Programme du IVème dimanche de Carême – Annonciation – ton 4

Chevetogne - l'AnnonciationParoisse catholique russe de la Très-Sainte Trinité, le dimanche 7 avril 2019 du calendrier grégorien – 25 mars 2019 du calendrier julien, tierce & sexte à 8h55, divine liturgie de saint Basile le Grand à 9h15.

Dimanche du ton IV de l’Octoèque. Annonciation de la Très-Sainte Mère de Dieu.

Le quatrième dimanche de Carême coïncide cette année avec la fête de l’Annonciation, dont le nom grec est littéralement Evangile, c’est-à-dire littéralement « bonne annonce » (Ευαγγελισμός – Evangelismos, Благове́щение en slavon d’Eglise). L’une des 12 grandes fêtes de l’année liturgique byzantin, l’Annonciation – rapportée par l’évangile selon saint Luc I, 26-38, rappelle la venue de l’Archange Gabriel à Nazareth chez la Vierge Marie pour lui annoncer qu’elle concevra le Sauveur.

La fête de l’Annonciation tombe généralement pendant le Grand Carême. C’est le seul jour – avec le dimanche des Rameaux – qui voit l’abstinence quadragésimale tempérée par l’autorisation de l’usage du poisson (le Carême byzantin est intégralement végétalien, à l’exception donc de ces deux jours). La fête est précédée d’un jour d’avant-fête le 24 mars et suivi d’un seul jour d’après-fête – qui forme donc la clôture de la fête – le 26 mars, avec synaxe de l’Archange Gabriel (le rit byzantin commémore toujours les lendemains de fêtes les acteurs secondaires de celle-ci).

Il arrive du reste très rarement que l’Annonciation coïncide avec le jour de Pâques (la dernière fois dans le calendrier julien en 1991, année qui vit l’effondrement du système communiste de l’Union soviétique – il faudra attendre 2075 pour une prochaine concordance similaire, qu’on appelle « Kyriopascha »)

Cette année, l’office de saint Jean Climaque est empêché en ce quatrième dimanche de Carême, en raison de l’occurence de la grande fête de l’Annonciation. L’office est entièrement du IVème dimanche de Carême combiné avec l’Annonciation, sans mention de saint Jean Climaque. L’office de saint Jean Climaque est transféré aux complies du vendredi précédant ce dimanche.

Le 25 mars est aussi la fête nationale de la Grèce. Ce jour commémore le début de la révolution, le 25 mars 1821, qui libéra au bout de neuf années de guerre le pays du joug de l’occupant turc ottoman, et plus exactement la bénédiction ce jour-là des insurgés et de leurs étendards par le métropolite Germanos de Patras.

Aux heures
A tierce & à sexte : Tropaire du dimanche. Gloire au Père. Tropaire de l’Annonciation. Et maintenant. Theotokion de l’heure. Kondakion : de l’Annonciation.

