Guillaume-Gabriel Nivers – Troisième O salutaris, à 2 voix et basse continue

Guillaume-Gabriel Nivers (c. 1632 † 1714), organiste du roi Louis XIV & de Saint-Sulpice, maître de musique de la Reine et de la Maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr.
Troisième O salutaris.
2 voix égales (SS) & basse continue.
2 pages.

Cet O salutaris est tiré des « Motets à voix seule, accompagnés de la basse continue et quelques autres motets à deux voix, propres pour les religieuses, avec l’art d’accompagner sur la basse continue pour l’orgue et le clavecin, par le sieur Nivers, organiste de la Chapelle du Roi & de l’église Saint-Sulpice » publiés à Paris chez l’auteur en 1689.

On le retrouve par la suite dans les collections de partitions manuscrites et les livres d’offices destinées à la Maison royale d’éducation de Saint-Cyr, fondée par Madame de Maintenon pour les jeunes filles de la noblesse pauvre, maison pour laquelle Guillaume-Gabriel Nivers va consacrer toute son énergie au cours de la dernière partie de sa vie. Dans les sources de Saint-Cyr, notre motet est appelé « Troisième O salutaris de Mr Nivers » et il est en général privé de sa partie de basse continue.

O salutáris Hóstia,
Quæ cœli pandis óstium :
Bella premunt hostília,
Da robur, fer auxílium.
Ô victime salutaire,
Qui nous ouvres la porte du ciel,
L’ennemi nous livre la guerre,
Donne-nous force, porte-nous secours.

O salutaris, depuis une ordonnance du roi Charles V († 1380), devait être chanté à l’élévation de toutes les messes hautes du Royaume de France. Cette ordonnance fut régulièrement observée jusqu’au XIXème siècle dans notre pays.

Par commodité, nous fournissons cet O salutaris de Nivers selon trois transposition : en si bémol majeur (ton de l’édition des motets de 1689), en la majeur (ton utilisé par les manuscrits de Saint-Cyr) et en sol majeur.

Les premières mesures de cette partition :


Guillaume-Gabriel Nivers - Troisième O salutaris, à 2 voix et basse  continue - partition PDF

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur l’un des réseaux sociaux ci-dessous. Le lien apparaîtra ensuite.

Frontispice de l'édition de 1689 des motets de Guillaume-Gabriel Nivers

Guillaume-Gabriel Nivers - Troisième O salutaris, à 2 voix et basse  continue - 1689

Guillaume-Gabriel Nivers – Troisième O salutaris, à 2 voix et basse continue – Edition de 1689.

Troisième O salutaris de Mr Nivers - Chants & motets de Saint-Cyr

Troisième O salutaris de Mr Nivers – Chants & motets de Saint-Cyr

Programme du IIIème dimanche après la Pentecôte – translation des reliques des saints Cyr & Jean – ton 2

Martyre par décapitation des saints Cyr Jean Anastasia Théodotè Théoctistè et EudoxiaParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 11 juillet 2021 du calendrier grégorien, 28 juin 2021 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Jean Chrysostome à 9h15.

Dimanche du ton II de l’Octoèque. Nous fêtons aussi en ce jour la translation des reliques des martyrs anargyres et thaumaturges Cyr et Jean.

Les saints Cyr et Jean sont tenus en haute estime par l’Eglise égyptienne. Saint Cyr était un médecin d’Alexandrie qui soignait gratuitement les malades (d’où le surnom d’anargyre (« sans argent ») qui, à l’instar des saints Côme et Damien, lui est attribué). Dénoncé au cours de la persécution de Dioclétien, il quitte Alexandrie pour se réfugier au Nord-Est dans la ville de Canope (Κάνωπος), ville qui porte désormais en son honneur le nom d’Aboukir (Abou-Kir : Père Cyr en Arabe). Là il embrasse la vie monastique en compagnie de son disciple Jean, un ancien militaire.

Une chrétienne de Canope, Anastasia, et ses trois jeunes filles Théodotè, Théoctistè et Eudoxia ayant été arrêtées, saint Cyr & saint Jean décident de les accompagner à Alexandrie pour les soutenir dans leur foi, et les encourager durant le procès et les tourments qu’on leur inflige. Les deux saints sont finalement repérés, arrêtés et décapités à leur tour un 31 janvier (probablement de l’an 311), jour où est célébré leur martyre dans les liturgies byzantine et copte. Après leur glorieux martyre, leurs corps sont emportés et enterrés par les chrétiens de la ville dans l’église qui sera par la suite la cathédrale patriarcale Saint-Marc d’Alexandrie.

