Programme du IIIème dimanche après la Pentecôte – saint Théodore le Stratilate – ton 2

Le mégalomartyr saint Théodore le StratilateParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 21 juin 2015 du calendrier grégorien – 8 juin 2015 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

Dimanche du ton II de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour la translation des reliques du saint mégalomartyr Théodore le Stratilate.

Saint Théodore était général – autrement dit en grec στρατηλάτης, c’est-à-dire Stratilate (ou StratélateMagister militum en latin) – de l’armée romaine en garnison à Héraclée du Pont. Il gouvernait sous le règne de l’empereur Licinius le pays des Myriandriens qui s’étendait en partie sur la Bithynie, le Pont et la Paphlagonie, & la cité d’Héraclée en formait la capitale.

Il eut la tête tranchée pour sa foi dans le Christ, probablement le 7 février 319.

Comme d’autres saints militaires fameux, tels Georges de Lydda, Démètre de Théssalonique, saint Théodore le Stratilate est honoré comme l’un des 25 mégalomartyrs (« grands martyrs ») par l’Eglise byzantine. Saint Théodore le Stratilate est fêté le 8 février (autrefois le 7). Le 8 juin on commémore la translation de ses reliques, translation dont on parlera ci-après. Dans l’Empire byzantin, les deux fêtes du 8 février et du 8 juin étaient fériées jusqu’à midi.

Le mégalomartyr saint Théodore le StratilateIl y a une cinquantaine de saints du beau nom de Théodore (« Don de Dieu ») dans l’Eglise des premiers siècles. Le surnom de Stratilate (le Général) donné à notre saint Théodore lui fut attribué par commodité afin surtout de le distinguer d’un autre saint Théodore de la même province, qui fut surnommé lui le Tiron (le Conscrit). Saint Théodore Tiron était un simple soldat de la ville d’Amasée, métropole de la province du Pont, il subit le martyre par le feu dans la ville d’Euchaïtes (l’actuel village turc d’Avka, dans la province de Çorum), à une journée de marche d’Amasée, quelques années avant le Stratilate (probablement en 303). L’Eglise byzantine célèbre la fête de saint Théodore Tiron le 17 février. De nombreuses églises lui furent dédiées à Constantinople & dans l’Empire et même en Occident, tandis que le culte du Stratilate connut une moindre extension.

Quelques temps après son martyre, on fit la translation des reliques de saint Théodore le Stratilate dans la ville d’Euchaneia, ville proche d’Amasée et d’Euchaïtes, ville dont il était originaire, et c’est la fête commémorée en ce jour. Les corps des deux Théodore de la même province se retrouvèrent de ce fait en deux lieux proches portant des toponymes sensiblement identiques. Il n’en fallait pas plus pour que les narrations des vies des deux Théodore s’entremêlent dans le cours des âges, de façon inextricable, de sorte que plusieurs auteurs ont estimé qu’il ne s’agissait que d’un seul personnage (il semblerait qu’un troisième saint Théodore ait aussi été vénéré dans la même province, mais il n’est pas commémoré liturgiquement).

Les deux saints Théodore - le Stratilate & le Tiron - fresque du Mont AthosLes deux saints Théodore, celui d’Héraclée et celui d’Amasée, celui d’Euchaneia & celui d’Euchaïtes, le Stratilate et le Tiron, le Général et le Conscrit, sont souvent associés dans la piété byzantine, ils figurent côte à côte sur les icônes qui leur sont consacrées. Souvent, le Général figure à cheval, et possède une barbe plus fournie que celle du Conscrit. Le Stratilate est aussi surnommé le Bathériaque (Βαθηριακης), c’est-à-dire, « le maître des reptiles par la lance » et on le représente souvent en effet en train de tuer un serpent ou un crocodile.

Les images de nos deux saints militaires figuraient (avec celles de saint Démétrius et de saint Procope) sur les 6 étendards (φλαμουλα) qui étaient portées par paires autour du trône de l’empereur dans les grandes cérémonies de la cour de Constantinople.

L’empereur Jean Ier Tzimiskès (c. 925 † 976) fit rebâtir avec munificence la basilique de saint Théodore à Euchaneia, en remerciement d’une victoire éclatante qu’il gagna à Antioche de Syrie sur les Mahométans en 970, victoire que ce prince attribuait à l’intercession de saint Théodore le Stratilate. La ville d’Euchaneia devint si célèbre en raison des nombreux miracles qui s’accomplissaient devant la châsse contenant ses reliques qu’on changeât son nom en Théodoropolis, « la Ville de Théodore » (l’actuelle Çorum turque).