Divine liturgie de saint Basile le Grand

Tropaires des Béatitudes : six tropaires du ton dominical occurrent & quatre tropaires de la 3ème ode du canon de l’Annonciation (œuvre de saint Théophane le Marqué, l’Hymnographe, métropolite de Nicée (c. 778 † 845), qui établit un dialogue entre l’Ange et la Mère de Dieu) :
1. A cause de l’arbre défendu * Adam fut exilé du Paradis, mais par l’arbre de la croix le Larron y entra ; * car l’un, goûtant de son fruit, méprisa le commandement du Créateur, * l’autre, partageant ta crucifixion, confessa ta divinité : ** Souviens-toi de moi dans ton royaume.
2. Seigneur exalté sur la Croix, * tu as brisé la puissance de la mort, * effaçant la cédule écrite contre nous ; * accorde-nous la repentance du Larron * et donne à tes fidèles serviteurs, ô Christ notre Dieu, * de te crier comme lui : ** Souviens-toi de nous aussi dans ton royaume.
3. D’un coup de lance, sur la croix * tu as déchiré la cédule écrite contre nous ; * et, compté parmi les morts, tu as enchaîné le prince de l’Enfer, * délivrant tous les hommes des liens de la mort * par ta Résurrection, dont la lumière a brillé sur nous ; * Seigneur ami des hommes, nous te crions : ** Souviens-toi de nous aussi dans ton royaume.
4. Crucifié & ressuscité du tombeau, * Dieu tout-puissant, le troisième jour, * avec toi, seul Immortel, tu ressuscitas le premier homme, Adam ; * donne-moi, Seigneur, de prendre aussi la voie du repentir * afin que, de tout mon cœur * & dans l’ardeur de ma foi, je te crie : ** Souviens-toi de moi, Sauveur, en ton royaume.
5. Pour nous l’Impassible devient homme de douleur * et sur la croix se laisse clouer, * afin de nous ressusciter avec lui ; * aussi nous glorifions avec la Croix * les Souffrances & la sainte Résurrection * par lesquelles nous fûmes rénovés, * obtenant le salut en criant : ** Souviens-toi de nous aussi dans ton royaume.
6. Ressuscité d’entre les morts * et dépouillant l’empire de la Mort, * il apparut aux Myrrophores, leur annonçant la joie ; * et nous fidèles, prions-le * d’épargner à nos âmes la corruption, * lui répétant sans cesse la parole du bon Larron : ** Souviens-toi de nous aussi dans ton royaume.
7. La Mère de Dieu : Il n’y a plus de prince en Juda ; * le temps est venu où apparaîtra l’espoir des nations, le Christ. * Dis-moi donc plus clairement ** comment L’enfanterai-je en restant vierge ?
8. L’Ange : Tu cherches à apprendre de moi, ô Vierge, * le mode de ta conception, * mais il est inexplicable. * C’est l’Esprit Saint qui l’accomplira, ** en te couvrant de sa puissance créatrice.
9. La Mère de Dieu : Mon aïeule, en suivant le conseil du serpent, * fut chassée loin des délices divines. * Aussi ai-je peur de ton étrange salutation, ** craignant d’être séduite.
10. L’Ange : Moi qui me tiens devant Dieu, * je suis envoyé pour te révéler le dessein divin. * Pourquoi me crains-tu, ô Toute-immaculée, * alors que ce serait plutôt à moi de te craindre. * Pourquoi me montres-tu du respect, ô Souveraine,** alors que c’est moi qui suis empli de respect devant toi.

A la petite entrée :
1. Tropaire du dimanche, ton 4 : Ayant appris de l’Ange la prédication lumineuse de la Résurrection, * et le terme de l’ancestrale condamnation, * les femmes disciples du Seigneur * dirent, pleine de fierté, aux apôtres : * « Renversée est la mort ! * Le Christ Dieu est ressuscité, ** donnant au monde sa grande miséricorde ! »
2. Tropaire de l’Annonciation, ton 4 : Aujourd’hui, c’est l’aurore de notre salut, * et le mystère d’avant les siècles est révélé : * le Fils de Dieu devient fils de la Vierge * et Gabriel fait la bonne annonce de la grâce. * Avec lui clamons à la Mère de Dieu : * Réjouis-toi, Pleine de grâce, ** le Seigneur est avec toi.
3. Gloire au Père, & au Fils, & au Saint-Esprit. Et maintenant, & toujours, & dans les siècles des siècles. Amen.
4. Kondakion de l’Annonciation, ton 8 : À toi invincible stratège victorieuse * nous adressons de dignes actions de grâces, * car tu nous as délivrés des malheurs, * et tu as sauvé ta ville, ô Mère de Dieu : * Toi dont la puissance est invincible, * délivre-nous de tout péril, afin que nous te clamions : ** Réjouis-toi, Épouse inépousée.

