Programme du XIIème dimanche après la Pentecôte – Translation des reliques de saint Alexandre Nevski – ton 3

Saint pieux prince Alexandre NevskiParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 12 septembre 2021 du calendrier grégorien – 30 août 2021 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

Dimanche du ton III de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour la translation de Vladimir à Saint-Pétersbourg l’an 1724 des reliques du saint & grand prince Alexandre Iaroslavitch Nevski (= »de la Néva »), qui prit le nom d’Alexis lorsqu’il devint moine.

Le Prince béni Alexandre Nevsky mourut durant son retour de son voyage à Saraï auprès de la Horde d’Or où il était allé obtenir un allègement des tribus que devaient payer les principautés russes aux Mongols. Epuisé et se voyant mourir, il fit profession monastique sous le nom d’Alexis et mourut revêtu du grand habit à Gorodtsa sur la Volga, le 14 novembre 1263. Le 23 novembre 1263, sa dépouille est inhumée dans l’église cathédrale du monastère de la Nativité dans la ville de Vladimir.

Un culte local au pieux prince commença dès sa mise au tombeau, des miracles s’accomplissant auprès de celui-ci. Avant la bataille de Koulikovo (8 septembre 1388 contre les Mongols), le grand prince de Moscou et de Vladimir Dimitri Ier Donskoï, à la suite d’une vision, fit ouvrir le tombeau où l’on découvrit le cors incorrompu d’Alexandre Nevski, lequel fut placé dans une première châsse. Lors de l’incendie de la ville de Vladimir le 23 mai 1491, cette châsse souffrit les attaques du feu, mais les reliques subsistèrent.

En 1547, le pieux prince est canonisé par l’Eglise russe. Lorsqu’il fallut restaurer la châsse après les incendies de 1681 et 1689, le métropolite Hilarion de Souzdal fit placer en 1695 les reliques dans une nouvelle châsse (appelée petite châsse), garnie de sculptures et recouverte de métaux précieux.

Ouverture des reliques de saint Alexandre Nevski par les Bolcheviques en 1922 : la petite châsse de 1695

Ouverture des reliques de saint Alexandre Nevski par les Bolcheviques en 1922 : la petite châsse de 1695

Cette châsse fut réalisée par un maître artisan de Moscou du Palais des Armures et un orfèvre de Vladimir. Elle est réalisée dans le style baroque moscovite du XVIIème siècle. La châsse est recouverte d’une grande icône en bois représentant un saint en robe monastique. C’est un grand coffre en bois sur le bord supérieur duquel est placée une plaque en argent avec cette inscription :

Dans cette châsse en argent sont placées les saintes reliques du bienheureux prince Alexandre Iaroslavitch aimant le Christ.

Les bords de la châsse sont garnis de plaques superposées de cuivre doré sur lesquelles sont ciselés des motifs floraux (tournesols, lys et tulipes). Sur les faces latérales se trouvaient cinq grands médaillons de cuivre doré, ciselés d’inscriptions sur les faits d’armes du prince et des épisodes de sa vie. Figurait également la mention de la bénédiction de la châsse par le patriarche Adrien en 1695 (ces médaillons originaux ont disparu et ont été reproduits en 1913 par S. G. Rounkevitch).

Le 30 Août 1721, Pierre Ier, après une guerre longue et épuisante contre les Suédois, conclut la Paix de Nishtad. Ce jour fut aussi décidé de transférer les reliques du saint prince Alexandre Nevsky de Vladimir jusqu’à la nouvelle capitale au nord, Saint-Pétersbourg, sur les bancs de la Neva. Pour honorer sa nouvelle capitale, le Tsar décida également la translation de Vladimir à Saint-Pétersbourg des reliques de saint Alexandre Nevski. Otées de Vladimir le 11 août 1723, les reliques furent accueillies à Shlisselburg le 20 septembre suivant et y demeurèrent jusqu’en 1724. Le 30 août 1724, elles furent placées dans la cathédrale de la Trinité de la Laure Alexandre Nevsky de Saint-Pétersbourg, où elles reposent jusqu’à présent. Un édit impérial du 2 septembre instaura la fête du 30 août pour commémorer cette translation. La rédaction de l’office fut confiée à l’Archimandrite Gabriel Buzhinsky (par la suite évêque de Ryazan, mort le 27 avril 1731).

