Tibi laus perennis auctor – Hymne de saint Fortunat pour le baptême

Dans la liturgie parisienne, au retour des fonts à la Vigile pascale, on chante une très belle hymne de saint Venance Fortunat (c. 530 † 609), évêque de Poitiers, dont nous venons de chanter également les deux fameuses hymnes du temps de la Passion : Vexilla Regis prodeunt & Pange, lingua, gloriosi, ainsi que le versus O Redemptor sume carmen pour la consécration du saint Chrême le Jeudi Saint. Cette hymne du retour des fonts – Tibi laus perennis auctor – fut composée probablement avant le sacre épiscopal de saint Venance Fortunat (ordonné prêtre en 576, il est sacré évêque de Poitiers vers l’an 600). En effet, son plus ancien témoin manuscrit, le Pontifical dit de Poitiers du VIIIème siècle[1], probablement le plus ancien manuscrit de ce livre liturgique des cérémonies réservées à l’évêque, la désigne ainsi :

Interim canitur versus Fortunati presbyteri ad baptizatos.

Ces vers de Fortunat sont de forme anacréontique, en dimètres iambiques catalectiques [υ – υ –|υ – –], un mètre déjà utilisé par le poète chrétien espagnol Prudence pour son Hymnus ante somnum.

Cette hymne est un versus, c’est-à-dire que la première strophe – Tibi laus perennis auctor – est reprise en guise de refrain après chacune des strophes suivantes[2]. Les versi constituent un type de pièces liturgiques un peu particulières et rares (on n’en dénombre qu’une trentaine dans tout le répertoire liturgique occidental). Ce sont en général des hymnes composées pour être chantées en procession.

L’usage liturgique de Tibi laus perennis auctor est ainsi précisé dans le Pontifical dit de Poitiers du VIIIème siècle, qui est de fait probablement parisien :

« Après la solennelle bénédiction des fonts, l’évêque baptise un ou deux enfants et ordonne aux prêtres et aux diacres, si nécessaire, de baptiser les autres enfants. Entre temps, on chantera ce versus de Fortunat pour ceux qui doivent être baptisés ».

Curieusement, alors que la plupart des autres hymnes et versi de Fortunat eurent un grand succès un peu partout en Occident, le chant de cette hymne du baptême n’a été conservé que dans les manuscrits parisiens (ou de la sphère parisienne, comme ceux de l’abbaye royale de Saint-Denis). On sait que saint Fortunat avait des liens étroits avec le clergé de Paris et son évêque saint Germain, dont il loue le zèle pour le chant des offices de nuit comme de jour, dans une curieuse lettre versifiée Ad clerum Parisiensem. Il est possible que cette hymne ait été composée spécialement pour son ami le grand liturge saint Germain de Paris et qu’elle fut insérée dès le VIème siècle dans l’ancienne liturgie parisienne. Lorsque sous Charlemagne, Paris dû abandonner sa liturgie gallicane antique pour prendre le rit romain, ce fut l’une des pièces de l’ancien rit qui furent conservées dans l’usage de Paris. L’hymne ne fut plus chantée pendant le baptême lui-même, mais pendant la procession ramenant les néophytes du baptistère Saint-Jean-Le-Rond à la cathédrale Saint-Etienne puis, lorsque celle-ci fut démolie, à la cathédrale Notre-Dame de Paris toute proche.

Texte & traduction :

Tibi laus perennis, Auctor,
Baptísmatis Sacrator,
Qui sorte passionis
Das præmium salútis.
À toi la louange sans fin, Dieu créateur,
Qui as institué le Sacrement du Baptême :
Au jeu de la Passion,
Tu nous gagnes le butin du Salut.
Nox clara plus et alma
Quam luna, sol et astra,
Quæ luminum coronæ
Reddis diem per umbram.
Ô nuit plus claire et bienfaisante
Que la lune, le soleil et les astres,
C’est en passant par la ténèbre
Que tu rends leur éclat aux lumières du ciel.
Dulcis, sacrata, Blanda,
Electa, pura, pulchra,
Sudans honore mella,
Rigans odore chrisma.
Huile suave, sainte, douce
Huile des élus, pure et belle,
Tu distilles un baume doux comme le miel,
Tu répands un parfum pénétrant.
In qua Redémptor orbis
De morte vivus exit :
Et quos catena vinxit
Sepultus ille solvit.
Oint par toi, le Rédempteur du monde
Est sorti vivant de la mort :
Et ceux qu’une chaîne asservissait,
Son sépulcre les a délivrés.
Quam apéruit Christus
Ad géntium salútem :
Cujus salubri cura
Redit novata plasma.
[Huile] dont le Christ a ouvert le fleuve
Au salut des nations,
[Huile] salutaire dont le remède
Donne un sang purifié.
Accedite ergo digni
Ad grátiam lavacri :
Quo fonte recreati,
Refúlgeatis, agni.
Accourez donc, vous qui le pouvez,
À la grâce du baptême :
Re-créés par sa source,
Agneaux, resplendissez de lumière.
Hic gurges est, fideles,
Purgans liquore mentes :
Dum rore corpus sudat
Peccáta tergit unda.
C’est un torrent, fidèles,
Qui lave les âmes de son eau :
Tandis que le corps dégoutte de sa rosée,
Le flot emporte les péchés.
Gaudete candidati,
Electa vasa regni :
In morte consepulti,
Christi fide renáti. Amen.
Réjouissez-vous, dans vos vêtements blancs,
Vases d’élection du Royaume :
Ensevelis dans la mort avec Lui,
Par votre Foi au Christ vous êtes nés 
de nouveau. Amen.

Le chant de ce versus ad fontes est du VIIIème ton. Les différents manuscrits parisiens présentent toutefois plusieurs variantes de ce chant. Voici celle qui fut retenue par le musicologue Amédée Gastoué pour qu’elle fut réinsérée dans le nouveau propre de Paris publié en 1925 :

Tibi laus perennis - hymne de saint Venance Fortunat pour le baptême - recto

Tibi laus perennis - hymne de saint Venance Fortunat pour le baptême : verso

A titre de comparaison, voici la version retenue par Michel Huglo, fondée sur le Missel de Saint-Denis[3] (F-Pn lat. 1107) :
Tibi laus perennis auctor - chant du Missel de Saint-Denys

Enfin voici ce chant tel qu’il est noté[4] dans le Missel parisien (F-Pn lat. 1112) écrit pour l’usage des chanoines du chapitre de la cathédrale de Paris au XIIIème siècle & enluminé sous le règne de saint Louis :

Tibi laus perennis auctor - Missel parisien du XIIIème siècle

***********************
Notes

Notes :    (↵ reviens au texte)

  1. Le pontifical dit de Poitiers n’est pas originaire de cette ville. Il s’agit probablement, comme l’a montré Michel Huglo, d’un livre ayant appartenu à l’abbaye de Saint-Pierre-des-Fossés, devenue par la suite Saint-Maur-des-Fossés, près de Paris. Cf. Michel Huglo, Bulletin codicologique, in Scriptorium, XXXV (1981), p. 62* n° 361.
  2. Le refrain du versus peut souvent être décomposé en deux parties qui sont reprises alternativement après chaque strophe, comme le Crux fidelis / Pange lingua du Vendredi Saint.
  3. Cf. Michel Huglo, Les versus de Venance Fortunat pour la procession du Samedi-saint à Notre-Dame de Paris, in Revue de Musicologie, T. 86, No. 1 (2000), à qui cet article doit beaucoup.
  4. Avec les Laudes carolingiennes – Christus vincit – dans la tradition de Paris.

La réforme de la Semaine Sainte de 1955 – 6ème partie – La Messe des Présanctifiés le Vendredi Saint

Articles précédents :

Dans notre article précédent, nous analysions les modifications apportées au Jeudi Saint traditionnel décidées en 1955 par la Commission pour la Réforme liturgique. Celles apportées au Vendredi Saint sont à la fois plus nombreuses et parfois plus complexes à analyser, leur portée est aussi bien plus lourde de conséquences. Aussi croyons-nous devoir nous excuser par avance auprès de nos lecteurs de la longueur substantielle de cet article.

La Descente de Croix - d'après Charles Le Brun - XVIIème siècle

Synopsis de la messe des Présanctifiés du Vendredi Saint dans les livres liturgiques tridentins

Dans le Missel de saint Pie V, le terme officiel pour qualifier la fonction du Vendredi Saint est Feria Sexta in Parasceve. En grec, le mot Parascève signifie Préparation, terme employé déjà avant les Chrétiens par les Juifs pour désigner la veille du grand jour de Pâques, au cours duquel doivent se faire tous les préparatifs de la fête. Ce terme apparait dans les quatre évangiles (Matthieu XXVII, 62Marc XV, 42Luc 23, 54Jean XIX, 31). Au lieu de le rendre par un équivalent latin, les traducteurs de la Vetus Latina puis saint Jérôme dans la Vulgate ont choisi de garder le terme grec. Les différents rits latins (romain, ambrosien, mozarabe) ont conservé ce terme pour désigner le Vendredi Saint. Le terme de Parascève est attesté en français depuis la fin du XIIIème siècle.[1]

La messe de ce jour est une Messe des Présanctifiés, c’est-à-dire une liturgie des dons présanctifiés : liturgie originale où l’on ne consacre pas de nouveaux oblats, mais où l’on emploie ceux précédemment consacrés à une autre messe. C’est l’unique liturgie de présanctifiés du rit romain. Dans le rit byzantin, une liturgie similaire des présanctifiés existe pendant le Grand Carême.[2] Les livres liturgiques byzantins la placent du reste sous le patronage de saint Grégoire le Grand, pape de Rome. Il se trouve que cette liturgie semble en effet avoir été organisée et réglée à Byzance au VIème siècle, moment où saint Grégoire fut diacre apocrisiaire auprès du patriarche de Constantinople.[3]

A Rome, le Pape célébrait la Messe des Présanctifiés en la basilique de Sainte-Croix de Jérusalem, l’antique palais du Sessorium que l’impératrice sainte Hélène avait converti en église, en y étendant de la terre du Golgotha et en y déposant des reliques de la passion du Christ. Le Missel romain de saint Pie V indique encore que la station papale se fait en ce jour à Sainte-Croix de Jérusalem. Lorsqu’en 628 l’empereur Héraclius repris aux Perses qui l’avaient volé le bois de la vraie Croix, il en fit trois parties, une pour Jérusalem, la seconde pour Constantinople et la troisième fut envoyée à Rome et déposée dans la basilique de Sainte-Croix de Jérusalem. Il faut donc se figurer que toute la cérémonie de l’adoration de la Croix de la Messe des Présanctifiés – cérémonie qui reprend des éléments de la liturgie byzantine – fut faite à Rome par le Pape avec le bois même de la Vraie Croix ! Cela devait être particulièrement poignant de dévoiler ce bois sacré en chantant, comme on le verra : Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pependit – Voici le bois de la Croix, sur lequel fut pendu le salut du monde.

Si la Messe des Présanctifiés n’a pas de canon et donc de récit de l’Institution et de consécration, elle n’en demeure pas moins une messe, une liturgie eucharistique, tant dans l’esprit des livres liturgiques romains que byzantins, arméniens ou syriaques.  Aussi, dans le rit romain traditionnel, les cérémonies qui y sont accomplies le sont comme elles l’auraient été dans n’importe quel autre messe. Ce point doit être retenu avec attention car nous verrons que la réforme de 1955 cherchera à le modifier dans les plus infimes détails.