Prokimen
Du dimanche, ton 4 :
R/. Que tes œuvres sont grandes, Seigneur ! Toutes, avec sagesse tu les fis (Psaume 103, 24).
V/. Bénis le Seigneur, mon âme ! Seigneur, mon Dieu, tu es si grand ! (Psaume 103, 1).
De l’Annonciation, ton 4 :
R/. Annoncez de jour en jour le salut de notre Dieu. (Psaume 95, 2)

Epîtres
Du quatrième dimanche de Carême : Hébreux (§ 314) VI, 13–20.
L’espérance sert à notre âme comme d’une ancre ferme et assurée, et qui pénètre jusqu’au [sanctuaire qui est au] dedans du voile, où Jésus comme précurseur est entré pour nous, ayant été établi pontife éternel selon l’ordre de Melchisédech.
De l’Annonciation : Hébreux (§ 306) II, 11-18.
C’est pourquoi il a fallu qu’il fût en tout semblable à ses frères, pour être envers Dieu un pontife compatissant et fidèle en son ministère, afin d’expier les péchés du peuple.

Alleluia
Du dimanche, ton 4 :
V/. Va, chevauche pour la cause de la vérité, de la piété & de la justice (Psaume 44, 5).
V/. Tu aimes la justice, tu hais l’impiété (Psaume 44, 8).
De l’Annonciation, ton 1 :
V/. Il descendra comme la pluie sur la toison, comme l’ondée qui arrose la terre. (Psaume 71, 6)

Evangiles
Du quatrième dimanche de Carême : Marc (§ 40) IX, 17-31.
Cependant il instruisait ses disciples, et leur disait : Le Fils de l’homme sera livré entre les mains des hommes, et ils le feront mourir, et il ressuscitera le troisième jour après sa mort.
De l’Annonciation : Luc (§ 3) I, 24-38.
Or, comme Élisabeth était dans son sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de Dieu en une ville de Galilée, appelée Nazareth.

A la commémoraison de la Très-Sainte Mère de Dieu durant l’anaphore eucharistique (de la fête) (9ème ode du canon de la fête, œuvre de saint Jean Damascène (676 † 749))
Verset : Annoncez sur la terre une grande joie * et chantez dans les cieux, ** célébrez la gloire de Dieu.
Hirmos : À celle qui est l’Arche vivante de Dieu * que jamais n’y touche une main profane, * mais que les lèvres des fidèles * ne cessent de clamer à la Mère de Dieu la parole de l’ange, * et que dans leur joie ils Lui crient : * Réjouis-toi, Pleine de grâce, ** le Seigneur est avec toi.

Verset de communion
Du dimanche : Louez le Seigneur du haut des cieux, louez-le au plus haut des cieux. (Psaume 148, 1).
De l’Annonciation : Le Seigneur a fait choix de Sion, il a voulu ce siège pour lui (Psaume 131, 13). Alleluia, alleluia, alleluia.

*

La divine Liturgie de saint Grégoire le Grand des saints dons présanctifiés sera célébrée – comme chaque mercredi de Carême – ce mercredi 10 avril 2019 à 18h30.

Télécharger le livret des choristes pour ce dimanche.

Programme de l’Annonciation

Saint-Eugène, le lundi 25 mars 2019, messe de 19h.

> Catéchisme sur l’Annonciation.

Lors donc, bien-aimés frères, qu’arrivent les temps, marqués d’avance pour la rédemption des hommes, notre Seigneur Jésus-Christ descend du ciel et vient ici-bas, sans quitter la gloire de son Père : c’est un prodige nouveau que sa génération, un prodige nouveau que sa nativité. Prodige nouveau : lui qui est invisible de sa nature, il s’est rendu visible dans la nôtre ; lui qui est immense et insaisissable, il a voulu être saisi et limité ; lui qui subsiste ayant les siècles, il a commencé d’être au cours des siècles ; lui, souverain maître de l’univers, il a voilé l’éclat de sa majesté et revêtu la forme d’un esclave ; lui, Dieu impassible et immortel, il n’a point dédaigné de se faire homme passible, de s’assujettir aux lois de la mortalité ! »
Homélie de saint Léon, pape, VIème leçon des vigiles nocturnes de cette fête, au troisième nocturne.

A la sainte messe :

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

Programme de l’Annonciation

Saint-Eugène, le lundi 9 avril 2018, messe de 19h.

> Catéchisme sur l’Annonciation.

