Portrait d’église, histoire de retable : Notre-Dame de l’Assomption de Termignon – le baroque savoyard (12)

Termignon - église Notre-Dame de l'Assomption

Le village de Termignon est situé sur la route du Col du Mont-Cenis, sa population qui dépassait les 1000 habitants rendit nécessaire l’agrandissement de son église, Notre-Dame de l’Assomption.

L’histoire du retable est sinueuse et révèle bien la volonté de la communauté paroissiale, avec à sa tête le curé, d’embellir son église. En 1669, le chœur est achevé et on fait appel au sculpteur Claude Rey pour la réalisation du retable du maitre-autel. Cependant le prix est jugé trop élevé. Après diverses tractations, Claude Rey estime qu’il ne peut faire le travail seul. Il propose de faire également appel au « maître de Bessans » mais finalement le curé finit par se rendre à Saint-Jean de Maurienne et décide de faire appel à Claude et Jean Rey, père et fils, ainsi que nous pouvons le lire dans le prix-fait signé le 25 avril 1675 devant Me Jean Duport, notaire : « l’émolument de l’acte du prix-fait baillé à Claude et Jean Rey père et fils pour la prix-facture de la corniche du grand autel étant la somme de 170 pistoles », soit 3257 florins, ce qui représente une somme très élevée.

Le retable est achevé en 1678 mais le paiement a encore posé problème et il semble que les statues ne soient pas de leurs mains. Au dos de la statue de saint Philibert se trouve le nom de Sébastien Rosaz qui les auraient toutes sculptées au début du XVIIIème siècle.

Termignon - église Notre-Dame de l'Assomption - le retable du maître-autel.

Le retable est organisé selon trois registres horizontaux.

Le registre inférieur avec, en son centre, le tabernacle à colonnes torses, le Christ en croix est sur la porte tandis que dans les niches de part et d’autre se trouvent saint Pierre et saint Paul. La monstrance avec ses colonnes torses est surmontée d’une couronne sur laquelle repose une statuette du Christ dans la gloire de sa Résurrection.

Sur un registre inférieur toujours, nous avons de part et d’autres les statues de saint Etienne, saint Laurent, saint Nicolas, saint François de Sales, saint Benoit et saint Philibert.

Termignon - église Notre-Dame de l'Assomption - le retable du maître-autel.

Sur le registre médian, le tableau central offre à nos regards l’Assomption de la Vierge Marie par Gabriel Dufour. De part et d’autre, des colonnes torses, ornées de grappes de raisin et de sarments, encadrent des niches qui abritent les statues de saint Jean-Baptiste et de saint Joseph.

Au dernier registre au dessus de l’entablement, le fronton brisé, en ailerons à volutes rentrantes sur lesquelles se trouvent des angelots ; en son centre, contemplant les fidèles, Dieu le père ouvre grands les bras.

L’autel du Rosaire a été réalisé par Sébastien Rosaz en 1705. Le tableau central sculpté en bas-relief présente en son centre la Vierge remettant le rosaire à saint Dominique tandis qu’une nouvelle fois l’Enfant-Jésus fait de même à saint François d’Assise.

Termignon - église Notre-Dame de l'Assomption - retable de l'autel du Rosaire

La Vierge est comme protégée par une nuée d’angelots. Tous les panneau sont recouverts de feuilles d’argent et d’or, et de glacis. Les triples colonnes torses ornées de raisin, lauriers et roses limitent la largeur du retable. Au registre supérieur, Dieu le Père ouvre les bras entouré de deux angelots acrobates.

Termignon - église Notre-Dame de l'Assomption - retable de l'autel du Rosaire

Laisser un commentaire