Voici comment se déroule la Messe des Présanctifiés, au jour de la Parascève, dans le rit romain traditionnel :

I. Messe des catéchumènes

Le clergé entre entre en procession sans encens ni chandeliers d’acolyte. Les ornements que portent le prêtre et ses ministres sont noirs, comme à une messe des morts (puisqu’on célèbre la mort du Christ). Le prêtre porte une chasuble (comme à toute messe) ; le diacre porte lui une étole diaconale et une chasuble pliée, et le sous diacre une chasuble pliée, comme à toutes les messes de Carême et de pénitence.[4] Arrivé au chœur, les clercs génuflectent vers la croix qui est restée voilée sur l’autel[5] et vont s’agenouiller à leurs places dans les stalles. Le sous-diacre, le diacre et le célébrant font aussi la génuflexion à la croix en arrivant dans le sanctuaire puis se prosternent de tout leur long par terre pendant quelques minutes (traditionnellement, le temps de réciter mentalement le psaume 50 Miserere mei Deus).

01 - Les acolytes déploient la nappe sur l'autel pendant que le célébrant et ses ministres sont prosternés.

01 – Les acolytes déploient la nappe sur l’autel pendant que le célébrant et ses ministres sont prosternés.

Les acolytes se lèvent, vont prendre une seule nappe à la crédence et l’étendent sur l’autel. Cette nappe unique symbolise le suaire dont on a enveloppé le corps de Notre Seigneur après sa mort, l’autel en liturgie figurant toujours le Christ, qui est à la fois Prêtre, Autel & Victime.

Cette nappe est placée au début de la Messe des Présanctifiés sur l’autel afin de signifier que tout ce qui va être accompli sera la représentation de la mort du Christ. Le Missel est placé également sur l’autel, côté évangile, comme au début de n’importe quelle messe.

02 - Un lecteur lit la prophétie d'Osée que le célébrant lit au missel à l'autel.

02 – Un lecteur lit la prophétie d’Osée que le célébrant lit au missel à l’autel.

Le célébrant et ses ministres se lèvent alors, génuflectent et montent à l’autel. Le célébrant baise l’autel en son milieu puis va au missel, comme à n’importe quelle autre messe, tandis que le lecteur commence la prophétie (ou première lecture), tirée du prophète Osée (VI, 1-6). Il n’y a donc pas d’introït, de Kyrie ni de première oraison, la messe commence de façon très dépouillée, comme cela se pratiquait encore à la fin du IVème siècle à Rome[6].

Un trait suit, qui est tiré du cantique du prophète Habacuc (III, 1-3). Puis vient une oraison, selon le schéma classique du rit romain – Lecture prophétique / Psalmodie (graduel ou trait) / Oraison – qui s’observe aux Quatre-Temps, aux vigiles de Pâques et de Pentecôte et à plusieurs messes fériales importantes du Carême.

Pour cette oraison, comme à une messe quadragésimale, le célébrant – qui est resté à l’autel avec ses ministres en ligne derrière lui – chante Oremus, le diacre invite les fidèles à s’agenouiller en chantant Flectamus genua puis – après un temps de silence et de recueillement – le sous-diacre chante Levate. L’oraison est la même qu’à la messe de la Cène du Seigneur de la veille – Deus, a quo et Judas – et met en parallèle la trahison de Judas le Jeudi Saint et la confession de foi du Bon Larron le Vendredi Saint, et se termine sur la perspective de la résurrection.

Deus, a quo et Judas reátus sui pœnam, et confessiónis suæ latro præmium sumpsit, concéde nobis tuæ propitiatiónis efféctum : ut, sicut in passióne sua Jesus Christus, Dóminus noster divérsa utrísque íntulit stipéndia meritórum ; ita nobis, abláto vetustátis erróre, resurrectiónis suæ grátiam largiátur.

Dieu de qui Judas a reçu le châtiment de son crime, et le Larron la récompense de sa confession, accorde-nous l’effet de ta propitiation ; de sorte que Jésus-Christ, notre Seigneur, – qui dans sa passion a rendu à l’un et à l’autre selon leurs mérites, nous ôte l’antique erreur et nous dispense la grâce de sa résurrection.

Cette oraison commune aux deux messe du Jeudi et du Vendredi Saint affirme magnifiquement l’unité théologique du Mystère pascal. La façon de chanter cette oraison est absolument commune (on s’incline vers la croix de l’autel à Oremus et au nom de Jésus, la conclusion longue est employée).

Puis pour l’épître, le sous-diacre chante sur le ton commun le passage de l’Exode où la première Pâque – la sortie d’Egypte – fut instituée (Exode XII, 1-11). Ce passage de l’Exode sera lu une seconde fois à la Vigile pascale, comme 9ème prophétie. La suite du texte de l’Exode décrit minutieusement la préparation de l’agneau pascal. Saint Jean – dont la Passion sera chantée juste après – citera le 46ème verset de ce chapitre de l’Exode – Pas un de ses os ne sera brisé – pour marquer que le Christ est bien le nouvel Agneau pascal. Cette lecture de l’Exode est à nouveau suivie d’un trait (Psaume CXXXIX, 2-10 & 14).

03 - Les trois diacres chantent la Passion tournés vers le Nord comme pour tout évangile.

03 – Les trois diacres chantent la Passion tournés vers le Nord comme pour tout évangile.

Trois diacres chantent alors la Passion selon saint Jean (du chapitre XVIII 1 au chapitre XIX, 37), exactement de la même façon que furent chantées celle de saint Matthieu le dimanche des Rameaux, celle de saint Marc le Mardi Saint et celle de saint Luc le Mercredi Saint. Après le chant de la Passion, comme nous l’avons décrit pour les Rameaux, le diacre de la messe chante comme évangile la suite de la passion de Jean qui raconte l’ensevelissement du Christ (Jean XIX, 38-42). Le diacre, le sous-diacre et les acolytes suivent alors le rite habituel de toute messe pour le chant de l’évangile, que le diacre chante à l’emplacement habituel. Toutefois, à la différence du dimanche des Rameaux et des messes des Mardi et Mercredi Saint, le rite suivi ici est précisément celui d’une messe de Requiem : le diacre récite le Munda cor mais n’est pas béni par le prêtre, on n’encense pas et les acolytes ne prennent pas leurs chandeliers. Après l’évangile, l’évangéliaire n’est pas apporté à baiser au célébrant, lequel n’est pas encensé par le diacre.[7]

II. Les oraisons

04 - Pendant le chant des 9 oraisons - le diacre porte le stolon - les ministres sont rangés derrière le célébrant côté épître.

04 – Pendant le chant des 9 oraisons – le diacre porte le stolon – les ministres sont rangés derrière le célébrant côté épître.

Après l’évangile, le célébrant se place côté épître devant le missel, avec le diacre et le sous-diacre en ligne derrière lui – comme pour une oraison chantée d’une messe donc -, et commence le chant de neuf oraisons.

Celles-ci sont vraiment très anciennes et représentent peut-être la prière ordinaire de l’Eglise de Rome des IVème et Vème siècle. Chaque oraison se compose d’une sorte d’invitatoire à la prière, où est présentée l’intention de celle-ci, que chante le prêtre les mains jointes, suivi d’un Oremus, d’un Flectamus genua du diacre et d’un Levate du sous-diacre. Puis vient l’oraison proprement dite, que le prêtre chante sur le ton férial les mains étendues.

05 - Chant des 9 oraisons - le sous diacre porte la chasuble pliée.

05 – Chant des 9 oraisons – le sous diacre porte la chasuble pliée.

III. Adoration de la croix

Après les oraisons, le célébrant et ses deux ministres vont à la banquette, retirent leurs manipules. Le célébrant dépose sa chasuble noire, le sous-diacre sa chasuble pliée noire. Le diacre avait déjà déposé sa chasuble pliée noire pour le chant de l’évangile de la messe, pour lequel il avait pris le stolon ou étole large (originalement, une chasuble roulée en travers sur ses épaules), qu’il conserve.

Le diacre va alors chercher la croix voilée du maître-autel et l’apporte au prêtre. On procède au dévoilement de la croix en trois étapes :

1. Le célébrant, qui s’est placé au coin postérieur de l’autel, côté épître (en ligne avec les chandeliers), reçoit la croix du diacre. Le célébrant découvre la partie haute de la croix, jusqu’à la traverse, de sorte qu’on ne puisse voir la tête du Christ. Il l’élève des deux mains, tournée vers le peuple, le diacre et le sous-diacre à ses côtés, à demi tournés vers la croix. Le célébrant chante une première fois Ecce lignum Crucis & ses ministres continuent avec lui pour chanter la suite : In quo salus mundi pependit. Le chœur répond Venite, adoremus. Tous s’agenouillent alors pour adorer le Christ, sauf le célébrant qui tient la croix.

06 - Avant la seconde étape du dévoilement de la croix de l'autel.

06 – Avant la seconde étape du dévoilement de la croix de l’autel.

2. La même cérémonie se reproduit une seconde fois, cette fois au coin antérieur de l’autel, côté épître. Le prêtre dévoile cette fois le bras droit & la tête du Christ, et entonne un ton plus haut Ecce lignum Crucis qui est poursuivi par les ministres et auquel on répond comme précédemment.

07 - La croix de l'autel est dévoilée et présentée au centre du marchepied de l'autel.

07 – La croix de l’autel est dévoilée et présentée au centre du marchepied de l’autel.

3. La même cérémonie est effectuée une troisième fois devant le milieu de l’autel, le célébrant découvre complètement le crucifix cette fois et entonne l’Ecce lignum Crucis un ton plus haut. Après le 3ème Venite, adoremus, tous demeurent à genoux cette fois, tandis que le célébrant va seul au lieu que les acolytes ont préparé pendant le chant des oraisons.

Ce lieu est en général au milieu du sanctuaire. Les acolytes y ont disposé un tapis violet, sur lequel ils ont posé un coussin violet. Sur le coussin, ils ont disposé un large voile blanc qui figure le Saint Suaire. Le célébrant ayant déposé le crucifix sur ce suaire, tous se lèvent. Le célébrant et ses deux ministres génuflectent devant la croix et vont à la banquette retirer leurs chaussures, ce que font aussi tous les clercs dans le chœur. En effet l’adoration de la croix est faite pieds nus, en signe de pénitence. Le chœur commence à chanter les pièces que prévoient le Missel pour l’adoration de la Croix :

  • Les impropères – ou reproches -, en deux parties. Dans la première partie, se répète le Trisaghion en grec et en latin. Dans la seconde partie, le verset Popule meus sert de refrain.
  • L’antienne Crucem tuam adoramus, dont le texte est aussi employé par le rit byzantin pour l’adoration de la Croix que fait ce rit au milieu du Carême.
  • L’hymne Pange lingua / Crux fidelis composée au VIème siècle par saint Venance Fortunat, évêque de Poitiers, lors de la susception dans cette ville des reliques de la vraie Croix par la reine de France sainte Radegonde.
08 - Adoration de la Croix à la manière traditionnelle par le diacre et le sous-diacre - la croix est posée sur le suaire.

08 – Adoration de la Croix à la manière traditionnelle par le diacre et le sous-diacre – la croix est posée sur le suaire.

Le célébrant, le diacre, le sous-diacre, les deux acolytes puis le clergé présent dans le chœur va adorer deux par deux le Christ en croix de la façon suivante : chacun va faire trois génuflexions à deux genoux tout en s’inclinant profondément. La troisième se fait juste devant le crucifix, dont on embrasse les pieds.[8] On se relève, génuflecte une dernière fois et on retourne à sa place se chausser. Le célébrant, le diacre et le sous-diacre retournent à la banquette quand ils ont adoré la croix, et reprennent leurs vêtements liturgiques : chasuble pour le prêtre et chasubles pliées pour ses ministres.

Le premier acolyte, ayant fini son adoration, prend le missel sur l’autel et vient s’agenouiller en le tenant ouvert devant le prêtre, le diacre et le sous-diacre, qui lisent alors en secret le texte des impropères que chante le chœur, comme ils liraient en commun certaines parties d’une messe le reste du temps (le Credo par exemple).

Une fois que tout le clergé a adoré la croix, on déplace celle-ci sur son suaire, supportée par son coussin, à l’entrée du chœur, et les fidèles viennent deux à deux adorer la croix, pieds nus, de la même façon que les clercs viennent de le faire.