Lors donc, bien-aimés frères, qu’arrivent les temps, marqués d’avance pour la rédemption des hommes, notre Seigneur Jésus-Christ descend du ciel et vient ici-bas, sans quitter la gloire de son Père : c’est un prodige nouveau que sa génération, un prodige nouveau que sa nativité. Prodige nouveau : lui qui est invisible de sa nature, il s’est rendu visible dans la nôtre ; lui qui est immense et insaisissable, il a voulu être saisi et limité ; lui qui subsiste ayant les siècles, il a commencé d’être au cours des siècles ; lui, souverain maître de l’univers, il a voilé l’éclat de sa majesté et revêtu la forme d’un esclave ; lui, Dieu impassible et immortel, il n’a point dédaigné de se faire homme passible, de s’assujettir aux lois de la mortalité ! »
Homélie de saint Léon, pape, VIème leçon des vigiles nocturnes de cette fête, au troisième nocturne.

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

Guillaume Bouzignac – Ave, Maria

Guillaume Bouzignac (c. 1587 † ap. 1643), maître de chapelle des cathédrales d’Angoulême, de Bourges, de Rodez, de Clermont-Ferrand & de la collégiale Saint-André de Grenoble.
Ave, Maria
Scène sacrée sur l’Annonciation & l’Incarnation – 5 voix mixtes (SSATB).
2 pages – Ré mineur.

Comme il le fait souvent, Guillaume Bouzignac représente l’Incarnation par un dialogue musical, entre l’Archange Gabriel (représenté par un dessus) & la Vierge (représentée par le chœur à 4 voix, les deux protagonistes se rejoignant pour le chœur final à 5 voix). Il reprend pour ce faire le texte de l’Evangile de saint Luc, au premier chapitre. Cette courte page de Bouzignac, comme ses autres scènes sacrées, préfigure l’arrivée ultérieure de l’oratorio.

Le texte du motet :

Angelus :       Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. L’ange :         Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous.
Chorus :         Quæ cum audísset, turbáta est in sermóne ejus, et cogitábat, qualis esset ista salutátio. Le chœur :     L’ayant entendu, elle fut troublée par ses paroles, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation.
Angelus :       Ne tímeas, María, ecce concípies in útero, et páries fílium, et vocábis nomen ejus Jesum. L’ange :         Ne craignez point, Marie, voici que vous concevrez en votre sein et enfanterez un fils et vous l’appellerez du nom de Jésus.
Chorus :         Quómodo, quómodo fiet istud, quóniam virum non cognósco ? Le chœur :     Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ?
Angelus :       Spíritus Sanctus supervéniet in te, et virtus Altíssimi obumbrábit tibi. L’ange :         L’Esprit Saint viendra en vous, et la puissance du Très-Haut vous couvrira de son ombre.
Chorus :         Ecce ancílla Dómini, fiat mihi secúndum verbum tuum. Le chœur :     Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole.

Les premières mesures de cette partition :

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur les réseaux sociaux, en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous. Le lien vers la partition apparaîtra ensuite.

Programme de l’Annonciation

Saint-Eugène, le samedi 25 mars 2017, messe de 11h.

> Catéchisme sur l’Annonciation.

Lors donc, bien-aimés frères, qu’arrivent les temps, marqués d’avance pour la rédemption des hommes, notre Seigneur Jésus-Christ descend du ciel et vient ici-bas, sans quitter la gloire de son Père : c’est un prodige nouveau que sa génération, un prodige nouveau que sa nativité. Prodige nouveau : lui qui est invisible de sa nature, il s’est rendu visible dans la nôtre ; lui qui est immense et insaisissable, il a voulu être saisi et limité ; lui qui subsiste ayant les siècles, il a commencé d’être au cours des siècles ; lui, souverain maître de l’univers, il a voilé l’éclat de sa majesté et revêtu la forme d’un esclave ; lui, Dieu impassible et immortel, il n’a point dédaigné de se faire homme passible, de s’assujettir aux lois de la mortalité ! »
Homélie de saint Léon, pape, VIème leçon des vigiles nocturnes de cette fête, au troisième nocturne.

Télécharger le livret de cette messe au format PDF.