A Saint-Pétersbourg, la petite châsse de 1695 fut placée dans un nouveau monument fastueux, appelée la grande châsse, réalisée en argent, et considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de l’art russe au XVIIIème siècle. Décidée par l’impératrice Elisabeth, cette grande châsse, destinée à enserrer la petite châsse, est réalisée de 1746 à 1753. Ce monument somptueux pèse environ 1500 kg d’argent.

Grande châsse en argent de saint Alexandre Nevski dans la Laure de Saint-Pétersbourg : gravure du XVIIIème siècle.

Grande châsse en argent de saint Alexandre Nevski dans la Laure de Saint-Pétersbourg : gravure du XVIIIème siècle.

Profanées par les Communistes en 1922, les châsses furent d’abord placées au Musée d’état d’histoire de la religion et de l’athéisme (ancienne Cathédrale de Kazan) puis placées au Musées de l’Ermitage. A plusieurs reprises, le pouvoir bolchevique tenta de détruire le monument pour faire fondre l’argent, mais les conservateurs de l’Ermitage réussirent adroitement à déjouer ces projets. En 1989, les reliques de saint Alexandre Nevski furent restituées à la cathédrale de la Trinité de la laure Saint-Alexandre-Nevski de Saint-Pétersbourg. Il est convenu que la grande châsse d’Elisabeth reviendra aussi à la laure Saint-Alexandre-Nevski une fois sa restauration achevée et qu’une copie de l’original aura été réalisée pour le Musée de l’Ermitage.

La Translation des reliques de saint Alexandre Nevski est la fête patronale de la cathédrale russe orthodoxe Saint-Alexandre-Nevski de Paris, sa dédicace ayant été célébrée par Mgr Léonce, le 30 août (julien soit le 12 septembre grégorien) 1861.

Aux heures
A tierce : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire du Prince béni. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du dimanche.
A sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire du Prince béni. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du Prince béni.