Dès que le célébrant & ses ministres ont fini de lire les impropères, on allume les cierges de l’autel. Le diacre, comme à une messe ordinaire, va à la crédence, prend la bourse et le corporal, ainsi qu’un purificatoire, et monte à l’autel, où il ouvre la bourse, déploie le corporal et place le purificatoire à côté.

Une fois que tout le peuple a adoré la croix, les acolytes la rapportent vers l’autel. Tous génuflectent sur le passage de la croix lorsqu’elle traverse le chœur. Les acolytes remettent la croix au diacre qui la replace avec révérence au centre de l’autel.

IV. Procession du Très-Saint Sacrement

Le Saint Sacrement est alors ramené du reposoir, au cours d’une procession solennelle totalement symétrique de celle qui eut lieu la veille à l’issue de la messe du Jeudi Saint.

09 - Encensement du Très-Saint Sacrement au reposoir - l'urne est ouverte et l'on aperçoit le voile du calice qui recouvre et est attaché au calice.

09 – Encensement du Très-Saint Sacrement au reposoir – l’urne est ouverte et l’on aperçoit le voile du calice qui le recouvre et est attaché au nœud du calice.

Tout le clergé, prêtre y compris, va au reposoir par le plus court chemin. Le sous-diacre marche en tête en portant la croix, encadré par deux acolytes tenant leurs chandeliers allumés. Parvenus au reposoir, tout le clergé allume des torches qu’on n’éteindra qu’après la communion. Le célébrant et ses ministres se mettent à genoux devant le reposoir, pour adorer le Seigneur quelques instants. Le diacre se lève et va ouvrir l’urne qui contient le calice et la patène renfermant la grande hostie consacrée la veille. Le célébrant se lève, et comme la veille, impose l’encens sans le bénir dans deux encensoirs. Se mettant à genoux, il encense le Très-Saint Sacrement. Le diacre retire alors le calice avec le Corps du Christ de l’urne du reposoir, le donne au célébrant et pose sur ses épaules le voile huméral blanc.

10 - Procession ramenant le Très-Saint Sacrement depuis le reposoir.

10 – Procession ramenant le Très-Saint Sacrement depuis le reposoir.

On déploie le dais au dessus du célébrant portant le corps du Seigneur et on retourne avec solennité au chœur en procession, tandis qu’on chante la fameuse hymne composée par saint Venance Fortunat au VIème siècle pour la sainte Croix : Vexilla Regis prodeunt – Les étendards du Roi s’avancent. Pendant toute la durée de cette procession glorieuse, deux acolytes encensent à tour de rôle sans discontinuer le Corps du Christ.

Cette procession solennelle avec le Corps du Christ n’est pas sans rappeler la procession de la grande entrée, à l’offertoire de la liturgie byzantine des présanctifiés : le célébrant fait de même une entrée solennelle au sanctuaire avec le Corps du Christ porté dans un calice.

11 - Fin de la procession - dans le chœur on emploie l'ombrellino en place du dais.

11 – Fin de la procession – dans le chœur on emploie l’ombrellino en place du dais.

Lorsque la procession arrive à l’autel, le diacre reçoit le Saint Sacrement des mains du prêtre, pose le calice sur le corporal au centre de l’autel, et défait le ruban qui retient le voile au calice. Il dispose du reste alors ce voile de la même manière qu’un voile de calice comme pour une messe ordinaire. Il retourne s’agenouiller avec le prêtre et le sous diacre devant l’autel et le prêtre encense encore le Très-Saint Sacrement posé sur l’autel. Commence alors la partie originale du rite des présanctifiés.

12. - Le diacre arrange le voile sur le calice.

12. – Le diacre arrange le voile sur le calice.

13 - Le Très-Saint Sacrement est encensé par le célébrant.

13 – Le Très-Saint Sacrement est encensé par le célébrant.

V. La messe des présanctifiés

14 - Le Très-Sacrement est retiré du calice et posé sur le corporal.

14 – Le Très-Sacrement est retiré du calice et posé sur le corporal. Le calice est rempli de vin et d’un peu d’eau.

Le célébrant et ses ministres montent à l’autel et génuflectent. Le diacre retire le voile du calice, la patène et la pale, puis tient des deux mains la patène au dessus du corporal. Le prêtre prend alors le calice et fais glisser la grande hostie qu’il contient sur la patène, puis pose le calice sur le corporal. Il reçoit du diacre la patène et dépose l’hostie consacrée sur le corporal. Le diacre verse ensuite le vin dans le calice, et le sous-diacre un peu d’eau, comme à l’offertoire d’une messe. Le diacre donne le calice au prêtre, qui le replace sur le corporal et le couvre de la pale. Toutes les prières habituelles de l’offertoire – offrande du pain et du vin en vue du sacrifice, invocation de l’Esprit Saint sur les offrandes – sont ici totalement omises. Cette omission est intéressante car significative : on n’offre pas le pain, puisqu’il est déjà le Corps du Christ, on n’offre pas le vin, car il ne deviendra pas le Sang du Christ.

Cependant, le célébrant procède à l’encensement des oblats, de la croix et de l’autel, comme à l’offertoire ordinaire, avec les prières usuelles, mais il n’est pas encensé et on n’encense personne. Il génuflecte avec ses ministres à chaque fois qu’il passe devant le Corps du Seigneur. Il se lave les mains à l’ordinaire côté épître, mais sans accompagner ce lavabo du psaume habituel. Il revient au centre de l’autel pour dire la prière d’offertoire habituelle In spiritu humilitatis, laquelle indique bien qu’on accomplit un sacrifice (& sic fiat sacrificium nostrum in conspectu tuo hodie). Puis il baise l’autel et il se tourne à moitié, côté évangile, afin de ne pas tourner le dos au Saint Sacrement et dit : Orate fratres, invitation qui indique bien la réalisation d’un sacrifice : ut meum ac vestrum sacrificium acceptabile fiat apud Deum Patrem omnipotentem.

La réponse habituelle Suscipiat n’est pas faite par les ministres, mais le célébrant passe directement au Pater, en omettant tout le canon de la messe (puisque l’hostie est déjà présanctifiée). Le Pater noster est chanté comme à l’ordinaire par le célébrant, sur le ton férial. A la suite du Pater, le célébrant chante les mains étendues le Libera nos, quæsumus Domine sur le ton férial des oraisons (là où d’ordinaire, il le récite en secret), en omettant du coup tous les gestes de la fraction de l’hostie qu’il accomplit à cet endroit en temps normal.

A ce moment-là, le célébrant procède à l’élévation de l’hostie, qui est faite comme à une messe ordinaire et qui symbolise plus particulièrement en ce jour l’élévation du Corps du Christ sur la Croix, qui offre son sacrifice parfait au Père éternel : le diacre et le sous-diacre s’agenouillent un peu derrière le célébrant pour soulever sa chasuble. On utilise les crécelles à la place des clochettes, mais on n’encense pas.

Les ministres s’étant levés, le diacre découvre le calice. Le célébrant fait ensuite en silence la fraction de l’hostie, il la rompt en trois parts de la manière habituelle et laisse tomber la petite parcelle dans le calice comme à l’ordinaire. Puis il omet tout (Pax Domini, baiser de paix, Agnus Dei, etc…) jusqu’à la troisième oraison secrète avant la communion du célébrant (Perceptio Corporis tui). Notons que la seconde de ces oraisons secrètes – Domine Jesu Christe -, ici omise, fait référence au Corps et au Sang du Seigneur, ce qui n’est pas le cas de Perceptio Corporis tui qui elle ne parle que du Corps.

15 - Communion du célébrant.

15 – Communion du célébrant.

Le célébrant communie au Corps du Christ de la manière habituelle avec les oraisons communes. Puis il communie à la parcelle dans le calice et consomme le vin de celui-ci, mais en silence, sans les prières habituelles pour la communion au Sang du Christ.

Le célébrant est seul à communier en ce jour, selon un usage fort ancien.

Le célébrant purifie ses doigts et celle du calice comme à l’ordinaire, et dit incliné à voix basse devant l’autel l’oraison habituelle Quod ore sumpsimus, mais omet la seconde, Corpus tuum, Domine, quod sumpsi, & Sanguis quem potavi, pour la même raison que précédemment : il communie bien au Corps du Christ mais pas au Sang du Christ.

Le sous-diacre redispose le calice avec son voile comme à une messe puis le porte à la crédence, le diacre dépose son stolon pour reprendre sa chasuble pliée, comme à une messe de Carême. Tout le reste de la messe (antienne de communion, Postcommunion, Benedicamus Domino, Placeat, bénédiction, dernier évangile) est omis, le célébrant & ses ministres génuflectent devant l’autel et regagnent en silence la sacristie puis, après qu’on a dépouillé l’autel et n’y avoir laissé que la croix – désormais dévoilée – et ses chandeliers, on commence les vêpres.

Comme l’autel du reposoir a été ôté, et que tous les tabernacles sont vides et laissés ouverts[9], l’église – où domine la croix du Seigneur – semble alors comme vide de la présence divine, sentiment qui marque puissamment la mort du Christ et représente symboliquement ce moment si particulier du Samedi Saint qui commence dès les vêpres : la mise au tombeau et la descente de Notre Seigneur aux Enfers.[10]

VI. Conclusion sur le rit traditionnel de la Messe des Présanctifiés

La Messe des Présanctifiés du Vendredi Saint romain présente certains aspects qui pourraient surprendre une mentalité moderne. Pourtant la logique d’ensemble est clairement là : il s’agit bien d’une messe, d’une liturgie eucharistique, dont l’ordonnancement suit celle d’une messe de funérailles. Si le canon est omis, la fraction de l’hostie – qui pour les premières communautés chrétiennes apostoliques et post-apostoliques était la dénomination commune de la messe – y est en revanche bien présente[10].

Ce n’est pas un simple service de communion mais bien une messe, afin d’exprimer le lien théologique profond entre l’Eucharistie et le Calvaire et souligner qu’il s’agit bien du même & unique sacrifice du Christ.

Pourquoi, comme en Orient, usait-on de vin qu’on versait dans le calice ? Ce vin n’était pas présanctifié, contrairement au Corps eucharistique consacré la veille.  Certes, l’Eglise n’a jamais professé que ce vin devenait automatiquement le Sang du Christ par intinction avec le Corps et nous avons vu que la Messe des Présanctifiés du Vendredi Saint omet très soigneusement toutes les prières habituelles où il est question du Sang du Christ. Pourquoi donc cet usage du vin dans le calice, usage que nous partagions avec les Orientaux ? La réponse principale ce me semble est qu’il faut que les deux matières du sacrifice soient réunies pour qu’il y ait sacrifice. Si on n’utilisait dans cette messe que le pain eucharistique, ce ne serait plus une messe, un sacrifice, mais une simple communion en dehors de la messe.

Il y a aussi un avantage pratique à l’usage d’un calice rempli de vin : le prêtre pourra faire ses ablutions comme à l’ordinaire après avoir communié.

Ce rite d’une noble simplicité est porteur d’un sens profond car il proclame de façon visible l’unicité du sacrifice du Christ, liant indéfectiblement le Jeudi Saint et le Vendredi Saint, le sacrifice de la Cène et le sacrifice de la Croix. Le sacrifice accompli le Jeudi à la Cène est consommé le Vendredi sur la Croix.

Vendredi Saint Passion

Synopsis de la nouvelle célébration du Vendredi Saint dans la réforme de 1955

La réforme de 1955 s’est attachée à supprimer jusque dans les moindres détails tout ce qui marquait le caractère d’une messe dans les Présanctifiés traditionnels.

