Saint Clément Ier, pape et martyr – pape de 88 à 97

Saint Clément est un des premiers successeurs de saint Pierre et disciple de saint Paul qui l’évoque dans sa lettre aux Philippiens (IV, 3). Il est né à Rome, les écrits ayant été dispersés, nous n’avons que peu d’éléments sur sa vie. On lui attribue notamment le sacre de 15 évêques, l’ordination de 10 prêtres et de 2 diacres.

La Tradition nous a conservé une lettre : l’Epitre de Clément aux Corinthiens adressée depuis Rome. Elle est destinée à l’Eglise de Corinthe qui est en proie à cette période à de grosses dissension. Le pape y appelle les révoltés à l’obéissance et à rétablir les pasteurs légitimes dans leurs fonctions, ces derniers ayant été déposés par les jeunes révoltés. On peut considérer ce texte comme le premier document post apostolique où l’on appréhende la préséance de l’évêque de Rome. Ce document rédigé en grec, est un des plus ancien textes théologiques après les récits des Evangiles et les textes apostoliques.

Lors d’une persécution, saint Clément est exilé en Crimée par l’empereur Trajan dans les mines de Chernosèse. L’empereur apprenant le zèle qu’il déploie à convertir les populations à la foi véritable, ordonne qu’il soit noyé avec une ancre autour du cou. Ses reliques ont été rapportées à Rome par saint Cyrille et saint Méthode vers l’an 861, on peut les vénérer dans la Basilique qui porte son nom.

Il est vénéré dans l’Eglise catholique romaine le 23 novembre, les églises orientales, syriaques, grecques orthodoxes le fêtent le 24 novembre, l’Eglise orthodoxe russe le 25 novembre et l’Eglise copte le 8 décembre.