A la divine liturgie

Tropaires des Béatitudes : 6 tropaires du dimanche, ton 3, et 4 tropaires de la 3ème ode du canon du Prince béni :
1. Adam, notre premier père, ayant transgressé ton commandement, * ô Christ, tu l’as chassé du Paradis ; * mais, compatissant, tu fis entrer le bon Larron * te confessant sur la croix et criant : * Souviens-toi de moi, Sauveur, ** quand tu entreras dans ton royaume.
2. Pour notre faute, tu nous condamnas * à la malédiction de la mort, Seigneur source-de-vie ; * mais, souffrant dans ton corps, Maître sans péché, * tu fis revivre les morts qui s’écrièrent : * Souviens-toi de nous aussi ** quand tu entreras dans ton royaume.
3. Ressuscité d’entre les morts, tu nous sauvas de nos passions, * Seigneur, par ta sainte Résurrection ; * et, Sauveur, tu as détruit toute la puissance de la mort ; * c’est pourquoi nous, les fidèles, te crions : * Souviens-toi de nous aussi ** quand tu entreras dans ton royaume.
4. Par ta sépulture de trois jours tu éveillas, * Dieu, les morts qu’aux Enfers tu vivifias ; * et, dans ta bonté, tu fus la source de l’immortelle vie * pour nous tous, fidèles, qui sans cesse te crions : * Souviens-toi de nous aussi ** quand tu entreras dans ton royaume.
5. Aux Myrophores tu apparus d’abord, * Sauveur ressuscité d’entre les morts, * leur criant : Réjouissez-vous ! * et par elles, ô Christ, tu révèles ton éveil à tes amis ; * aussi te crions-nous : * Souviens-toi de nous aussi ** quand tu entreras dans ton royaume.
6. Sur la montagne Moïse, étendant les bras, préfigurait la croix et triomphait d’Amalec ; * nous-mêmes, nous la prenons pour combattre les démons * et tous ensemble avec foi te crions : * Souviens-toi de nous aussi ** quand tu entreras dans ton royaume.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 3 : Que les Célestes soient en liesse ! * Que les terrestres se réjouissent ! * Car le Seigneur a établi son Règne par son bras, * terrassant la mort par la mort, * Lui le Premier-Né d’entre les morts. * Il nous libère du ventre de l’enfer, ** et offre au monde la grande miséricorde.
2. Tropaire du Prince béni, ton 4 :Reconnais tes frères, nouveau Joseph, * toi qui ne règnes pas sur l’Egypte, mais au ciel avec le Christ, * bienheureux prince Alexandre, et multiplie le froment * à la prière des gens de ton pays ; * protège aussi ton héritage, le peuple chrétien, * et, dans les peines que leur inflige l’ennemi, ** viens en aide aux fils de la sainte Russie.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion du Prince béni, ton 4 : De même que tes lointains parents Boris & Gleb * du ciel apparurent pour t’aider * lorsque vaillamment tu combattais * contre le régent de Suède et ses guerriers, * de même encore maintenant * viens au secours de ta nation en triomphant de l’ennemi, ** qui veut asservir les fils de la sainte Russie.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion du dimanche, ton 3 : Tu es ressuscité aujourd’hui du tombeau, ô Miséricordieux, * et Tu nous as écartés des portes de la mort. * Aujourd’hui Adam exulte et Ève se réjouit ; * avec eux prophètes et patriarches ne cessent de chanter ** la force divine de ta puissance.

Prokimen
Du dimanche, ton 3 :
℟. Sonnez pour notre Dieu, sonnez ; sonnez pour notre Roi, sonnez ! (Psaume 46, 7).
℣. Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu par vos cris de joie ! (Psaume 46, 2).
Autre prokimen du Prince béni, ton 7 :
℟. Elle a du prix aux yeux du Seigneur, la mort de ses serviteurs (Psaume 115, 5).

Epîtres
Du dimanche : I Corinthiens (§ 158) XV, 1-11.
Car, premièrement, je vous ai donné ce que j’avais moi-même reçu ; savoir : Que le Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures.
Du Prince béni : Galates (§ 213) V, 22 – VI, 2.
Or ceux qui sont à Jésus-Christ, ont crucifié leur chair avec ses passions et ses désirs déréglés.

Alleluia
Du dimanche, ton 3 :
℣. En toi, Seigneur, j’ai mon abris ; sur moi pas de honte à jamais (Psaume 30, 2).
℣. Sois pour moi un Dieu qui me défend, un lieu fort qui me sauve (Psaume 30, 3).
Du Prince béni, ton 6 :
℣. Bienheureux l’homme qui craint le Seigneur, et qui a une grande affection pour ses commandements (Psaume 111, 1).

Evangiles
Du dimanche : Matthieu (§ 79) XIX, 16-26.
Et Jésus dit à ses disciples : Je vous dis en vérité, qu’il est bien difficile qu’un riche entre dans le royaume des cieux.
Du Prince béni: Matthieu (§ 43) XI, 27-30.
Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes.

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux.
Du Prince béni : La mémoire du juste sera éternelle (Psaume 111, 6). Alleluia, alleluia, alleluia.

Télécharger le livret des choristes pour ce dimanche.