Un premier changement significatif est opéré par celui des titres officiels de ce jour, qui ne s’appelle plus Feria Sexta in Parasceve – Vendredi de la Parascève mais désormais Feria Sexta in Passione et Morte Domini. Comme Mgr Gromier l’a rappelé, en latin chrétien, le mot de Passion inclut nécessairement la mort du Seigneur. Il y a donc ici un pléonasme. La Missa Præsanctificatorum – Messe des Présanctifiés  disparait et à sa place on invente le titre suivant : Solemnis actio liturgica postmeridiana in Passione et Morte Domini – Solennelle action liturgique de l’après-midi de la Passion et de la Mort du Seigneur, titre aussi long que vague !

Cette appellation, peu compréhensible, a souvent été rendue autrement en français dans les missels de fidèles édités à partir de 1956. On y trouve en général Mémorial de la Passion et de la Mort du Seigneur, qui, si elle se trouve moins alambiquée, ne désigne pas non plus une réalité liturgique bien claire.

Cette nouvelle action liturgique a été découpé en quatre parties dont nous reprendrons les intitulés.

I. Lectures & passion

L’autel est désormais complètement nu, y compris de sa croix et de ses chandeliers. Les inclinaisons liturgiques habituelles qu’on doit faire en se tournant vers la croix de l’autel (à Oremus, ou encore au nom de Jésus par exemple) se font désormais vers le vide.[12]

Au début de l’action, le célébrant et ses ministres sont justes vêtus d’aubes, d’amicts et de cordons, avec étoles noires pour le célébrant et le diacre. La rubrique ne précise pas si on doit prendre les manipules ou pas.[13] En tout cas aucun ne doit porter de chasuble, chasuble pliée ni même de dalmatique ou tunique. Pendant le cours de la nouvelle action, il y aura pas moins de trois changements de vêtements liturgiques.

L’arrivée devant l’autel et la prostration du célébrant et de ses ministres se déroule comme dans le rit traditionnel. Cependant, on ne déploie plus de nappe sur l’autel à ce moment-là.

Seul le prêtre se met ensuite debout à la fin de la prostration, le diacre et le sous-diacre se mettent désormais à genoux à ses côtés. Le prêtre ne monte pas à l’autel pour dire la nouvelle première oraison que la commission ajoute à cet endroit, au lieu de commencer directement par la première leçon comme précédemment.

Cette oraison, Deus qui peccati veteris hereditariam mortem, est tiré du Sacramentaire gélasien où elle figure comme seconde et non première oraison du Vendredi Saint, la première oraison du Gélasien étant Deus, a quo & Judas comme dans le Sacramentaire grégorien et le Missel de saint Pie V. Dans le Sacramentaire gélasien, cette prière est dite à l’autel, précédée du dialogue habituel qui introduit ce type d’oraison quadragésimale : Oremus – Flectamus genua – Levate et elle suit la première lecture. Cette oraison gélasienne était restée en usage en France comme seconde oraison du Vendredi Saint dans certains rits diocésains jusqu’au XVIIIème siècle.[14]

Ce qui est tout de même très étrange mais très significatifs, c’est que le célébrant ne doit pas dire cette oraison à l’autel mais in plano, au milieu du chœur. On l’ampute également de son dialogue introductif, devenu inutile puisque tout le monde est resté à genoux. Mais c’est toutefois bien étrange de commencer une oraison ex abrupto sans la moindre invitation faite au peuple à prier. La prière se termine par la conclusion courte – Per Christum Dominum nostrum. R/. Amen. -, comme une mémoire de vêpres, alors que cette conclusion brève n’est jamais utilisée à la messe.

Les trois ministres se rendent alors à leur siège, la rubrique précise que le célébrant ne salue alors l’autel – débarrassé de la croix – que par une inclination profonde (le diacre et le sous-diacre continuent de génuflecter).

La prophétie d’Osée est chantée, ainsi que le trait d’Habacuc, comme dans le Missel de saint Pie V. Toutefois, le célébrant n’a plus à la lire mais doit désormais l’écouter à la banquette. Il s’agit là d’une constante dans tous les offices réformés de la Semaine Sainte : la suppression du système des doublures, systèmes pourtant ancien et pratiqué déjà entre l’hébreu et l’araméen dans les synagogues du temps du Christ.

L’oraison Deus, a quo et Judas du Missel traditionnel est maintenue, mais le célébrant ne monte pas à l’autel pour la chanter. Il reste à la banquette, le premier acolyte est allé à la crédence prendre le livre de la nouvelle Semaine Sainte et vient se placer face au célébrant pour tenir le livre ouvert. Le sous-diacre ne chante plus Levate, son rôle est attribué au diacre.[15]

Le sous-diacre chante l’épître et le chœur le même trait que dans le Missel traditionnel.

Autrefois, les trois diacres passionnaires allaient chanter directement la passion tournés vers le Nord. Désormais, ils doivent venir devant le célébrant à la banquette, non pour demander sa bénédiction – comme la commission l’a instauré pour le dimanche des Rameaux : ils s’inclinent cette fois profondément, sans dire Munda cor ni Jube, domne, benedicere, mais le célébrant récite quand même sur eux et à voix haute ( !) Dominus sit in cordibus vestris. Il est assez déroutant que deux fonctions absolument similaires – la passion selon Matthieu des Rameaux et la passion selon Jean du Vendredi Saint – ne reçoivent pas les mêmes innovations.

Comme nous l’avons indiqué au cours de notre article sur les Rameaux, la fin de la Passion n’est plus lu à la manière de l’évangile par le diacre de la messe. Cette dernière partie (Jean XIX, 38-42) est dite par le chroniste sans transition et sur la même cantilène que le reste de la Passion. Le magnifique chant propre à cet évangile disparait donc de l’usage liturgique.

En complément de tout ce que nous avons déjà dit sur le chant des 4 passions dans la nouvelle Semaine Sainte, ajoutons que les trois diacres sont désormais assistés de deux clercs, dont on ne voit vraiment pas l’utilité (et pourquoi pas trois, si ils avaient une tâche vraiment utile d’assistance ?). Les nouvelles rubriques ne précisent pas si la Passion doit être lue face au Nord, comme les autres lectures évangéliques durant l’année.

II. Les grandes oraisons

Après la passion a lieu un premier changement vestimentaire : le prêtre prend une chape noire, le diacre et le sous-diacre une dalmatique & une tunique noires. Cette combinaison d’ornements n’est jamais employée dans le rit romain pour une messe, mais uniquement pour les processions et les saluts du Très-Saint Sacrement (et encore, jamais en noir), ou alors pour l’absoute qui suit une messe de Requiem (mais ce serait un contresens théologique grave de vouloir faire l’absoute du Christ…). Il n’est pas fait mention là encore des manipules.

Entretemps, les acolytes ont étendu une nappe sur l’autel. Le premier acolyte apporte le livre de la nouvelle Semaine Sainte avec un pupitre et les place au centre de l’autel – là où l’on place ordinairement le corporal – et non sur le côté de l’épître. Le célébrant et ses ministres montent à l’autel. Ils vont chanter les oraisons – désormais appelées grandes oraisons ou oraisons solennelles – d’une façon totalement inédite dans le rit romain : au centre de l’autel, avec le diacre et le sous-diacre de part et d’autre – alors que d’ordinaire toute oraison ou collecte est toujours chantée par le célébrant du côté épître, avec ses ministres en ligne derrière lui. Là encore, le rôle liturgique du sous-diacre est diminué, puisque c’est le diacre qui chante désormais les Levate. Comme il n’y a plus de croix sur l’autel, la rubrique ne précise pas comment doivent se faire les inclinaisons liturgiques habituelles à Oremus ou au nom de Jésus.

III. L’adoration de la Croix

Une fois les oraisons solennelles achevées, le célébrant et ses ministres procèdent à un second changement de vêtements liturgiques en retournant à la banquette. Ils déposent la chape, la dalmatique et la tunique noire.

Comme il n’y a plus de croix sur l’autel avec les nouvelles rubriques, le diacre va en chercher une à la sacristie. Il revient avec quatre acolytes portant des chandeliers. Les rubriques conseillent de les faire passer en procession dans toute l’église avec la croix voilée, plutôt que d’aller au cœur par le plus court chemin.

01 - Dévoilement de la Croix dans le nouveau rit de 1955 - six officiants sont désormais requis.

Dévoilement de la Croix dans le nouveau rit de 1955. Six officiants sont désormais requis.

Le dévoilement de la croix a lieu à peu près comme dans la cérémonie traditionnelle, mais des rubriques nouvelles viennent le compliquer en pratique. Au lieu que les deux étapes du dévoilement se déroulent au coin postérieur puis au coin antérieur de l’autel côté épître, on fait monter une marche de l’autel à chaque étape désormais. Or les nouvelles rubriques demandent que les deux clercs faisant fonction d’acolytes surnuméraires se tiennent aussi devant la croix, ce qui, avec le premier acolyte qui doit désormais tenir le livre de la nouvelle Semaine Sainte devant le célébrant fait maintenant 6 personnes autour de la croix : difficile de garder un ensemble harmonieux en se positionnant sur la seconde marche de l’autel… Les deux acolytes surnuméraires ne s’agenouillent pas pendant le Venite, adoremus.

Quand la croix est dévoilée, le rite de l’adoration subi des changements importants. Le célébrant remet la Croix aux deux acolytes qui la tiennent debout, en faisant reposer le pied par terre et en tenant chacun un montant. On précise qu’ils doivent se tourner vers le peuple. Les deux acolytes surnuméraires déposent leurs chandeliers de part et d’autre de la Croix puis vont s’agenouiller de part et d’autre sur le degré supérieur du marchepied, tournés vers la croix et joignant les mains.

02 - Adoration de la Croix dans le nouveau rit de 1955.

Adoration de la Croix dans le nouveau rit de 1955.

Le célébrant et ses ministres sont allés à la banquette ôter leurs chaussures. L’adoration de la croix est précédée de trois génuflexions simples et non plus double. La quatrième  génuflexion double, après l’adoration, devient aussi une simple génuflexion.

Lorsque tous le clergé a adoré la Croix, les deux acolytes surnuméraires agenouillés de part et d’autre se relèvent et vont prendre leurs chandeliers qui étaient posés par terre. Les deux acolytes qui soutenaient la croix la soulèvent : d’une main – celle qui est à l’intérieur – ils tiennent la partie inférieure, de l’autre le croisillon. Puis, avec les porte-chandeliers à leurs côtés, ils se rendent à la table de communion sur laquelle ils posent le bas de la croix, continuant à la maintenir droite. Les porte-chandeliers posent les chandeliers sur la table de communion de part et d’autre de la croix et se tiennent à genoux jusqu’au moment où les fidèles ont terminé de vénérer la Croix. Si la table de communion est trop étroite, les deux clercs s’agenouillent, avec les chandeliers, aux côtés des acolytes. « Ceux-ci, pour éviter que la croix ne glisse, feront bien de la maintenir des deux mains » (sic).

Les impropères et les autres chants prévus pour l’adoration de la Croix n’ont pas été modifiés mais une nouvelle rubrique précise qu’on doit toujours chanter la doxologie finale de l’hymne  Pange lingua  : Sempiterna sit beatæ Trinitati gloria.

Notons qu’on ne prévoit pas que les deux pauvres acolytes ni les deux clercs qu’on leur adjoint puissent à un moment ou un autre avoir envie d’aller eux aussi adorer la croix…

Une fois l’adoration du peuple terminée, les acolytes, toujours accompagnés des deux porte-chandeliers surnuméraires, reportent la croix à l’autel. Le célébrant et ses ministres s’agenouillent devant la banquette sur leur passage. Arrivés sur le marchepied, les acolytes – et non plus le diacre – déposent la croix sur l’autel. Les deux acolytes surnuméraires posent leurs chandeliers sur l’autel, les disposant de manière qu’on puisse ajouter par la suite les deux autres chandeliers. Quand la croix est en place, les acolytes et les clercs font la génuflexion sur le marchepied : les acolytes retournent à la crédence et les clercs au choeur. Le célébrant et ses ministres se relèvent alors.

