité contemporaine et de son vif intérêt pour les problèmes de l’homme. Nous, orthodoxes, le considérerons toujours comme un ami de notre Église et un fidèle serviteur de la cause de l’unité de tous, et nous nous réjouirons de le savoir en bonne santé et d’être informé de son travail théologique. Personnellement, nous nous rappellerons avec émotion de sa visite au siège du Patriarcat œcuménique, il y a plus de six ans, comme des nombreuses rencontres avec lui et de la bonne collaboration que nous avons eue au cours de son ministère primatial. Depuis le Phanar, nous souhaitons que le Seigneur lui désigne un digne successeur à la tête de l’Église sœur de Rome et que continue avec celui-ci notre cheminement commun vers l’union de tous, à la gloire de Dieu.

Sa Sainteté le Pape Benoît XVI

2 commentaires à propos de “Lettres du Patriarche de Moscou & du Patriarche œcuménique de Constantinople au Pape émérite

  1. espérons que le successeur de Benedictus XVI va réaliser enfin l’union en communion entre les orthodoxes et les catholiques, je veux que l’armée du Christ soit refaite pour lutter contre l’immaturité et la culture la mort de nos jours, une Eglise puissante et forte, une Eglise sans erreurs et sans taches..Ad majorem Dei gloraim!

  2. Il serait bon, pour commencer, que ces chers patriarches cessent de tolérer des groupes (comme les moines du Mont Athos) qui nient la validité des sacrements de l’Eglise romaine.

Laisser un commentaire