Programme de la fête de l’Invention des reliques de saint Denys, premier évêque de Paris, & ses compagnons Rustique, prêtre, & Eleuthère, diacre, martyrs

Martyre de saint Denys, saint Rustique & saint Eleuthère - dessin de Pierre II Mignard (1640 - 1725) - Avignon - Musée Calvet

Martyre de saint Denys, saint Rustique & saint Eleuthère – dessin de Pierre II Mignard (1640 – 1725) – Avignon – Musée Calvet.

Saint-Eugène, le mercredi 22 avril 2020, grand’messe de 19h (Mémoire des saints Soter et Caïus, papes & martyrs).

Saint Denis est le premier évêque de Paris, il mourut martyr avec ses compagnons saint Rustique, prêtre, et saint Eleuthère, diacre.

Selon le texte le plus ancien de sa Passion, mise en forme vers l’an 500, Denys a été envoyé de Rome en Gaule comme évêque missionnaire par le pape saint Clément, troisième successeur de saint Pierre, de 88 à 97. Denys parvient à Paris avec un groupe de disciples évangélisateurs, parmi lesquels on compte saint Rustique, saint Eleuthère, saint Eugène (martyrisé à Deuil-la-Barre) et saint Yon (martyrisé à Chastres-sous-Montlhéry, aujourd’hui Arpajon). A Paris, Denys construit la première cathédrale, prêche la foi véritable aux habitants et les convertit au Christ. Les autorités romaines ne tardent pas à remarquer son action. Soumis à un interrogatoire, Denys et ses compagnons se déclarent chrétiens et sont mis à mort, décapités par le glaive du bourreau. Selon la tradition, les trois saints souffrirent le martyre à Montmartre (= le mont des Martyrs). Pour empêcher que leurs dépouilles ne soient jetés dans la Seine, une aristocrate romaine encore païenne, Catulla, décide de s’en emparer par la ruse et de les ensevelir dans un champ de sa propriété au Nord de Lutèce. La tombe de saint Denys devint très tôt lieu de pèlerinage et de nombreux chrétiens se firent ensevelir au plus près de celle-ci dès la paix de l’Eglise survenue au IVème siècle sous le règne de Constantin. Sainte Geneviève fit construire vers 520 une première église sur la sépulture de saint Denys, qui devint par la suite l’Abbaye royale de Saint-Denis, lieu de sépulture des rois de France.

Reliquaire des saints Denys, Rustique et Eleuthère dans la basilique Saint-Denis.

Reliquaire des saints Denys, Rustique et Eleuthère dans la basilique Saint-Denis.

La fête de l’Invention des Reliques des saints Denys, Rustique et Eleuthère remonte à une époque fort reculée, en tout cas elle a toujours figuré à cette date du 22 avril dans les manuscrits puis les livres liturgiques de Paris et de l’Abbaye royale, sans que l’on ne possède de détails sur l’attribution de cette découverte (sens premier d’Invention) à cette date précise : selon certains, elle marque la découverte des corps des trois martyrs par la noble romaine Catulla, qui les enterra sur ses terres (l’actuelle ville de Saint-Denis), selon d’autres la redécouverte des corps au IVème siècle ou bien la construction de la première église par sainte Geneviève, ou encore la reconnaissance des reliques par le roi Dagobert lors de la fondation du premier monastère et la reconstruction de la basilique qui avait été édifié par sainte Geneviève : un magnifique reliquaire pour les corps des trois saints martyrs fut alors réalisé par saint Eloi. Le Bréviaire parisien énumère ces différents évènements aux leçons de l’office nocturne de cette fête. Sous l’Ancien Régime, la fête de l’Invention des reliques des trois martyrs était jour de grand pèlerinage à Saint-Denis et les indulgences qui y étaient publiées attiraient un grand nombre de pèlerins. Les moines de l’Abbaye allaient ce jour-la en procession en portant le chef du saint jusqu’à l’église paroissiale proche de Saint-Denis de l’Estrée (où selon certaines traditions, le corps du saint avait séjourné). Les paroisses parisiennes venaient en procession depuis Paris pendant le triduum précédant cette fête du 22 avril.