IV. Communion

Débute alors le troisième changement d’ornements. Le célébrant et le diacre déposent leurs étoles noires. Le célébrant revêt une étole et une chasuble violettes, le diacre une étole et une dalmatique violettes, et le sous-diacre une tunique violette. Les rubriques, une fois de plus, ne mentionnent pas – sciemment à notre avis – les manipules. Le stolon et les chasubles pliées, encore en usage pendant tout le Carême en 1956, ne sont plus utilisées par le diacre et le sous-diacre à qui l’on donne maintenant des vêtements que la liturgie associe symboliquement à la joie et à la fête.

Le diacre étant revêtu reçoit la bourse des mains du cérémoniaire et, sans saluer le célébrant, va faire la génuflexion au bas des degrés, puis il étend le corporal sur l’autel. Le premier acolyte prend le livre avec le pupitre, le deuxième le vase d’eau avec le purificatoire : ils vont faire ensemble la génuflexion au bas des degrés, puis montent à l’autel. Le premier va à la gauche du diacre et dispose le livre obliquement à côté du corporal, le second pose le vase avec le purificatoire à la droite du corporal. Ils font une inclination de tête vers la croix en même temps que le diacre et descendent avec lui au bas des degrés, où le clerc chargé de porter l‘ombrellino est venu se placer entre temps. Ils font ensemble la génuflexion et vont à l’autel du reposoir, le diacre étant précédé des trois clercs.

Arrivé au reposoir, le diacre fait la génuflexion à deux genoux. Il monte à l’autel, ouvre la porte du tabernacle, fait une génuflexion, prend le ciboire – et non plus le calice, comme nous l’avons vu au Jeudi Saint – et le dépose sur le corporal, fait une nouvelle génuflexion et va s’agenouiller sur le marchepied. Le premier acolyte lui met le voile huméral, acte liturgiquement bien étrange. Le diacre remonte jusqu’au ciboire et le prend après avoir fait une nouvelle génuflexion : les acolytes qui ont pris les chandeliers préparés sur les marches du reposoir font la génuflexion en même temps que lui. Puis ce qu’on n’appelle plus une procession se met en marche.

Au lieu de la magnifique et brillante procession du rit traditionnel, sous le dais, où le Saint Sacrement est porté par le célébrant accompagné de tout le clergé portant des torches, au chant victorieux du Vexilla Regis, on a donc ici une procession pour ramener le corps du Seigneur à l’autel majeur dont il parait superflus de souligner le caractère volontairement minimaliste : un diacre sous un ombrellino précédé de deux chandeliers. Cette procession en catimini se déroule en silence jusqu’à ce que le diacre parvienne au chœur : le célébrant et le sous-diacre s’agenouillent alors en restant à la banquette et l’on chante trois courtes antiennes, nouvelles & sans grand intérêt si on les compare à la poésie élevée de saint Venance Fortunat du Vexilla Regis traditionnel.

Arrivés à l’autel, le diacre et les deux acolytes en gravissent les degrés : le diacre dépose le ciboire sur le corporal et les acolytes disposent les deux nouveaux chandeliers sur l’autel, à côté des deux chandeliers qui s’y trouvent déjà depuis la fin de l’adoration de la croix. Le clerc portant l’ombrellino se retire. Puis le diacre fait la génuflexion avec les acolytes, remet le voile huméral au premier acolyte et il se retire du côté de l’épître. Les deux acolytes descendent s’agenouiller sur le plus bas degré, le premier ayant déposé auparavant le voile huméral à la crédence pour revenir aussitôt faire ce mouvement avec le second acolyte ( !).

Tout ce qui pouvait rappeler une messe est ici impitoyablement supprimé : plus de préparation de l’hostie sur le corporal, plus de calice, plus de vin, plus d’encensement d’offertoire, plus de lavement de mains du célébrant, plus d’évocation de l’offrande d’un sacrifice par la prière In spiritu humilitatis, ni par l’Orate fratres.

On passe directement à l’Oraison dominicale. Son invitatoire Oremus. Præceptis salutaris est récité et non plus chanté par le prêtre. Le Pater lui-même est récité[17] et non pas chanté, par toute l’assistance et non plus par le prêtre seul, comme cela se faisait pourtant depuis la plus haute antiquité, ainsi que l’attestent des lettres de saint Augustin & de saint Grégoire le Grand. Etrange mélange de parlé dans une cérémonie chantée.

Une nouvelle rubrique spécifie que ce Pater doit être dit par tous en latin. La précision de la langue liturgique que fait cette rubrique parait à première vue superflue. Pourtant, quand on y réfléchit, cela ne parait pas si inutile : le sérieux abaissement du caractère liturgique de toute la nouvelle fonction du Vendredi Saint tend bien à transformer l’antique Messe des Présanctifiés en exercice de dévotion en commun.

Même dans les moindres détails, on doit s’écarter de ce qui ressemblerait à une messe : le prêtre n’étend plus les mains vers le ciel pendant ce Pater, mais doit désormais les tenir jointe devant lui.

Le Libera me n’est plus chanté comme dans l’ancien rit, mais récité par le prêtre, les mains étendues cette fois.

Les nouvelles rubriques décrivent le Pater comme une préparation à la communion (dans la conception liturgique traditionnelle, depuis saint Grégoire le Grand, le Pater était envisagé comme la dernière oraison du canon de la messe). Le célébrant continue en disant à voix basse la prière Perceptio Corporis tui puis communie de la façon ordinaire.

Toutefois, la rubrique a été ici fautivement rédigée, ce qui permet de juger du manque de soin général avec lequel toute cette réforme a été conduite. En effet, on demande au prêtre de prendre une petite hostie dans la main droite et de se frapper trois fois la poitrine en disant Domine, non sum dignus

Le Confiteor avant la communion, qui avait été inexplicablement supprimé de la messe du Jeudi Saint, fait ici son apparition. Il est récité et non plus chanté par le diacre, et la communion se donne comme d’habitude, précédée de l’Ecce, Agnus Dei.

Pendant la communion des fidèles, on suggère qu’on puisse chanter le psaume XXI ou bien tel ou tel répons des matines du Vendredi Saint.

Tout le rite de la communion est de fait quasiment identique à celui d’une communion en dehors de la messe. La seule divergence est la chasuble violette du célébrant (on ne comprend du reste pas pourquoi la commission a gardé une chasuble ici).

Après la communion, dans la mesure où il n’a pas été fait usage d’un calice, le célébrant ne peut faire ses ablutions de la façon habituelle. Il doit se purifier les doigts – sans rien dire – au dessus du plateau des burettes et ne pourra pas consommer cette ablution…

Après avoir remis le ciboire dans le tabernacle, le diacre replie le corporal et le met dans la bourse qu’il pose contre le gradin. Puis le sous-diacre place le livre entre le célébrant et le tabernacle – position vraiment étrange déjà expérimentée un peu plus tôt pour les grandes oraisons. Le célébrant chante sur le ton férial trois nouvelles « oraisons d’action de grâces ». Ces oraisons sont composées à partir d’oraisons des sacramentaires antiques piochées à d’autres messes de l’année liturgique, dont on modifie substantiellement le texte afin de le faire cadrer avec le Vendredi Saint. Là encore, pour ces oraisons, le célébrant garde les mains jointes et ne les étends pas comme il ferait pour une postcommunion d’une messe. Les ministres sacrés restent à ses côtés et non en ligne derrière lui comme il le feraient à une messe. La rubrique précise aussi que l’assistance sera ici debout alors que traditionnellement elle devrait être à genoux, comme pour toute oraison d’une férie de pénitence qui n’est pas précédée d’un Flectamus genua. Comme au tout début avec la nouvelle oraison d’introduction, ces trois oraisons se concluent avec la conclusion brève, Per eumdem Christum Dominum nostrum, qui n’est jamais employée à la messe mais à certaines oraisons mineures de l’office divin.

Le célébrant et ses ministres font l’inclination vers la croix et descendent au bas des degrés, tandis que le cérémoniaire apporte les barrettes et que les acolytes se lèvent. Tous font ensemble la génuflexion simple sur le pavé et rentrent à la sacristie comme à l’ordinaire, mais sans saluer le choeur.

En temps opportun, on reporte le Saint Sacrement en un lieu discret (ordinairement la sacristie), pour d’éventuels viatiques aux mourrants. On dépouille l’autel où on ne laisse que la croix et les chandeliers. Vêpres étant supprimées, on se rassemblera pour dire complies, avec les cierges de l’autel éteint.

IV. Conclusion

L’ampleur et la profondeur des modifications  faites à la liturgie du Vendredi Sainte dépasse de loin ce que nous avons déjà pu examiner pour les Rameaux et les premiers jours de la Semaine Sainte. Sous couvert d’un retour à une tradition antique – en fait, juste une oraison du Sacramentaire gélasien maladroitement reprise au début et vidée de tout ce qui en fait une oraison de messe -, on a fait passer des dizaines de modifications qui sont d’absolues nouveautés jamais rencontrées dans l’histoire liturgique occidentale.

Il est clair que le principal projet de la commission en instituant cette Solennelle action liturgique de l’après-midi de la Passion et de la Mort du Seigneur  a été de faire disparaître la Messe des Présanctifiés et elle y est totalement parvenu.

L’action liturgique a été dépouillée de tout ce qui pouvait correspondre à une messe, même dans le plus menu détail, comme – par exemple – le changement dans la façon de dire les oraisons.

Du reste, à partir du moment où il n’était plus fait usage du calice et de la matière du vin, l’action liturgique cessait d’être un sacrifice, une divine liturgie des dons présanctifiés, pour se transformer en service de lectures, de prières et de communion.

Ce faisant, l’unité théologique consubstantielle entre la Cène eucharistique et le Calvaire est rompue. C’était alors un pas important, une victoire majeure dans un combat global et de longue haleine visant à diminuer le caractère sacrificiel de la messe dans la pratique puis dans la doctrine catholique.

Saint Jean XXIII adore la Croix selon le rite traditionnel lors de la Semaine Sainte 1959 en la basilique Sainte-Croix de Jérusalem.

Saint Jean XXIII adore la croix selon le rite traditionnel lors de la Semaine Sainte 1959
en la basilique Sainte-Croix de Jérusalem.

La profondeur des manipulations apportées à la liturgie du Vendredi Saint par Pie XII a très vraisemblablement été clairement perçue par son successeur saint Jean XXIII, qui refusa de faire la nouvelle cérémonie. Comme la photographie ci-dessus prise en 1959 le montre, on voit bien le Pape adorer le Christ sur la croix selon le rit traditionnel : la croix est bien posée sur le suaire, sur un coussin sur les marches de l’autel, et non tenue par deux acolytes. On sait par Mgr Bartolucci, alors maître de la Chapelle Sixtine, que saint Jean XXIII avait personnellement exigé de lui cette année-là le chant du Vexilla Regis pendant la procession eucharistique du Vendredi Saint, chant supprimé trois ans auparavant par les livres de Pie XII, publiés pour la Semaine Sainte 1956.