Saint Cyr l'anargyre et le thaumaturgeEn 414, sous le règne de l’Empereur Théodose II le Jeune, le pape d’Alexandrie saint Cyrille eut une vision d’un ange lui ordonnant de transférer les reliques des deux saints dans l’église dédiés aux Saints Evangélistes à Ménouthis, près de Canope, afin d’y contrer le paganisme d’un temple d’Isis qui se maintenait là. On ouvrit le tombeau des saints dans la cathédrale patriarcale d’Alexandrie, et ont y trouva les corps incorrompus des deux martyrs. Saint Cyrille présida ensuite lui-même la grande procession solennelle des reliques d’Alexandrie à Canope/Menouthis (23 kilomètres séparent ces deux villes), à la tête de son clergé et d’un grand concours de peuple. Les corps des martyrs étaient placés sur un char, accompagnés de luminaires et d’encens, et d’un grand concert d’hymnes en l’honneur du Christ et de ses saints. Cette translation eut lieu un 28 juin et se signala par l’accomplissement de nombreux miracles, qui perdurèrent une fois les reliques installées dans l’église des Saints-Evangélistes de Ménouthis, ce qui ruina rapidement l’influence du culte d’Isis dans cette ville. On conserve trois discours prononcés par saint Cyrille d’Alexandrie au cours de cette translation solennelle.

Saint Sophrone, futur patriarche de Jérusalem, reçut lui-même la grâce de la guérison de ses yeux lors d’un pèlerinage auprès des reliques des deux saints thaumaturges vers l’année 610. Reconnaissant, il écrivit un Eloge des saints Cyr et Jean et un recueil des miracles accomplis au sanctuaire de Ménouthis auprès de leurs reliques.

Saint Cyr d’Alexandrie est aussi vénéré à Rome (où fut apportée une partie de ses reliques) et en Italie. On doit le distinguer toutefois de saint Cyr d’Antioche, très vénéré en France depuis que saint Amâtre d’Auxerre y apporta une part de ses reliques dans sa cathédrale au début du Vème siècle : de très nombreux lieux de France l’ont pour patron et il donne son nom à l’Académie militaire de l’Armée française.

Aux heures
A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire des Martyrs. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : du dimanche.

A la divine liturgie

Tropaires des Béatitudes : 8 tropaires du dimanche ton 2 :
1. Reprenant la prière du bon Larron, * ô Christ, nous te disons : * Souviens-toi de nous, Seigneur, ** quand tu entreras dans ton royaume.
2. Ta croix, nous te l’offrons * pour la rémission de nos péchés : * Seigneur, tu l’as supportée ** par amour pour les hommes.
3. Devant ta Sépulture & ta sainte Résurrection, * Maître, nous nous prosternons : * par elles tu rachetas de la corruption, ** Ami des hommes, le monde entier.
4. Seigneur, l’empire de la Mort * par ta mort fut englouti, * & par ta sainte Résurrection, ** Dieu sauveur, tu as sauvé l’univers.
5. Au plus profond de l’Enfer, * lorsqu’ils virent ta clarté, * ceux qui dormaient dans les ténèbres de la mort, ** ô Christ, se levèrent, ressuscités.
6. Ressuscité du tombeau, * tu vins au-devant des Myrrophores, * et les Disciples reçurent la mission ** de proclamer ta Résurrection.
7. Glorifions le Père éternel, * prosternons-nous devant le Fils * et tous, avec foi célébrons ** la louange du Saint-Esprit.
8. Réjouis-toi, ô Trône flamboyant, * réjouis-toi, Epouse inépousée, * réjouis-toi, Vierge qui enfantas ** pour les hommes notre Dieu.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 2 : Lorsque tu descendis jusqu’en la mort, * ô Vie immortelle, * l’Enfer fut tué par la splendeur de ta divinité . * Lorsque tu relevas les morts des bas-fonds, * toutes les vertus célestes te clamèrent : * Donateur de vie, Christ Dieu, gloire à toi !
2. Tropaire des Martyrs, ton 5 : Les miracles de tes saints Martyrs, * tu nous les as donné comme rempart invincible, Christ Dieu ; * par leurs prières, ruine les complots des païens, * affermis le règne de la foi, ** car tu es le seul bon et ami de l’homme.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit.
4. Kondakion des Martyrs, ton 3 : Recevant le don des miracles de la grâce divine, ô saints, * vous faites sans cesse des merveilles, * abattant toutes nos passions avec une habileté invisible, * Cyr le divinement sage et Jean le glorieux, *** car vous êtes de divins médecins.
5. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
6. Kondakion du dimanche, ton 2 : Tu es ressuscité du tombeau, tout-puissant Sauveur : * l’enfer, voyant ce prodige, est saisi de stupeur, * & les morts ressuscitent. * A cette vue, la création se réjouit avec toi ; * Adam s’unit à l’allégresse ** et le monde, ô mon Sauveur, te chante pour toujours.

