Programme de la fête de l’Invention des reliques de saint Denys, premier évêque de Paris, & ses compagnons Rustique, prêtre, & Eleuthère, diacre, martyrs

Martyre de saint Denys, saint Rustique & saint Eleuthère - dessin de Pierre II Mignard (1640 - 1725) - Avignon - Musée Calvet

Martyre de saint Denys, saint Rustique & saint Eleuthère – dessin de Pierre II Mignard (1640 – 1725) – Avignon – Musée Calvet.

Saint-Eugène, le mercredi 22 avril 2020, grand’messe de 19h (Mémoire des saints Soter et Caïus, papes & martyrs).

Saint Denis est le premier évêque de Paris, il mourut martyr avec ses compagnons saint Rustique, prêtre, et saint Eleuthère, diacre.

Selon le texte le plus ancien de sa Passion, mise en forme vers l’an 500, Denys a été envoyé de Rome en Gaule comme évêque missionnaire par le pape saint Clément, troisième successeur de saint Pierre, de 88 à 97. Denys parvient à Paris avec un groupe de disciples évangélisateurs, parmi lesquels on compte saint Rustique, saint Eleuthère, saint Eugène (martyrisé à Deuil-la-Barre) et saint Yon (martyrisé à Chastres-sous-Montlhéry, aujourd’hui Arpajon). A Paris, Denys construit la première cathédrale, prêche la foi véritable aux habitants et les convertit au Christ. Les autorités romaines ne tardent pas à remarquer son action. Soumis à un interrogatoire, Denys et ses compagnons se déclarent chrétiens et sont mis à mort, décapités par le glaive du bourreau. Selon la tradition, les trois saints souffrirent le martyre à Montmartre (= le mont des Martyrs). Pour empêcher que leurs dépouilles ne soient jetés dans la Seine, une aristocrate romaine encore païenne, Catulla, décide de s’en emparer par la ruse et de les ensevelir dans un champ de sa propriété au Nord de Lutèce. La tombe de saint Denys devint très tôt lieu de pèlerinage et de nombreux chrétiens se firent ensevelir au plus près de celle-ci dès la paix de l’Eglise survenue au IVème siècle sous le règne de Constantin. Sainte Geneviève fit construire vers 520 une première église sur la sépulture de saint Denys, qui devint par la suite l’Abbaye royale de Saint-Denis, lieu de sépulture des rois de France.

Reliquaire des saints Denys, Rustique et Eleuthère dans la basilique Saint-Denis.

Reliquaire des saints Denys, Rustique et Eleuthère dans la basilique Saint-Denis.

La fête de l’Invention des Reliques des saints Denys, Rustique et Eleuthère remonte à une époque fort reculée, en tout cas elle a toujours figuré à cette date du 22 avril dans les manuscrits puis les livres liturgiques de Paris et de l’Abbaye royale, sans que l’on ne possède de détails sur l’attribution de cette découverte (sens premier d’Invention) à cette date précise : selon certains, elle marque la découverte des corps des trois martyrs par la noble romaine Catulla, qui les enterra sur ses terres (l’actuelle ville de Saint-Denis), selon d’autres la redécouverte des corps au IVème siècle ou bien la construction de la première église par sainte Geneviève, ou encore la reconnaissance des reliques par le roi Dagobert lors de la fondation du premier monastère et la reconstruction de la basilique qui avait été édifié par sainte Geneviève : un magnifique reliquaire pour les corps des trois saints martyrs fut alors réalisé par saint Eloi. Le Bréviaire parisien énumère ces différents évènements aux leçons de l’office nocturne de cette fête. Sous l’Ancien Régime, la fête de l’Invention des reliques des trois martyrs était jour de grand pèlerinage à Saint-Denis et les indulgences qui y étaient publiées attiraient un grand nombre de pèlerins. Les moines de l’Abbaye allaient ce jour-la en procession en portant le chef du saint jusqu’à l’église paroissiale proche de Saint-Denis de l’Estrée (où selon certaines traditions, le corps du saint avait séjourné). Les paroisses parisiennes venaient en procession depuis Paris pendant le triduum précédant cette fête du 22 avril.