Bien sûr, il y avait alors un nombre non négligeable de prêtres qui continuaient à cette époque à paisiblement célébrer l’ancienne Semaine Sainte comme ils l’avaient toujours fait, ignorant superbement les nouvelles bizarreries romaines. Mais tout de même, le Pape lui-même refusait de célébrer la Semaine Sainte avec les livres de son prédécesseur mort à peine quelques mois auparavant…

*
Voici pour finir les passages de la conférence de Mgr Gromier touchant à la réforme du Jeudi saint, dans le style croustillant qui était le sien. Au delà du style, la portée de l’argumentation fait toujours mouche, il est vrai que le vieux cérémoniaire papal avait du métier…

« Il y aura bientôt 2000 ans qu’on l’appelle in Paravesce ; le nom seul en démontre l’antiquité. Alors pourquoi le remplacer par Passion ou Mort du Seigneur ; locution inutile, non traditionnelle, inconnue au canon de la messe ? En style ecclésiastique passion signifie souffrances jusqu’à la mort inclusivement. Si le substantif mort était si nécessaire, le bon sens voulait surtout qu’il fut ajouté au mot passion dans le titre de l’Evangile : Passio D.N.J.C. appelé maintenant histoire de la Passion. (…)

Le culte du vendredi saint comporte communion […] tout en ayant les grandes lignes extérieures d’une messe. Ce culte appris […] fut de bonne heure emprunté par le rite romain aux orientaux, qui en font large emploi toujours en vigueur. La messe des présanctifiés avait ainsi de qui et de quoi s’autoriser, surtout si l’on observe que le rite romain eut pendant des siècles la messe sèche ; une véritable parodie. Malgré tout un cri d’alarme éclata parmi les pastoraux ; c’était un arrêt d’extermination. L’alarme fut donnée par un abbé bénédictin belge s’écriant :  « la cérémonie du vendredi saint a pris des allures de messe insupportables ». Il n’en fallait pas plus aux pastoraux. Avec un acharnement digne d’un meilleur but, ils ont rempli ce programme : retrancher des éléments foncièrement romains ; adopter des éléments étrangers ; reprendre des éléments romains inférieurs et désuets ; exclure tout ce qui peut, de près ou de loin, faire penser à une messe. Sur ce point leur idée fixe est un émule du refrain Delenda est Carthago. La messe des présanctifiés a succombée sous l’incompréhension, a été victime d’une cabale. Le dictionnaire de liturgie, édition Migne, disait en 1844 : « Le rite romain nous semble, quant à l’adoration de la croix, bien plus grave et plus édifiant que le rite de divers diocèses de France » . Avis aux pastoraux pour leur construction toute entière, qui est devenue un exercice de piété, sous le nom de  « Singulière et solennelle action liturgique pour la passion et la mort du Seigneur » ; action qui, malgré son qualificatif, n’ennoblit pas son objet.

Le Pontifical romain nous apprend qu’on ne salue pas un nouvel autel avant d’y avoir placé sa croix. Car on salue non pas l’autel lui-même, mais bien la croix qui le domine, et à laquelle s’adressent toutes les prières. Il fut un temps où l’on apportait la croix et les chandeliers à l’autel en y arrivant, et on les remportait en partant. Cela aujourd’hui, n’est pas plus permis que de tenir l’autel découvert en permanence. C’est pourquoi je m’adresse aux pastoraux : « Le dimanche des Rameaux vous avez découvert la croix de procession sous prétexte de la magnifier ; le vendredi saint où elle est couverte vous enlevez la croix de l’autel, l’envoyez à la sacristie, où vous l’enverrez chercher ensuite ; comment expliquez-vous pareille contradiction ? » Renions tout génie créateur ou organisateur. Notons enfin que la croix sur l’autel rappelle une messe.

Les pastoraux divisent la solennelle action en quatre parties sous-titrées, dont la deuxième et la troisième sont solennelles, mais la première et la quatrième non. Ces dosages sont aussi savants et admirables que leur auteurs.

De chasuble il n’en est pas question ; elles sentiraient la messe. Alors le pauvre célébrant doit se contenter d’être en aube, comme dans une église de campagne, malgré la solennité ultra proclamée ; c’est un affront que le rite romain lui épargnait.

L’autel sans croix, s’il mérite toujours d’être baisé, pour lui-même, n’a pas le droit d’être salué, et encore moins d’être prié ; car on n’invoque pas l’autel. Dans le rite romain lorsqu’on se trouve à genoux, ou qu’on fait la génuflexion à deux genoux, et que l’on s’incline, l’inclination doit être médiocre, non profonde. Cette règle ancienne a été confirmée il y aura un demi siècle environ. On s’effraye en voyant la liturgie entre deux pouvoirs, ou seulement deux conduites, qui s’ignorent réciproquement.

Les pastoraux enrichissent le Vendredi Saint d’une oraison d’introduction et de trois oraisons de conclusion ; ils abrègent d’une main et allongent de l’autre, ayant le monopole du juste milieu ; on verra qu’ils sont pris entre deux feux, […] , dans leur propre filet. Le célébrant chante l’oraison d’introduction au pied de l’autel parce qu’il n’y montera que pour les grandes oraisons. Puisque, à l’autel, le célébrant ne tient les mains écartées qu’étant en chasuble dans la messe et que Delenda est Carthago, les mains écartées devraient faire place aux mains jointes ; mais la pastorale abdique. On se demande pourquoi la deuxième leçon tenant lieu d’épître est chantée par le sous diacre, vu que le nom de messe est rejeté, et que le diacre ne chante pas l’évangile.

Avec les pastoraux les trois diacres disent le Munda cor meum et demandent la bénédiction, cela aux Rameaux ; le vendredi saint les trois ne disent pas Munda cor meum, et ne demandent pas la bénédiction, mais vont devant le célébrant, qui leur adresse à haute voix un souhait. Jusqu’à maintenant le Munda cor meum a toujours précédé l’évangile, aux quatre passions. Même les pastoraux l’ont conservé avant leur évangile histoire de la Passion ; mais, ils l’ont exclu le vendredi ; pourquoi ? Peut-être que ce jour là et pour eux, la Passion est moins un évangile qu’une histoire. A la perte du Munda cor meum supplée une acquisition : une formule de bonne augure où l’évangile n’est pas nommé. De plus, en donnant la bénédiction le célébrant parle media voce ; mais en disant la formule il parle clara voce ; la nouvelle formule est sans doute meilleure que l’ancienne. Enfin les trois diacres de la Passion qui s’agenouillent pour demander et recevoir la bénédiction, n’ont pas motif de s’incliner pour entendre le souhait du célébrant ; on ne s’incline pas pour répondre à Dominus vobiscum.

Ici commence la deuxième période vestimentaire, suivie de deux autres, quatre en tout. C’est la punition des puritains qui blâmaient le rite romain de faire trop souvent changer de vêtements. Les pastoraux mitigeant leurs préjugés contre-messe, ils font habiller le célébrant et le font monter à l’autel. Pourtant sans capituler, il lui mettent un pluvial ; le place au milieu de l’autel, non au coin de l’épître ; avec les ministres à ses côtés, non derrière lui ; lui font tenir les mains écartées malgré le pluvial.

On ne s’occupe plus des dimensions de la croix que de sa complexion ; une croix reliquaire, le bois de la vraie croix ne les intéresse pas ; en dépit de l’origine du rite. On connaît mal et on n’a pas compris le rite romain. On a copié ailleurs le transport de la croix depuis la sacristie jusqu’à l’autel, où elle manque, où elle a sa place fixe, aussi bien sans messe qu’avec messe. Tenir la croix voilée ne signifie pas la cacher, la reléguer à la sacristie, en priver l’autel où elle doit, plus que jamais trôner ce vendredi. Sache la pastorale que le voile doit couvrir toute la croix, non seulement le crucifix ; car on montre la croix principalement.

D’autres nouveautés nous attendent. Notions des pastoraux sur les processions : le diacre entre deux chandeliers ramène la croix exilée à la sacristie, c’est une procession ; les fidèles défilent pour adorer la croix, c’est une procession ; le diacre entre deux chandeliers apporte du reposoir le Saint Sacrement, ce n’est plus une procession. Comprenne qui pourra. On n’employait pas de lumière avant le transport du Saint Sacrement, dont la croix n’est pas jalouse ; maintenant les pastoraux emploient la lumière pour la croix. Il en résulte, entre autres, que le célébrant, en découvrant la croix, se trouve au milieu de quatre personnes ; beaucoup de monde pour peu de place ! La croix, apportée par le diacre puis découverte pas le célébrant, reste désormais livrée aux mains des acolytes dont ce n’est pas le rôle, surtout à l’autel où il n’ont jamais place.

Depuis des siècles et justement, on a voulu, en plus de la croix, adorer le corps du Christ mort, gisant sur sa croix couchée. Voilà pourquoi on l’étendait sur un tapis, un coussin, un voile blanc et violet en fonction de linceul. Cela dépassait la conception des pastoraux, qui font tenir debout un mort suspendu par les bras. Ils ont également écarté l’ostension-adoration de la croix, qui n’est qu’une exaltation, c’est sa mise à la portée d’adorateurs qui se prosternent. Non moins incomprise est l’adoration de la croix ; elle se faisait comme celle due au pape, par trois génuflexions espacées, avant le baiser de la croix ou du papier ; sauf que, ce vendredi, les trois génuflexions étaient changées en trois agenouillements d’adoration. C’est en passant par le pape que la génuflexion est entrée dans le rite romain.

Au découvrement de la croix, après chacun des trois Ecce lignum crucis, on joignait l’action à l’invitation, on s’agenouillait, et on adorait en répondant Venite adoremus. L’adoration en silence avait lieu durant les trois agenouillements préalables au baiser. Le génie pastoral déplace l’adoration silencieuse des trois agenouillements détruits, il le transporte après chaque Venite adoremus. De cette manière il fait plutôt perdre que gagner du temps ; ce qu’il réitère en envoyant les adorateurs un à un au lieu de deux à deux. Il croit probablement, et n’est pas le seul, que le chant nuit à l’adoration, à l’attention, au recueillement.

Le problème de l’adoration collective de la croix était depuis longtemps résolu par l’emploi de plusieurs croix, soit présentées au baiser des fidèles, soit exposées à leur adoration en plusieurs places. Après son adoration la croix de l’autel récupère sa place normale, d’où elle était partie à la sacristie. Son retour donne lieu à une rubrique étrange.

Alors on change de couleur. Le blanc et le noir sont les deux couleurs originaires du rite romain, mais les pastoraux préfèrent au noir le violet, couleur la plus récente. Eux qui renforcent le deuil du Vendredi Saint en l’appelant jour de la mort du Seigneur, ils rejettent le noir couleur de la mort. Eux qui exterminent la messe des présanctifiés, qui jusqu’à présent ont mis un pluvial noir au célébrant, ils lui mettent une chasuble violette, n’en mettent point à ses ministres, et les déguisent avec des dalmatiques ; peut-on se contredire plus grossièrement ? Si les pastoraux voyaient un désaccord entre la communion et la couleur noire, ils auraient du considérer que la messe des morts se dit en noir, qu’on y donne la communion, même avec des hosties consacrées précédemment, qu’on donne la communion en noir aussitôt après ou avant la messe en noir.

Je demande aux pastoraux : quel besoin, quelle opportunité sentez-vous de mettre une chasuble au célébrant seulement pour donner la communion ? La distribution de celle-ci n’a jamais comporté la chasuble hors de la messe. Vous exterminez la messe des présanctifiés, vous éliminez obstinément le moindre détail qui puisse la remémorer, et vous osez mettre une chasuble au célébrant quand vous la refusez à ses ministres. Rien n’autorise le célébrant à être vêtu pour l’acte numéro 4 de votre représentation puisque vous le laissez dévêtu, en aube, pour votre acte numéro 1. Vos pouvoirs discrétionnaires sont vastes ; l’abus ne l’est pas moins.

La procession du Jeudi Saint, instituée définitivement par Sixte IV (E 1484), et celle du Vendredi Saint, instituée par Jean XXII (E 1334), donc par la même autorité, ont même objet, même but, même solennité, sauf que la première a caractère de fête, la deuxième caractère de deuil. Pourquoi donc abolir l’une en conservant l’autre ? L’arrivée du Saint Sacrement est accompagnée par le chant des trois antiennes en l’honneur de la croix, à la place de l’hymne Vexilla regis ayant même objet, mais sans doute non pastorale.

Dans le rite romain le célébrant chante seul partout le Pater noster, soit en entier, soit au début et à la fin, avec le milieu à voix basse. La meilleure preuve en est que l’assistance n’ayant rien dit, répond sed libera nos a malo. Néanmoins la pastorale doit réformer, et voici le bilan de ses prouesses : le Pater noster récité au lieu de chanté ; récité par tout le monde ; récité dans un office chanté ; funeste mélange (…) ; récité solennellement (sic), mais dépouillé de la solennité du chant ; récité les mains jointes, tandis que le libera nos est récité les mains écartées. Pitoyable explication suivant laquelle le Pater, parce que prière pour la communion doit être récité par tout le monde à la fois. Deux demandes surgissent : ce vendredi, le Pater est-il plus pour la communion que les autres jours de l’année ? Le Pater est-il plus pour la communion que les autres prières avant la communion ?