Prokimen
Du dimanche, ton 2 :
℟. Ma force & mon chant, c’est le Seigneur ; il fut pour moi le salut (Psaume 117, 14).
℣. Il m’a châtié et châtié, le Seigneur, mais à la mort il ne m’a point livré (Psaume 117, 18).

Epître
Du dimanche : Romains (§ 88) V, 1-10.
Or cette espérance n’est point trompeuse, parce que l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.

Alleluia
Du dimanche, ton 2 :
℣. Qu’il te réponde, le Seigneur, au jour d’angoisse, qu’il te protège, le nom du Dieu de Jacob ! (Psaume 19, 1).
℣. Seigneur, sauve le roi, & exauce-nous au jour où nous t’invoquons (Psaume 19, 10).

Evangile
Du dimanche : Matthieu (§ 18) VI, 22-33.
Pourquoi aussi vous inquiétez-vous pour le vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent point, ils ne filent point : et cependant je vous déclare que Salomon même dans toute sa gloire n’a jamais été vêtu comme l’un d’eux.

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1). Alleluia, alleluia, alleluia.

Télécharger le livret des choristes pour ce dimanche.

Louis-Nicolas de Clérambault – Motet pour le dimanche de la Quinquagésime : Domine, ante te

Louis-Nicolas de Clérambault (1676 † 1749), organiste de Saint-Sulpice & de la Maison royale de Saint-Cyr.
Motet pour le dimanche de la Quinquagésime : Domine, ante te.
2 voix égales & basse continue.
4 pages – Mi mineur.

Ce motet pour le dimanche de la Quinquagésime a été composé par Clérambault pour être chanté par les demoiselles de la Maison royale de Saint-Cyr. Il est le premier d’une série de trois motets prévus pour être chantés aux saluts du Très-Saint Sacrement des trois jours qui précèdent le Carême.

Ce motet de la Quinquagésime assemble trois versets de trois psaumes différents (traduction de Pierre Thomas du Fossé (1634 † 1698) pour la Bible de Port-Royal) :

Dómine, ante te omne desidérium meum : * et gémitus meus a te non est abscónditus. Seigneur ! tout mon désir est exposé à vos yeux ; et mon gémissement ne vous est point caché (Psaume 37, 10).
Delíctum meum cógnitum tibi feci : * et injustítiam meam non abscondi. Je vous ai fait connaître mon péché, et je n’ai point caché mon injustice (Psaume 31, 5).
Vide humilitátem meam, & labórem meum : * et dimítte univérsa delícta mea. Regardez l’état si humilié et si pénible où je me trouve ; et remettez-moi tous mes péchés (Psaume 24, 18).

Chaque verset est introduit par une soliste, avant d’être repris en chœur. Dans ses conseils d’exécution, Clérambault indique une grande latitude d’adaptation en fonctions des effectifs. Nous proposons, outre la version à deux voix de femmes, une partition pour deux voix d’hommes.

Ce motet de Clérambault prend la suite d’un motet sur le même texte & pour la même destination, en ré mineur, qu’avait composé pour Saint-Cyr son prédécesseur Guillaume-Gabriel Nivers (1632 † 1714). Ce motet ne comportait une voix seule alternant avec le chœur à une voix. Ce précédent motet était lui-même un remaniement d’un motet plus ancien écrit par Nivers pour une voix seule, en sol mineur (le texte du dernier verset était toutefois différent) pour être chanté aux saluts quel que soit le temps de l’année (in Motets à voix seule, accompagnée de la basse continue, et quelques autres motets à deux voix, propres pour les religieuses, avec l’art d’accompagner sur la basse continue, pour l’orgue et le clavecin, par le sieur Nivers, organiste de la Chapelle du roy et de l’église Saint-Sulpice. A Paris, chez l’auteur, 1689).

Les premières mesures de cette partition :

Louis-Nicolas de Clérambault - Motet pour le dimanche de la Quinquagésime - Domine, ante te

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur les réseaux sociaux, en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous. Le lien vers la partition apparaîtra ensuite.