Préservées providentiellement lors des destructions des révolutionnaires, les reliques des saints Denis, Rustique et Eleuthère furent solennellement redéposées dans le chœur de l’Abbaye royale en 1819.

Fête double majeure dans l’archidiocèse de Paris, avec mémoire des saints saints Soter et Caïus, papes & martyrs du calendrier romain.

A la messe :

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

Les reliques de huit saints données par l’Eglise catholique à l’Eglise orthodoxe russe ont entamé la remontée de la Volga

Un bateau-chapelle de l’association international Aide à l’Eglise en détresse (AED) a entamé lundi dernier la remontée sur 3000 km de la Volga, (plus long fleuve d’Europe, baptisé l' »autoroute de la Russie »), depuis son embouchure sur la Mer Caspienne, et rejoindra Moscou à l’issue de son parcours.

Le bateau, baptisé « Père Werenfried » du nom du religieux prémontré, Werenfried van Straaten, fondateur de l’AED, transporte les reliques de huit saints importants de l’époque de l’Eglise indivise, particulièrement vénérés en Occident mais surtout en Orient. Il s’agit des reliques de :

  • saint Jean-Baptiste le Précurseur,
  • sainte Anne,
  • saint Barthélémy, apôtre de l’Asie Mineure,
  • saint Etienne le protomartyr,
  • saint Laurent, diacre & martyr,
  • saint Georges,
  • saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople,
  • saint Cyrille, apôtre des slaves.
  • Ces reliques sont un don de l’Église catholique à l’Église orthodoxe russe.

    A bord se trouve toujours un prêtre orthodoxe pour célébrer la liturgie divine dans la chapelle du navire, dédiée à saint Vladimir, qui a baptisé la Russie. Durant son parcours, le bateau-chapelle s’arrêtera dans différentes villes, comme Saratov, Kazan et Novgorod, et dans de nombreuses autres villes, pour permettre au plus grand nombre de personnes de vénérer les reliques.

    Le patriarche Cyrille de Moscou & de toutes les Russies a donné sa bénédiction à ce voyage des reliques. Le nonce apostolique auprès de la Fédération russe, Mgr Antonio Mennini, a envoyé une lettre dans laquelle il espère que les populations qui habitent des régions difficiles, comme celles frappées par la sècheresse et par les incendies de cet été, trouvent réconfort et consolation dans cette visite. L’expert de l’AED pour la Russie, Peter Humeniuk, impliqué dans le projet, s’est dit convaincu de l’impact symbolique que peut avoir ce voyage. « Dès les premiers jours du christianisme, l’Église a été vue comme un bateau, une ‘arche de salut’ », a-t-il expliqué. « Les reliques de ces saints, dont l’existence remonte à l’époque où l’Église n’était pas encore divisée, seront un puissant rappel à la période où s’est formée cette image de l’Église et où les chrétiens étaient encore unis », a-t-il ajouté.

    Dimanche, 12 september, une première divine liturgie a eu lieu à quai dans le port de Volgograd, célébrée par le métropolite Germain de Volgograd et Kamychine. Mgr Visvaldas Kulbokas, premier secrétaire de la Nonciature apostolique du Saint-Siège auprès de la Fédération de Russie, a également pris part à la liturgie et a transporté à bord du bateau-chapelle les reliques des huit saints. Dans un premier temps, le bateau-chapelle parcourra le delta de la Volga, en visitant les régions de Kalmoukie et Astrakan.

    Depuis 1998, le R.P. Werenfried van Straaten avait été le promoteur de l’initiative visant à transformer des navires en chapelles pour permettre de célébrer des offices dans les lieux sans églises. Ces navires chapelles de l’AED, encore en usage sur la Volga et sur le Don, avaient été appelés « flotte de Dieu » par le fondateur de l’AED.