La rédaction des rubriques se trouve naturellement à la même hauteur. Ainsi nous lisons que le célébrant prend une hostie avec la main droite ; alors se frappera-t-il la poitrine avec la main gauche ? On ignore si la main gauche s’appuie sur le corporal ou sur le ciboire. Nous lisons qu’en se frappant la poitrine, au lieu d’une inclination médiocre, parum inclinatus, le célébrant s’incline profondément ; posture empêchée par la hauteur de l’autel.

C’est manquer de respect à la liturgie et au célébrant de supprimer le calice et la grande hostie ; une petite le rapetisse. Le calice a servi de ciboire autrefois, et peut encore continuer. Il fut des temps et des lieux ou la communion du vendredi se faisait sous les deux espèces réservées, donc avec le calice ; précieux souvenir à conserver. Le calice servait à la purification du célébrant, et ouvrait la voie à celle du clergé ; rite vénérable non aboli ; on ne mangeait pas sans boire. Tout cela imitait convenablement une messe, ne trompait personne, ne s’opposait pas à la communion générale ; peu importe.

La pastorale introduit trois postcommunions, chantées par le célébrant les mains jointes, au milieu de l’autel, entre ses ministres, et pendant lesquelles on est debout. Autre curiosité : pendant complies les cierges sont éteints ; donc la croix après son découvrement peux se passer de lumière ; alors pourquoi lui en donner avant son découvrement et pendant son adoration ? Jeu de compensation ; on donne à la croix des lumières qu’elle n’avait pas ; on ôte au Saint Sacrement, à la Croix et à l’autel l’encensement qu’ils avaient. »

*
Plan

Présentation générale
1ère partie – Le dimanche des Rameaux
2nde partie – Les Lundi Saint, Mardi Saint & du Mercredi Saint
3ème partie – L’office des Ténèbres
4ème partie – Les autres heures de l’office divin durant le Triduum
5ème partie – La messe du Jeudi Saint & le Mandatum
6ème partie – La messe des Présanctifiés le Vendredi Saint
7ème partie – La vigile pascale
8ème partie – L’office divin du jour de Pâques
9ème partie – Les horaires des offices durant la Semaine Sainte
10ème partie – Les lectures bibliques de la Semaine Sainte
11ème partie – La Vigile de la Pentecôte
12ème partie – La réforme de 1955 & la réforme post-conciliaire – Conclusions générales

***********************
Notes

[[10]]Beaucoup d’usages occidentaux prévoyaient une mise au tombeau à vêpres après les Présanctifiés. Dans certains usages diocésains ou religieux, on mettait dans un cercueil l’évangéliaire ou une fraction de l’hostie non consommée par le célébrant, ou les deux ; puis on portait en procession funèbre ce cercueil jusqu’à un tombeau. Beaucoup des groupes sculptés appelés mises au tombeau de nos églises servait à cela : d’ordinaire dans la figure du corps du Christ était ménagée une cavité avec une trappe, dans laquelle on plaçait le Saint Sacrement. On venait au petit matin de Pâques avant les matines ressortir triomphalement le Corps du Christ et la procession pascale marquait le moment où se déclenchait la joie de la résurrection.
[[11]]Cognoverunt Dominum in fractione panis – Ils reconnurent le Seigneur dans la fraction du pain.[[11]]

[[16]]Plus exactement, deux acolytes accompagnés de deux autres clercs, mais les 4 portent des chandeliers d’acolytes.[[16]]

Notes :    (↵ reviens au texte)

  1. M. Von Orelli, Der altfranzösische Bibelwortschatz des Neuen Testamentes im Berner Cod. 28, p.299 [Jean, 19, 14] ; jor de parascene [sic], ibid., p.251 [Luc 23, 54]. Le terme est aussi devenu un prénom féminin, rare en France, commun en Grèce et en Russie (sainte Parascève de Rome est une martyre du IInd siècle).
  2. De nos jours, la divine liturgie des dons présanctifiés de saint Grégoire le Grand est célébrée chaque mercredi et vendredi du Grand Carême, le Jeudi du Grand Canon, ainsi que les Lundi, Mardi et Mercredi Saint dans le rit byzantin. Autrefois, elle fut employée toutes les féries du Carême (le samedi on célèbre la liturgie de saint Jean Chrysostome et le dimanche celle de saint Basile).
    Les rits arméniens et syriaques connaissent eux aussi des liturgies de présanctifiés. L’usage a disparu chez les Syriaques, sauf chez les Malankares orthodoxes des Indes.
  3. On sait que la liturgie byzantine influença le pape saint Grégoire le Grand : il explique dans une de ses lettres comment il a changé la place du Pater dans le rit romain pour se conformer avec ce qu’il avait vu à Constantinople.
  4. La dalmatique & la tunique sont des symboles de la joie.
  5. La croix ni ses chandeliers ne doivent pas être retirés lors du dépouillement des autels (Voyez le Jeudi Saint). Le Memoriale rituum et plusieurs décisions de la Congrégations des rits condamnent la mauvaise habitude qui avait été prise en certains lieux de coucher la croix sur l’autel lors de son dépouillement au soir du Jeudi Saint.
  6. C’est le cas aussi dans le rit mozarabe réformé : la messe fériale commence directement par la première lecture, comme dans les livres purement mozarabes médiévaux, avant que les prières au bas de l’autel romano-franques ne s’y agrègent au fur & à mesure des progrès de la Reconquête.
  7. Notons toutefois deux particularités du Vendredi Saint :
    <ul><li>le Missel à l’autel reste du côté épître pendant le chant de cet évangile, on aura besoin de lui à cet emplacement immédiatement après pour le chant des grandes oraisons,</li>
    <li>le diacre retire sa chasuble pliée pour prendre le stolon ou étole large (qui est de fait une chasuble roulée sur l’épaule).</li>
  8. Le rit byzantin adore la croix de la même façon, au milieu du Carême et le Vendredi Saint : triple double génuflexion avant, une génuflexion après. L’inclination du buste va jusqu’au sol. La croix est posée sur un support, comme dans le rit romain traditionnel et non pas tenu par un ou plusieurs clercs.
  9. Quelques parcelles de l’hostie ont été conservées depuis le Jeudi Saint pour d’éventuels viatiques à donner aux malades en danger de mort. On les conserve d’ordinaire dans un tabernacle à la sacristie.
  10. Les rubriques de 1960-62 supprimeront ultérieurement l’indication qu’on doit faire les inclinaisons liturgiques en se tournant vers la croix de l’autel (elles ne prohibent pas pour autant de continuer de le faire !).
  11. Simple négligence ou au contraire  volonté dès à présent marquée de faire progressivement disparaître ce vêtement liturgique de l’usage ?
  12. Missel de Bayeux de 1501, de Cambrai de 1527, de Besançon de 1589. Elle se disait encore du temps du R.P. Lebrun à Soissons & à Lisieux où un bref de 1721 précisait encore qu’il fallait la dire, même si on se servait du Missel romain.
  13. Il s’agit, comme nous l’avons noté, de préparer subtilement la suppression de cet ordre ecclésiastique.
  14. y compris un Amen final.

Une litanie rythmée de Saint-Gall en usage à Rouen le mercredi des Rogations

Lebrun-Desmarettes, dans ses Voyages liturgiques de France (1718), décrit abondamment les processions des Rogations telles qu’elles étaient pratiquées dans l’Eglise de Rouen. Dans ce diocèse, on usait de litanies spéciales pour les processions du mardi & du mercredi des Rogations, les litanies du lundi étant tout simplement les litanies des saints. Voici la description pittoresque qu’en fait l’auteur :

« Le mardi des Rogations, la procession va à l’église de Saint-Gervais avec les mêmes cérémonies qu’hier ; il y a sermon, lequel étant fini, on dit à genoux les prières après lesquelles on chante le répons : O Constantia martyrum, lequel étant fini, trois chanoines chantent la litanie qui commence par Humili prece et sincera devotione ad te clamantes, Christe exaudi nos, que le chœur répète après chaque couple ou combinaisons de strophes composées chacune d’un vers hexamètre et d’un pentamètre, qui contiennent les noms des saints selon leur ordre, dont la composition est aussi pitoyable que le chant est charmant.

La procession va sur les bords des fossez dans lesquels il y a des tours, des écoutes ou voutes, & plusieurs échos qui retentissent de ce beau chant avec ses cadences. On ne peut rien entendre de plus agréable ni de plus charmant. Les chantres continuent la litanie jusqu’à ce qu’étant arrivez au chœur de l’église cathédrale, ils la finissent par les deux dernières strophes dont la dernière est grecque.

Le mercredi des Rogations on va en procession à Saint-Nicaise à la même heure et avec les mêmes cérémonies que le lundi, pareillement avec sermon. En retournant, trois chanoines chantent d’abord la litanie : Ardua spes mundi, qu’on répète après une strophe composée d’un vers hexamètre & d’un pentamètre, qui contiennent les noms des saints selon leur ordre, dont la composition n’a rien de beau non plus que le chant. Mais quand on est venu à un certain carrefour, trois prêtres chapelains en commencent une autre dont le chant est plus beau, & qui fait un fort bel effet avec les reprises. En voici l’ordre. Les trois prêtres chapelains chantent Rex, Kyrie, Kyrie, eleison, Christe, audi nos. Le chœur répète la même chose. Puis les trois prêtres chapelains, au milieu de la procession, chantent Sancta Maria, ora pro nobis ; après quoi trois diacres chapelains de même chantent Rex virginum, Deus immortalis. Trois sous-diacres chapelains ajoutent : Servis tuis semper miserere. Le chœur : Rex, Kyrie, Kyrie eleison, Christe, audi nos. Et ils poursuivent ainsi tous neuf la litanie le long du chemin jusque dans le chœur, où on la finit. Au retour, on dit Nones, & ensuite on va dîner, car il est bien midi & au delà. »

Nous avons publié sur ce blog un article présentant les curieuses litanies qu’on chantait à Paris aux Rogations. Nous allons nous intéresser à l’une des litanies en usage à Rouen, Ardua spes mundi, celle justement dont Lebrun-Desmarettes ne goûtait ni le texte ni le chant. :-)

Cette litanie décrite au début du XVIIIème siècles par l’auteur des Voyages liturgiques est d’ancien usage à Rouen aux Rogations, puisqu’on la trouve déjà à cette place dans le Graduel de la cathédrale de Rouen du XIIIème siècle (Paris, BnF, lat. 904).

Voici les pages de ce manuscrit contenant cette litanie :

En voici une transcription du chant, du 4ème ton, sur ce manuscrit :

Ardua Spes Mundi du Graduel de Rouen du XIIIème siècle

Cette litanie versifiée et rythmée est de fait beaucoup plus ancienne : elle fut en effet composée par le moine Ratpert de Saint-Gall († 884) pour être chantée aux processions dominicales de cette fameuse abbaye suisse. C’est un témoin parmi bien d’autres de l’extraordinaire efflorescence intellectuelle, artistique et scientifique, qui caractérisa Saint-Gall, alors l’un des fers de lance de la Renaissance carolingienne. En raison du grand rayonnement de l’école de chant de saint Gall, Ardua spes mundi, comme bien d’autres pièces du répertoire liturgique composé pour l’usage de la fameuse abbaye, fut rapidement reprise dans de nombreuses Eglises d’Occident, et reçut même une approbation du pape Nicolas III († 1280) comme litanie (cf. Schubiger, Die Sängerschule St Gallens, p. 37). On la retrouve souvent assignée aux processions des Rogations (dans le diocèse de Trèves, elle est ainsi chantée le mardi des Rogations).