Statue de saint Théodore par Stefano Bolognini - VeniseLes reliques de saint Théodore Stratilate avaient dû être évacuées de Théodoropolis en raison de l’avancée musulmane en Asie mineure. Ces reliques furent prises dans la ville de Mésembrie en Thrace en 1256 par Jacques Dandolo, général des galères de la République de Venise, puis Marc Dandolo les fit expédier de Constantinople à Venise en 1260. Les Vénitiens entourèrent d’une grande vénération le saint qu’ils recevaient car leur cité était placée – depuis ses origines et jusqu’au IXème siècle – sous le patronage de saint Théodore (à vrai dire il s’agissait de saint Théodore Tiron, dont les reliques étaient parvenues et détenues elles à Brindisi ; à Venise, l’antique basilique de Saint-Théodore, datant du VIème siècle, a été intégrée dans la construction de la cathédrale Saint-Marc, où elle subsiste sous forme de chapelle). Les reliques de saint Théodore le Stratilate sont déposée encore aujourd’hui à Venise dans l’église du Saint Sauveur (Chiesa di San Salvador). Sa statue le figurant terrassant le dragon figure aussi sur l’une des deux magnifiques colonnes qui ornent la place Saint-Marc (la seconde étant celle du lion de saint Marc). Venise honorait saint Théodore au 9 novembre depuis le haut Moyen-Age.

Colonne de saint Théodore et de saint Marc à Venise

Aux heures
A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire du Mégalomartyr. Et maintenant. Theotokion de l’heure.
Kondakion : du dimanche.

Tropaires des Béatitudes : 6 tropaires du dimanche, ton 2 & 4 tropaires de la 3ème ode du canon du Mégalomartyr :
1. Reprenant la prière du bon Larron, * ô Christ, nous te disons : * Souviens-toi de nous, Seigneur, ** quand tu entreras dans ton royaume.
2. Ta croix, nous te l’offrons * pour la rémission de nos péchés : * Seigneur, tu l’as supportée ** par amour pour les hommes.
3. Devant ta Sépulture & ta sainte Résurrection, * Maître, nous nous prosternons : * par elles tu rachetas de la corruption, ** Ami des hommes, le monde entier.
4. Seigneur, l’empire de la Mort * par ta mort fut englouti, * & par ta sainte Résurrection, ** Dieu sauveur, tu as sauvé l’univers.
5. Au plus profond de l’Enfer, * lorsqu’ils virent ta clarté, * ceux qui dormaient dans les ténèbres de la mort, ** ô Christ, se levèrent, ressuscités.
6. Ressuscité du tombeau, * tu vins au-devant des Myrophores, * et les Disciples reçurent la mission ** de proclamer ta Résurrection.
7. Tu as triomphé des escadrons impies * en puissant chef d’armée * et méprisé les engins ** du serpent perfide.
8. Avec un zèle ardent, * par une pieuse inspiration, ** tu as détruit les simulacres aberrants des impies.
9. Avec force d’âme tu supportas * les assauts de l’ennemi * en imitant la vivifiante mise à mort ** de l’Arbitre des combats.
10. Toi seule, ô Mère de mon Dieu, * tu es devenue l’intendante * des trésors spirituels pour les hommes ; ** aussi nous te chantons : Réjouis-toi.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 2 : Lorsque tu descendis jusqu’en la mort, * ô Vie immortelle, * l’Enfer fut tué par la splendeur de ta divinité. * Lorsque tu relevas les morts des bas-fonds, * toutes les vertus célestes te clamèrent : * Donateur de vie, Christ Dieu, gloire à toi !
2. Tropaire du Mégalomartyr, ton 4 : De ton prophète Nahum, * célébrant, Seigneur, la mémoire, * par ses prières, nous t’en supplions, ** sauve nos âmes.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion du Mégalomartyr, ton 2 : Ton cœur très-pur, illuminé par l’Esprit, * fut le siège d’une brillante prophétie ; * tu vis comme proche ce qui était éloigné, * c’est pourquoi nous te vénérons, ** illustre Nahum, prophète bienheureux.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion du dimanche, ton 2 : Lorsque tu es ressuscité du tombeau, Sauveur tout-puissant, * l’Enfer à la vue de ce miracle fut saisi de frayeur ; * les morts se sont levés et, te voyant, la création partage ta joie, * Adam s’unit à l’allégresse ; ** et le monde, ô mon Sauveur, te chante pour toujours.

Prokimen
Du dimanche, ton 2 :
R/. Ma force & mon chant, c’est le Seigneur ; il fut pour moi le salut (Psaume 117, 14).
V/. Il m’a châtié et châtié, le Seigneur, mais à la mort il ne m’a point livré (Psaume 117, 18).

Epître
Du dimanche : Romains (§ 88) V, 1-10.
Or cette espérance n’est point trompeuse, parce que l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.

Alleluia
Du dimanche, ton 2 :
V/. Qu’il te réponde, le Seigneur, au jour d’angoisse, qu’il te protège, le nom du Dieu de Jacob ! (Psaume 19, 1).
V/. Seigneur, sauve le roi, & exauce-nous au jour où nous t’invoquons (Psaume 19, 10).

Evangile
Du dimanche : Matthieu (§ 18) VI, 22-33.
Pourquoi aussi vous inquiétez-vous pour le vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent point, ils ne filent point : et cependant je vous déclare que Salomon même dans toute sa gloire n’a jamais été vêtu comme l’un d’eux.

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1). Alleluia, alleluia, alleluia.

Télécharger le livret des choristes au format PDF

Laisser un commentaire