Portrait d’église, histoire de retable : Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise – le baroque Savoyard (9)

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise.

L’église Saint-Sigismond date de 1683, elle est composée d’un chœur, de 3 nefs à 3 travées. Le retable de l’autel majeur de Jacques Clérant remplace en 1710 celui de F. Cuenot.

Ce retable majeur a la somptuosité du baroque le plus flamboyant, il est entièrement doré, le visiteur ne s’attend pas à être littéralement saisi devant une telle abondance dans une petite église nichée au cœur des Alpes. Au premier regard, la profusion de décorations peut faire croire à un désordre d’une imagination débridée. Pourtant, si l’on observe bien la rigueur de la symétrie qui indique une composition ordonnée sur un axe horizontal et un axe vertical, l’homogénéité des sculptures dans le détail et dans l’ensemble montre que nous sommes en présence d’une œuvre majeure de Jacques Clérant, qui n’a subi aucune modification, altération depuis sa réalisation au XVIIIème siècle.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : le retable majeur.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : le retable majeur.

Pour l’apprécier, le comprendre, il faut prendre le temps de le contempler dans son ensemble puis dans les détails et accepter de lire l’histoire qu’il nous raconte et enfin, se laisser porter.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : l'antepandium.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : l’antepandium.

L’antepandium donne le la d’une hymne à la joie : les anges musiciens entourent l’Enfant Jésus placé au centre, avec leur divers instruments de musique. D’autres anges sur les divers registres du retable accompagnent la Vierge dans son Assomption et enfin dans son couronnement au ciel, le Christ étant représenté dans le triomphe de sa Résurrection.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : l'Assomption de la Vierge sur le retable majeur.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : l’Assomption de la Vierge sur le retable majeur.

Nous sommes en présence d’un résumé magistral de la foi catholique, ce retable est tout à la fois une page exceptionnelle d’architecture, de sculpture et de décoration, il devient pour les fidèles une instruction sur leur foi : les dogmes de La Sainte Trinité, de l’Incarnation et de la Rédemption sont déclinés sous une nuée angélique ; la présence réelle dans le tabernacle, le culte de la Très-Sainte Mère de Dieu et des saints en particulier ici : le roi Sigismond, saint patron de la paroisse qui contemple l’Assomption de la Vierge-Marie.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : les Anges supports du baldaquin.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : les Anges supports du baldaquin.

Posés en soutien du baldaquin, deux anges nous montrent de la main la scène au dessus d’eux : le couronnement de la Vierge, elle-même observée par Dieu le Père qui parachève le retable.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : le couronnement de la Vierge au Ciel.

Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise : le couronnement de la Vierge au Ciel.

Le tabernacle est orné du Bon Pasteur, deux évêques l’entourent ainsi que deux scènes de la passion du Christ : le Christ aux outrages et la flagellation.

L’expression artistique de ce langage théologique est admirablement réussie par Jacques Clérant. Elle est mise en mouvement, pleine de vie et soulignée par les jeux de lumière et d’ombre, portée par les ruptures des lignes, par des courbes et les plis des vêtements. Ici, on contemple une parfaite, magistrale illustration de l’art au service de la foi. Ce qui est remarquable dans ce retable, c’est la quantité d’anges et d’angelots qui dans des positions parfois acrobatiques accentuent l’impression de mouvement. Une ascension vers le ciel comme pour porter la prière des fidèles tout en dégageant un sentiment de joie et d’exultation. On s’attend presque à voir l’un d’entre eux s’échapper du retable pour voler au dessus de ceux qui les contemplent et porter les supplications vers le Très Haut.

Le Baroque savoyard

4 thoughts on “Portrait d’église, histoire de retable : Saint-Sigismond de Champagny-en-Vanoise – le baroque Savoyard (9)”

Laisser un commentaire