Cette litanie figure dans un très bel enregistrement réalisé par l’Ensemble Gilles Binchois sous la direction de Dominique Vellard et consacré au répertoire de Saint-Gall :

Techniquement, dans les livres de l’Abbaye de Saint-Gall en Suisse, Ardua spes mundi est classée en réalité comme étant un versus, et non une litanie stricto sensu.

Les versi constituent un type de pièces liturgiques un peu particulières et rares (on n’en dénombre qu’une trentaine dans tout le répertoire liturgique occidental). Ce sont des hymnes composées pour être chantées en procession, la plupart du temps avec un refrain (qui est en général la première strophe) ; ce refrain est souvent découpé en deux parties qui sont reprises alternativement après chaque strophe. Seuls deux versi ont survécus dans l’usage courant : il s’agit du Gloria, laus et honor sit de Théodulfe d’Orléans, chanté le dimanche des Rameaux à la procession, et d’autre part du Pange lingua chanté pendant l’adoration de la croix au Vendredi saint. Composé par saint Venance Fortunat au VIème siècle, ce dernier comporte un refrain découpé en deux parties qui alternent Crux fidelis inter omnes & Nulla silva.

La plus riche collection de versi est sans doute contenue dans le manuscrit 381 de la Stiftsbibliothek de Saint-Gall, qui en précise les auteurs et l’usage liturgique. Voici, regroupés par auteur (tous moines de Saint-Gall ormis saint Venance Fortunat), les versi que contient ce manuscrit, lequel date de la fin du Xème siècle :

  • Hartmann († 925) :
    • Sacrata libri dogmata (« pour être chanté avant qu’on lise l’évangile » ; sans doute pour remplir le temps de la procession de l’évangile, qui peut être très long dans une grande abbatiale comme saint Gall)
    • Salve lacteolo decoratum (pour les Saints Innocents)
    • Cum natus esset Dominus (pour les Saints Innocents)
    • Humili prece (pour les jours de fêtes ; notez que ce versus était lui aussi employé comme litanie à Rouen pour le mardi des Rogations, ainsi que l’indique supra Lebrun-Desmarettes. Cette pièce a connu une grande ferveur un peu partout dans les usages diocésains médiévaux)
    • Suscipe clementem plebs devotissima (pour la réception d’un roi)
  • Saint Venance Fortunant († 609)
    • Salve festa dies (pour Pâques)
  • Ratpert († 884)
    • Ardua spes mundi (aux processions des dimanches)
    • Laudes omnipotens (lorsqu’on reçoit l’eucharistie ; on retrouve cette pièce ultérieurement dans beaucoup de diocèses pour la procession qui ramène le Saint-Sacrement au maître-autel le Vendredi Saint au cours de la messe des Présanctifiés – c’était sans doute aussi son usage initial à Saint-Gall)
    • Aurea lux terra (pour la réception d’une reine)
    • Annue sancte Dei (pour saint Gall)
  • Notker le Bègue († 912)
    • Ave beati germinis (« sur l’Ancien Testament »)
  • Waldramm († c. 900)
    • Rex benedicte (pour la réception d’un roi)

On trouve en ligne le manuscrit 381 de Saint-Gall. Voici les quatre pages on est écrit le versus Ardua spes mundi (pages 42 à 45). Notez que le manuscrit indique les reprises de chaque moitié du refrain, alternativement Ardua spes mundiChriste exaudi nos, comme le pratiquait encore Rouen au XVIIème siècle sous les yeux de Lebrun-Desmarettes. La structure poétique comme le chant changent dans la fin de la pièce.

Ardua spes mundi - manuscrit 381 de Saint-Gall, page 42 Ardua spes mundi - manuscrit 381 de Saint-Gall, page 43 Ardua spes mundi - manuscrit 381 de Saint-Gall, page 44 Ardua spes mundi - manuscrit 381 de Saint-Gall, page 45

Voici le texte d’Ardua spes mundi d’après ce manuscrit :

Ardua spes mundi
Solidator & inclyte cœli
Christe exaudi nos
Propitius famulos.

Virgo Dei Genitrix
Rutilans in honore perennis
Ora pro famulis
Sancta Maria tuis. R/. Christe.

Angele summe Dei
Michael miserere cito nostri
Adjuvet & Gabriel
Atque pius Raphael. R/. Ardua.

Aspice nos omnes
Clemens baptista Johannes
Petreque cum Paulo
Nos rege docti loquo. R/. Christe.

Cœtus apostolicus
Sit nobis fautor & omnis
Ac patriarcharum
Propheticusque chorus. R/. Ardua.

Poscere nunc Stephanum
Studeamus carmine summum
Ut cum martyribus
Nos juvet ipse pius. R/. Christe.

Inclyte Laurenti
Qui flammas exuperasti
Victor ab etherio
Nos miserere choro. R/. Ardua.

Splendide Silvester,
Gregori ac sancte magister
Nos quoque cum sociis
Ferte juvando polis. R/. Christe.

O Benedicte pater
Monachorum Galleque frater
Cum reliquis sanctis
Nos refovete polis. R/. Ardua.

Maxime de Suevis
Superis conjuncte catervis,
Sancte Othmare tuum
Lætifica populum. R/. Christe.

Inclyte Magne tuam
Clemens nunc respice plebem
Auxilio tutos
Undique redde tuos. R/. Ardua.

Virgineos flores
Agnes, Agathesque ferentes
Auxilio vestris
Addite nos sociis. R/. Christe.

Innocuos pueros
Resonemus laude peractos
Qui nos nos pueros
Dant resonare melos. R/. Ardua.

Omnes o Sancti nostræ succurrite vitæ.
Perque Crucem sanctam salva nos Christe Redemptor.
Ira deque tua clemens nos eripe Christe.
Nos peccatores audi te Christe rogamus.
Ut pacem nobis dones te Christe rogamus.
Crimen ut omne tuis solvas te Christe rogamus.
Auræ ut temperiem dones te Christe rogamus.
Ut fruges terræ dones te Christe rogamus.
Ut populum cunctum salves te Christe rogamus.
Ecclesiamque tuam firmes te Christe rogamus.
Fili celsi throni nos audi tete rogamus.
Agne Dei Patris nobis miserere pusillis.
Christe exaudi nos, O Kyrie ymon eleison.

Selon les diocèses, le texte de Raptert a été adapté en fonction des saints locaux. Ainsi à Rouen, ce sont Romanus et Audoenus (saint Romain et saint Ouen) qui sont invoqués, au lieu des saints de l’abbaye Suisse (saint Gall, saint Othmar).

Les limites de cet article ne nous permettent pas d’envisager les autres litanies chantées aux Rogations à Rouen. Voici néanmoins un enregistrement du versus Humili prece composé par Hartmann de Saint-Gall, et louée hautement par Lebrun-Desmarettes :

Programme du Vème dimanche après Pâques – Vocem jucunditatis

Saint-Eugène, le dimanche 5 mai 2013, grand’messe de 11h.

  • Procession d’entrée : Salve festa dies – chant processionnel pascal des Églises des Gaules – Texte et mélodie de Saint Venance Fortunat, évêque de Poitiers (VIème siècle) – harmonisation : Touve Ratovondrahety
  • A l’aspersion : reprise de l’antienne Vidi aquam sur un faux-bourdon de Mgr Louis Lazare Perruchot (1852 † 1931), maître de chapelle de Saint-François-Xavier à Paris et de la cathédrale de Monaco
  • Kyriale I Lux & Origo
  • Credo de la messe royale du Ier ton d’Henry du Mont (1610 † 1684), maître de la chapelle du roi Louis XIV, organiste de Saint-Paul et du duc d’Anjou
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Ad cœnam Agni providi – hymne du temps pascal à vêpres, texte de saint Nicetas de Remesiana (Vème siècle), mise en musique attribuée à Antoine de Boësset, seigneur de Villedieu (1587 † 1643), surintendant de la musique du roi Louis XIII & maître de la musique de la Reine & des Bénédictines de Montmartre – traduction de Charles de Courbes (1622)
  • Après la Consécration : O salutaris sur le ton de Salve, festa dies de saint Venance Fortunat – harmonisation Touve R. Ratovondrahety
  • Pendant la communion : Tantum ergo « Vigilantium » – hymne du Saint Sacrement – texte de Saint Thomas d’Aquin – adaptation & harmonisation : Henri de Villiers
  • Prière pour la France, sur le ton royal – harmonisation traditionnelle de Notre-Dame de Paris
  • Ite missa est I
  • Au dernier Evangile : Au dernier Evangile : Regina cœli – mise en polyphonie d’après Charles de Courbes (1622)
  • Procession de sortie : orgue
  • A la sortie de cette messe, la Schola Sainte Cécile vous proposera des vic-tuailles, CD et des œufs de Pâques décorés afin d’aider au financement de son pèlerinage à Tolède cet été auprès des reliques de saint Eugène.

    Lundi 6, mardi 7 et mercredi 8 mai, à 19h : procession & messe des Rogations.

    Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Anthoine de Bertrand – Vexilla Regis prodeunt

    Anthoine de Bertrand (c. 1530 † avant 1582).
    Vexilla Regis prodeunt (& O Salutaris Hostia pour le temps de la Passion)
    4 voix mixtes (SATB).
    1 pages – 1er ton transposé en mi mineur.

    Humaniste et musicien fameux du XVIème siècle, Anthoine de Bertrand fut assassiné par les protestants entre 1576 & 1582.

    Ce Vexilla Regis provient d’une édition dont 2 parties sur 4 sont perdues. Les parties séparées de l’altus et du tenor sont donc ici une proposition de restitution.

    Le Vexilla Regis est l’hymne du temps de la Passion et des fêtes de la Sainte Croix. Son texte (comme celui du Pange lingua du Vendredi Saint) fut composé par l’hymnographe saint Venance Fortunant au VIème siècle, à l’occasion de la réception solennelle des reliques de la vraie Croix à Poitiers par la reine de France sainte Radegonde.

    Anthoine de Bertrand conserve en la rythmant la mélodie traditionnelle du plain-chant (Ier ton) qu’il affecte à la partie de dessus.

    Pour l’exécution de cette œuvre, on pourra alterner les strophes avec le plain-chant ordinaire ou encore faire chanter certaines parties et taire d’autres une strophe sur deux.

    Le texte de notre partition suit bien sûr le texte traditionnel (& non le texte modernisé de l’hymnaire médicéen).

    L’avant-dernière strophe (O Crux, ave spes unica), pourra se chanter plus lentement & plus solennellement, selon la coutume (on est d’ordinaire à genoux pour cette strophe dans la liturgie). La partition précise aussi les différentes variantes du texte de cette strophe durant l’année liturgique :
    – Hoc passionis tempore (temps de la Passion),
    – In hoc paschali gaudio (le 3 mai pour l’Invention de la Sainte Croix et pour tout le temps pascal),
    – In hac triumphi gloria (le 14 septembre pour l’Exaltation de la Sainte Croix),
    – Gentis redemptæ gloria (durant l’année).

    Outre la partition générale (en 1 page), nous vous proposons au téléchargement une autre partition dans laquelle on a ajoutées deux strophes du texte de saint Venance Fortunat autrefois chantées à Paris mais tombées de l’usage romain. La strophe O Crux y est avec le texte pour toute l’année.

    Nous joignons aussi l’adaptation de cette mise en musique du Vexilla Regis pour l’O salutaris Hostia. Depuis une décision du roi de France Charles V (1338 † 1380), on sait que l’O salutaris est employé en France à l’élévation des messes chantées. Il était courant de changer le ton usuel de cette hymne pour celui de l’hymne des vêpres du temps liturgique en cours.

    Les premières mesures de cette partition :
    Anthoine de Bertrand - Vexilla Regis prodeunt

    Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur l’un des réseaux sociaux ci-dessous. Les liens apparaîtront ensuite.