Préservées providentiellement lors des destructions des révolutionnaires, les reliques des saints Denis, Rustique et Eleuthère furent solennellement redéposées dans le chœur de l’Abbaye royale en 1819.

Fête double majeure dans l’archidiocèse de Paris, avec mémoire des saints saints Soter et Caïus, papes & martyrs du calendrier romain.

A la messe :

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

Les reliques de huit saints données par l’Eglise catholique à l’Eglise orthodoxe russe ont entamé la remontée de la Volga

Un bateau-chapelle de l’association international Aide à l’Eglise en détresse (AED) a entamé lundi dernier la remontée sur 3000 km de la Volga, (plus long fleuve d’Europe, baptisé l' »autoroute de la Russie »), depuis son embouchure sur la Mer Caspienne, et rejoindra Moscou à l’issue de son parcours.

Le bateau, baptisé « Père Werenfried » du nom du religieux prémontré, Werenfried van Straaten, fondateur de l’AED, transporte les reliques de huit saints importants de l’époque de l’Eglise indivise, particulièrement vénérés en Occident mais surtout en Orient. Il s’agit des reliques de :

  • saint Jean-Baptiste le Précurseur,
  • sainte Anne,
  • saint Barthélémy, apôtre de l’Asie Mineure,
  • saint Etienne le protomartyr,
  • saint Laurent, diacre & martyr,
  • saint Georges,
  • saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople,
  • saint Cyrille, apôtre des slaves.
  • Ces reliques sont un don de l’Église catholique à l’Église orthodoxe russe.

    A bord se trouve toujours un prêtre orthodoxe pour célébrer la liturgie divine dans la chapelle du navire, dédiée à saint Vladimir, qui a baptisé la Russie. Durant son parcours, le bateau-chapelle s’arrêtera dans différentes villes, comme Saratov, Kazan et Novgorod, et dans de nombreuses autres villes, pour permettre au plus grand nombre de personnes de vénérer les reliques.

    Le patriarche Cyrille de Moscou & de toutes les Russies a donné sa bénédiction à ce voyage des reliques. Le nonce apostolique auprès de la Fédération russe, Mgr Antonio Mennini, a envoyé une lettre dans laquelle il espère que les populations qui habitent des régions difficiles, comme celles frappées par la sècheresse et par les incendies de cet été, trouvent réconfort et consolation dans cette visite. L’expert de l’AED pour la Russie, Peter Humeniuk, impliqué dans le projet, s’est dit convaincu de l’impact symbolique que peut avoir ce voyage. « Dès les premiers jours du christianisme, l’Église a été vue comme un bateau, une ‘arche de salut’ », a-t-il expliqué. « Les reliques de ces saints, dont l’existence remonte à l’époque où l’Église n’était pas encore divisée, seront un puissant rappel à la période où s’est formée cette image de l’Église et où les chrétiens étaient encore unis », a-t-il ajouté.

    Dimanche, 12 september, une première divine liturgie a eu lieu à quai dans le port de Volgograd, célébrée par le métropolite Germain de Volgograd et Kamychine. Mgr Visvaldas Kulbokas, premier secrétaire de la Nonciature apostolique du Saint-Siège auprès de la Fédération de Russie, a également pris part à la liturgie et a transporté à bord du bateau-chapelle les reliques des huit saints. Dans un premier temps, le bateau-chapelle parcourra le delta de la Volga, en visitant les régions de Kalmoukie et Astrakan.

    Depuis 1998, le R.P. Werenfried van Straaten avait été le promoteur de l’initiative visant à transformer des navires en chapelles pour permettre de célébrer des offices dans les lieux sans églises. Ces navires chapelles de l’AED, encore en usage sur la Volga et sur le Don, avaient été appelés « flotte de Dieu » par le fondateur de l’AED.